Navigation – Plan du site

Olivier Estèves et Romain Garbaye, Le multiculturalisme britannique au 21e siècle. Enjeux, débats et politiques

Joanne Walker
Le multiculturalisme britannique au 21e siècle
Olivier Esteves, Romain Garbaye, Le multiculturalisme britannique au 21e siècle. Enjeux, débats, politiques, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2017, 96 p., ISBN : 978-2-87854-700-9.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Taylor Charles, Multiculturalism, Princeton (N.J.), Princeton University Press, 1994.

1Le « multiculturalisme britannique » sert aussi souvent de mot repoussoir que d’objet de fascination pour les acteurs de la vie publique française. Toutefois, dans cet ouvrage, Olivier Estèves et Romain Garbaye proposent de s’éloigner des oppositions manichéistes entre modèles « français » et « britannique ». Ils préfèrent insister sur la complexité, les tensions et les contradictions du cas britannique et l’hétérogénéité de la culture politique au Royaume-Uni. Ce livre a donc pour but de « contextualiser, synthétiser et clarifier des enjeux trop souvent résumés par une vision sommaire de ce que l’on appelle parfois rapidement le “modèle britannique” » (p. 83). Mais de quel multiculturalisme parlent-ils ? Les auteurs soulignent la polysémie de ce terme, qui peut se comprendre à travers trois échelles d’analyse. D’abord, le multiculturalisme ou la « multiculturalité » (p. 10) renvoie au constat de la diversité culturelle, assurément réelle dans un Royaume-Uni construit de quatre nations, et depuis longtemps terre d’immigration pour des populations aux origines toujours plus diverses. Deuxièmement, le multiculturalisme correspond à une « philosophie de reconnaissance des identités ethnoculturelles » (p. 11), comme l’a développé Charles Taylor1, entre autres. Enfin, le multiculturalisme décrit des politiques publiques de « gestion de la diversité » (p. 11) et de construction de relations entre les États et les Églises, fondées sur la reconnaissance et la prise en compte explicite des différences religieuses, ethniques ou culturelles.

  • 2 Royaume-Uni, Home Office, Community Cohesion: a report of the Independent Review Team, présenté par (...)
  • 3 Joppke Christian, « The retreat of multiculturalism in the liberal state: theory and policy », Brit (...)

2Au Royaume-Uni, l’approche multiculturaliste en matière de politiques publiques est devenue, depuis le début des années 2000, l’objet de polémiques récurrentes et, pour des gouvernements successifs, est synonyme de communautés ségrégées vivant « une série de vies parallèles »2. Ainsi, la tendance des années 1980-1990 à multiplier les mesures fondées sur la reconnaissance des identités ethnoculturelles, s’est infléchie à la fin des années 1990 vers une approche par les « problèmes sociaux », à l’instar d’autres pays multiculturalistes (Pays-Bas, Australie). Si plusieurs auteurs ont fait l’hypothèse d’un « repli » du multiculturalisme dans les états libéraux3, Olivier Estèves et Romain Garbaye soutiennent qu’il est trop tôt pour sonner le glas de cette approche politique au Royaume-Uni. En effet, à la thèse trop définitive de la « fin » du multiculturalisme, ils opposent une analyse plus nuancée des mutations et des transformations des politiques publiques, et montrent l’ancrage des logiques multiculturalistes dans le paysage politique britannique.

3Les premiers chapitres du livre tracent la montée en puissance du multiculturalisme politique puis sa remise en question, tout en montrant que la multiculturalité de la population britannique ne cesse de se diversifier. Le premier chapitre expose en quelques pages une histoire de l’immigration au Royaume-Uni entre 1945 et 1980. Les principaux enjeux de cette période charnière pour l’amorce d’une politique multiculturelle officielle y sont présentés : profil social des migrants et particulièrement des citoyens du New Commonwealth  ; montée en flèche du racisme et constitution d’associations « ethniques » militant pour les droits des « minorités » ; construction simultanée d’une politique de limitation de l’immigration et d’une politique d’intégration multiculturelle voulant éviter d’« aplanir les différences » et donnant lieu, après 1975, à des approches axées sur l’antiracisme mobilisant l’appareil juridique et statistique ainsi que l’action positive pour lutter contre les discriminations. À partir des années 1990, apparaissent les « premières fissures » dans la légitimité dont bénéficie jusqu’alors l’approche multiculturaliste : alors qu’elle est depuis longtemps décriée par une frange du parti conservateur, elle fait dorénavant l’objet de lourdes critiques de la part de commentateurs de gauche. Après la victoire du parti travailliste à l’élection de 1997, les gouvernements dirigés par Tony Blair et ensuite par Gordon Brown multiplient les discours et politiques promouvant la cohésion et le partage de valeurs communes et insistant sur l’importance du sentiment d’appartenance et de « britannicité » ou Britishness.

  • 4 Vertotec Steve, « Super-diversity and its implications », Ethnic and Racial Studies, vol. 30, n° 6, (...)
  • 5 Par exemple, Vertotec, op. cit. ; Sayad Abdelmalek, La double absence : des illusions de l’émigré a (...)
  • 6 Stephen Lawrence, un jeune lycéen britannique noir, a été poignardé à mort par deux jeunes hommes b (...)

4Ayant mis en avant les tensions et les articulations entre un multiculturalisme « en débat » (p. 85) et un assimilationnisme renouvelé, les auteurs abordent les transformations des vingt dernières années, en soulignant un paradoxe apparent : le gouvernement travailliste critique le multiculturalisme dans un contexte de diversification des flux migratoires qui composent des villes « super-diverses »4 mais, dans le même temps, il choisit d’ouvrir encore plus l’économie britannique aux marchés globaux, en faisant appel à certaines catégories de migrant pour atteindre ses objectifs économiques. Les travaux et concepts de Steve Vertotec, d’Abdelmalek Sayad, ou de Jane Wills5 sont mobilisés pour esquisser l’image d’une économie dérégulée et d’un marché du travail racialisé, où une partie de la population immigrée forment une « armée de réserve de travailleurs » du secteur tertiaire (p. 45). L’invisibilisation sociale de ces derniers, qui travaillent souvent de nuit ou par roulement, est pointée comme cause d’une ségrégation imposée (ces immigrés ne font pas le choix de vivre des « vies parallèles », p. 47), dans un contexte où la dérégulation de l’économie et la diversité des migrants font obstacle à des mobilisations immigrées. De nouveaux racismes apparaissent en parallèle des transformations économiques et sociales de la société britannique depuis 2000. Lors des années 1990, des réformes successives de la police ont été entamées pour agir contre le racisme institutionnel dénoncé suite à l’affaire Stephen Lawrence6. Mais les circonstances de la mort en 2011 de Mark Duggan, un homme métis, sous les balles de la police londonienne, facteur déclencheur de quatre nuits d’émeutes, mettent en lumière un « malaise racial » (p. 52) toujours présent dans la société britannique. Pourtant, les discours politiques après les émeutes se sont focalisés sur le caractère des jeunes impliqués dans les émeutes, plutôt que sur les actions de la police. . Dans le même temps, des clivages s’élargissent entre groupes racialisés et socialement stigmatisés par les discours dominants. Une partie de la classe ouvrière blanche est représentée dans les journaux et les discours publics comme les « laissés pour compte » (p. 55) de politiques multiculturelles, en même temps qu’elle se retrouve sujette à des discours méprisants pointant sa précarité et les résultats scolaires médiocres de ses enfants. Mais ces discours stigmatisants touchent l’ensemble des classes ouvrières : les divisions ainsi créées font obstacle à la constitution de groupes unis capables de revendiquer des réformes économiques et la redistribution plus égalitaire des biens. Enfin, après 2000, la montée en puissance et les avatars des partis politiques de la « droite radicale » (p. 55) comme le British National Party (ou parti national britannique) et l’United Kingdom Independence Party (ou le parti pour l’indépendance du Royaume-Uni mettent en avant la xénophobie et le racisme présents dans le paysage politique britannique et démentent les discours décrivant la culture politique du Royaume-Uni comme plus modérée que celle de ses voisins dans l’Europe de l’Ouest.

5Dans un contexte de rejet du multiculturalisme politique, comment des logiques multiculturelles en matière de politiques publiques se donnent-elles néanmoins à voir ? Dans le chapitre 5, les auteurs montrent que le multiculturalisme contemporain se construit dans un contexte marqué par la sécuritisation des politiques d’immigration et le renforcement de l’appareil juridique et politique de lutte contre le terrorisme suite aux attentats du 11 septembre 2001 et ensuite de Londres en 2005 ; ainsi que par un néolibéralisme en progression. Le cas du programme Prevent est emblématique de nouvelles approches à l’anti-extrémisme qui s’appuient néanmoins sur des pratiques héritées de « l’âge d’or » (p. 71) du multiculturalisme, telles que le ciblage identitaire, la mobilisation des ressources de l’animation socioculturelle et la construction des partenariats avec des associations « minoritaires ». Mais, à la différence des années 1980 et 1990, ces pratiques sont ici mobilisées pour atteindre des objectifs sécuritaires et cette opération a été lourdement critiquée pour avoir stigmatisé la population musulmane. De plus, les transformations de la question multiculturelle dans le contexte de l’éducation se donnent à voir à travers les usages du confessionnalisme du système d’enseignement au Royaume-Uni. Dans un contexte concurrentiel dont une pierre angulaire est le choix parental, intégrer des écoles confessionnelles devient une stratégie pour préserver un entre soi social et éviter les écoles publiques en souffrance (p. 79).

6Limpide et accessible, ce court ouvrage propose ainsi une synthèse saisissante des enjeux du multiculturalisme outre-Manche qui sera utile aux étudiants et à tous ceux qui souhaitent mieux comprendre la complexité des logiques et pratiques sous-tendant les politiques de « gestion de la diversité » au Royaume-Uni. On peut peut-être regretter que le livre ne tire pas plus explicitement l’attention du lecteur vers la singularité des mots employés dans le débat britannique : minorité, groupe ethnique, race relations ; autant de termes peu mobilisés par les hommes et femmes politiques en France. Dans l’ensemble, les auteurs abordent peu la comparaison avec la France, préférant présenter les enjeux du multiculturalisme dans son contexte britannique et mettre en garde contre des parallèles trop rapidement tirés avec le cas français. En revanche, ils concluent que les effets du Brexit sur le multiculturalisme et sur la multiculturalité britannique seront de taille, invitant ainsi les observateurs du Royaume-Uni à s’intéresser aux évolutions futures de ces phénomènes.

Haut de page

Notes

1 Taylor Charles, Multiculturalism, Princeton (N.J.), Princeton University Press, 1994.

2 Royaume-Uni, Home Office, Community Cohesion: a report of the Independent Review Team, présenté par Ted Cantle, 2001, p. 9, disponible en ligne : https://www.researchgate.net/publication/239466847_Community_Cohesion_a_Report_of_the_Independent_Review_Team.

3 Joppke Christian, « The retreat of multiculturalism in the liberal state: theory and policy », British Journal of Sociology, vol. 55, n° 2, 2004, p. 237-257.

4 Vertotec Steve, « Super-diversity and its implications », Ethnic and Racial Studies, vol. 30, n° 6, 2007, p. 1024-1054.

5 Par exemple, Vertotec, op. cit. ; Sayad Abdelmalek, La double absence : des illusions de l’émigré aux souffrances de l’immigré, Paris, Seuil, 1999 ; Wills Jane et al, Global Cities at Work, New Migrants Divisions of Labour, Londres, Pluto Press, 2009.

6 Stephen Lawrence, un jeune lycéen britannique noir, a été poignardé à mort par deux jeunes hommes blancs à un arrêt de bus en avril 1993, dans une attaque non provoquée aux motivations racistes. Les auteurs du crime ont été condamnés en 2012. L’enquête policière qui a suivi l’attaque a été dénoncée par la famille de la victime et par la presse pour ses manquements et irrégularités, conduisant le ministre de l’Intérieur, Jack Straw, à lancer une grande enquête sur le travail de la police londonienne menée par William Macpherson. Le rapport Macpherson, publié en 1999, a préconisé un ensemble des mesures destinées à faire évoluer les pratiques policières.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joanne Walker, « Olivier Estèves et Romain Garbaye, Le multiculturalisme britannique au 21e siècle. Enjeux, débats et politiques », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 13 juillet 2017, consulté le 20 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/23277

Haut de page

Rédacteur

Joanne Walker

Docteure en sociologie, Université de Nantes.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page