Navigation – Plan du site

Gilles Favarel-Garrigues, Laurent Gayer (dir.), « Justiciers hors-la-loi », Politix revue des sciences sociales du politique, n° 115, 2016

Roberson Edouard
Justiciers hors-la-loi
Gilles Favarel-Garrigues, Laurent Gayer (dir.), « Justiciers hors-la-loi », Politix, vol. 29, n° 115, 2016, 240 p., Bruxelles, De Boeck, ISBN : 9782807390393.
Haut de page

Texte intégral

1Ce numéro thématique de la revue Politix publié sous la direction de Gilles Favarel-Garrigues et Laurent Gayer jette un regard décapant sur le renouveau du vigilantisme, c’est-à-dire sur une gamme de plus en plus diversifiée d’initiatives citoyennes dont la vocation proclamée est de maintenir l’ordre ou d’exercer la justice. Il réunit six articles qui examinent, chacun à sa manière, la contribution du concept de vigilantisme à l’analyse de ce phénomène protéiforme. Selon Favarel-Garrigues et Gayer, même si aucune définition de cette notion ne fait l’unanimité : « [elle] recouvre [minimalement] un certain nombre de pratiques collectives coercitives, mises en œuvre par des acteurs non étatiques afin de faire respecter certaines normes (sociales ou juridiques) et/ou d’exercer la “justice” » (p. 17).

2Grâce à une pluralité de méthodes et de corpus, les auteurs ont examiné différents types d’opérations de police (renseignement, surveillance, point de contrôle, patrouille, fouille, traque, quadrillage, neutralisation) menées par ceux que la littérature anglophone appelle les vigilantes afin de mettre hors d’état de nuire les personnes qu’ils considèrent comme des menaces pour leur communauté. Forts d’une approche inductive, ils étudient par le bas, à partir de récits de vie, d’enquêtes ethnographiques ou d’observations directes, les mécanismes vernaculaires de contrôle social, ainsi que les pratiques officieuses de maintien de l’ordre et de justice populaire. Ce numéro thématique aborde les mutations contemporaines du vigilantisme à partir de deux tournants distincts : d’abord celui de sa féminisation, ensuite celui de sa technicisation et de son virage expert.

3Le poids de l’engagement individuel et de la participation des femmes dans les organisations locales de sécurité est encore peu exploré dans la littérature scientifique. Atreyee Sen a examiné à nouveaux frais les causes (protection, rétribution, sécurité économique et matérielle), les formes d’expression (quasi-tribunal populaire, rituel de vérification, bastonnade, lynchage) et les cibles (hommes aux comportements violents ou prédateurs, musulmans) du vigilantisme féminin en Inde. À partir d’une organisation de femmes marginalisées (l’Aghadi), associée à un mouvement d’extrême droite xénophobe, nationaliste, patriarcal et particulièrement violent (Séna), Atreyee Sen décrit comment le vigilantisme « offre aux femmes un espace pour façonner des discours et des pratiques d’émancipation » (p. 35). L’adhésion à une telle organisation féministe, non seulement confère aux femmes le sentiment d’être protégées mais elle leur donne également une autorité et « une chance de s’intégrer dans un nouveau réseau social et politique, au sein duquel elles peuvent trouver une solution à leurs insécurités [multiples] et à leurs expériences de l’aliénation » (p. 52). Ces femmes mettent en œuvre au fil des années, à l’échelle locale, une justice expéditive de proximité pour servir et protéger les intérêts des femmes, non sans violence. Ce vigilantisme féminin s’abrite pour ainsi dire derrière le prétexte d’une lutte nationaliste et religieuse pour formuler des revendications féministes, c’est-à-dire conquérir au prix de haute lutte des acquis économiques et sociaux pour les femmes.

4En Afrique du Sud également, les femmes investissent de plus en plus les organisations de sécurité. Dans le prolongement d’une longue histoire sécuritaire faisant écho à la forte prévalence de la violence urbaine depuis la période coloniale, les Watches de Manemberg, c’est-à-dire des initiatives privées de sécurité ancrées localement, s’investissent essentiellement dans la lutte contre le gangstérisme, la circulation et la consommation de la drogue, avec le soutien de la police. L’ONG Proudly Manemberg a développé son secteur sécurité avec presqu’exclusivement des femmes volontaires des Watches dédiées à une cause morale : la protection des enfants contre les dangers du quartier.

5En intégrant la dimension biographique à l’analyse du vigilantisme féminin, Laurent Fourchard constate que participer à une organisation locale de sécurité peut devenir un levier de mobilité sociale, en donnant accès à de maigres ressources matérielles et relationnelles. Ce type de volontariat, qui s’inscrit le plus souvent dans une économie politique locale marquée par la progression massive du chômage dans les quartiers, évolue parfois vers une professionnalisation des volontaires. Celle-ci repose sur l’acquisition d’une expertise et des réseaux d’interconnaissance locale mobilisables pour des tâches plus rémunératrices.

6La récente féminisation des groupes de vigilance – une conséquence probable de leur financement partiel – ne s’accompagne toutefois pas nécessairement d’une transformation de leur structure, de leurs valeurs et de leurs pratiques. Si la violence des actions de ces groupes est en recul – y compris les châtiments corporels pendant les patrouilles – cela semble moins dû à la participation des femmes qu’aux contrôles de police plus étroits dont ces groupes font l’objet. Ces organisations de sécurité semblent avoir, en revanche, une grande influence sur les identités et les trajectoires individuelles des femmes vigilantes des Watches. Porteuses d’une vision singulière de l’ordre et de la morale, celles-ci poursuivent moins une carrière militante qu’une carrière morale. Le franchissement des étapes de cette carrière morale (bénévolat, professionnalisation et désengagement) indique du reste de grandes vulnérabilités individuelles. 

7Au cours des dernières années, le vigilantisme a également pris un virage technique et expert. Au sud-ouest des États-Unis, les groupes de vigilance ont de plus en plus recours à une expertise technique sur les enjeux frontaliers (mobilité des migrants, contrebande, trafic de stupéfiant, surveillance des frontières, marché de la défense), pour se réinventer et rester légitimes. Cette expertise semble constituer un nouveau mode d’action qui complète le répertoire traditionnel du vigilantisme. Selon Damien Simonneau, ces vigilantes expérimentent des pratiques de surveillance de type « reconnaissance » et élaborent des technologies de veille afin de contrôler sur les crimes transfrontaliers. Au-delà de leur travail de veille, de reconnaissance et de documentation de ces transgressions, ces groupes de vigilance ont vocation à surveiller les surveillants. Leur investissement des technologies de contrôle leur permet de mettre en cause en position d’experts les déclarations du gouvernement, les activités de surveillance à la frontière et les politiques de sécurité des forces de l’ordre.

8Quoique leurs pratiques flirtent souvent avec l’illégalité, les vigilantes s’appuient sur différents registres pour légitimer leurs actions : celui du citoyen dévoué prêt à patrouiller sans compter, celui du combattant aguerri mieux préparé à la « guerre frontalière » que les professionnels du maintien de l’ordre, celui de l’entrepreneur compétent mais bon marché qui, par son engagement moral, se distingue des industriels de la sécurité. 

9Le vigilantisme numérique décrit par Benjamin Loveluck donne à voir un autre exemple de la contribution des dispositifs sociotechniques à des pratiques privées de maintien de l’ordre et d’exercice de la justice. Ce vigilantisme ne consiste pas seulement à alerter les autorités ou l’opinion publique à propos d’un méfait, il vise aussi à se faire justice soi-même « en engageant des formes actives de surveillance, de répression ou de dissuasion ciblées » (p. 127). Il n’est plus seulement associé aux mouvements d’auto-défense, dans le contexte d’un État naissant, là où les institutions sont embryonnaires. La présence d’un État fort, fixant les limites légales de pratiques de surveillance citoyenne, n’empêche pas son déploiement. Elle en détermine seulement l’espace des possibles.

10En dépit de ce renouveau, le vigilantisme continue de soulever un peu partout de grandes préoccupations. Comme le montre l’expérience des Autodefenses du Michoacan, un mouvement armé au Mexique analysé par Romain Le Cour Grandmaison, les bavures, l’amateurisme, les excès et les scandales sont autant de facteurs susceptibles de bouleverser les relations entre les vigilantes, leurs partenaires institutionnels et leur base sociale. Trop souvent, les tentatives des vigilantes de lutter contre la criminalité pour remettre en ordre les communautés deviennent elles-mêmes sources de désordres et de nouveaux brouillages. Au nom d’une forme de souveraineté populaire, le vigilantisme fonctionne la plupart du temps « comme une entreprise de préservation de l’ordre social, susceptible d’entrer en conflit avec les formes instituées de la justice ainsi que les autorités dépositaires de l’ordre public » (p. 130). Ce fonctionnement met davantage en évidence une tension entre un idéal de justice et les moyens (l’État, la loi) devant y conduire qu’une hiérarchie entre les normes ou la défiance de l’État en tant que tel.

11En réunissant des contributions aussi variées théoriquement et empiriquement, les coordinateurs de ce numéro ont cherché à concilier l’aspect indigène du concept de vigilantisme et sa vocation comparative. Ils ont réussi le pari de montrer la nécessité de décloisonner la recherche sur le vigilantisme et d’ouvrir l’analyse aux fluctuations, dans le temps et dans l’espace, de son répertoire d’action. Mais n’est-ce pas augmenter encore la difficulté à définir ce qui fait l’unité sociologique du vigilantisme comme phénomène ? En tout cas, ce numéro ne cherche pas à préciser le profil-type du vigilante qui peut être jeune ou âgé, habiter en ville, dans un village ou près d’une frontière, appartenir à l’élite locale ou non, vivre dans le même pays que sa victime ou non, agir seul ou en groupe, militer conjoncturellement ou poursuivre une carrière morale, faire respecter la loi ou être un hors-la-loi. Il vise plutôt à mettre en relief les apories qui lui sont inhérentes: la dialectique du secret et de la publicité qui marque ses affiliations et son fonctionnement; l’ambivalence entre la collaboration et la suspicion de l’autorité légale; le paradoxe de violer la loi pour la faire respecter… Pour finir, ce numéro a révèle que le sens du vigilantisme et l’attitude de la population à son égard évoluent « en fonction de la capacité du pouvoir d’État à nommer, qualifier et disqualifier des groupes ou des pratiques » (p. 59), selon la configuration « des partenariats public-privé dans le domaine du policing » (p. 13), et selon les « épreuves de force entre les professionnels et les amateurs du maintien de l’ordre » (p. 13).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Roberson Edouard, « Gilles Favarel-Garrigues, Laurent Gayer (dir.), « Justiciers hors-la-loi », Politix revue des sciences sociales du politique, n° 115, 2016 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 10 juillet 2017, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/23256

Haut de page

Rédacteur

Roberson Edouard

Professeur associé au département de sociologie de l’Université Laval.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page