Navigation – Plan du site

Mosbah-Natanson, Une « mode » de la sociologie. Publications et vocations sociologiques en France vers 1900

Matthias Fringant
Une "mode" de la sociologie
Sébastien Mosbah-Natanson, Une "mode" de la sociologie. Publications et vocations sociologiques en France en 1900, Paris, Classiques Garnier, coll. « Bibliothèque sciences sociales », 2017, 297 p., ISBN : 978-2-406-05812-0.
Haut de page

Texte intégral

1Une « mode de la sociologie ». Publications et vocations sociologiques en France en 1900 est un ample remaniement de la thèse de sociologie soutenue en 2007 par Sébastien Mosbah-Natanson, aujourd'hui professeur de sociologie à l'université de Montréal. L'ouvrage s'ouvre par diverses citations d'auteurs évoquant tous de diverses manières une « mode de la sociologie ». Sébastien Mosbah-Natanson explique que ce phénomène négligé par l'historiographie « peut permettre de considérer, à partir d'une perspective originale, les débuts de la sociologie en France » (p. 19). La question principale à laquelle cherche à répondre l'enquête est donc la suivante : peut-on en effet observer, en France vers 1900, un phénomène de mode de la sociologie, et si oui, comment l'expliquer ?

  • 1 Voir par exemple cet article majeur de Victor Karady, publié dans un numéro spécial de la Revue fra (...)
  • 2 Plus précisément, l'auteur fait travailler empiriquement les concepts de « social knowledge practic (...)
  • 3 Berthelot Jean-Michel, « Le texte scientifique. Structures et métamorphoses », in Berthelot Jean-Mi (...)

2Dans un premier temps, Sébastien Mosbah-Natanson procède à une critique de l'historiographie dédiée à la naissance de la sociologie française, ce qui lui permet de situer son travail parmi les débats existants à ce propos et, par-là, de construire des hypothèses pertinentes de recherche. Les travaux sur cet objet, débutés depuis les années 1960 – 1970 par les études inaugurales de Victor Karady et de Philippe Besnard1, sont aujourd'hui nombreux. Ils ont cependant pour point commun d'être centrés non seulement sur l'institutionnalisation universitaire de la discipline, mais aussi sur les sociologues « durkheimiens », puisque c'est cette école qui aurait le plus contribué à l'implantation académique de la sociologie. Cette historiographie dominante a selon l'auteur pour inconvénient d'être une histoire des vainqueurs, laissant de côté de nombreux acteurs impliqués dans la genèse de la discipline en France. L'auteur résume ce point, en indiquant que « le propos de ce livre n'est pas de remettre en cause l'importance intellectuelle et institutionnelle de Durkheim et de ses collaborateurs, [mais] d'explorer les dimensions de l'histoire de la naissance de la sociologie française que l'ombre de Durkheim peut avoir tendance à cacher » (p. 38).
L'étude du phénomène de « mode sociologique », plutôt que d'un groupe en particulier permettrait ainsi de restituer à la naissance de la sociologie française toute sa profondeur. Les approches et méthodes retenues, présentées dans la suite du chapitre, sont cohérentes avec ce projet. Sébastien Mosbah-Natanson puise les instruments de pensée permettant de souligner la pluralité des pratiques et des acteurs impliqués dans ce mouvement intellectuel dans les développements contemporains de la sociologie des sciences américaine2. Du point de vue des sources, le matériau principal est le Catalogue général de la librairie française d'Otto Lorenz : publiés entre 1840 et 1925, les volumes de ce catalogue permettent de recenser les ouvrages parus sur cette période, et par conséquent de mener une analyse bibliométrique sur les productions de nature sociologique.

Le deuxième chapitre présente les résultats de l'analyse bibliométrique de ce corpus. Celui-ci est constitué de 428 publications publiées entre 1841 et 1925 par 236 auteurs. La décennie 1890-1900 correspond bien à une période d'expansion de la production se réclamant de la sociologie, puisque 10,7 ouvrages contenant dans leur titre le mot « sociologie » ou une expression voisine sont publiés en moyenne par année pour la période 1893-1914, contre 2,7 pour la période 1878-1892. À ce stade, une réponse à la première partie de la question est apportée : il existe bien, vers 1900, une mode de la sociologie. Reste alors à expliquer cette mode, c’est-à-dire à quels usages sociaux renvoie l’augmentation marquée du nombre des auteurs qui s'identifient à la « sociologie ». Trois hypothèses sont proposées : celle, classique, de l'affirmation institutionnelle et intellectuelle de Durkheim et de son groupe autour de 1900 ; celle d'une mode intellectuelle plus large autour de la discipline naissante ; enfin, celle d'une production encore plus large, sans rapport nécessaire avec le monde académique et le mouvement sociologique scientifique. Pour évaluer ces hypothèses sans projeter une conception anachronique et présentiste de ce que serait une « bonne science », Mosbah-Natanson mobilise les trois critères retenus par Jean-Michel Berthelot pour définir le texte « scientifique »3 : l'intention de connaissance de l'auteur ; un apport de connaissance reconnu par une communauté savante ; et l'inscription du texte dans un espace de publication reconnu comme scientifique. Cette démarche permet à l'auteur d'expliquer que le pic constaté vers 1900 correspond non seulement à la parution de nombreux « classiques », mais à de très nombreuses publications qui, quoique « largement inconnues » (p. 123) par l’historiographie contemporaine, ont participé au mouvement général de légitimation de la sociologie en tant que discipline scientifique.

3Les deux derniers chapitres interrogent les significations plurielles de cet engouement sociologique. L'auteur abandonne ici la méthode bibliométrique, pour mener une analyse plus « qualitative » du corpus. À l'aide d'une typologie d'inspiration wébérienne, Sébastien Mosbah-Natanson identifie cinq formes de vocations. Deux formes, celles universitaire et publique, sont qualifiées de « majeures », alors que les trois autres, celles positiviste (ou comtienne), leplaysienne et catholique, sont définies comme « mineures ». Enfin, aux marges de cet ensemble de vocations constituant le mouvement intellectuel sociologique, l’auteur identifie une quarantaine de publications très hétérogènes appartenant au pôle non-scientifique. La thèse défendue est que, même si « la vocation universitaire est celle qui va s'affirmer et s'arroger progressivement le monopole de la production sociologique légitime », il existe une « pluralité des formes de l'engagement sociologique entre les dernières décennies du XIXe siècle et les trois premières du XXe siècle » (p. 135).

4En définitive, l'enquête montre l'existence d'un pic de production éditoriale se revendiquant de la sociologie vers 1900, auquel participent à la fois des auteurs évoluant dans le monde universitaire (principalement des jeunes intellectuels liés à l'enseignement, mais aussi des auteurs plus vieux liés aux sociétés savantes), des cercles plus larges (on y trouve alors des universitaires ponctuellement engagés ainsi que des publicistes et des fonctionnaires), et des individus produisant des ouvrages dont les prétentions scientifiques sont à peu près nulles. Cette recherche permet ainsi, à partir d'une analyse de la sociologie en tant que fait éditorial, de « rendre à ce moment crucial pour l'émergence de la sociologie sa complexité qu'une historiographie souvent durkheimocentrée avait tendance à épurer » (p. 249). Mosbah-Natanson invite d’ailleurs à prolonger cette recherche centrée sur la production par une autre, qui étudierait la réception de ces mêmes œuvres. De tels travaux auraient un intérêt proprement historique, mais ils permettraient aussi d'accompagner dans leur réflexion « les sociologues qui veulent penser leur rôle un siècle plus tard. Sans pour autant s'illusionner, pour hier comme pour aujourd'hui, sur celui-ci » (p. 251).

  • 4 On peut citer, dans l'ordre chronologique et pour une période d'environ un an : Heilbron Johan, Fre (...)
  • 5 Mosbah-Natanson Sébastien, « Une sociologie historique de (toute ?) la sociologie française depuis (...)

5Une « mode » de la sociologie. Publications et vocations sociologiques en France en 1900 s’inscrit dans une actualité éditoriale marquée par un regain d’intérêt manifeste pour la naissance de la sociologie française4. Un bon moyen d'envisager la manière dont cet ouvrage prend place au sein de ce mouvement est de se référer aux commentaires critiques de son auteur au sujet du livre French Sociology de Johan Heilbron, dans les pages de la Revue d'histoire des sciences humaines5. Dans ce texte, Mosbah-Natanson développe deux avertissements pour ceux qui veulent bâtir une histoire sociale de l'ensemble de la sociologie française depuis 1800 jusqu'à environ 2000 (ce qui constitue selon lui le projet de French Sociology). D’une part, il convient de ne pas réduire la relation que la production sociologique entretient avec l'enseignement supérieur français au moment de son entrée dans la Faculté des lettres. D’autre part, il convient de ne pas omettre des figures majeures de la sociologie contemporaine telles que Bruno Latour, Luc Boltanski, ou encore Michel Maffesoli. Bien qu'éloignées du pôle restreint sur lequel Johan Heilbron s'est concentré, les écoles de ces auteurs participeraient néanmoins à la dynamique d'ensemble de la discipline.

6Cette remarque se situe à notre sens dans le prolongement de ce travail. Sa principale force est de rendre compte – grâce à une construction de l'objet extrêmement rigoureuse et d'analyses pertinentes, car fondées sur un travail empirique de qualité dont les étapes sont détaillées avec une très grande précision – de la diversité foisonnante et largement inexplorée du phénomène de naissance du mouvement sociologique français. On regrettera que l'absence de femmes dans la naissance de la sociologie française, indiquée par leur très faible représentation dans le corpus, ne fasse pas l'objet de développement. On mentionnera également le nombre assez important de maladresses typographiques, regrettables au regard du prix élevé du livre. Cela ne saurait cependant remettre en cause la qualité indéniable de cet ouvrage, qui par la maîtrise de l'historiographie existante, de la construction de l'objet et des méthodes d'analyse, parvient à offrir des perspectives de connaissance réellement stimulantes.

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple cet article majeur de Victor Karady, publié dans un numéro spécial de la Revue française de sociologie coordonné par Philippe Besnard : Karady Victor, « Durkheim, les sciences sociales et l'Université : bilan d'un semi-échec », Revue française de sociologie, vol. 17, n°2, 1976, p. 267-311.

2 Plus précisément, l'auteur fait travailler empiriquement les concepts de « social knowledge practices » et de « scientific/intellectual movements » respectivement présentés dans : Camic Charles, Gross Neil, Lamont Michèle, « The Study of Social Knowledge Making », in Camic Charles, Gross Neil, Lamont Michèle (dir.), Social Knowledge in the Making, Chicago, University of Chicago Press, 2011, p. 1-40 ; Frickel Scott, Gross Neil, « A General Theory of Scientific/Intellectual Movements », American Scoiological Review, vol. 70, n° 2, 2005, p. 204-232.

3 Berthelot Jean-Michel, « Le texte scientifique. Structures et métamorphoses », in Berthelot Jean-Michel (dir.), Figures du texte scientifique, Paris, Presses Universitaires de France, coll. « Science, histoire et société », 2003, p. 19-53.

4 On peut citer, dans l'ordre chronologique et pour une période d'environ un an : Heilbron Johan, French Sociology, Ithaca, Cornell University Press, coll. « First Edition », 2015; Hirsch Thomas, Le temps des sociétés. D'Émile Durkheim à Marc Bloch, Paris, EHESS, coll. « En temps & lieux », 2016 ; Joly Marc, La révolution sociologique. De la naissance d’un régime scientifique à la crise de la philosophie (XIXe-XXe siècles), Paris, La Découverte, coll. « Laboratoire des sciences sociales », 2017. Pour ce dernier ouvrage, voir notre compte-rendu pour Lectures : http://lectures.revues.org/22440.

5 Mosbah-Natanson Sébastien, « Une sociologie historique de (toute ?) la sociologie française depuis 1800 », Revue d'histoire des sciences humaines, n °30, 2017, p. 277-288.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Matthias Fringant, « Mosbah-Natanson, Une « mode » de la sociologie. Publications et vocations sociologiques en France vers 1900 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 29 juillet 2017, consulté le 17 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/23295

Haut de page

Rédacteur

Matthias Fringant

Doctorant en sociologie à l'EHESS.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page