Navigation – Plan du site

Audrey Célestine, Violaine Girard, Stéphanie Guyon (dir.), « L'État outre-mer », Politix, vol. 29, n° 116, 2016

Marine Haddad
L'État outre-mer
Audrey Célestine, Violaine Girard, Stéphanie Guyon (dir.), « L'État outre-mer », Politix, vol. 29, n° 116, 2016, 240 p., Liège, De Boeck supérieur, ISBN : 9782807390409.
Haut de page

Texte intégral

1Si les recherches sur les Outre-mer français se sont multipliées ces dernières années, elles se focalisent surtout sur le legs de l’esclavage et les migrations postcoloniales. Partant de ce constat, le dossier « L’État outre-mer » du numéro 116 de la revue Politix propose de déplacer le regard vers « l’État tel qu’il se déploie dans les Outre-mer français » (p. 3). Combinant approches ethnographiques et sociohistoriques, les travaux mobilisés explorent le statut de ces espaces, dont l’appellation même renvoie à une définition coloniale du territoire. Alors que la nature coloniale des rapports contemporains entre la France métropolitaine et ses anciennes colonies est souvent évoquée mais rarement décrite, ce dossier revient sur les continuités et ruptures de ce mode de gouvernance. Il parvient à maintenir l’analyse à une échelle mésosociale en superposant trois niveaux d’étude : celui des dispositifs institutionnels, celui des parcours d’acteurs politiques et celui des usages locaux.

2Stéphanie Guyon introduit le dossier en revenant sur les transformations gouvernementales des Outre-mer, sur la pluralité des statuts juridiques et des politiques qui s’y sont développés, ainsi que sur les enjeux de leur appropriation par les agents et les usagers. Le moment clef et politique de la départementalisation, inégalement réalisée, révèle la tension entre autonomie et assimilation à l’œuvre dans les Outre-mer. Au cœur de la gestion publique de ces espaces, l’adaptation à une « spécificité » ultramarine est souvent laissée aux agents locaux. Elle peut donner lieu à des pratiques coloniales ou racistes mais aussi atténuer des rapports sociaux inégalitaires. Le reste du dossier permet alors de comprendre ces ambivalences, mettant en perspective différents niveaux d’analyse, moments historiques et régions d’Outre-mer.

3Edenz Maurice analyse la reconfiguration politique en Guyane, d’un enthousiasme partagé face à la départementalisation en 1946 à une bipolarisation opposant une gauche locale autonomiste à une droite départementaliste dans les années 1960. Suivant les parcours des préfets de Guyane et leurs relations aux figures politiques locales, comme Justin Catayée, il contextualise le pouvoir répressif croissant qui leur est alloué. La rupture induite par le départ du préfet Robert Vignon et la forte croissance de l’éducation nationale, vivier d’élus locaux, construisent un face à face qui recoupe progressivement celui opposant les créoles aux métropolitains. Si l’ordonnance du 15 octobre 1960 permet au préfet de rappeler d’office en métropole les fonctionnaires dont « le comportement serait de nature à troubler l’ordre public » (p. 71), sa valeur est surtout symbolique (peu d’enseignants ont été concernés, en l’occurrence aucun Créole guyanais). Ces dispositifs juridiques, en apparence démesurés, se révèlent limités ; ils favorisent finalement la mobilisation des Créoles guyanais autonomistes, en éloignant la rivalité politique des enseignants métropolitains communistes.

4Willy Beauvallet, Audrey Célestine et Aurélie Roger étudient également la structuration d’un champ politique. Ils retracent la construction historique de la spécificité ultramarine à travers les transformations du ministère de l’Outremer, étapes d’autonomisation d’un espace social élitaire. Ce ministère représente en effet un espace de sociabilité renforcé au fil du temps, dont l’institutionnalisation aboutit en 2014 à la création du Conseil représentatif des Français d’outre-mer (CREFOM). L’article met en valeur le rôle des grands élus, comme Victorin Lurel, devenu un interlocuteur privilégié de l’action publique par le cumul de positions locales et nationales. Ces « entrepreneurs politiques et sociaux » (p. 152) compensent la position dominée du ministère dans l’espace bureaucratique par leurs compétences de leadership et leur capacité à naviguer entre sphères politique, bureaucratique et économique. Cette structure des pouvoirs favorise alors l’organisation élitaire de la représentation des intérêts ultramarins.

5Marie Salaün souligne le contraste entre le projet assimilationniste de l’institution scolaire et sa mise en œuvre différentialiste, à travers le cas de la transposition de l’obligation scolaire promulguée par les lois Ferry à la Polynésie française. Les résistances au projet scolaire républicain et la variété des régimes de scolarisation en Polynésie française ne sont pas sans parenté avec les configurations observées en métropole à la même période. En revanche, leur traitement public souligne une tradition coloniale. Les administrateurs associent la déscolarisation et le décrochage scolaire à un déterminisme géographique et à un atavisme polynésiens. Ces représentations sont alimentées par les stéréotypes d’absence d’autorité et de sexualité libre dans les familles polynésiennes. Partagée entre le respect de la citoyenneté française des Tahitiens et la tentation de les traiter comme des indigènes, l’administration aboutit à une solution policière. Le refus de l’école devient alors « une expression parmi d’autres d’une résistance indigène au nouvel ordre imposé » (p. 52).

6Sylvain Pattieu revient lui aussi sur l’ambiguïté du traitement public spécifique de citoyens français. Il s’appuie sur le cas de la migration ultramarine, telle qu’elle a été organisée par le Bureau pour la migration des départements d’outre-mer (Bumidom), durant les années 1960 et 1970. À partir des archives de cet organisme public, il souligne la sélection des migrants et les catégorisations associées à leur placement en emploi ou en formation. Sur les marchés du travail et du logement, ces migrants ont fait face aux préjugés racistes et au différentialisme culturel des agents publics comme privés. Cependant, ils ont également su instrumentaliser l’action du Bumidom, jouant sur la solidarité des réseaux de migrants pour résister à la volonté de décentralisation de l’organisme et donnant de nouvelles significations à l’aide financière fournie.

7Une telle réappropriation des dispositifs publics s’observe également chez les demandeuses de logement social à Saint-Laurent du Maroni. Clémence Léobal restitue les analyses d’un travail de terrain mené auprès de femmes bushinenguées effectuant des démarches pour obtenir un logement social en Guyane. Ces femmes font face à de nombreux obstacles liés à leur éloignement de l’emploi formel, à leur nationalité surinamaise et aux jeux de domination – de classe, de race ou de nationalité – à l’œuvre dans la rencontre administrative. L’article souligne l’investissement des Bushinenguées pour se plier aux exigences bureaucratiques (se déplacer à pied fréquemment et sur de grandes distances, fournir les documents administratifs requis au moment approprié, adopter une attitude humble), en échange duquel elles perçoivent les droits sociaux comme « donnés » par l’État. Ces femmes écartent le stigmate de l’aumône et les stéréotypes de passivité en valorisant les difficultés rencontrées et leur périple physique. Même si la mobilisation collective est inenvisageable, les « marcheuses » se conforment stratégiquement, sans y adhérer, aux logiques de l’administration dont elles dépendent.

8Myriam Hachimi Alaoui analyse le cas de la départementalisation de Mayotte en 2014, dans lequel l’appropriation du dispositif public par les usagers peine à s’effectuer. Elle revient sur les processus historiques à l’origine de « la volonté d’être français » (p. 117) des Mahorais, ainsi que sur le caractère à la fois tardif et précipité de l’acquisition du statut de DOM. Les rapports de domination entre les différentes îles de l’archipel des Comores ont été exacerbés par les reconfigurations politico-administratives opérées par la France depuis 1946. Le choix du maintien de Mayotte dans la République française en 1976, à contre-courant des autres îles comoriennes, s’est alors présenté comme un moyen d’échapper à ces rivalités, notamment à l’hégémonie de la Grande Comore. La cohabitation des lois musulmanes (droit local coutumier) et des lois françaises (droit commun) est ensuite apparue comme un frein à la départementalisation. L’accélération du processus à partir des années 2000 a donné lieu à une refonte de l’état civil dans de brefs délais mais ces réformes n’ont pas été accompagnées des moyens nécessaires à leur bonne application. En conséquence, les Mahorais rencontrent d’importantes difficultés pour s’approprier ces nouveaux statuts et révèlent un « rapport inquiet à la nationalité ».

9Ainsi, ce dossier met en regard des moments clefs de la mobilisation publique d’une spécificité ultramarine, dans un contexte d’intégration progressive des Outre-mer à une loi universaliste française. Il parvient à maintenir un dialogue serré entre construction législative, organisation d’acteurs politiques et actualisation des dispositifs par les agents et usagers ultramarins. Ce traitement de la question des Outre-mer et des rapports coloniaux par les manifestations concrètes de l’État dans ces espaces est riche d’enseignements. De telles méthodes et approches mériteraient d’être réimportées dans des champs connexes, comme celui des migrations postcoloniales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marine Haddad, « Audrey Célestine, Violaine Girard, Stéphanie Guyon (dir.), « L'État outre-mer », Politix, vol. 29, n° 116, 2016 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 12 juillet 2017, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://lectures.revues.org/23272

Haut de page

Rédacteur

Marine Haddad

Doctorante en sociologie à l’Observatoire sociologique du changement de Sciences Po et au Laboratoire de sociologie quantitative du CREST.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page