Navigation – Plan du site

Félix Boggio Éwanjé-Épée, Stella Magliani-Belkacem, Morgane Merteuil, Frédéric Monferrand, Pour un féminisme de la totalité

Yagos Koliopanos
Pour un féminisme de la totalité
Félix Boggio Éwanjé-Épée, Stella Magliani-Belkacem, Morgane Merteuil, Frédéric Monferrand (dir.), Pour un féminisme de la totalité, Paris, Éditions Amsterdam, coll. « Période », 2017, 420 p., ISBN : 9782354801526.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir Charbonnier Vincent, « Le problème de la totalité chez Lukács », in Eustache Kouvélakis (dir.) (...)

1Le titre de cet ouvrage peut, au premier abord, paraître quelque peu énigmatique aux lecteur-trices qui ne seraient pas spécialement familiarisé-es avec la pensée marxiste et l’histoire de ses rapports avec le féminisme. En effet, « la catégorie de "totalité" a accompagné toute l'histoire du marxisme occidental » et désigne « la nécessité de rendre intelligible le social dans l'ensemble de ses manifestations » (p. 20). Dans l'introduction du recueil, les coordinateur-trices prennent le parti de mettre au travail cette notion, considérablement problématisée depuis les travaux de Lukács1, pour penser le fonctionnement hégémonique de l'État capitaliste.

  • 2 Voir Bernstein Elizabeth, « Militarized humanitarianism meets carceral feminism. The politics of se (...)
  • 3 Pahud Stéphanie et Paveau Marie-Anne, « Nouvelles argumentations féministes. Données empiriques et (...)
  • 4 Il s'agit par ailleurs d'une tâche dont trois d'entre eux-elles s'étaient déjà emparées dans leurs (...)

2Qu'en est-il alors du féminisme dans le contexte d'une telle perception du social et du politique ? Il n'est pas étonnant que l'ouvrage commence par une critique d'un féminisme que l'on pourrait appeler institutionnel, étatique ou carcéral2, « marqué par un rapport conciliant envers les institutions publiques et un positionnement rétrograde sur l'islamophobie » (p. 14). À ce féminisme institutionnel, les coordinateurs-trices du volume opposent un féminisme « inclusif », qui, loin de se focaliser exclusivement sur les inégalités hommes-femmes, tient compte de la multiplicité des formes de discriminations organisées par les pouvoirs publics. C'est donc dans une perspective située et non-dualiste ou post-dualiste, qui « commence à s’imposer dans un univers où les grands dualismes constituent de moins en moins des formes de pensée et d’action »3, que les coordinateur-trices étudient les liens ténus qui se tissent entre capitalisme néolibéral et luttes féministes4.

3Afin d'illustrer leur propos, les coordinateur-trices puisent, au début de l'introduction, dans l’actualité française. Néanmoins, par la suite, peu de contributions portent directement sur le contexte français. Sur les quatorze textes de l'ouvrage, quatre sont des contributions inédites ; les autres sont des traductions – d'excellente qualité, soit dit en passant – d'articles en langue anglaise déjà parus dans la revue électronique Période, dont Pour un féminisme de la totalité constitue en fait le premier recueil en version imprimée. Cet ouvrage sensiblement hybride participe ainsi d'une entreprise épistémologique et politique réfléchie, puisque, comme indiqué sur la couverture du livre, la revue Période « s'inscrit dans une phase de redécouverte et de réappropriations du marxisme en France, d'un point de vue critique et ouvert » et a placé « au cœur de ses chantiers la publication des courants, auteurs et autrices non francophones, la (re)découverte de thématiques parfois sous-traitées dans le marxisme français [...] ».

  • 5 Voir Crenshaw Kimberlé, « Mapping the Margins: Intersectionality, Identity Politics, and Violence a (...)
  • 6 Voir Kergoat Danièle, « Dynamique et consubstantialité », in Elsa Dorlin (dir.), Sexe, race, classe (...)
  • 7 Pour une entrée dans une gamme de variables plus étendue, on peut se reporter à Juliette Rennes (di (...)

4Le féminisme fait partie de ces chantiers. Toutefois, les coordinateur-trices ne se sont pas contenté-es d’organiser le dialogue entre marxisme et féminisme ; au contraire, leur conception théorico-militante du féminisme propose une vision totale qui intègre l'interpénétration de toutes les composantes du totalitarisme étatique. Elle véhicule ainsi une conception vaste de ce que le terme « féminisme » pourrait représenter, à cent lieues de la doxa hétérocentrée qui souvent se limite à la question de l'égalité hommes-femmes. Dans cette perspective, l'introduction comprend une discussion aussi nécessaire que pertinente sur les différentes variables qui façonnent les rapports sociaux et les discriminations orchestrées par les pouvoirs publics. Cependant, si cette discussion propose une brève revue critique des concepts d'intersectionnalité5 et de consubstantialité6, le reste du livre ne semble guère irrigué par ces notions, et le rôle des variables sortant du carré classique (classe-race-genre-sexualité) est rarement analysé au fil des contributions7.

5C'est que les coordinateur-trice-s ont conçu leur féminisme dans une optique résolument marxiste et au prisme de la catégorie de « totalité étatique » à l'ère du capitalisme néolibéral. En même temps, traversé par un souci permanent d'historicisation, le recueil repose sur cinq parties (« chantiers ») distinctes qui rendent précisément compte des articulations entre mode de production économique et patriarcat à travers différents contextes sociohistoriques. Et si les contributions sont de nature théorique, les auteur-trices sont armé-es de riches connaissances de terrain et se placent systématiquement dans une perspective située ; plus spécifiquement, ielles écrivent dans une large mesure en tant que premièr-e-s concerné-e-s des oppressions dont il est question dans leurs textes.

6L'ouvrage suit une ligne, qui, sans être forcément chronologique, permet une appréhension éclairante des enjeux en question. La première partie – qui met en évidence la généalogie différenciée de l'oppression des femmes dans les régimes précapitaliste, capitaliste et communiste – offre des réflexions particulièrement fines, notamment sur les rapports entre capitalisme et patriarcat. Ces réflexions comprennent, aussi bien dans le texte d'Eleanor B. Leacock que dans celui de Johanna Brenner et Maria Ramas, des mises en cause d’un féminisme matérialiste incapable de saisir l'interdépendance entre oppression capitaliste et oppression sexiste et patriarcale. Parmi les mérites de ces réflexions, on pourrait signaler une approche tant féministe que non-binaire des rapports entre production et reproduction, ou « système famille-ménage », pour employer le terme de Michelle Barrett.

  • 8 Voir Puar Jaspir, Terrorist Assemblages: Homonationalism in Queer Times, Durham, Duke University Pr (...)

7C'est justement la question de la reproduction dans une acception large (incluant notamment la question du travail du care et celle des liens entre genre, mondialisation et migration) qui constitue le thème principal de la deuxième partie du recueil. On y retrouve le choix de mettre en question certaines idéologies féministes qui font l'apologie du néolibéralisme, ou encore la dénonciation du « fémonationalisme », c'est-à-dire l'instrumentalisation des luttes féministes à des fins nationalistes et islamophobes. Signalons à ce propos que la récurrence de certaines références intellectuelles et de certains concepts – comme ceux de fémonationalisme et homonationalisme8 -, de thématiques et de réflexions, contribue non seulement à la cohérence du recueil, mais aussi à illustrer la notion de totalité telle que les coordinateur-trices l'entendent. Pour prendre un autre exemple, l'intérêt consacré à l'institution de la famille hétéronormative (dans un sens large) et aux liaisons qui peuvent s’établir entre des éléments réactionnaires et des mouvements considérés a priori progressistes (LGBT et même queer) parcourt trois contributions (J.J. Gleeson & K.D. Griffiths, Peter Drucker, Gianfranco Rebucini) qui abordent néanmoins des objets différents.

8Nous voudrions, pour conclure, faire une mention spéciale des trois textes qui traitent de la question du travail du sexe, une problématique qui divise par excellence les féministes, mais qui a rarement été traitée dans une perspective à la fois féministe et marxiste. La contribution de Johanna Brenner, ainsi que la première contribution de Morgane Merteuil, témoignent d'une volonté de desserrer l’alternative du « pour ou contre la prostitution » tout en démontrant les bénéfices, d'une législation facilitant l'auto-organisation des travailleur-ses du sexe et d'une « analyse du travail sexuel en termes de travail reproductif » (p. 313). En revanche, la seconde contribution de Merteuil, comprise dans la partie consacrée aux sexualités, mobilise la question du travail du sexe comme un support pour esquisser une sociologie du désir qui illustre le potentiel fructueux du post-dualisme dont cet ouvrage riche et important se porte le garant. On ne saurait qu'attendre impatiemment un deuxième volume, où pourraient figurer davantage de contributions par des jeunes chercheur.es et militant.es francophones, de plus en plus préoccupé-es par le type de questions abordées ici.

Haut de page

Notes

1 Voir Charbonnier Vincent, « Le problème de la totalité chez Lukács », in Eustache Kouvélakis (dir.), Marx 2000, Paris, PUF, 2000, p. 155-167.

2 Voir Bernstein Elizabeth, « Militarized humanitarianism meets carceral feminism. The politics of sex, rights, and freedom in contemporary antitrafficking campaigns », Signs, n° 36, 2010, p. 45-71.

3 Pahud Stéphanie et Paveau Marie-Anne, « Nouvelles argumentations féministes. Données empiriques et théorisations », Argumentation et Analyse du Discours [En ligne], n° 18, 2017, mis en ligne le 14 avril 2017, consulté le 15 juillet 2017. URL : http://aad.revues.org/2305 ; DOI : 10.4000/aad.2305

4 Il s'agit par ailleurs d'une tâche dont trois d'entre eux-elles s'étaient déjà emparées dans leurs travaux. Voir Boggio Éwanjé-Épée Félix et Magliani-Belkacem Stella, Les féministes blanches et l'empire, Paris, La fabrique, 2012 et Merteuil Morgane, Libérez le féminisme !, Paris, L'Éditeur, 2012.

5 Voir Crenshaw Kimberlé, « Mapping the Margins: Intersectionality, Identity Politics, and Violence against Women of Color », Stanford Law Review, no 6, 1991, p. 1241–1299.

6 Voir Kergoat Danièle, « Dynamique et consubstantialité », in Elsa Dorlin (dir.), Sexe, race, classe. Pour une épistémologie de la domination., Paris, PUF, 2009, p. 111-126.

7 Pour une entrée dans une gamme de variables plus étendue, on peut se reporter à Juliette Rennes (dir.), Encyclopédie critique du genre. Corps, sexualité, rapports sociaux, Paris, La Découverte, 2016.

8 Voir Puar Jaspir, Terrorist Assemblages: Homonationalism in Queer Times, Durham, Duke University Press, 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yagos Koliopanos, « Félix Boggio Éwanjé-Épée, Stella Magliani-Belkacem, Morgane Merteuil, Frédéric Monferrand, Pour un féminisme de la totalité », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 16 juillet 2017, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://lectures.revues.org/23287

Haut de page

Rédacteur

Yagos Koliopanos

Doctorant en sociologie sous la direction de Catherine Deschamps (Sophiapol - Paris Ouest Nanterre La Défense) et en analyse du discours sous la direction de Marie-Anne Paveau (Pléiade - Université Paris 13).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page