Navigation – Plan du site

Stéphanie Cassilde, Adeline Gilson (dir.) Psychosiocal Health, Work and Language. International Perspectives Towards Their Categorization at Work

Giovanni Prete
Psychosocial Health, Work and Language
Stéphanie Cassilde, Adeline Gilson (dir.), Psychosocial Health, Work and Language. International Perspectives Towards Their Categorizations at Work, Springer, 2017, 200 p., ISBN : 9783319505435.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour un exemple français récent, voir par exemple : Lucile Malard, Jean-François Chastang, Isabelle (...)
  • 2 Pour une synthèse, voir notamment : Loïc Lerouge, Risques psychosociaux en droit social. Approche j (...)

1L’impact du travail sur la santé psychique des travailleurs est un enjeu qui fait, depuis une vingtaine d’années, l’objet d’une attention scientifique, politique et médiatique importante dans de nombreux pays. Cela se traduit par la multiplication des enquêtes visant à objectiver les effets des conditions de travail sur la santé mentale des travailleurs1 ou par l’élaboration de nouvelles règles de droit visant à protéger leur santé2. Cela se traduit également, et plus généralement, par le recours croissant à des termes et concepts évoquant cet enjeu (risques psychosociaux, stress, burn out, etc.) dans les relations sociales. L’ouvrage édité par Stéphanie Cassilde et Adeline Gilson réunit plusieurs contributions qui permettent d’explorer plus avant ce point. Comme elles le soulignent en introduction, les auteurs de l’ouvrage s’intéressent au langage utilisé pour parler des effets du travail sur la santé psychique. Dans cette perspective, il s’agit moins d’interroger les transformations objectives des conditions de travail que d’analyser l’élaboration des instruments (conceptuels et techniques) qui permettent de mesurer ces évolutions et leurs effets sur la manière dont les travailleurs perçoivent et catégorisent leurs conditions de travail.

2Pour cela, les coordinatrices ont réuni un ensemble d’auteurs de diverses nationalités. L’un des intérêts principaux de la lecture croisée de leurs contributions est qu’elle permet au lecteur français de prendre la mesure du caractère international de la dynamique d’attention aux effets psychiques des conditions de travail et l’invite à réfléchir aux causes et enjeux de cette dynamique. La contribution de Bong Kyoo Choi et Arturo Juarez-Garcia (chapitre 1), respectivement médecin de santé publique et psychologue, permet d’abord de souligner comment la diffusion de questionnaires standardisés, objectivant les effets du travail sur la santé psychique, a contribué à cette internationalisation, et ensuite de discuter certains problèmes méthodologiques que cette diffusion soulève. Les auteurs analysent en détail deux questionnaires (Job Content Questionnaire, JCQ ; Effort-Reward Imbalance Questionnaire, ERIQ), qui sont les principales références internationales pour l’évaluation du stress au travail. De manière très pédagogique, ils montrent en particulier les difficultés linguistiques qu’implique la diffusion de ces outils au-delà de leur contexte d’élaboration. Par exemple, ils rappellent que même si le processus de traduction de ces outils est réfléchi et standardisé (traduction suivie d’une traduction inverse), il n’empêche qu’ils contiennent des items dont la compréhension peut être variable selon le contexte culturel des répondants.

  • 3 Marc Loriol, La construction du social. Souffrance, travail et catégorisation des usagers dans l’ac (...)
  • 4 Pour une discussion introductive quant à la spécificité du Japon en matière de comportements suicid (...)

3Plus largement, à revers de l’idée d’une uniformisation internationale des modes de perception et de traitement de la question des effets du travail sur la santé mentale, plusieurs contributions montrent que les termes dans lesquels est perçue et discutée cette question varient fortement en fonction des contextes nationaux (chapitres 2, 3, 6, 8, 11). À cet égard, le chapitre 6 de Marc Loriol est particulièrement intéressant pour le lecteur français. S’appuyant sur des travaux qu’il mène depuis une vingtaine d’années3, il analyse le succès en France de trois catégories d’abord élaborées dans des contextes anglo-saxons (stress, burn out, harcèlement moral) et pointe les processus d’adaptation qui ont accompagné leur circulation. Il rappelle par exemple que la catégorie de « stress » n’a eu qu’un succès récent en France alors qu’elle est très mobilisée aux États-Unis dès les années 1970, et que ce succès est lié non seulement à l’engagement de promoteurs de la notion mais aussi à des évolutions plus profondes du contexte culturel et politique français (déclin des cadres de référence psychanalytiques et marxistes notamment). Le chapitre 10, de Yoko Yamada, est lui aussi très intéressant pour penser la diffusion des cadres d’analyse des liens entre travail et santé psychique. L’auteure décrit le processus par lequel le suicide s’est progressivement médicalisé au Japon et comment cette médicalisation a contribué à sa reconnaissance officielle comme risque indemnisable lié au travail. Son travail, plus largement, montre que l’attention aux effets psychiques de la santé au travail se développe même dans des contextes culturels nationaux où ces effets et leur expression sont particulièrement stigmatisants4. Il a également l’intérêt d’articuler l’attention aux évolutions institutionnelles globales (l’évolution du dispositif de reconnaissance des maladies professionnelles au Japon) et les effets de ces évolutions sur la subjectivité des personnes concernées : l’auteure montre par exemple comment la reconnaissance du suicide comme expression d’un problème médical lié au travail équipe les familles des personnes qui se sont donné la mort, et les aide à préserver leur image sociale.

4D’autres contributions analysent plus spécifiquement, à l’intérieur de contextes nationaux définis, les formes de mobilisation différenciées des catégories d’analyse des effets du travail sur la santé psychique en fonction des secteurs d’activité ou des contextes organisationnels de travail (chapitres 4, 7, 9,11). Dans cette perspective, certaines contributions explorent l’appropriation des catégories savantes par les travailleurs, et les effets de cette appropriation. C’est le cas par exemple de la contribution proposée par Stefanie Graefe portant sur l’appropriation du diagnostic de burn out par deux travailleuses allemandes (chapitre 7). Au travers une analyse clinique, la sociologue souligne après d’autres que loin d’affaiblir nécessairement les capacités critiques des travailleurs vis-à-vis de leurs conditions de travail en psychologisant et individualisant l’expérience subjective qu’ils en font, le diagnostic de burn out peut être un vecteur de leur prise de distance critique et conflictuelle vis-à-vis de choix managériaux. D’autres contributions décrivent inversement des contextes où les travailleurs ne mobilisent pas les catégories évoquant la souffrance psychique ou la santé mentale pour donner sens aux difficultés qu’ils rencontrent. Par exemple, Cathel Kornig et ses collègues analysent au chapitre 4 la manière dont les chauffeurs de bus, dans différentes compagnies de transport françaises, font face aux agressions verbales et physiques quotidiennes. Ils montrent que la culture virile qui caractérise ces compagnies et l’instabilité des termes qui sont utilisés pour débattre collectivement des agressions ne favorisent pas l’expression de ces dernières dans le registre du problème psychique.

  • 5 Pour un exemple d’analyse sociologique stimulante de la construction et de la circulation de catégo (...)

5Au final, la grande diversité des orientations théoriques et méthodologiques des contributions réunies dans cet ouvrage permet une mise en perspective heuristique, qui invite à dépasser toute lecture trop linéaire et uniforme de la montée en puissance de l’attention aux effets psychiques du travail au niveau international. L’envers de cette diversité est la difficulté que peut éprouver le lecteur, à faire le lien entre certains chapitres présentés et à identifier la logique qui a présidé à leur regroupement. A cet égard, la présence du chapitre 7 consacré à la promotion de la catégorie de « Gifted People » comme catégorie d’analyse du lien entre santé et travail apparait particulièrement étonnante dans un ouvrage qui revendique une orientation constructiviste5. Par ailleurs, on peut regretter que l’enjeu de traduction des différentes contributions – souvent écrites directement en anglais par des auteurs majoritairement non anglophones – n’ait pas été plus directement traité alors qu’il est intimement lié au thème du livre.

Haut de page

Notes

1 Pour un exemple français récent, voir par exemple : Lucile Malard, Jean-François Chastang, Isabelle Niedhammer, « Évolution des comportements et indicateurs de santé mentale entre 2006 et 2010 dans la population au travail en France », Revue d’épidémiologie et de santé publique, vol. 65, n° 4, 2017, p. 309-320.

2 Pour une synthèse, voir notamment : Loïc Lerouge, Risques psychosociaux en droit social. Approche juridique comparée France, Europe, Canada, Japon, Paris, Dalloz, 2014.

3 Marc Loriol, La construction du social. Souffrance, travail et catégorisation des usagers dans l’action publique, Presses universitaires de Rennes, coll. « Le sens social », 2012 ; compte rendu d’Anne Jacquelin pour Lectures : http://lectures.revues.org/8132.

4 Pour une discussion introductive quant à la spécificité du Japon en matière de comportements suicidaires, voir par exemple Christian Baudelot, Roger Establet, Suicide. L’envers de notre monde, Paris, Seuil, 2006 ; compte rendu de Christophe Nicoud pour Lectures : http://lectures.revues.org/302.

5 Pour un exemple d’analyse sociologique stimulante de la construction et de la circulation de catégories visant à distinguer des individus au titre de leurs compétences intellectuelles supérieures, on lira notamment : Wilfried Lignier, La petite noblesse de l’intelligence. Une sociologie des enfants surdoués, Paris, La Découverte, coll. « Laboratoire des sciences », 2012 ; compte rendu de Gérard Creux pour Lectures : http://lectures.revues.org/8647.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Giovanni Prete, « Stéphanie Cassilde, Adeline Gilson (dir.) Psychosiocal Health, Work and Language. International Perspectives Towards Their Categorization at Work », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 11 juillet 2017, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://lectures.revues.org/23264

Haut de page

Lieu

Argentine

Belgique

Canada

Tchétchénie

France

Allemagne

Pays-Bas

Japon

Russie (et URSS)

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page