Navigation – Plan du site

Frédéric Rasera, Des footballeurs au travail. Au cœur d’un club professionnel

Delphine Moraldo
Des footballeurs au travail
Frédéric Rasera, Des footballeurs au travail. Au coeur d'un club professionnel, Marseille, Agone, coll. « L'ordre des choses », 2016, 305 p., ISBN : 978-2-7489-0275-4.
Haut de page

Texte intégral

1« Peu de groupes professionnels sont aussi visibles médiatiquement que les footballeurs », écrit Frédéric Rasera en ouverture de son ouvrage. En sociologie également, peu de sports sont aussi étudiés que le football professionnel. Celui-ci est parfois présenté comme une pratique frappée de maux incurables, liés en particulier à l’intrusion d’une logique économique qui viendrait dénaturer le sport. En ce sens, faire de sa passion un travail bien rémunéré représenterait une dérive.

  • 1 Nom fictif donné au club étudié, un club de ville moyenne possédant une équipe de ligue 2.
  • 2 Julien Bertrand, La fabrique des footballeurs, Paris, La Dispute, coll. « Corps Santé Société », 20 (...)

2C’est justement aux footballeurs comme travailleurs, salariés et exécutants, que s’intéresse Frédéric Rasera dans ce livre issu d’une recherche ethnographique de près de quatre ans réalisée à la fin des années 2000 dans un club de football professionnel (le « club de l’Olympique »1). C’est là d’une perspective originale portée sur un objet – le football – que les sociologues envisagent généralement à partir d’une échelle plus large, par exemple la théorie des champs de Pierre Bourdieu. Comme Julien Bertrand2, c’est au quotidien de ces sportifs que s’intéresse Frédéric Rasera, qui les a suivis de l’entrainement aux matchs, des vestiaires à la salle de détente, du terrain de football au foyer familial. Le questionnement, toutefois, est différent : il s’agit d’appréhender ces joueurs sous leur statut de travailleurs sportifs, embauchés pour une période donnée sur un marché du travail caractérisé par sa segmentation et son incertitude (d’autant plus que les contrats sont individuellement négociés, comme le montre le chapitre 1), soumis à une hiérarchie de laquelle émanent diverses injonctions et, ainsi, pris dans des rapports de domination. Les questions que pose Frédéric Rasera sont les suivantes : comment les joueurs vivent-ils ces contraintes professionnelles, comment s’adaptent-ils au quotidien aux différentes dimensions de leur travail, au terme de quelles trajectoires biographiques et dans quels contextes sociaux en viennent-ils à élaborer leurs pratiques singulières de travail ?

3Un des apports de cette recherche, dont nous ne pourrons pas évoquer toutes les dimensions dans ce résumé, est de montrer à quel point les normes professionnelles et les injonctions provenant de leur hiérarchie contraignent les joueurs et imprègnent les autres domaines de leur existence. L’approche ethnographique a en effet l’intérêt de mettre en lumière tout ce qui se joue en dehors des temps sportifs.

4Les deux premiers chapitres présentent tout le travail de mobilisation et de gestion du collectif effectué par le club autour d’un unique objectif : gagner en compétition. Malgré une forte individualisation des conditions d’embauche (salaire et durée du contrat) et malgré l’existence d’une hiérarchie du prestige au sein du collectif, les joueurs sont tous encadrés par le même coach et son staff qui, dans un lieu réservé, le centre d’entrainement du groupe professionnel, travaillent à cet objectif suivant un calendrier qui s’applique à tous. De ce fait, l’emploi du temps des joueurs, redéfini chaque semaine, s’adapte presque entièrement aux résultats et aléas des compétitions, qui influencent ainsi directement leur existence « hors football ». Si, dans les temps sportifs, les entraineurs et les dirigeants attendent des joueurs une attitude conforme aux objectifs de réussite en compétition – comme en témoignent l’exemple des joueurs réprimandés pour n’avoir pas montré assez d’enthousiasme dans la victoire (chapitre 1) et l’analyse du travail de représentation pendant les matchs (chapitre 3), une « hygiène de vie » concordante avec les objectifs de réussite en compétition est aussi attendue en dehors du centre d’entrainement. Le chapitre 6, qui porte sur la vie privée des joueurs, montre que celle-ci est soumise à des prescriptions contraignantes imposées par la hiérarchie et intériorisées par les joueurs. Les variations de poids, les blessures, sont autant d’indices qui permettent aux encadrants d’évaluer à distance les comportements, vertueux ou non, des joueurs. Il est intéressant de constater que, dans ce contexte, une vie maritale stable et une conjointe coopérative, souvent sans emploi, sont considérées comme des atouts, voire des nécessités. La quasi-institutionnalisation d’un modèle familial traditionnel est un exemple de la forte pénétration du modèle professionnel dans la sphère familiale.

5L’approche ethnographique et le souci de l’auteur de toujours resituer les situations observées dans le contexte qui leur donne sens et dans des trajectoires biographiques des joueurs ont un autre intérêt : ils permettent de mettre au jour toutes les variations interindividuelles et toutes les déviations par rapport aux normes professionnelles imposées par les dirigeants du club. Si les joueurs sont des travailleurs soumis à une hiérarchie qui régit leur vie, au travail comme en dehors, il n’en reste pas moins qu’il existe des espaces de liberté, de résistance et de contournement des normes et contraintes professionnelles. Ces déviations, plus ou moins importantes, mais le plus souvent insuffisantes pour entrainer une sortie de carrière, sont mises en lumière tout au long de l’ouvrage. Elles témoignent d’une forme de résistance à l’imposition d’une « morale de travail » (p. 94), résistance qui peut s’expliquer par les logiques contradictoires auxquelles sont soumis les joueurs. Sommés de valoriser le collectif, ces derniers sont, dans le même temps, en compétition permanente les uns contre les autres pour se faire une place, dans le cadre d’une gestion très individualisée de leurs carrières. Incités à faire passer le football avant tout, ils sont également soumis, comme n’importe quel travailleur, à des contraintes extérieures au domaine professionnel.

6Ces déviations se perçoivent, par exemple, dans les comportements non coopératifs de certains joueurs mécontents de leur place dans l’équipe (p. 62), ou dans certaines pratiques de « freinage » volontaire à l’entrainement (p. 155). Ce sont aussi les écarts des joueurs par rapport au régime alimentaire imposé par l’institution, marqués par la consommation d’alcool et de « Big-Mac » (p. 206). C’est encore le cas de ce joueur qui hésite à sortir du métier (et finit par le faire) pour pouvoir s’installer avec sa compagne qui, fait rare, n’est pas toute dévouée à la réussite professionnelle de son compagnon (p. 219). Toutes ces situations ne peuvent être comprises que réinscrites dans un contexte et mises en relation avec les propriétés et les trajectoires des joueurs. Ainsi, le fait de « lever le pied » à l’entrainement ne traduit par les mêmes raisons ni n’entraîne les mêmes effets pour des joueurs nouveaux ou anciens, pour ceux qui sont peu titrés ou, au contraire, ont un palmarès important.

7Finalement, l’analyse de Frédéric Rasera vient remettre en question les représentations enchantées de joueurs dévoués « corps et âme » au football, et invite à dépasser les discours indigènes de vocation, discours qui subordonnent le « métier » à la « passion ». En réinscrivant les pratiques concrètes des joueurs dans des trajectoires sociales, en regardant ces derniers sous l’angle de leurs propriétés sociales, familiales et sportives propres, ainsi que leurs places différenciées dans le collectif, l’ouvrage de Frédéric Rasera parvient à expliquer pourquoi la passion des joueurs, belle et bien présente, n’est pas toujours totale et uniforme, pas plus qu’elle n’entraine une adhésion mécanique aux injonctions professionnelles. Ce portrait des footballeurs en travailleurs montre ainsi que, derrière ces discours, il existe des contraintes, des injonctions, des rapports de force et des ajustements quotidiens qui sont ceux de tout univers professionnel.

Haut de page

Notes

1 Nom fictif donné au club étudié, un club de ville moyenne possédant une équipe de ligue 2.

2 Julien Bertrand, La fabrique des footballeurs, Paris, La Dispute, coll. « Corps Santé Société », 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Delphine Moraldo, « Frédéric Rasera, Des footballeurs au travail. Au cœur d’un club professionnel », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 05 juillet 2017, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/23237

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page