Skip to navigation – Site map

Diane Dufour (dir.), Images à charge. La construction de la preuve par l’image

François Cardi
Images à charge
Diane Dufour (dir.), Images à charge. La construction de la preuve par l'image, Paris, Xavier Barral, Association Le Bal, 2015, 240 p., ISBN : 978-2-36511-065-5.
Top of page

Full text

  • 1 L’ensemble est accompagné de dizaines de photographies noir et blanc, très bien imprimées et placée (...)

1Comme l’indique Diane Dufour dans sa présentation, « cet ouvrage est consacré à l’image produite en tant que preuve par des experts, chercheurs et historiens dans des cas de crimes, de violences individuelles ou collectives » (p. 5). Il se donne pour but de clarifier à quelles conditions la photographie peut servir de preuve pour décrire et analyser des événements a fortiori passés1. Il en va donc du pouvoir de vérité de la photographie : c’est en cela que l’ouvrage intéresse l’utilisation de la photographie dans les sciences humaines, en sociologie particulièrement.

2Ce pouvoir de vérité se joue dans la construction d’un dispositif visuel capable de montrer ce qu’a priori on ne peut pas voir, d’ordonner le chaos de la scène (de l’événement), et de permettre une interprétation d’un ensemble de signes univoques et attachés à un seul objet. C’est, en d’autres termes, faire en sorte que la photographie soit constituée en outil de connaissance. Mais, ajoute Diane Dufour, « la construction de la preuve par l’image est aussi affaire d’intime conviction et de sensibilité politique de la part de l’expert, du chercheur ou de l’historien ». C’est pourquoi « se rapprocher de la vérité est un exercice complexe [et] périlleux ».

3L’ouvrage présente onze études concrètes sur la construction de photographies porteuses de preuves. La première, « La photographie métrique des scènes de crime », permet à Luce Lebart de montrer un ensemble très intéressant de photographies réalisées dans les années 1880 sous la direction d’Alphonse Bertillon. Ce dernier exprime ainsi sa méthode : « produire […] des photographies pouvant être utilisées comme de véritables plans géométriques en coupe, élévation et projection horizontale et pouvant donner, par conséquent, au moyen de règles et construction simple, les formes et les dimensions exactes des objets représentés ». Les photographies d’époque, très bien imprimées, montrent la précision et la complexité de cette méthode, à la fois visuelle et quantitative, et devant assurer l’objectivation de l’événement.

4La deuxième contribution de Luce Lebart, « Traces, taches, empreintes…découvrir des détails à l’œil nu », indique comment Rodolphe A. Reiss, photographe et chimiste du début du 20e siècle, est devenu criminaliste et fondateur de l’Institut de police scientifique de l’Université de Lausanne. Reiss a mis en œuvre une méthode d’observation et d’enregistrement photographique particulière : commencer par une vue générale de la scène, puis s’approcher du cadavre et le photographier d’une façon frontale et centrée avec une chambre grand format, et au plus petit diaphragme, afin d’éviter le flou et d’enregistrer tous les détails, fussent-ils minuscules, comme indices et preuves. Les photographies reproduites sont doublement troublantes pour un lecteur du 21e siècle : ce sont des documents d’enquête portant les traces d’un drame, mais aussi des œuvres à fortes qualités plastiques, que ne désavoueraient pas, sans doute, Walker Evans, Lee Friedlander ou Patrick Tosani, photographes dont l’œuvre n’a aucun lien avec les pratiques policières…

5La même Luce Lebart, dans une contribution intitulée « L’homme du suaire. La “première photographie de crime” », s’interroge ensuite sur la réalité du Saint-Suaire de Turin en tant que relique ayant accueilli le corps du Christ à la descente de croix, et montre que les analyses chimiques les plus incontestables prouvent que le linge date du 12e ou du 13e siècle. L’Église, pour autant, n’en abandonne pas la signification ni le culte en tant qu’image, objet de respect et de vénération.

6C’est l’usage militaire de la photographie aérienne qu’étudie Anthony Petiteau dans sa contribution, « La preuve vue du ciel. Avant et après un bombardement ». Il montre que l’œil humain a besoin de la loupe et d’appareils de projection pour examiner et recueillir tous les indices permettant de juger, par comparaison, de l’avant et de l’après bombardement d’une position. Pendant la guerre de 1914-1918, Joffre avait créé des sections spécialisées de reconnaissance photographique aérienne, pour observer l’état des lignes adverses, pour régler les tirs d’artillerie et juger de leurs effets sur les positions ennemies, avant le lancement d’une offensive de l’infanterie. L’auteur souligne les fins de propagande poursuivies par ces réalisations à destination des populations civiles.

7Deux contributions concernent le portrait, pour l’une celui de centaines de condamnés de la grande terreur stalinienne, pour l’autre celui du médecin nazi Mengele. La contribution de Tomasz Kizny, « La grande terreur en URSS. Portrait des condamnés d’un crime d’État », regarde une vingtaine de portraits parmi ceux de quelque 750 000 personnes arrêtées pendant la période stalinienne sur la base de dénonciation, jugées coupables et exécutées dans les jours qui suivent. Ces portraits, systématiquement réalisés de face et de profil par le NKVD, portent aujourd’hui témoignage de la réalité d’un crime d’État, avec une précision dont leurs auteurs n’avaient sans doute pas mesuré la portée. La contribution de Christian Delage, « Le procès de Nuremberg. Confronter les nazis aux images de leurs crimes », s’emploie à restituer les étapes et les détails de la confrontation méthodique des résultats de l’osthéographie (os, dents, coups, enfoncements) du crâne de Mengele avec les photographies disponibles. Mises à une échelle commune, ces données se recouvrent très exactement et dans le détail : la photographie, sous deux formes techniques différentes, se révèle comme une preuve historique irréfutable.

8Eric Stover s’intéresse au travail de relevé cartographique et photographique (« La destruction de Koreme, Kurdistan iranien. Cartographier les fosses communes ») réalisé pour identifier les victimes d’un crime de guerre et crime contre l’humanité perpétrés à la fin de la guerre entre l’Iran et l’Irak. La contribution d’Eyal Weizman, « Le livre de la destruction, par le gouvernement palestinien, des bâtiments détruits suite aux attaques israéliennes », fait état des frappes contre Gaza entre décembre 2008 et janvier 2009, qui provoquèrent la destruction de 15 000 bâtiments (causant la mort de 1 400 personnes et le déplacement de 50 000 autres). Les photographies permettent de comptabiliser et d’identifier les maisons détruites et de constater le contrôle exercé sur la reconstruction hors « plan de développement » israélien, afin de mieux annihiler toute revendication du statut de réfugié par les personnes restées dans leurs habitations victimes de la guerre.

9La seconde contribution d’Eyal Weizman, « Attaque de drones à Miransha. Décrypter un témoignage vidéo », conduit une réflexion sur ce que l’auteur appelle la frontière médiatique qui renforce l’isolement organisé de zones de guerre. Par satellite, il faut une définition de 30 cm2 de terre par pixel pour déceler les dégâts causés par les drones. Comme seuls les satellites militaires possèdent une définition de ce type, ils deviennent les instruments du monopole de la preuve photographique des dommages de guerre, et aussi de l’espace du déni de la destruction d’objectifs, y compris civils. D’où les notions de « résolution légale des images satellites » et de « blocus médiatique », pertinentes pour la compréhension de la puissance médiatique des armées et l’intérêt des vidéos d’amateurs sur les phénomènes militaires.

10Comme pour poursuivre son travail dans le chapitre suivant, l’auteur utilise cette fois-ci la notion de « seuil de détectabilité » des sels d’argent dans les films argentiques pour démonter l’argumentation d’un tribunal israélien niant les droits des descendants des Bédouins du désert du Néguev. « Les revendications de Bédouins sur leur terre dans le désert du Néguev. L’histoire à la limite du seuil de détectabilité » montre ainsi comment les photographies réalisées à 4 500 m d’altitude par les avions de la RAF en 1945 sur des pellicules argentiques n’ont pas enregistré la présence de tombes, de puits, de ruines et de citernes appartenant aux Bédouins. Le seuil de détectabilité d’un grain de sel d’argent est de de 50 cm x 50 cm ; de ce fait, la présence de tout objet ou toute trace de dimension inférieure ne pouvait être attestée pour fonder les droits des descendants de Bédouins. C’est donc sur ce seuil que peuvent se construire des enjeux politiques d’implantation territoriale.

11C’est par des « Notes sur les pratiques forensiques » qu’Eyal Weisman clôt l’ouvrage. Ces pratiques consistent en la mise en œuvre de moyens scientifiques et techniques pour enquêter et établir les faits devant des tribunaux. Elles débordent largement le seul champ juridique, fut-il international. Si l’exigence de rigueur et de complexité préside au travail forensique pour établir des preuves admissibles par un tribunal, on peut penser que, dans leur quête de connaissance, les sciences humaines sont capables de pareilles démarches, même si ce sont cette fois-ci les pairs qui se font juges de la légitimité scientifique de l’argumentation. Eyal Weisman affirme que « les entreprises forensiques impliquant la physique, la chimie, la biologie et la géologie nous permettent de rendre visible la manière dont les surfaces matérielles sont altérées par des processus humains/naturels entremêlés et en perpétuelle évolution. Ce qui sous-entend que notre compréhension du processus d’inscription/révélation photographique peut être élargie pour englober l’intégralité du monde matériel » (p. 232). N’y a-t-il pas là l’affirmation d’une forte exigence méthodologique, et tout un programme de recherche ?

Top of page

Notes

1 L’ensemble est accompagné de dizaines de photographies noir et blanc, très bien imprimées et placées de telle sorte que la lecture du texte et celle de l’image s’encouragent mutuellement pour la compréhension de l’argumentation.

Top of page

References

Electronic reference

François Cardi, « Diane Dufour (dir.), Images à charge. La construction de la preuve par l’image », Lectures [Online], Reviews, 2017, Online since 13 July 2017, connection on 24 July 2017. URL : http://lectures.revues.org/23279

Top of page

About the author

François Cardi

Professeur de sociologie émérite, Université d’Evry. Ses recherches récentes portent sur l’utilisation de la photographie dans les sciences humaines.

By this author

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page