Navigation – Plan du site

Stéphanie Dechézelle, Maurice Olive (dir.), « Mouvements d'occupation », Politix, vol. 30, n° 117

Igor Martinache
Mouvements d'occupation
Stéphanie Dechézelle (dir.), « Mouvements d'occupation », Politix, vol. 30, n° 117, 2017, 262 p., Liège, De Boeck, ISBN : 9782807391239.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur ce concept, voir Tilly Charles, « Les origines du répertoire d'action collective contemporaine (...)
  • 2 Par ex. Ogien Albert et Laugier Sandra, Le principe démocratie, Paris, La Découverte, 2014.
  • 3 Voir notamment le film de Christian Rouaud, Tous au Larzac (2011), ainsi que Franquemagne Gaël, « L (...)
  • 4 Voir Penissat Etienne, « Les occupations de locaux dans les années 1960-1970 : Processus sociohisto (...)
  • 5 Voir entre autres Péchu Cécile, Droit Au Logement, genèse et sociologie d’une mobilisation. Paris, (...)
  • 6 Voir respectivement Blin Thierry, « L'invention des sans-papiers. Récit d'une dramaturgie politique (...)

1Du Mouvement des Indignés à Nuit Debout, en passant par les « Printemps Arabes », le mouvement Occupy initié au parc Zuccotti de New York ou la défense de la place Taksim et du parc Gezi à Istanbul, l’occupation pacifique de places publiques représente sans conteste un élément dominant du répertoire d’action collective1 militant des années 2010. Pour autant, il convient de ne pas exagérer la nouveauté de telles mobilisations ou d'y voir, comme certain-e-s2, la marque d’une nouvelle ère radicale de la démocratie. Car il ne faudrait la lutte qui a agité le plateau du Larzac contre l’agrandissement d’un camp militaire durant les années 19703, les occupations par les salarié-e-s de leurs lieux de travail4, ou encore les mouvements d’occupation de lieux d’habitation5, ou d’églises par les sans-papiers ou les prostitué-e-s6. Mais, compte tenu de la diversité des formes de protestation que nous appelons « occupations », est-il pertinent de les étudier ensemble ? Les contributeurs du présent dossier répondent par l’affirmative, tout en livrant un certain nombre d’éléments sur les méthodes mobilisées et les résultats de ce programme scientifique.

  • 7 Au sens avancé par Jacques Lagroye de « requalification des activités sociales les plus diverses, r (...)
  • 8 Pour un cadre d’analyse de ces processus en termes de « carrières militantes », voir Fillieulle Oli (...)

2Dans leur texte introductif, les coordinateurs du dossier, Stéphanie Dechézelles et Maurice Olive, définissent d’emblée les « pratiques occupantes » comme « l’ensemble des actions, matérielles ou cognitives, par lesquelles des acteurs s’emploient à (ré)investir, de manière éphémère ou durable, un espace physique, de pratiques et de significations pour y créer une autre forme d’espace de vie (ou de survie), de débat et de rencontres, de revendication, d’affirmation d’un droit, de fabrique d’une parole collective, de construction d’une communauté ou d’un (nouveau) sujet politique » (p. 13). Autant dire que ces formes de protestation reposent sur une politisation de l’espace et de la vie ordinaire7. Stéphanie Dechézelles et Maurice Olive expliquent ainsi qu’occuper les lieux implique de les habiter, ce qui engage totalement les corps et tend à confondre les activités protestataires avec les gestes en apparence les plus banals de la vie quotidienne. L’étude des mouvements d’occupation pose également deux autres ensembles d’interrogations majeures : la première porte sur la place de ces moments dans les trajectoires biographiques et militantes de ceux qui s’y engagent8, et la seconde dans l’évolution plus générale des modes d’action collective.

3Le dossier est constitué de quatre études de cas qui étudient différentes dimensions des mouvements d’occupation. Geneviève Pruvost s’intéresse ainsi au cas très médiatisé de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, au sujet duquel elle a déjà publié plusieurs textes. Mais plutôt que de livrer une analyse de ce mouvement en termes chronologiques et/ou stratégiques, elle s’intéresse à son fonctionnement quotidien, à partir d’observations informelles recueillies au cours de séjours réguliers effectués entre 2013 et 2014. Elle donne à voir comment s’occupent les occupants de cette ZAD, les incessantes déambulations d’une cabane à l’autre, le mélange de confiance et d’anonymat (« tout le monde s’appelle Camille ») qui permet de garder le lieu ouvert, les déplacements de la frontière entre espaces privé et public, et surtout le primat accordé au « faire » sur le « dire », qui dessine d’autres manières d'aborder la politisation.

  • 9 Bacqué Marie-Hélène et Carole Biewener, L’empowerment, une pratique émancipatrice, Paris, La Découv (...)
  • 10 Nom d’usage du mouvement des Indignados, en référence à la date où a débuté l’occupation de la Puer (...)

4Héloïse Nez s’intéresse pour sa part aux effets de l’occupation sur les occupants en termes d’empowerment, processus « qui articule une dynamique individuelle d’estime de soi et de développement de ses compétences avec un engagement collectif et une action sociale transformative »9. Elle étudie pour ce faire le cas d’un ancien économat transformé en centre socioculturel autogéré par une assemblée locale du 15M10 dans un quartier populaire de Madrid. Venus initialement pour lutter contre leurs difficultés de logement et d’emploi, ces occupant-e-s initialement peu politisés s’investissent rapidement dans les autres activités et assemblées du squat, et gagnent ainsi progressivement le sentiment de leur pouvoir d’agir, ainsi que de nombreux savoir-faire (prendre la parole en public, etc.) qui leur permettent de s’affranchir des militant-e-s plus aguerri-e-s. En somme, ce sont bien des trajectoires de politisation personnelle malgré l’absence de dispositions et de réseaux relationnels préalables chez les intéressé-e-s qu’Héloïse Nez met en évidence, du moins parmi les occupant-e-s durablement engagés dans le mouvement.

  • 11 A l’instar des « membres par conscience » décisifs pour le succès des mobilisations « improbables » (...)

5La fragilité de l’engagement occupationnel est précisément au cœur de l’article de Stéphanie Dechézelles. Loin des cas très médiatisés de Notre-Dame-des-Landes ou de Sivens, elle s’intéresse à une « petite » ZAD initiée au début de l’année 2016 dans un village du sud de la France, en opposition à l’implantation d’un parc d’éoliennes terrestres. Elle souligne ainsi l’importance des expériences de la déviance et de la violence d’État extrême dans les carrières morales des « zadistes » étudié-e-s, avant de mettre en évidence le rôle essentiel de médiateurs11, notamment des riverains mieux dotés en ressources permettant de négocier avec les autorités, mais dont les motivations ne sont pas dénuées d’ambivalence. Ainsi, ce cas suggère que l’occupation est un mode de protestation particulièrement fragile, dont la réussite ou du moins la durabilité requiert des ressources individuelles et collectives importantes.

6Il est également question de fragilité de la politisation dans l’article de Guillaume Gourgues. À partir d’archives privées inédites ainsi que du bulletin Lip-Unité, édité par les ouvrier-e-s en lutte, celui-ci s’intéresse en effet aux deux vagues d’occupation des usines Lip entre 1973 et 1977. Cette démarche lui permet de se tenir à distance des luttes mémorielles encore vives autour de cette expérience remarquée. Il met ainsi en évidence les tiraillements des « Lip » qui, dans leur tentative de résistance au capitalisme, doivent faire face à l’urgence économique, à la déstabilisation du quotidien, au risque d’expulsion, à l’encadrement syndical, mais aussi à un « piège » paradoxal : la mise en place, à partir de la fin de 1974, d’une allocation qui permet aux licencié-e-s économiques de percevoir 90% de leur ancien salaire pendant un an. Devant les risques de démobilisation de leurs collègues, les meneurs du mouvement se décident à prendre davantage en compte les désirs de ces derniers, et amorcent une diversification tous azimuts de la production en vue de transformer profondément l’organisation des rapports productifs. À travers ce renouvellement du regard sur l’expérience Lip, l’auteur conclut que « la réflexion sur les occupations et récupérations d’usine ne peut se limiter à des questions de faisabilité juridique et financière, mais impose un débat sur leurs conditions de survie et leur portée subversive » (p. 142).

7Dans le dernier texte du dossier, Sylvaine Bulle étudie la réappropriation progressive par de jeunes Israëlien-ne-s arabes d’un village de Galilée « abandonné » après l’expulsion de leurs aïeuls palestinien-ne-s après 1948. Tout en reprochant aux deux générations qui les précèdent de ne pas avoir suffisamment résisté, ils entendent leur rendre justice par cette occupation. À travers cet « agir spatial, renvoyant à un mode d’intervention politique par et sur l’espace » (p. 154), ces occupant-e-s (re)créent une communauté et orchestrent une vive critique du racisme de l’État israélien. Leur attitude oscille ainsi entre retrait et rupture, repli et fondation d’une utopie concrète, qui n’est d’ailleurs pas sans présenter un miroir troublant de kibboutz voisin, quoique l’auteure ne s’attarde pas sur ce point.

  • 12 Voir Jasper James M., The Art of Moral Protest. Culture. Biography and Creativity in Social Movemen (...)
  • 13 Voir notamment sur le sujet Delphine Naudier, Maud Simonet (dir.), Des sociologues sans qualités ? (...)

8Les occupations constituent ainsi des expériences socialisatrices intenses, à la fois parce qu’elles impliquent toute l’existence de ceux qui y prennent part, et sont émaillées d’incidents suscitant de fortes émotions. Plusieurs auteur-e-s mobilisent d’ailleurs le concept de « choc moral », forgé par James Jasper12 pour qualifier certaines expériences vécues par les occupants. Logiquement, les sociologues qui les étudient n’échappent pas à ces effets, comme le relèvent incidemment les coordinateurs du dossier dans leur introduction. De telles participations observantes ravivent ainsi utilement les questionnements sur l’engagement et la distanciation vis-à-vis de l’« objet »13, même si l’on peut regretter que ces enjeux aient finalement été peu traités au-delà des précisions méthodologiques concernant le recueil des données et l’anonymisation des personnes et des lieux. Quoi qu’il en soit, s’il s’agissait de convaincre de la pertinence et de l’intérêt de son objet pour la science politique, ce dossier atteint sans conteste son but.

Haut de page

Notes

1 Sur ce concept, voir Tilly Charles, « Les origines du répertoire d'action collective contemporaine en France et en Grande-Bretagne », Vingtième Siècle, n°4, 1984. p. 89-108. Et pour une critique, Offerlé Michel, « Retour critique sur les répertoires de l'action collective (XVIIIe-XXIe siècles) », Politix, n° 81, 2008, p. 181-202.

2 Par ex. Ogien Albert et Laugier Sandra, Le principe démocratie, Paris, La Découverte, 2014.

3 Voir notamment le film de Christian Rouaud, Tous au Larzac (2011), ainsi que Franquemagne Gaël, « La mobilisation socioterritoriale du Larzac et la fabrique de l'authenticité », Espaces et sociétés, n° 143, 2010, p. 117-133.

4 Voir Penissat Etienne, « Les occupations de locaux dans les années 1960-1970 : Processus sociohistoriques de « réinvention » d'un mode d'action », Genèses, no 59, 2005, p. 71-93.

5 Voir entre autres Péchu Cécile, Droit Au Logement, genèse et sociologie d’une mobilisation. Paris, Dalloz, 2006 et Bouillon Florence, Les mondes du squat. Anthropologie d’un habitat précaire, Paris, PUF, 2009.

6 Voir respectivement Blin Thierry, « L'invention des sans-papiers. Récit d'une dramaturgie politique », Cahiers internationaux de sociologie, n° 125, 2008, p. 241-261 et Mathieu Lilian, « Une mobilisation improbable : l'occupation de l'église Saint-Nizier par les prostituées lyonnaises », Revue française de sociologie, vol. 40, n° 3, 1999, p. 475-499.

7 Au sens avancé par Jacques Lagroye de « requalification des activités sociales les plus diverses, requalification qui résulte d’un accord pratique entre des agents sociaux enclins, pour de multiples raisons, à transgresser ou à remettre en cause la différenciation des espaces d’activités ». Voir Lagroye Jacques (dir.), La politisation, Paris, Belin, 2003, p. 361.

8 Pour un cadre d’analyse de ces processus en termes de « carrières militantes », voir Fillieulle Olivier, « Propositions pour une analyse processuelle de l'engagement individuel. Post scriptum », Revue française de science politique, vol. 51, n° 1, 2001, p. 199-215.

9 Bacqué Marie-Hélène et Carole Biewener, L’empowerment, une pratique émancipatrice, Paris, La Découverte, 2013, p. 144.

10 Nom d’usage du mouvement des Indignados, en référence à la date où a débuté l’occupation de la Puerta del Sol, le 15 mai 2011.

11 A l’instar des « membres par conscience » décisifs pour le succès des mobilisations « improbables ». Voir notamment McAdam Doug, Freedom Summer. Luttes pour les droits civiques, Mississippi 1964, Marseille, Agone, 2012 [1988] et Siméant Johanna, La Cause des sans-papier, Paris, Presses de Sciences-po, 1998.

12 Voir Jasper James M., The Art of Moral Protest. Culture. Biography and Creativity in Social Movements, Chicago, University of Chicago Press, 1997 et Traïni Christophe, « Choc moral », in Olivier Filleule, Lilian Mathieu, Cécile Péchu (dir.), Dictionnaire des mouvements sociaux, Paris, Presses de Sciences Po, 2009, pp. 101-107.

13 Voir notamment sur le sujet Delphine Naudier, Maud Simonet (dir.), Des sociologues sans qualités ? Pratiques de recherche et engagements, Paris, La Découverte, 2011 dont Rémy Caveng a rendu compte sur Lectures.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Stéphanie Dechézelle, Maurice Olive (dir.), « Mouvements d'occupation », Politix, vol. 30, n° 117 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 29 juillet 2017, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/23294

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page