Navigation – Plan du site

Collectif Degeyter, Sociologie de Lille

Thomas Douniès
Sociologie de Lille
Collectif Degeyter, Sociologie de Lille, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2017, 125 p., ISBN : 9782707189233.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage dresse un portrait fin et dynamique de la ville de Lille et de son agglomération. Sous le pseudonyme Collectif Degeyter, en référence à Pierre De Geyter, ouvrier à Lille et compositeur de l’Internationale en 1888, des chercheurs venus de divers horizons disciplinaires s’attachent à saisir la ville comme espace vécu socialement segmenté. Ils se montrent soucieux d’éclairer les tensions existant entre le développement socio-économique urbain et les inégalités sociales persistantes, et chassent ainsi le mythe d’une métamorphose métropolitaine bénéficiant à toute la population de l’agglomération lilloise.

2Le premier chapitre retrace l’histoire économique et sociale de l’espace lillois depuis le XIXe siècle. Portés par une intensification des activités du secteur textile, Lille et les communes proches, en premier chef Roubaix et Tourcoing, connaissent un développement économique soutenu à partir du premier quart du XIXe siècle. La demande de main d’œuvre attire des ouvriers venus d’ailleurs. Ce sont des hommes et des femmes du nord de la France, de Flandre et de l’étranger qui viennent peupler usines et quartiers populaires. Symboles de leurs conditions misérables de vie, les courées, ces « taudis lillois » (p. 13), gagnent du terrain à Lille et à Roubaix. Mal payée, usée par le labeur quotidien et peu aidée par des démarches philanthropiques bien marginales, cette main d’œuvre a dû attendre les années 1950 pour voir ses conditions de logement s’améliorer à l’initiative des industriels qui l’embauchaient.

3Cette même bourgeoisie industrielle lilloise, après avoir profité de l’activité textile grâce à l’importation d’innovations venues du Royaume-Uni, se lance dans la tertiarisation économique. Face à la crise du textile qui s’annonce, les grandes familles industrielles reconvertissent leurs capitaux dans le secteur plus porteur des services. À grands coups de restructurations et de délocalisations, l’industrie textile s’éteint à petit feu pour laisser, à partir des années 1950, de plus en plus de familles ouvrières dans une précarité aggravée.

4Passée à côté des « trente glorieuses », l’agglomération lilloise suscite une inquiétude qui en fait « un lieu d’expérimentation privilégié de l’action publique réformatrice » (p. 27). Réforme et redéfinition du territoire vont de concert : dans un deuxième chapitre, le collectif Degeyter s’attarde sur la métropolisation de Lille, perçue par divers acteurs comme l’unique chemin à suivre pour faire passer la ville de l’ombre à la lumière. Tout à la fois mise en récit et mise en chantier de l’agglomération, la métropolisation vise à impulser un nouveau dynamisme économique. Ce sont les acteurs étatiques qui, les premiers, promeuvent la métropole comme nouvel horizon. Désignée « métropole d’équilibre » en 1963, Lille fait rapidement l’objet d’investissements gouvernementaux pour accélérer sa tertiarisation. Villeneuve d’Ascq voit ainsi le jour en 1970, avec notamment comme objectif de former les salariés et employés du tertiaire au sein d’un vaste centre universitaire. Ce processus s’intensifie lorsque, dans les années 1980, les élites locales s’investissent à leur tour : patrons et hommes politiques locaux voient dans la métropolisation le moyen privilégié de ne pas passer à côté de l’internationalisation de l’activité économique.

5Chez les élus locaux, la cause semble entendue : pas d’attractivité du territoire sans tournant métropolitain. Cependant, au sein de la Communauté urbaine notamment, le consensus s’effrite lorsque se pose aux représentants communaux la question du rééquilibrage social entre des communes qui, du fait de leur différence de taille et de richesse, ont des intérêts divergents à ce sujet. Cette difficile solidarité intercommunale freine la réduction des déboires sociaux causés par toutes les mutations économiques. Si bien que la métropolisation de l’agglomération lilloise tend à fonctionner comme une rhétorique réformatrice d’invisibilisation des contrastes sociaux.

  • 1 De Certeau Michel, L’invention du quotidien, I, Paris, Gallimard, 1990, p. 141.
  • 2 Collectif Rosa Bonheur, « Centralité populaire : un concept pour comprendre pratiques et territoria (...)

6En effet, les résultats ne correspondent pas tout à fait avec la représentation dominante d’une « renaissance » lilloise. Derrière « l’image lisse et uniforme de la bifurcation tertiaire » (p. 43), se cache la réalité d’une agglomération duale, d’un espace urbain travaillé, dans sa morphologie spatiale comme dans les façons dont il est habité, par la persistance et le renouvellement de fortes inégalités sociales. C’est à ce phénomène en clair-obscur que le troisième chapitre est consacré. Incomplète et pourvoyeuse d’emplois instables et mal payés, la tertiarisation se montre incapable d’endiguer le chômage et la précarité des moins diplômés, frappés de plein fouet par la désindustrialisation. Au-delà, cette agglomération à deux vitesses s’inscrit dans les corps et dans l’espace : gagnants et perdants de la métropolisation développent des styles de vie différenciés et investissent des quartiers différents. Si la gentrification n’est pas aussi importante que dans d’autres agglomérations françaises, les classes moyennes montantes et les classes supérieures tendent cependant à se localiser dans des endroits bien précis, tels que les communes de Marcq-en-Barœul ou Bondues. Les classes populaires, notamment immigrées, se concentrent quant à elles dans des villes comme Roubaix ou dans des quartiers du centre-ville de Lille, comme ceux de Wazemmes ou de Fives. Faire face : tel semble être le credo des habitants de ces zones où sévit la pauvreté. Comme pour rappeler que « c’est “en bas” […], à partir des seuils où cesse la visibilité que vivent les pratiquants ordinaires de la ville »1, les auteurs nous emmènent dans ces quartiers où entraide et bricolages quotidiens s’imposent, en s’appuyant notamment sur les travaux du collectif Rosa Bonheur sur Roubaix2.

7Cette interrogation sur la ségrégation socio-spatiale subie par les classes populaires est reprise dans le chapitre IV au prisme de la question éducative. En s’intéressant au dessous des cartes scolaires, le collectif montre que le système éducatif local est à la fois le vecteur et le produit des inégalités qui traversent l’agglomération lilloise. Historiquement, le système d’enseignement local était marqué par la prégnance de l’enseignement privé. Cette spécificité n’a d’ailleurs pas disparu puisque près de la moitié des élèves lillois du secondaire sont aujourd’hui inscrits dans le privé. Mais l’espace éducatif local est aussi lézardé suivant des frontières sociales. Un chiffre est pour le moins évocateur : en 2013, dans un collège de Roubaix, seuls 47 % des élèves ont obtenu le brevet. Les stratégies de nombreuses familles de classes moyennes et supérieures pour obtenir des dérogations à la carte scolaire, fuyant ainsi les établissements de mauvaise réputation, ne peuvent que renforcer la polarisation sociale et territoriale locale. Cette segmentation se retrouve d’ailleurs dans la morphologie du public étudiant lillois. Si Lille est bien une « ville étudiante », les auteurs rappellent à juste titre que le profil social des étudiants présente une forte homologie avec les filières universitaires lilloises dans lesquelles ils s’engagent.

8Peut-on parler, pour l’agglomération lilloise, d’une identité politique socialiste ? C’est à cette question que répond le chapitre V, en l’abordant sous l’angle de la domination politique et de « l’usure du pouvoir au niveau local » (p. 84). Longtemps, Lille et ses alentours sont apparus comme un fief socialiste inébranlable, un territoire ouvrier où le Parti communiste français ne parvenait à percer. Ancrés dans une tradition guesdiste, les maires de villes comme Lille, Roubaix ou Lomme étaient les symboles d’un municipalisme ouvrier victorieux. Malgré l’entretien que Pierre Mauroy a fait de cet héritage, force est de constater que cette domination s’affaiblit aujourd’hui. Détricotage du maillage partisan et perte de capacité à mobiliser se conjuguent pour remettre en cause l’hégémonie socialiste. Symptômes d’un temps qui n’est plus, les municipalités de Roubaix et Tourcoing sont passées en 2014 aux mains de la droite. Autour de et à Lille, l’ère de la gestion politique a définitivement laissé derrière elle celle d’un socialisme municipal enivré par la recherche du progrès social.

9Comme en témoigne la désignation de « Capitale européenne de la culture » en 2004, les pouvoirs publics aspirent à donner à Lille une nouvelle envergure culturelle au service de la métropolisation. C’est à ce projet que le dernier chapitre de l’ouvrage est dédié. Agir par et pour la culture : dans l’agglomération lilloise, la culture est à la fois instrument et secteur d’action publique. Le projet « Lille 2004 » ou son prolongement, « Lille 3000 », montrent que les initiatives politiques en ce domaine sont pétries par la croyance dans le potentiel inclusif des manifestations culturelles. Ces dernières doivent être un outil pour favoriser l’avènement d’un « vivre ensemble » qui transcende les disparités sociales. En discutant le naufrage du mythe participatif, ou encore la gentrification qui avance masquée derrière « l’événement » culturel, les auteurs semblent reformuler la question autrement : la culture oui, mais de qui et pour qui ?

10En définitive, cet ouvrage est fort utile en ce qu’il montre que les grands mythes de la modernisation métropolitaine peinent à cacher l’hétérogénéité des espaces vécus dans une seule et même agglomération, réalité dont témoigne particulièrement bien le choix de la photo de couverture de l’ouvrage, où l’on voit se juxtaposer des buildings modernes, des immeubles de logements précaires et des habitations individuelles vieillissantes. Bien que singulière, Lille est avant tout exemplaire : grande agglomération la plus inégalitaire de France, elle incarne les risques d’un développement urbain peu soucieux du destin des classes populaires, sur lesquelles son essor s’est pourtant bâti il y a deux siècles à peine. Sans doute ce livre est-il une manière de leur (re)donner voix au chapitre.

Haut de page

Notes

1 De Certeau Michel, L’invention du quotidien, I, Paris, Gallimard, 1990, p. 141.

2 Collectif Rosa Bonheur, « Centralité populaire : un concept pour comprendre pratiques et territorialités des classes populaires d'une ville périphérique », SociologieS, 16 juin 2016, en ligne : http://sociologies.revues.org/5534.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Douniès, « Collectif Degeyter, Sociologie de Lille », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 06 juillet 2017, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/23253

Haut de page

Rédacteur

Thomas Douniès

Étudiant à l’Institut d’études politiques de Toulouse.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page