Navigation – Plan du site

Vincent Leblan, Aux frontières du singe. Relations entre hommes et chimpanzés au Kakandé, Guinée (XIXe-XXIe siècle)

Thibault De Meyer
Aux frontières du singe
Vincent Leblan, Aux frontières du singe. Relations entre hommes et chimpanzés au Kakandé, Guinée (XIXe-XXIe siècle), Paris, EHESS, coll. « En temps et lieux », 2017, 287 p., ISBN : 978-2-7132-2681-6.
Haut de page

Texte intégral

1Il est courant de parler de façon métaphorique des frontières qui sépareraient l’homme de l’animal. La pensée réflexive, le tabou de l’inceste, le langage, le rire sont autant de lignes de démarcation proposées par certains et critiquées par d’autres. L’originalité du livre de Vincent Leblan est de s’intéresser à la notion de frontière d’une manière bien plus concrète. En effet, il a étudié la frontière au sens littéral, en s’intéressant aux zones limitrophes où des humains et d’autres singes se rencontrent et s’évitent au Kakandé, une région occidentale de la République de Guinée. Même si le sous-titre désigne spécifiquement les chimpanzés, il est également question dans cet ouvrage d’autres espèces animales présentes en Guinée (on trouve par exemple une dizaine de pages consacrées aux relations humains-éléphants dans la région du Cogon au XIXe siècle, ainsi qu’une description de la chasse aux antilopes).

  • 1 Depuis les années 1960, l’écologie utilise des nomenclatures plus ou moins bien établies pour désig (...)

2Pour bien comprendre ces frontières entre humains et chimpanzés, Leblan reconstruit l’histoire des activités humaines et des changements intervenus dans la végétation du Kakandé depuis le milieu du XIXe siècle. Pour cela, il n’applique cependant pas les méthodes des naturalistes, qui se baseraient exclusivement sur les traces laissées par les activités humaine et animale dans l’environnement. Il veut au contraire démontrer qu’il est possible d’écrire une histoire naturelle à partir des méthodes des sciences sociales. Il tente ainsi de retracer l’histoire de l’environnement du Kakandé à partir de comptes rendus de voyageurs français passés dans cette région au tournant du XIXe et du XXe siècle, et à partir des témoignages de villageois qui habitaient cette région à la même époque. Ce travail minutieux contraint l’auteur à interpréter les termes usités : à quoi peut bien ressembler, par exemple, le couvert végétatif qu’un voyageur décrit comme une « forêt » à une époque où les naturalistes n'ont pas encore adopté une définition standardisée de ce terme1 ? Les exégèses sont très précises et particulièrement convaincantes ; le sens de chaque mot problématique est longuement discuté. Pour bien saisir un terme, Leblan le met en lien avec les autres observations du voyageur ou de l’informateur, avec sa formation, ses expériences de voyage, ses objectifs…

3Cette partie historique s’avère très intéressante, surtout si l’on se préoccupe de méthodologie – nous y reviendrons dans un instant. Elle pourrait néanmoins sembler trop longue dans l’économie de l’argument dans la mesure où elle occupe près de deux chapitres sur cinq. Cette histoire de l’environnement du Kakandé, où les forêts et les savanes s’étendent et se replient selon les périodes, ne constitue en fait qu’une étape préliminaire indispensable pour aborder le sujet central du livre : les relations humains-animaux. Les longs passages où l’auteur tente de comprendre les « catégories cognitives » des humains qui ont traversé le Kakandé ont cependant une réelle importance théorique. Pour mener son enquête, Leblan s’est rendu, comme le titre du livre le mentionne, « aux frontières du singe ». Sa réflexion part donc de la description physique de l’environnement. Cependant, en reconstruisant l’histoire de cet environnement, l’auteur laisse sentir combien les catégories perceptuelles des humains peuvent varier en fonction du développement des activités agricoles, cynégétiques ou autres. Il enrichit ainsi la géographie physique en y intégrant la diversité des manières de percevoir les environnements.

4L’auteur propose même d’aller plus loin. Il argue que les catégories perceptuelles des chimpanzés ont également contribué à l’organisation de ces lieux frontaliers. La culture, entendue comme les pratiques qui ne découlent pas tout entières des déterminants biologiques de l’existence, est traditionnellement considérée comme le bastion de l’exceptionnalisme humain. Or, Leblan défend l’idée de cultures « chimpanzières » qui ne pourraient pas être expliquées exclusivement par des facteurs environnementaux. Pour cela, il compare la manière dont les chimpanzés se servent de l’environnement végétal dans deux lieux du Kakandé : alors qu’au Bourounda, les primates construisent des nids dans les palmiers, aucun édifice de ce genre n’a été répertorié dans les palmeraies du Niama Yara. Après avoir passé en revue et éliminé de multiples hypothèses environnementales, Leblan propose d’expliquer ce contraste par une perception différenciée des palmiers. Il note que ces végétaux sont particulièrement difficiles à classifier, même pour des savants : d’ailleurs, « durant les siècles de la première expansion européenne, période de découverte de nombreuses espèces végétales jusque-là inconnues en Europe, les palmiers n’étaient pas nécessairement catégorisés comme des arbres dans les nomenclatures scientifiques en raison de leur système racinaire atypique et de leur tronc dépourvu de branches » (p. 205). Peut-être les chimpanzés du Bourounda perçoivent-ils les palmiers comme des arbres, tandis que ceux du Niama Yara n’y reconnaissent pas des « objets nidifiables ». Remarquons la disparité : là où le chercheur raisonne sur plusieurs paragraphes pour comprendre une catégorie utilisée par un humain, il réduit la perception des chimpanzés à deux catégories, « nidifiable »/« non-nidifiable ». Cependant, même si la gamme des catégories perceptuelles chimpanzières est moins variée que celle des humains, ces catégories cognitives façonnent elles aussi l’environnement.

5Chemin faisant, l’anthropologue et historien critique aussi une autre frontière, celle séparant les sciences « dures » et les sciences « molles ». Les élaborations historiques permettent d’une part, comme on l’a déjà dit, de complexifier la compréhension des environnements en multipliant les points de vue ; mais cette histoire naturelle basée sur des méthodes des sciences sociales permet en outre de mettre à mal la coupure entre les sciences de la culture et celles de la nature.

6L’enquête de Vincent Leblan, très bien menée, est à la fois riche et originale. En plus d’étudier les techniques de nidification des chimpanzés, il analyse également l’impact des activités humaines sur la démographie et les habitudes alimentaires de ces primates. Cette recherche retiendra l’attention des primatologues d’une part, et des anthropologues de la société guinéenne d’autre part. Mais elle pourrait également intéresser, plus largement, les divers penseurs des relations humains-animaux. De fait, le livre développe une manière singulière d’aborder le problème de la frontière : au lieu de se lancer d’emblée dans des élaborations théoriques, le chercheur compte les nids de chimpanzés, suit leurs empreintes et analyse leurs matières fécales. À l’instar de ses informateurs locaux, il n’a presque jamais eu l’occasion d’observer directement des chimpanzés, ce qui explique au passage pourquoi il ne décrit pas des relations directes entre humains et chimpanzés. Ce sont les traces des chimpanzés qui permettent au chercheur de faire des inférences sur leurs habitudes et leurs histoires démographiques et migratoires. Pour cela, il doit lier ses observations de type plutôt naturaliste à l’analyse d’archives permettant d’associer l’histoire des chimpanzés à celles des humains. Par ailleurs, auprès des chasseurs landouma et peul du Kakandé, l’anthropologue a pu à la fois se renseigner sur l’histoire écologique de la région, et apprendre à repérer la présence des chimpanzés et des autres animaux. L’anthropologie de la nature, telle que préconisée par Leblan, n’est donc pas un rêve théorique aux allures utopistes. Dans sa forme, son projet est plutôt simple : l’observateur ne devrait pas se focaliser exclusivement sur les traces laissées par les animaux (ce que font les écologues) ou sur les sources humaines (ce que feraient les anthropologues culturels). Au contraire, l’anthropologie de la nature doit adopter les deux focales en même temps. Malgré tout, un tel projet est probablement plus difficile à mettre en œuvre qu’à défendre théoriquement, dans la mesure où le chercheur doit s’imprégner de corpus et d’habitudes scientifiques fort hétérogènes. Mais en menant à bien son investigation, Leblan prouve qu’une telle entreprise est possible.

7Soulignons enfin que l’auteur a une très belle plume, ce qui rend la lecture agréable, mais aussi exigeante (le lecteur sera probablement amené à consulter plus d’une fois le dictionnaire afin de vérifier le sens de certains termes techniques ou littéraires). Le livre est agrémenté de plusieurs cartes, schémas et photographies, ainsi que d’un glossaire des espèces végétales citées. Nous regrettons seulement l’absence d’un index des noms et des concepts qui aurait facilité la navigation à travers l’ouvrage. Ce petit bémol n’enlève cependant rien à la qualité de l’ouvrage de Vincent Leblan.

Haut de page

Notes

1 Depuis les années 1960, l’écologie utilise des nomenclatures plus ou moins bien établies pour désigner les couverts forestiers. Dans ce livre, Leblan se réfère ainsi à celle proposée dans un rapport de l’UNESCO : White Franck, La végétation de l’Afrique, Paris, Orstrom-Unesco, 1987.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thibault De Meyer, « Vincent Leblan, Aux frontières du singe. Relations entre hommes et chimpanzés au Kakandé, Guinée (XIXe-XXIe siècle) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 22 juillet 2017, consulté le 17 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/23291

Haut de page

Rédacteur

Thibault De Meyer

Doctorant dans le Laboratoire d’anthropologie des mondes contemporains (LAMC) à l’Université libre de Bruxelles.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page