Skip to navigation – Site map

Sainsaulieu Ivan, Conflits et résistances au travail

Antoine Rouillard-Pérain
Conflits et résistances au travail
Ivan Sainsaulieu, Conflits et résistances au travail, Paris, Les Presses de Sciences Po, series: « Contester », 2017, 184 p., ISBN : 9782724620801.
Top of page

Full text

  • 1 Sainsaulieu Ivan, Saint-Martin Arnaud (dir.), L’innovation en eaux troubles. Sciences, techniques, (...)

1En même temps qu’un ouvrage codirigé avec Arnaud de Saint-Martin1, Ivan Sainsaulieu publie un petit livre consacré aux conflits au travail et à leurs mutations. Dans la veine des autres ouvrages de la collection « Contester », cet ouvrage assume de viser un public tout aussi bien militant qu’universitaire. Il s’agit d’un travail de synthèse des connaissances et des enjeux, inscrit dans un cadre théorique cohérent : l’approche écarte une analyse surplombante, centrée sur la seule lutte des classes, pour s’interroger sur les conflits au travail, dans la pluralité de leurs manifestations, situées et concrètes. L’auteur articule à ces « conflits » le concept de « résistance », compris comme la manifestation de conflictualités plus plastiques, qui évitent l’affrontement direct.

2Cette approche repose sur quelques partis pris qui traversent l’ensemble de l’ouvrage : on note, par exemple, une volonté de privilégier les analyses et les travaux qui partent des manifestations empiriques de la conflictualité au travail. Cette observation se fait toujours dans le souci de décentrer le regard au-delà des seuls acteurs militants, syndicaux ou politiques, et de d’inscrire l’analyse de cette conflictualité dans le temps – non seulement celui, du flux et du reflux des affrontements au travail, mais aussi celui des carrières des acteurs ou des conflits de générations – en tenant également compte de ses dimensions géographiques ou sectorielles.

  • 2 Thompson Edward P., La formation de la classe ouvrière anglaise, Paris, Éditions du Seuil, coll. «  (...)

3Le propos de d’Ivan Sainsaulieu s’inscrit dans une perspective constructiviste héritée des travaux d’Edward P. Thompson2. Celui-ci, étudiant la Formation de la classe ouvrière anglaise, fait des conflits sociaux, et particulièrement de ceux au travail, l’élément central de la construction de l’identité ouvrière : c’est dans l’affrontement avec les « possédants » que les différents groupes ouvriers, très hétérogènes, se sont constitués en classe. Adoptant cette perspective, Ivan Sainsaulieu retrace les différentes analyses sur le rôle du mouvement ouvrier en France : la façon dont il s’est constitué à partir des secteurs les plus qualifiés de la classe ouvrière, ses logiques et ses stratégies propres.

4La mutation profonde des mondes ouvriers, la tertiarisation de l’économie et l’affaiblissement durable du mouvement syndical qu’elles induisent amènent à une baisse des conflits au travail à partir des années 1970, baisse dont l’auteur s’attache à montrer qu’elle est sinon illusoire du moins surestimée : on assiste en réalité à un réagencement des conflits au travail, dans un contexte marqué par une forte progression de la précarité qui diminue les capacités des salariés à s’opposer frontalement. En s’appuyant sur de nombreux travaux récents de la sociologie du travail et des groupes professionnels, Ivan Sainsaulieu montre que mêmes les groupes les plus défavorisés disposent de ressources à faire valoir dans la contestation au travail, qu’elles soient d’ordre éthique ou militant, et que ces groupes mobilisent pleinement les formes de résistances.

5Autre évolution majeure des mondes du travail, la croissance de groupes salariés (très) qualifiés, notamment les cadres, fait naître des formes de conflictualité spécifiques. Ces catégories professionnelles, plurielles et souvent tiraillées entre appartenance à l’encadrement et solidarité avec les subordonnés, font émerger des thématiques revendicatives propres : la souffrance au travail, la défense de l’identité professionnelle ou la contestation des formes néolibérales de management (comme le New Public Management dans les services publics). Elles engendrent des manifestations distinctives de résistance, à la fois individuelles et collectives.

  • 3 Sainsaulieu Renaud, L’Identité au travail. Les effets culturels de l’organisation, Paris, Presses d (...)

6Élargissant ensuite l’analyse, Ivan Sainsaulieu explore ce qu’il nomme les « antagonismes horizontaux », qui traduisent des conflits internes à la communauté de travail. Il tente de présenter les principales approches théoriques de ce phénomène, et s’appuie pour ce faire sur la typologie des conflits au travail proposée par Renaud Sainsaulieu3. Celle-ci permet d’articuler la pluralité des formes de conflit avec celles des modes d’organisation des entreprises. Il souligne ensuite les dimensions souvent ethnoraciales et de genrées de ces conflits peuvent recouvrir, ainsi que l’intérêt d’une approche intersectionnaliste pour s’en saisir.

  • 4 Sainsaulieu Ivan et Surdez Muriel (dir.), Sens politiques du travail, Paris, Armand Colin, coll. «  (...)
  • 5 Peugny Camille. « Pour une prise en compte des clivages au sein des classes populaires. La particip (...)

7Ayant ainsi restitué la diversité et la complexité des conflits au travail, Ivan Sainsaulieu revient sur le fil rouge qui traverse nombre de ses travaux, celui des sens politiques du travail4. Fidèle à sa perspective constructiviste, il montre que la diminution de la conscience de classe, largement documentée, n’épuise pas la question des rapports politiques au travail : à travers leurs expériences quotidiennes, les individus décodent l’univers politique et s’y positionnent. Les rapports conflictuels – ou non – entre collègues ou avec l’employeur constituent donc des formes de socialisation politique qui résistent au recul des institutions encadrant le salariat et politisant son expression, et l’appartenance professionnelles reste une clef de compréhension majeure des comportements politiques5.

  • 6 Par exemple, Linhart Danièle, « Les conditions paradoxales de la résistance au travail », Nouvelle (...)

8L’ouvrage n’échappe pas aux limites inhérentes à tout travail de synthèse, qui plus est du fait de son volume réduit. Dans son souci de restituer une vision cohérente de la pluralité du travail et de ses conflits, l’auteur ne peut qu’effleurer nombre de sujets, et présenter succinctement la diversité des approches et analyses. Le lecteur soucieux de se documenter sur la question des conflits au travail trouvera ici une première entrée richement documentée sur les nombreux travaux qui y sont consacrés. Au-delà de cet aspect, l’articulation proposée des concepts de « conflit » et de « résistance » s’avère convaincante. Le conflit est associé à une remise en cause de l’institution (patronale, administrative, parfois même syndicale), tandis que la catégorie des « résistances » regroupe un ensemble de pratiques, aussi bien collectives qu’individuelles. Celles-ci, sans projet contestataire au sens strict, visent à rendre le travail supportable, par des stratégies de contournement ou de subversion des rapports établis ; le pouvoir de nuisance de ces actions de résistance est parfois supérieur à celui des actions conflictuelles. Sans être inédite6, cette catégorisation est à même d’enrichir l’analyse des relations de travail, notamment au sein des groupes les plus subordonnés du salariat contemporain.

Top of page

Notes

1 Sainsaulieu Ivan, Saint-Martin Arnaud (dir.), L’innovation en eaux troubles. Sciences, techniques, idéologies, Vulaines-sur-Seine, Éditions du Croquant, 2017 ; compte rendu d’Émilien Schultz pour Lectures : https://lectures.revues.org/23041.

2 Thompson Edward P., La formation de la classe ouvrière anglaise, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Points », 2012.

3 Sainsaulieu Renaud, L’Identité au travail. Les effets culturels de l’organisation, Paris, Presses de Sciences Po, 2014.

4 Sainsaulieu Ivan et Surdez Muriel (dir.), Sens politiques du travail, Paris, Armand Colin, coll. « Recherches », 2012.

5 Peugny Camille. « Pour une prise en compte des clivages au sein des classes populaires. La participation politique des ouvriers et des employés », Revue française de science politique, vol. 65, n° 5, 2015, p. 735-759.

6 Par exemple, Linhart Danièle, « Les conditions paradoxales de la résistance au travail », Nouvelle revue de psychosociologie, 2009/1 (n° 7), p. 71-83.

Top of page

References

Electronic reference

Antoine Rouillard-Pérain, « Sainsaulieu Ivan, Conflits et résistances au travail », Lectures [Online], Reviews, 2017, Online since 13 July 2017, connection on 23 September 2017. URL : http://lectures.revues.org/23282

Top of page

About the author

Antoine Rouillard-Pérain

Doctorant, OSC Sciences Po.

By this author

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page