Navigation – Plan du site

Bruno Karsenti, L’Allemagne au-dessus de tout. Commentaire à vive voix

Thaïs Bihour
L'Allemagne au-dessus de tout
Émile Durkheim, Bruno Karsenti, L'Allemagne au-dessus de tout. Commentaire à vive voix, Paris, EHESS, coll. « Audiographie », 2017, 124 p., ISBN : 978-2-7132-2713-4.
Haut de page

Texte intégral

1Émile Durkheim (1858-1917), sociologue français considéré comme l’un des pères fondateurs de la sociologie moderne, connaît une période de patriotisme actif durant la Grande Guerre. Engagé sur le plan de la culture et des idées, il place sa réflexion socio-politique au service d’une dénonciation farouche de l’Allemagne et de son idéologie pangermaniste : de là découle un « texte maudit » (p. 8) souvent évincé des anthologies du sociologue et intitulé L’Allemagne au-dessus de tout. Sur un ton pamphlétaire, Durkheim y confronte ses concepts fondamentaux du fait social et de l’anomie, à la tradition philosophique allemande – selon lui aux origines du Premier conflit mondial.

  • 1 À propos des rapports entre Durkheim et ses contemporains sociologues, nous conseillons l’article d (...)
  • 2 Pour en savoir plus sur la pensée de Simmel confrontée à la Grande Guerre, voir Georg Simmel, Face (...)

2Pourtant, cette diatribe recèle plus de nuances que son apparence propagandiste ne laisse à penser : dans son Commentaire à vive voix, le philosophe Bruno Karsenti invite à une relecture éclairée du texte original qui, loin d’un irréductible égarement nationaliste de Durkheim, cache pour lui une réflexion sur le libéralisme et l’individualisme modernes. Au fond, le sociologue partage tout en s’en détachant, les préoccupations de ses contemporains1 – à l’instar du philosophe et sociologue allemand Georg Simmel2. S’ils se rejoignent par leurs réflexions sur la modernité, Durkheim reste convaincu que la psychologie des individus est collective et refuse d’admettre l’idée d’une psychologie individuelle ; cela marque de manière décisive son interprétation de la pensée allemande durant la guerre.

3L’ouvrage s’articule donc en deux parties : un essai de Bruno Karsenti – fruit d’une conférence proposée en 2014 à la Maison de l’Allemagne – qui permet de replacer le texte durkheimien au sein d’une culture de guerre tant philosophique, sociologique qu’historique, indispensable à sa compréhension ; puis la version originelle de L’Allemagne au-dessus de tout de Durkheim. Loin de chercher à expliciter a posteriori les propos de Durkheim, Bruno Karsenti démontre toute l’honnêteté de sa démarche, n’hésitant pas à se remettre en question ; en effet, il souligne l’ambiguïté dérangeante de ce texte, qui ne peut s’appréhender aisément sur le plan scientifique : « Durkheim ne parle ici de la guerre que pour parler de l’Allemagne. […] la guerre résulte non pas tant d’une volonté de l’Allemagne – comme si elle en avait le choix – que d’une expression de l’Allemagne. Or, tout le sens du propos est de montrer que cette expression procède précisément d’une pathologie de la volonté » (p. 12-13). Au-delà du contexte imposé dès 1914, il apparaît vite que la guerre comme argument de défense patriotique se délite face au constat qui se lit entre les lignes : pour le sociologue, l’Allemagne – qui n’est portée que par son désir de se réaliser à travers le conflit, diffère à présent des autres nations européennes.

  • 3 En effet, le premier couplet de l’hymne national allemand – le Deutschlanlied, se compose des parol (...)

4Bien sûr, Durkheim réfléchit en sociologue ; c’est là un point important soulevé par Bruno Karsenti : s’il combat l’Allemagne, il s’appuie avant tout sur un socle social, politique et moral pour montrer que cette nation s’est laissée emporter dans un « déraillement de la modernité » (p. 15). Ainsi, cette modernité dévoyée se matérialiserait dans la préposition über – au-dessus en françaisscandée dans l’hymne patriotique3, et qui métaphoriserait la supériorité de l’Allemagne sur les autres nations. Pour autant, L’Allemagne au-dessus de tout n’a pas vocation explicative ; c’est une monstration qui ne développe ni « l’explication de la genèse des thèses allemandes qu’il expose, [ni] le récit sociologique de l’engendrement de la mentalité allemande » (p. 21). À ce stade, si l’on est encore convaincu du caractère strictement pamphlétaire du texte, il faut l’analyser plus avant.

5Durkheim, en effet, ne reproche pas simplement à l’Allemagne son élan guerrier ; ce qu’il dénonce en filigrane, c’est l’articulation particulière entre le droit et la politique de l’État souverain, donnant à la guerre un statut immuable et fondateur. Pour appuyer ses propos, il fait appel à l’écrivain Heinrich von Treitschke : ce dernier aurait théorisé dans ses écrits toute la mentalité allemande, et Durkheim entend bien le citer à maintes reprises afin qu’on ne l’accuse pas d’interprétations fallacieuses. À partir de ces éléments, Bruno Karsenti décortique le texte dans sa richesse et sa complexité, au point d’en révéler tous les rouages : certes renfermé sur lui-même en certains points, cet écrit n’en dessine pas moins une interrogation sociologique sous-jacente sur la validité souveraine d’un État, à savoir ses droits et ses devoirs, mais surtout, le socle sur lequel repose sa légitimité. Au-delà de l’opposition franco-allemande, la critique même porte sur la modernité telle qu’elle se dessine à son époque, telle « un fruit malencontreux du processus civilisationnel […] qui concerne l’Europe elle-même » (p. 26-27).

  • 4 En effet, ce que Treitschke désigne comme la société civile est traversé par des intérêts personnel (...)

6Malgré l’argumentation sociologique et européenne qui émerge de ce texte, L’Allemagne au-dessus de tout demeure extrêmement défavorable envers la nation allemande. La thèse intrinsèque et implacable tombe au fil des pages : l’Allemagne serait victime d’un idéalisme pathologique, d’une hypertrophie du vouloir qui se transcenderait dans la guerre. Ainsi, « pratiquer l’idéalisme de façon pathologique, c’est conclure que le plan de la société civile ne peut être transcendé qu’au prix d’une négation. […] La guerre, entendons le concept philosophique de guerre, ne fait que traduire cette négation : par elle, […] c’est la vie sociale interne qui se transcende, et qui se transcende en se niant » (p. 34). Poussant l’argumentaire jusqu’à ses limites, Durkheim achève de tisser des liens entre Treitschke, pathologie de l’État idéalisé, et le célèbre Machiavel, afin de démontrer que le devoir des citoyens allemands est de se soumettre entièrement à l’État4. Il conclut d’ailleurs ironiquement par la célèbre maxime : « la fin justifie les moyens ».

7Pris dans ce périlleux équilibre entre satire et authentique réflexion sociologique, le texte interroge aussi l’impact de la Réforme protestante ébauchée dès le XVIème siècle sur l’idéologie politique allemande – et par extension, sur le déclenchement du conflit. Si Durkheim passe sous silence la genèse et les implications de l’évènement, il n’en considère pas moins que l’Allemagne serait une « une anomalie dans l’histoire du christianisme […] rien de plus qu’un grossier contresens, l’instrumentation d’un christianisme mal compris aux seules fins de la politique de puissance » (p. 43). Alors, le couperet tombe : l’Allemagne protestante, sous l’influence de ses penseurs – dont Treitschke en première ligne – feraient preuve d’une méconnaissance de la morale chrétienne, ce qui conduit l’État souverain à se croire au-dessus de la morale, voire au-dessus de Dieu.

8Finalement, aussi comparatiste et pamphlétaire que soit le texte de Durkheim, il va plus loin que la majorité des écrits contemporains produits dans ce contexte, et ne peut se réduire aux interprétations postérieures qui en ont été faites. Ici, Durkheim inscrit l’Allemagne et sa mentalité au cœur d’un processus social qui menace l’Europe dans sa totalité : dans ses fondements, l’Allemagne n’est pas différente de la France ou de l’Angleterre, mais la construction de sa modernité a dévié à tel point qu’un abîme s’est creusé. Bruno Karsenti l’explique très justement : « Le pathologique n’a de sens qu’en relation au normal. Or le “normal” de l’Allemagne n’est pas différent de celui de la France. […] Dans ces guerres, rappeler cette histoire commune, comprendre de quoi elle était faite et dans quelle direction elle allait, revenait à prendre parti pour un camp contre un autre, sans ambages et sans tergiversations. C’est ce que fit Durkheim dans L’Allemagne au-dessus de tout. Pour cela, il lui fallait montrer en quoi, exactement, l’Allemagne dévie » (p. 48).

9Dès lors, plus qu’un manifeste anti-germanique dont le sens se dissimule sous le contexte de 1914-1918, le texte de Durkheim se révèle comme une observation sur les dangers de la construction sociale de l’homme moderne et de son individualisme grandissant, dont la sphère d’idéalité est incarnée par un État tout puissant auquel l’individu moderne se soumet inconsciemment par la force. À terme, cet idéalisme pathologique mènerait les nations européennes à une crise de la modernité.

10Dans ce Commentaire à vive voix, Bruno Karsenti livre donc une explication brillante quoique complexe en certains aspects, d’un texte de Durkheim si souvent occulté, pour en révéler l’essence fondamentale et l’extraire de son carcan pamphlétaire. Cependant, la rigueur scientifique et la multitude de connaissances nécessaires à la compréhension de l’analyse – tant sur le plan philosophique, politique, sociologique que religieux – destinent en priorité cet ouvrage passionnant à un lectorat déjà familier de la pensée durkheimienne et du contexte de la Grande Guerre.

Haut de page

Notes

1 À propos des rapports entre Durkheim et ses contemporains sociologues, nous conseillons l’article de Papilloud Christian, « Simmel, Durkheim et Mauss. Naissance ratée de la sociologie européenne », Revue du MAUSS, n° 20, 2002, p. 300-327, disponible en ligne : http://www.cairn.info/revue-du-mauss-2002-2-page-300.htm.

2 Pour en savoir plus sur la pensée de Simmel confrontée à la Grande Guerre, voir Georg Simmel, Face à la guerre. Écrits 1914-1916, Paris, Éditions Rue d’Ulm, coll. « Versions françaises », 2015 ; notre compte rendu pour Lectures : http://lectures.revues.org/17987.

3 En effet, le premier couplet de l’hymne national allemand – le Deutschlanlied, se compose des paroles suivantes : « Deutschland, Deutschland über alles, über alles in der Welt. Wenn es stets zu Schutz und Trutze brüderlich zusammenhält, von der Maas bis an die Memel, von der Etsch an den Belt. Deutschland, Deutschland über alles, über alles in der Welt. » – littéralement en français : « L’Allemagne, l’Allemagne au-dessus de tout, au-dessus de tout le monde. Quand toujours pour sa défense et sa protection, elle est fraternellement unie, de la Meuse jusqu’à Memel, de l’Adige jusqu’au Détroit. L’Allemagne, l’Allemagne au-dessus de tout, au-dessus de tout le monde. »

4 En effet, ce que Treitschke désigne comme la société civile est traversé par des intérêts personnels (famille, esthétique, argent, entres autres) qui peuvent aller à l’encontre de l’unité et de la solidité de l’État. Mais dans son idéalisme pathologique, la société civile allemande prendrait conscience que les groupes qui la constituent ne peuvent être mus uniquement par leur intérêt propre : l’État trouve donc son socle parmi les consciences individuelles. Ainsi Treitschke explique-t-il que « c’est donc à l’État qu’il appartient de dicter ses lois, et puisqu’il ne peut se passer d’unité, il faut que la société civile se plie à ses exigences » (p. 98).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thaïs Bihour, « Bruno Karsenti, L’Allemagne au-dessus de tout. Commentaire à vive voix », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 30 juillet 2017, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/23297

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page