Navigation – Plan du site

Philippe Bonfils, Philippe Dumas et Luc Massou (dir.), Numérique et éducation. Dispositifs, jeux, enjeux, hors jeux

Frédéric Aubrun
Numérique et éducation
Philippe Bonfils, Philippe Dumas, Luc Massou (dir.), Numérique et éducation. Dispositifs, jeux, enjeux, hors jeux, Nancy, PUN - Éditions universitaires de Lorraine, coll. « Questions de communication / Actes », 2016, 264 p., ISBN : 9782814302877.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif rassemble plusieurs contributions autour de l’usage des technologies numériques dans l’éducation à travers quatre thématiques : l’impact des dispositifs numériques sur les méthodes pédagogiques ; la prise en compte croissante mais contestée du jeu dans l’apprentissage ; les enjeux de l’évolution de la formation universitaire et professionnelle induits par ces dispositifs numériques ; la capacité des institutions à accompagner ces changements. Sous l’angle pluridisciplinaire des sciences de l’information et de la communication et des sciences de l’éducation, les auteurs s’attachent à rendre compte des frontières, parfois poreuses, entre la technicité des dispositifs éducatifs en ligne et leurs environnements institutionnels et culturels, entre le monde ludique et les institutions éducatives et entre les usages académiques et non académiques des outils numériques.

  • 1 Les colloques TiceMed suivent le développement de l’utilisation des technologies de l’information e (...)
  • 2 Les TICE désignent les technologies de l’information et de la communication pour l’enseignement. El (...)
  • 3 Massive Open Online Courses.

2Ces questionnements interviennent dans un contexte politique français nouveau qui nous invite à suivre son évolution. Le 9e colloque international TiceMed1 sur lequel se base cet ouvrage conviait justement des chercheurs en sciences de l’information et de la communication et en sciences de l’éducation à interroger les changements que les TICE2 impliquent dans la manière d’enseigner ou de former, au moment où les MOOC3 attirent l’intérêt des pouvoirs publics. La dimension ludique au sein de ces nouveaux dispositifs est également au cœur des réflexions des auteurs, avec de nombreuses études de cas dans l’enseignement secondaire et supérieur qui rendent la lecture d’autant plus éclairante.

3Cet ouvrage peut donc trouver un véritable écho auprès de tous les enseignants qui utilisent les outils numériques dans leur pratique quotidienne. C’est d’ailleurs une des principales conclusions qui ressort de l’ouvrage : les TICE ne prennent véritablement sens que dans la pratique pédagogique. En effet, c’est en identifiant les situations d’apprentissage propices à l’utilisation des TICE que des enseignants peuvent mener une véritable réflexion sur la façon d’utiliser le numérique dans leur pratique quotidienne. « Le numérique à lui seul ne saurait […] être un sésame pour une pédagogie efficace » (p. 11). Autrement dit, c’est l’intérêt pédagogique quoi doit être au centre du dispositif numérique et non l’inverse.

  • 4 Figari Gérard, Évaluer : quel référentiel ? Bruxelles, De Boeck, 1994, p. 24.

4Selon Gérard Figari, « le dispositif éducatif est “un construit d’action collective”, défini par Michel Crozier et Erhard Friedberg, faisant l’objet d’un projet d’apprentissage ou d’une opération d’évaluation […]. Le dispositif, souvent circonstanciel et éphémère, est un produit de notre temps : il est empreint de technicité, il cherche l’efficacité, il vérifie les résultats »4. C’est dans cette perspective de dispositif, renouvelé à l’heure du numérique, que des chercheurs en sciences de l’information et de la communication et en sciences de l’éducation s’interrogent aujourd’hui sur la finalité de la technologie dans le système éducatif, sur son utilité pour changer les pratiques pédagogiques, sur les modalités de son implémentation institutionnelle ou encore sur la complexité des postures et des rôles qui fondent le métier d’éducateur (p. 8). Laurent Petit se questionne ainsi sur les TIC et la « modernisation » du cours magistral en mettant en avant le changement de posture de l’enseignant. « Celui-ci ne délivre plus un contenu dont il a agencé à l’avance la progression, mais part des réponses apportées en petits groupes par les étudiants aux questions qu’il a posées pour expliquer certaines notions fondamentales. Le critère fondamental d’évaluation du cours n’est plus la “bonne prestation” de l’enseignant mais la progression des étudiants. Il y a là une rupture évidente avec le paradigme instructionniste » (p. 29). Ces nouvelles modalités d’apprentissage, dites « différenciées », replacent l’étudiant et l’activité au cœur de l’apprentissage par l’intermédiaire d’équipements spécifiques dans des laboratoires d’innovation pédagogique, impliquant les élèves dans une approche davantage pro-active.

5Les outils de collaboration en ligne sont également des moyens complémentaires dans cette nouvelle approche pédagogique qui facilitent le pilotage des enseignements à distance. Ils permettent en effet aux apprenants d’accéder à des supports de cours en ligne, et aux enseignants de créer, de proposer, de suivre et d’encadrer des parcours de formation.

  • 5 Le Moodle est une plateforme pédagogique interactive qui permet la diffusion de documents ainsi que (...)

6Le déplacement de certaines frontières entre acteurs de la formation impliqués dans des dispositifs numériques en présentiel et en distanciel se dessine progressivement dans l’ouvrage, avec le passage d’un paradigme instructionniste à celui de l’autoformation et de l’enseignement sur mesure pour Laurent Petit (p. 7). En analysant l’insertion de technologies numériques dans l’enseignement des langues au sein de divers contextes internationaux, Wen Jun Tang remarque aussi une profonde mutation du rôle de l’enseignant-éducateur qui manipule ces outils numériques, passant de tuteur à animateur virtuel puis à artiste créateur (p. 45). En étudiant deux types de dispositifs universitaires mis en place pour des étudiants en sciences humaines et sociales (via le Moodle5 et via un forum), Chantal Charnet montre comment des plateformes numériques peuvent modifier la pédagogie universitaire. En effet, entre un apprentissage inversé dans le cadre d’un cours magistral en présentiel pour des étudiants de licence et un apprentissage participatif par le biais de discussions lors d’un forum dans une formation dispensée à distance pour une promotion de master, l’auteure souligne que « la frontière n’est plus aussi marquée quand il y a usage de ressources numériques, même si la mobilisation des étudiants reste variable suivant le niveau de formation ou la discipline » (p. 141). Si les étudiants de master, à distance, ont pu s’approprier plus facilement la logique des parcours des plateformes numériques, les étudiants de licence, en présentiel, privilégient quant à eux une approche davantage utilitariste.

7Au final, cet ouvrage collectif permet d’ouvrir une discussion plus large sur l’avenir de la forme scolaire « à l’épreuve du numérique », pour reprendre le titre de Jean-François Cerisier (p. 195). Ce dernier s’interroge sur les objectifs et contraintes sur lesquels reposent les relations d’apprentissage ou de transmission des savoirs entre les apprenants et les enseignants dans un contexte numérique. « Si l’on répugne presque aujourd’hui à rappeler la place et le rôle que jouent au quotidien les technologies numériques dans la vie de chacun, tant il s’agit d’une évidence, il reste plus difficile de comprendre en quoi et par quels processus les usages intensifs et continus de ces technologies et leur disponibilité permanente mettent la forme scolaire que nous connaissons à l’épreuve » (p. 196).

  • 6 Vincent Guy, « Forme scolaire et modèle républicain : l’éducation de la démocratie », in Vincent Gu (...)
  • 7 Le colloque « Forme scolaire : prisonnière de son succès ? » organisé les 29 et 30 juin 2017 à l’Un (...)

8La notion de « forme scolaire »6 construite alors par le sociologue lyonnais Guy Vincent prend ici toute son ampleur en interrogeant la reconstruction des dispositifs pédagogiques dans un contexte d’usage soutenu des outils numériques. Ces questionnements autour de l’évolution de la forme scolaire se posent aujourd’hui aussi bien dans le milieu universitaire que politique, ouvrant la porte à de multiples discussions dans l’espace public7.

Haut de page

Notes

1 Les colloques TiceMed suivent le développement de l’utilisation des technologies de l’information et de la communication pour l’enseignement (TICE) et témoignent des usages dans les pays du Nord et du Sud.

2 Les TICE désignent les technologies de l’information et de la communication pour l’enseignement. Elles englobent les outils et produits numériques pouvant être utilisés dans le cadre de l’enseignement.

3 Massive Open Online Courses.

4 Figari Gérard, Évaluer : quel référentiel ? Bruxelles, De Boeck, 1994, p. 24.

5 Le Moodle est une plateforme pédagogique interactive qui permet la diffusion de documents ainsi que des interactions entre enseignants et étudiants, à l’aide d’une variété d’outils de communication, d’évaluation et de gestion.

6 Vincent Guy, « Forme scolaire et modèle républicain : l’éducation de la démocratie », in Vincent Guy (dir.), L’Éducation prisonnière de la forme scolaire ? Scolarisation et socialisation dans les sociétés industrielles, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1994, p. 207-227.

7 Le colloque « Forme scolaire : prisonnière de son succès ? » organisé les 29 et 30 juin 2017 à l’Université Lyon 2 par le laboratoire Éducation, cultures, politiques (EA 4571) invitait justement des chercheurs en sciences de l’éducation à réfléchir sur la façon de penser l’institution scolaire, ses acteurs, ses modes de fonctionnement et ses transformations, dans l’histoire et au temps présent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Aubrun, « Philippe Bonfils, Philippe Dumas et Luc Massou (dir.), Numérique et éducation. Dispositifs, jeux, enjeux, hors jeux », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 12 juillet 2017, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/23271

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page