Navigation – Plan du site

Michel Lussault, Hyper-Lieux : Les nouvelles géographies de la mondialisation

Etienne Faugier

Texte intégral

  • 1 Voir http://lectures.revues.org/12094: Michel Lussault, L’Homme spatial. La construction sociale de (...)
  • 2 L’hyper-lieu est défini par une concentration de personnes diverses qui partagent une affinité spéc (...)

1Cet ouvrage clôture une série de livres autour de la spatialité humaine du Monde1, de la mondialisation et de ses effets. L’auteur étudie ce cadre spatial qu’est le lieu, dans un monde de plus en plus urbanisé, connecté et où la mobilité est banale. Il s’agit d’un angle d’analyse brièvement évoqué dans son précédent ouvrage et qu’il approfondit ici. Lussault définit ainsi le lieu comme un endroit où s’exprime la vie sociale des individus en lien avec le phénomène de la mondialisation. Pour étayer cette analyse des espaces de la mondialisation, Michel Lussault reste fidèle à sa méthodologie originelle et mobilise une pluralité de récits de voyage, de comptes rendus personnels et d’impressions urbaines. C’est en pratiquant les lieux, en les expérimentant, que naît sa réflexion alimentée par ailleurs de littératures scientifiques pluridisciplinaires – géographie, histoire, sociologie, ethnologie et anthropologie. Armé de ces instruments, l’auteur fait l’hypothèse que, dans le Monde contemporain de l’après Seconde Guerre mondiale, il y a un retour de l’importance du local, phénomène visible dans plusieurs types de lieux qui allient des éléments de la mondialisation tout en s’inscrivant dans un espace local : l’hyper-lieu, l’alter-lieu, le contre-lieu, le néo-lieu2.

2Pour fonder son assertion, Michel Lussault prend, dans le premier chapitre, le cas de Times Square à New York. À travers cet exemple canonique, il précise la notion d’hyper-lieu autour de cinq critères : tout d’abord, le regroupement démesuré par rapport à un espace restreint d’éléments spatiaux, matériels, immatériels, humains et non-humains ; puis, l’alliance de l’accessibilité du lieu avec la connectivité au Monde ; ensuite, l’insertion du lieu dans différentes échelles – locale, régionale, nationale, mondiale ; le fait que ce lieu procure aux individus une expérience personnelle ou collective totale – une sensibilité, un engagement spécifique ; enfin, le fait que les individus qui expérimentent l’hyper-lieu y partagent une affinité spatiale.

3Par la suite, dans une progression du plus évident vers le plus complexe, l’auteur catégorise les (hyper-)lieux « iconiques » tels que les shopping malls, les aéroports, les gares, les parcs d’attractions, les lieux culturels (chapitre 2). Le chapitre 3 est consacré aux « lieux-événements », c'est-à-dire les lieux qui interpellent le public comme la jungle de Calais ou la place de la République à Paris en 2015. Certains lieux sont appropriés fortement par les individus dans le but de contester l’ordre mondialisé à l’instar du mouvement Occupy Wall Street à New York que l’auteur considère comme un alter-lieu (chapitre 4) et de la ZAD (Zone À Défendre) de Notre-Dame-Des-Landes désigné comme un contre-lieu (chapitre 5). Les chapitres 6 et la conclusion sont consacrés à une réflexion sur les nouvelles manières de concevoir la localité avec le mouvement slow-food ou bien les Associations pour le Maintien des Agriculteurs Paysannes (AMAP) – ce que Lussault appelle la « néolocalité ».

4À travers les divers exemples que le géographe a choisi de mettre en exergue, l’hyper-lieu émerge. Ainsi, au sein du chapitre 2, le shopping mall de Bloomington dans l’État du Minnesota aux États-Unis constitue un microcosme à lui seul en réunissant une offre commerciale, architecturale et récréative qui attire plus de 40 millions de personnes (dont un quart sont des touristes) et mobilise les acteurs publics locaux, les privés et l’État du Minnesota. On retrouve le modèle du shopping mall nord-américain à l’étranger (Dubaï par exemple), témoignant ainsi du caractère mondialisé de ce type lieu.

  • 3 Marc Augé, Non-Lieux, Introduction à une anthropologie de la surmodernité, Paris, Seuil, 1992.

5L’étude de l’aéroport comme hyper-lieu permet à Michel Lussault de se confronter au concept de non-lieu forgé par le sociologue Marc Augé3 qui correspond principalement aux lieux de circulation et de communication comme les aéroports. Pour le géographe, les deux notions ne sont pas en contradiction : l’aéroport ou l’aérogare représentent un hyper-lieu puisqu’ils constituent un entre-soi, un lieu connecté au local et au global, une expérience commune pour les passagers qui empruntent le chemin de l’aéroport, que l’on soit à Roissy-Charles de Gaulle, Dubaï International ou Amsterdam Schiphol. C’est ce que montre par exemple le film de Jason Reitman, In The Air (2009) où le personnage joué par Georges Clooney passe la plupart de son temps dans les zones aéroportuaires étatsuniennes au point qu’il devient difficile d’appréhender sa localisation géographique si ce n’est par la médiation des panneaux signalétiques. Quelques gares font également office d’hyper-lieux, comme l’illustre le cas de la mégalopole japonaise de Tokaido, entièrement dépendante du trafic ferroviaire à l’image de Shinjuku et Shibuya que l’auteur a visités. Ces deux exemples sont pertinents puisque ces hyper-lieux accueillent près d’un milliard de voyageurs par an chacun, et constituent une entité architecturale entière et cohérente pensée pour optimiser des déplacements individuels aussi bien que d’importants flux de personnes. En lien avec le monde par la proximité des divers modes de transport, ces infrastructures sont aussi ouvertes sur le Japon par des activités commerciales, récréatives et culturelles proches. Gares ou aéroports, ces hyper-lieux concentrent diverses fonctions, attirent les individus du monde entier, conduisent à une uniformisation des attitudes et s’établissent sur plusieurs niveaux – ce qui s’exprime notamment dans les skyline. Ce chapitre 2, en particulier, aurait pu être augmenté d’iconographies ou plus simplement de renvois vers des sites internet qui exposent le caractère de l’hyper-lieu de manière explicite, afin que le lecteur puisse comprendre au mieux la double dimension locale et mondiale de celui-ci. Paradoxalement, une analyse plus située par l’étude de cartes et de plans renforcerait l’argumentaire de l’auteur. Toutefois, pour ces deux remarques adressées au géographe, il est probable que les contraintes éditoriales ont joué en sa défaveur puisque l’ouvrage est dense et comprend déjà un grand nombre de précisions sous forme de notes de bas de page.

6 Si le précédent chapitre évoquait des lieux construits qui étaient des hyper-lieux du fait de leurs caractéristiques et de leurs usages, Michel Lussault démontre, dans les chapitres 3, 4 et 5 que d’autres types de lieu peuvent naître de manière aléatoire au gré des événements et de divers facteurs. Il y a des lieux-événements comme le fut la Place de la République à Paris après les attentats de Charlie Hebdo en 2011, Ferguson aux États-Unis après la mort d’un jeune Noir abattu par un policier en 2014. Le mouvement Occupy Wall Street à New York et dans diverses villes à travers la planète dès 2011, ainsi que la Zone À Défendre de Notre-Dame-des-Landes en France dès 2008 constituent quant à eux des contre-lieux où l’on refuse la mondialisation. Les alter-lieux procèdent d’une autre manière d’être au monde, comme l’ont montré les habitants vivant dans la jungle de Calais. Ces différentes notions élaborées par Lussault peuvent être cumulées pour un même lieu, ce qui démontre la flexibilité de l’usage que font les individus des lieux.

7Michel Lussault développe également le concept de néolocalisme, qui explicite un attachement aux lieux et à des valeurs locales. Ce dernier se rapproche des shrinking city qui naissaient durant les années 1980-1990 puis décroissaient démographiquement, socialement et économiquement, leurs politiques tentant alors de se redynamiser par le bas via des actions environnementales et l’essor de la justice sociale à l’échelon local. L’auteur prend appui sur le mouvement slow apparu en Italie durant les années 1980 et qui valorise la proximité dans le domaine alimentaire notamment – c'est-à-dire le terroir – ainsi que la décélération. L’exemple de Terra (Lot-et-Garonne), où une communauté tente de se rassembler autour d’un projet coopératif d’auto-construction, est significatif à cet égard et n’est d’ailleurs pas sans rappeler la tentative passée d’Auroville en Inde à la fin des années 1960 de constituer un microcosme autonome.

  • 4 L’auteur évoque le mouvement des indignés ou Mouvement 15-M né le 15 mai 2011 à Madrid et qui s’est (...)

8L’auteur conclut en signalant que chacun des types de lieux identifiés a pour finalité de permettre à chaque personne d’être dans le monde, c'est-à-dire de participer, de s’épanouir, en somme d’exister au sein d’une société d’individus. Ce sont ces lieux et notamment l’échelon local qui concentrent la majorité des actions individuelles tout en demeurant connectés à la mondialisation : le concept récent de « glocal » rend particulièrement bien compte de ce raccordement scalaire des lieux. Ces deniers sont tous empreints d’une teinte politique par les différents jeux d’acteurs et l’usage que ces derniers en font. Au sein des alter- et des contre-lieux, les individus tentent malgré tout de contester le politique pour proposer une autre forme d’organisation sociale fondée sur la coexistence et la cohabitation de la force constituante4. Une réflexion intéressante de l’auteur est celle sur le rôle des technologies de l’information et de la communication, qui ne font pas disparaître les lieux géographiques en les rendant virtuels et n’empêchent en rien leur multiplication, mais contribuent au contraire à les enraciner en démultipliant les façons de les habiter.

  • 5 Olivier Mongin, La ville des flux. L’envers et l’endroit de la mondialisation urbaine, Paris, Fayar (...)

9 L’ouvrage de Michel Lussault est dense, riche en exemples de « lieux du monde » qui montrent comment les individus s’emparent de l’espace géographique en réinventant ses usages. Toutefois, les lieux visités et analysés par l’auteur sont majoritairement des pays développés. Il aurait été intéressant d’avoir des exemples de lieux issus de pays en développement. De plus, on pourrait être curieux de la façon dont les concepts développés par Michel Lussault seraient interprétés par Olivier Mongin, qui travaille lui aussi sur les changements engendrés par la mondialisation sous l’effet de la mobilité connectée et qui accorde une plus grande part aux pays en développement5. Enfin, les concepts mobilisés autour du lieu posent la question de la démesure qu’entraîne la mondialisation : l’hyper-lieu, par exemple, n’est-il pas en passe de s’imposer en plus grand nombre et partout dans le monde ? Autrement dit, dans un futur plus ou moins proche, le concept d’hyper-lieu aura-t-il encore un sens ?

Haut de page

Notes

1 Voir http://lectures.revues.org/12094: Michel Lussault, L’Homme spatial. La construction sociale de l’espace humain, Paris, Seuil,2007 ; L'avènement du Monde. Essai sur l'habitation humaine de la Terre, Paris, Seuil, 2013.

2 L’hyper-lieu est défini par une concentration de personnes diverses qui partagent une affinité spécifique dans un lieu connecté au monde et rattaché à l’échelle locale. L’alter-lieu consiste en une appropriation par un groupe d’individus afin de proposer une autre manière de vivre dans le monde. Le contre-lieu naît d’une volonté d’un certain nombre de gens qui s’établit en faux contre la mondialisation et ses effets. Enfin, le néo-lieu se présente comme une volonté de valoriser l’ancrage à l’échelon local.

3 Marc Augé, Non-Lieux, Introduction à une anthropologie de la surmodernité, Paris, Seuil, 1992.

4 L’auteur évoque le mouvement des indignés ou Mouvement 15-M né le 15 mai 2011 à Madrid et qui s’est développé dans de nombreuses villes espagnoles. Ces regroupements d’individus critiquent les politiques qu’ils jugent responsables de la crise économique de 2008. Ils revendiquent une « démocratie réelle » avec davantage de représentativité.

5 Olivier Mongin, La ville des flux. L’envers et l’endroit de la mondialisation urbaine, Paris, Fayard, 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Etienne Faugier, « Michel Lussault, Hyper-Lieux : Les nouvelles géographies de la mondialisation », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 20 juillet 2017, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/23290

Haut de page

Rédacteur

Etienne Faugier

Professeur certifié et docteur en histoire contemporaine, spécialiste de l’histoire des transports et de la mobilité – plus particulièrement les mutations entraînées par l’automobilisme et le tourisme en France, en Suisse et au Canada.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page