Navigation – Plan du site

Claire Forel, Thomas Robert (dir.), Saussure. Une source d’inspiration intacte

Jacques Guilhaumou
Saussure
Claire Forel, Thomas Robert (dir.), Saussure. Une source d'inspiration intacte, Genève, Métis Presses, coll. « Voltiges », 2017, 320 p., ISBN : 9782940563159.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ferdinand de Saussure, Cours de linguistique générale, édité par Charles Bailly et Albert Sechehaye (...)

1Les principes et les notions-concepts linguistiques issus du Cours de linguistique générale1 (CLG) de Ferdinand de Saussure sont devenus usuels en sciences humaines et sociales, au risque de recourir à des définitions qui ne correspondent pas toujours à la diversité de leurs usages dans l’ensemble des écrits saussuriens, incluant donc ses nombreux manuscrits. Qui plus est, le CLG est un ouvrage « recréé » après la mort de Saussure sur la base d’une partie seulement de ses notes et de celles de ses élèves, ce qui ne donne pas une idée de la progression et de la complexité de sa pensée. Aussi Claire Forel et Curzio Chiesa, de l’Université de Genève, ont pris l’initiative de réunir de jeunes chercheurs, philosophes du langage et/ou spécialistes de Saussure, au sein d’un séminaire sur « Saussure 1913-2012 : une source d’inspiration intacte », en leur donnant comme but d’explorer les diverses facettes de la pensée saussurienne. Leurs interventions sont publiées dans le présent ouvrage. Il ressort de la confrontation du CLG à la totalité du corpus saussurien une présentation de la pensée saussurienne en mouvement, en particulier en ce qui concerne les concepts linguistiques les plus novateurs de Saussure. L’apport central de cet ouvrage relève donc de la confrontation entre la vision « classique » de Saussure et un corpus saussurien particulièrement diversifié.

  • 2 Georges Steiner, La culture contre l’homme, Paris, Éditons du Seuil, 1973, p. 82.

2Fabienne Reboul commence par résumer le parcours personnel de Saussure. Né en 1857 à Genève, Saussure a vécu par chance « durant le long été de la pensée », selon l’expression de Georges Steiner2. Remarqué, dès son enfance, pour ses dispositions intellectuelles, il s’intéresse très tôt aux sciences du langage, présentes dans la bibliothèque de son grand-père maternel. À l’université de Genève, Saussure pérégrine entre les disciplines au sein de la Faculté des Lettres, et se fait remarquer par ses interventions linguistiques. Il convenait alors qu’il parte à l’Université de Leipzig, « La Mecque de la linguistique » (p. 23). Mais il ne s’y sent pas reconnu à sa valeur. L’accueil à Paris, plus précisément à l’École pratique des hautes études (EPHE), est beaucoup plus chaleureux. Il y est nommé maître de conférences chargé du gothique et du vieux haut-allemand. Reparti à Genève pour des raisons familiales, il y obtient la chaire d’histoire et de comparaison des langues indo-européennes en 1891. Il hérite aussi en 1906 du cours de linguistique générale. Fabienne Reboul précise alors la diversité des enseignements de Saussure, et le souhait du linguiste de mettre ses cours par écrit pour publication. Mais il meurt prématurément en 1913.

3Dans la première partie, les auteurs présentent les travaux de Saussure sur les langues anciennes. Ils insistent tout particulièrement sur l’apparition en leur sein de nouveaux principes linguistiques développés dans la suite de l’ouvrage, à partir de la linguistique générale. Ainsi, son statut d’indianiste, étudié par Giuseppe D’Ottavi, avec en son centre l’étude du sanskrit, lui permet de travailler concrètement sur des matériaux linguistiques, à partir d’études de linguistique historique et comparée, ouvrant à une réflexion sur la philosophie de la linguistique. Mais Saussure s’intéresse aussi à des sujets de littérature et d’histoire. Il traduit ainsi Agamemnon d’Eschyle. Il en ressort des interrogations très actuelles sur la relation entre la littérature et le contexte social, mœurs inclus.

  • 3 Leipsick, Teubner, 1979.
  • 4 Voir les entrée « arbitraire » et « signe » (point 4 sur Saussure) dans le Dictionnaire de linguist (...)

4Cependant c’est son Mémoire sur le système primitif des voyelles dans les langues indo-européennes3 qui lui confère la célébrité de son vivant. Giuseppe D’Ottavi s’intéresse à la manière dont Saussure se différencie et se rapproche de la sémantique indianiste en considérant que l’on trouve, au fondement du caractère oppositif des entités linguistiques, la notion d’arbitraire radical. Rappelons que, selon la terminologie saussurienne usuelle, le lien entre le signifiant et le signifié constitutif du signe linguistique n’est pas arbitraire mais nécessaire ; ce qui est arbitraire, c’est la relation du signe linguistique, distinct du symbole, à un élément de la réalité4. Là se précisent deux points essentiels de la linguistique saussurienne : d’une part, le caractère des entités linguistiques est l’expression de la forme même de l’organisation des unités dans le système de la langue ; d’autre part, les constituants des mots sont étroitement et nécessairement liés à leur rôle grammatical.

5Luca Pesini se penche sur l’entreprise saussurienne de cartographie des dialectes romans. Un tel intérêt de Saussure pour les études romanes l’amène à considérer la pluralité des formes de la langue et donc à ce qui, au sein d’une telle diversité linguistique, relève de la ressemblance entre deux idiomes, de leur parenté donc.

  • 5 Les mots sous les mots. Les anagrammes de Ferdinand de Saussure, Paris, Gallimard, 1971. Rappelons (...)

6Pierre-Yves Testenoire montre l’intérêt de Saussure pour la poésie, ainsi en est-il de son approche des anagrammes, plus de 110 cahiers consacrés à l’hypothèse selon laquelle les anagrammes constituent un principe structurant de la poésie antique, notamment latine, abandonnée faute de pouvoir la prouver, mais reprise par Jean Starobinski5. Saussure s’intéresse aussi à la métrique homérique, au vers saturnien, à la versification française…, sans proposer une théorie de la place de la poésie au sein de la linguistique.

7La seconde partie de l’ouvrage concerne la linguistique générale, pour laquelle les sources manuscrites abondent. Soucieux de situer leur regard de linguistes au-delà de l’édition « reconstituée » du CLG, les chercheurs abordent trois aspects de la linguistique saussurienne. En premier lieu François Vincent, auteur d’une thèse sur Le premier cours de linguistique générale professé par Saussure. Transcriptions et commentaires, se penche sur la genèse du CLG en comparant, à partir des notes sur le premier cours de linguistique générale, le montage manuscrit des éditeurs et l’ensemble des notes autographes de Saussure et de ses étudiants. Il s’appuie sur des comparaisons ligne à ligne, et donc auteur à auteur, fournies par un outil numérique de mise en colonnes. Il apparaît ainsi que Riedingler, élève de Saussure, l’une des principales sources du CLG, n’a pas assisté au premier cours.

  • 6 Ferdinand de Saussure, Écrits de linguistique générale, Paris, Gallimard, 2002.
  • 7 « Il faut dire : primordialement il existe des points de vue ; sinon il est simplement impossible d (...)
  • 8 Ibid., p. 23.

8Anne-Gaëlle Toutain s’intéresse au manuscrit De l’essence double du langage, publié dans les Écrits de linguistique générale6. Une notion centrale de la réflexion linguistique attenante à ce texte concerne l’affirmation de la singularité de l’objet de la linguistique à partir du constat qu’aucun fait linguistique n’est donné hors d’un point de vue7. Il s’agit donc d’insister sur le fait que « toute la linguistique revient [...] matériellement à la discussion des points de vue légitimes »8. Anne-Gaëlle Toutain montre également que l’emploi très spécifique du concept de valeur linguistique par Saussure ne correspond pas toujours à son usage habituel – le sens d’une unité est relatif aux positions de cette unité à l’intérieur du système de la langue –, si l’on considère dans ses manuscrits sa définition de la langue comme fonctionnement. Elle précise ainsi que « dans cette définition de la langue comme fonctionnement dont son et sens, en tant que linguistiques, sont les effets, réside l’enjeu de la redéfinition saussurienne du signe comme entité double et comme valeur » (p. 160).

9La troisième partie de l’ouvrage montre en quoi Saussure s’intéresse aux confins de la linguistique, préoccupation qui nous introduit à des variations de la théorie saussurienne moins connues, pourtant susceptibles d’ajouter à la compréhension de la nouveauté de son œuvre. Quatre aspects sont abordés, sans préjuger de l’existence d’autres centres d’intérêt : la recherche anagrammatique (Davide Bruzzese), la sémiologie (Rosanna De Angelis), la question des origines du langage (Thomas Robert) et le lexique en question (Valentina Bisconti). Dans les textes étudiés, Saussure critique frontalement les questionnements sur l’origine du langage et le caractère endogène de la lexicographie. Quant aux anagrammes, déjà mentionnées, elles apparaissent comme des multiplicateurs de sens, ainsi des anagrammes homériques. L’abord saussurien de la ou des sémiologie(s), enfin, est propice à positionner la linguistique au sein des sciences humaines et sociales. Là aussi, il convient d’apporter un correctif au CLG en restituant la progression, d’un cours à l’autre, des usages de « sémiologique »/« sémiologie ». Dès le premier cours de linguistique générale, Saussure use de l’adjectivation « sémiologique » pour identifier ce qui répond à une théorie de la valeur. Le deuxième cours est plus précis. Face à la nécessité de constituer une science des signes plus large que la linguistique, Saussure renvoie d’abord de façon très générale à la diversité des « sciences sémiologiques » par la mention de la psychologie et de la sociologie, ce qui confère à la sémiologie un caractère général et comparatif. Cependant, il y est aussi question, de manière plus ciblée, de « la science sémiologique » apte à expliquer « la nature du signe ». Il en ressort les équivalences suivantes : en premier lieu, système sémiologique = système de signes = système d’unités = système de valeurs. Valeur s’entend ici par rapport à ce qui permet de différencier des unités, et par là même d’envisager les rapports entre les signes linguistiques composant les « systèmes sémiologiques » ; en second lieu, produit sémiologique = produit social et système sémiologique = système de signes = système d’unités, série d’équivalences qui situe, dans le troisième cours, la sémiologie du côté de la psychologie sociale, c’est-à-dire dans le champ des études des signes et de leur vie dans les sociétés humaines. Saussure envisage alors une « une sémiologie générale » expliquant ce qui se passe dans le système de la langue sur la base du principe central de l’arbitraire du signe au titre de la vie du langage. Le travail de Saussure permet donc de concevoir tout « système de signes » comme une « institution sociale », ce qui explique la centralité aujourd’hui de sa pensée linguistique quand il est question de la langue et du discours en histoire, sociologie et psychologie. L’ouvrage se termine par une bibliographie des très nombreuses publications sur Saussure – éditions de Saussure incluses – qui témoigne de l’ampleur des travaux et des débats, justifiant d’autant la présente mise au point claire, complète et concise.

Haut de page

Notes

1 Ferdinand de Saussure, Cours de linguistique générale, édité par Charles Bailly et Albert Sechehaye, avec la collaboration d’Albert Ridengler, Paris, Payot, 1969 [1916].

2 Georges Steiner, La culture contre l’homme, Paris, Éditons du Seuil, 1973, p. 82.

3 Leipsick, Teubner, 1979.

4 Voir les entrée « arbitraire » et « signe » (point 4 sur Saussure) dans le Dictionnaire de linguistique, sous la direction de Jean Dubois, Mathé Giacomo, Louis Guespin, Christiane Marcellesi, Jean-Baptiste Marecellesi, Jean-Pierre Mevel, Paris, Larousse, 1973.

5 Les mots sous les mots. Les anagrammes de Ferdinand de Saussure, Paris, Gallimard, 1971. Rappelons que l’anagramme est une interversion des lettres qui composent un mot, ou plus rarement un syntagme ou une phrase, de manière à faire un autre mot, ou un autre syntagme ou une autre phrase

6 Ferdinand de Saussure, Écrits de linguistique générale, Paris, Gallimard, 2002.

7 « Il faut dire : primordialement il existe des points de vue ; sinon il est simplement impossible de saisir un fait de langage », Ibid., 2b p. 19.

8 Ibid., p. 23.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Guilhaumou, « Claire Forel, Thomas Robert (dir.), Saussure. Une source d’inspiration intacte  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 10 juillet 2017, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/23259

Haut de page

Rédacteur

Jacques Guilhaumou

Directeur de recherche émérite en Sciences du langage au sein de l’UMR « Triangle », ENS-LSH Lyon. Historien du discours et des concepts, il fait également des recherches dans le champ de l’histoire des idées linguistiques.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page