Navigation – Plan du site

Maryse Gaimard et Matthieu Gateau, Seniors, jeux de hasard et d’argent

Samuel Coavoux
Seniors, jeux de hasard et d'argent
Maryse Gaimard, Matthieu Gateau, Seniors, jeux de hasard et d'argent. Loisir ou addiction ?, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, coll. « Sociétés », 2017, 144 p., ISBN : 978-2-36441-208-8.
Haut de page

Texte intégral

1Les jeux de hasard et d’argent sont particulièrement étudiés par les chercheurs en santé publique au nom de leurs dangers : la « dépendance » ou l’« addiction » au jeu, le fait de jouer compulsivement, malgré l’envie d’arrêter et malgré les dégâts matériels et sociaux du jeu (dette, isolement, etc.), sont pour eux un souci majeur. L’ouvrage de Maryse Gaimard et Matthieu Gateau porte sur les pratiques de jeux de hasard et d’argent des seniors, une partie de la population peu étudiée dans ses rapports aux loisirs ; il entend apporter à cet objet un éclairage sociologique, peu présent dans la littérature.

2Dans la population adulte en général (15-75 ans), on estime à 56% la proportion de personnes ayant joué au moins une fois à un jeu de hasard et d’argent au cours des douze derniers mois. Mais les joueurs « à risque », dont le contrôle de la pratique est altéré plus ou moins fortement, ne représentent que 3% de la population. Chez les plus âgés, le jeu à risque est moins important encore (les auteurs ne donnent pas la prévalence exacte, mais les 65-74 ans représentent 9,6% de la population des joueurs, et seulement 4,1% de la population des joueurs à risque). Les dangers liés au jeu concernent surtout les hommes jeunes, peu diplômés, de milieux populaires.

3C’est pourtant l’angle de la dépendance que les auteurs ont choisi pour analyser le rapport au jeu d’argent des séniors, arguant de ce que, malgré son incidence moindre, cette population est plus fragile que d’autres, touchée notamment par la solitude, par la pauvreté et par la rupture biographique que constitue le passage à la retraite. Ils ont pour cela réalisés une soixantaine d’entretiens avec des personnes de 55 ans et plus, rencontrés dans des casinos, des lieux de Pari mutuel urbain (PMU), et des points de vente de la Française des jeux, dans la région Bourgogne. Ils étudient principalement les jeux de casino (machines à sous, jeux de table), les paris hippiques ainsi que les jeux de tirage et de grattage. Bien que l’ouvrage soit centré sur les seniors, il s’agit moins de l’étude d’un âge que de celle d’une génération : du fait du recours aux récits biographiques, les pratiques ludiques des enquêtés sont étudiées à toutes les étapes de leur vie.

4Les analyses insistent sur la place des jeux d’argent et de hasard dans la biographie des enquêtés. Elles mettent en évidence l’ancrage ancien des pratiques ludiques, souvent depuis l’enfance : beaucoup viennent de familles de joueurs de cartes ou de jeux de sociétés, et cette familiarité constitue pour les auteurs l’un des facteurs favorable à la pratique ultérieure de jeux d’argent, souvent dès le début de l’âge adulte. Outre le cercle familial, les pairs, notamment les collègues, constituent un point d’entrée fréquent : ce sont eux qui emmènent la première fois les enquêtés au PMU ou au casino, avant que ceux-ci n’y reviennent par eux-mêmes. Les trajectoires des joueurs évoluent différemment. Certains, parmi les enquêtés, adoptent une pratique très stable dans le temps, auto-disciplinée par un budget limité. D’autres connaissent des épisodes de jeu excessif. La vieillesse peut être l’occasion de l’un de ces épisodes, lorsqu’elle s’accompagne de ruptures biographiques, comme le veuvage par exemple (situation fréquente parmi les joueuses de casino). Mais cet âge peut aussi être celui d’un assagissement de la pratique, par exemple via la restriction des revenus.

5Plusieurs justifications sont avancées par les joueurs pour expliquer leur pratique. Au plaisir du jeu, lié à l’attente, la tension, la joie que procure le gain, s’ajoutent les sociabilités qu’il permet d’entretenir. Pour beaucoup de joueurs enquêtés, la fréquentation du café ou du casino, les deux lieux importants du jeu, est avant tout une manière de lutter contre la solitude. Les parieurs hippiques mettent également en avant les vertus intellectuelles de leur jeu de prédilection : prise d’information, stratégie, etc. On note au passage que le cadre qui consiste à opposer le PMU, présenté comme jeu de sagacité, où la chance est secondaire, et donc un jeu actif, aux jeux de grattage et aux jeux de casino, passifs, dont le résultat dépend uniquement du hasard, est articulé au caractère genré de ces pratiques. Le PMU, en effet, est un lieu presque exclusivement masculin, alors que le casino, notamment les salles de machines à sous, est majoritairement fréquenté par des femmes.

  • 1 Howard Saul Becker, Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Paris, Métailié, 1985.
  • 2 Muriel Darmon, Devenir anorexique. Une approche sociologique, Paris, La Découverte, 2008.
  • 3 Nicolas Fortané, « La carrière des “addictions” », Genèses, n° 78, 2010, p. 5-24.
  • 4 Florence Weber, Le travail à-côté. Une ethnographie des perceptions, Paris, Éditions de École des h (...)

6L’approche biographique est sans doute le principal apport de l’ouvrage. En replaçant les pratiques dans le temps long, l’étude donne en effet des moyens empiriques de penser une carrière de joueurs de jeux d’argent et de hasard. Le rapprochement avec les carrières de déviants qu’étudie Howard Becker est particulièrement heuristique : les pratiques des joueurs sont elles aussi stigmatisées et reposent sur des mécanismes similaires1. Cependant, contrairement à la démarche de Becker, l’étude de la déviance réalisée ici n’est que partiellement sociologisée. Les auteurs partent en effet d’une problématisation de leur objet issue des travaux de santé publique et de psychiatrie, en parlant de « dépendance » ou d’« addiction ». Ils adoptent un tel cadre sans l’interroger, ni sans défendre la spécificité de l’approche sociologique, comme le prône par exemple Muriel Darmon dans son étude de l’anorexie2. Un chapitre est consacré à la définition du jeu « pathologique » ou « excessif », et ce thème demeure central dans l’analyse alors même que de nombreux motifs, sans doute les plus intéressants, mis en avant par l’enquête concernent des pratiques certes engagées, mais non à risque. Pour nombre des enquêtés, le jeu est simplement un élément de sociabilité populaire. De ce point de vue, on regrette que l’ouvrage ne dialogue ni avec la sociologie de la santé mentale – en prenant le concept de « dépendance »3 pour objet plutôt que pour cadre –, ni avec celle des styles de vie populaires – on pense à la conclusion du Travail à-côté de Florence Weber, qui rapporte le « goût du hasard » qu’elle constate en milieu ouvrier au fait que ce hasard est une force égalitaire4.

  • 5 Raymond Boudon, L’idéologie. Ou l’origine des idées reçues, Paris, Points, 2011.

7Le cadrage psychiatrique devient particulièrement problématique lorsqu’il conduit les auteurs, a contrario de la posture « compréhensive » qu’ils déclarent adopter, à des caractérisations normatives des pratiques de leurs enquêtés. De longs passages sont ainsi consacrés aux « croyances fausses » que mobilisent les joueurs : superstitions, conviction que certaines machines sont gagnantes et d’autres non, raisonnements probabilistes erronés, etc. Ce thème n’est pas tout à fait étranger à la sociologie : Raymond Boudon et ses disciples se sont par exemple intéressés aux biais de raisonnement qui peuvent conduire les individus à adopter certaines croyances dont la science démontre qu’elles sont erronées5. Cette école, même si elle tend parfois à réifier les croyances, prend tout au moins pour objet les modes de raisonnement ordinaires. Elle cherche à expliquer en quoi il est possible de tenir des raisonnements erronés sans réduire les acteurs à leurs erreurs. En revanche, dans Seniors, jeux de hasard et d’argent, les « croyances fausses » ne sont ni expliquées (par des formes de raisonnement, ou par des formes culturelles propres au jeu d’argent), ni rapportées à ce qu’elles produisent (comme justification de la pratique, ou comme aliments des conversations quotidiennes entre joueurs), mais simplement présentées comme consubstantielles à la pratique du jeu. Si telle n’est sans doute pas l’intention des auteurs, l’impression dégagée par ce portrait est pourtant celle d’un certain mépris pour des enquêtés au raisonnement « incorrect », persistant dans leur erreur, alors que de nombreux sociologues considèrent que leur discipline a l’obligation de chercher la cohérence interne de la culture des groupes qu’elle étudie.

  • 6 Par exemple, la section « Le profil des joueurs », p. 46-47, est très proche de la section du même (...)
  • 7 Par exemple, on retrouve p. 5-6 plusieurs extraits du rapport dirigé par le Centre d’expertise coll (...)
  • 8 Par exemple, p. 28-29, plusieurs passages identiques ou très similaires aux textes du site Internet (...)

8Enfin, on s’étonne de constater dans l’ouvrage plusieurs passages identiques ou très similaires à des travaux existants, sans emploi de guillemets. Certains de ces travaux sont mentionnés en bibliographie, d’autres sont omis. Ainsi, le chapitre consacré au « cadrage quantitatif » du jeu d’argent s’appuie ouvertement sur des travaux de l’Observatoire des jeux dont sont issus les tableaux, mais il inclut des passages entiers de cette source, sans guillemets6. De même, dans l’introduction7 et dans le chapitre deux8, on constate de telles similarités avec d’autres travaux, cités ou non.

Haut de page

Notes

1 Howard Saul Becker, Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Paris, Métailié, 1985.

2 Muriel Darmon, Devenir anorexique. Une approche sociologique, Paris, La Découverte, 2008.

3 Nicolas Fortané, « La carrière des “addictions” », Genèses, n° 78, 2010, p. 5-24.

4 Florence Weber, Le travail à-côté. Une ethnographie des perceptions, Paris, Éditions de École des hautes études en sciences sociales, 2009 [1989].

5 Raymond Boudon, L’idéologie. Ou l’origine des idées reçues, Paris, Points, 2011.

6 Par exemple, la section « Le profil des joueurs », p. 46-47, est très proche de la section du même nom dans Jean-Michel Costes, Vincent Eroukmanoff, Jean-Baptiste Richard et Marie-Line Tovar, « Les jeux d’argent et de hasard en France en 2014 », Les Notes de l’Observatoire des jeux, n° 6, avril 2015 (extrait p. 3), disponible en ligne : https://www.economie.gouv.fr/files/files/directions_services/observatoire-des-jeux/Note_6.pdf. Le dernier paragraphe de la section, p. 47, est quasiment identique à un paragraphe de Jean-Pierre Martignoni-Hutin, « Une sociologie du gambling contemporain », Pouvoirs, n° 139, novembre 2011 (extrait p. 52), disponible en ligne : http://www.revue-pouvoirs.fr/Une-sociologie-du-gambling.html. Or, cet article n’est pas référencé dans le paragraphe, bien qu’il soit présent dans la bibliographie finale, et le passage en question n’est pas entre guillemets.

7 Par exemple, on retrouve p. 5-6 plusieurs extraits du rapport dirigé par le Centre d’expertise collectif de l’INSERM, Jeux de hasard et d’argent. Contextes et addictions, Paris, INSERM, 2008 (notamment, p. XIII, p. 317), disponible en ligne : http://www.ipubli.inserm.fr/handle/10608/77. D’autres extraits proviennent du communiqué de presse annonçant la publication de ce rapport (Inserm, « Dossier de presse. Jeux de hasard et d’argent. Contextes et addictions. Une expertise collective de l’Inserm », 22 juillet 2008, disponible en ligne : https://www.inserm.fr/mediatheque/infr-grand-public/fichiers/thematiques/sante-publique/expertises-collectives/dp-ec-jeux-22-07-2008). Le rapport est référencé dans cette partie mais les extraits sont reproduits sans guillemets.

8 Par exemple, p. 28-29, plusieurs passages identiques ou très similaires aux textes du site Internet Jeu : aide et référence édité par le Centre de référence du Grand Montréal (http://www.jeu-aidereference.qc.ca/www/croyances_erronees_fr.asp ; http://www.jeu-aidereference.qc.ca/www/pourquoi_dep_fr.asp?cmpt=2) apparaissent sans guillemets et sans renvoi vers le site.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Samuel Coavoux, « Maryse Gaimard et Matthieu Gateau, Seniors, jeux de hasard et d’argent », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 13 juillet 2017, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/23280

Haut de page

Rédacteur

Samuel Coavoux

Sociologue, chercheur à Orange Labs / SENSE. Membre du comité de rédaction de Lectures.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page