Skip to navigation – Site map

Bénédicte Michalon, Tristan Bruslé (dir), « Enfermement et catégorisations », Critique internationale, n° 72, 2016

Audrey Higelin
Enfermement et catégorisations
Tristan Bruslé, Bénédicte Michalon (dir.), « Enfermement et catégorisations », Critique internationale, n° 72, juillet-septembre 2016, 172 p., Paris, ISBN : 9782724634457.
Top of page

Full text

  • 1 Dossier issu du programme « TerrFerme » financé par l’ANR (2009-2012) et le Conseil régional d’Aqui (...)

1Ce numéro « Thema » de la revue Critique internationale consacre, dans un dossier intitulé « Enfermement et catégorisations », quatre contributions basées sur l’étude de terrains précis et d’« ethnographies fines » à la question des « processus de classement des personnes à l’œuvre dans les institutions de réclusion »1. Dans une introduction riche et dûment documentée, « L’ethnicité, la religion et le genre dans les institutions d’enfermement : processus et effets de catégorisation », Bénédicte Michalon et Tristan Bruslé présentent à la fois le cadre de la réflexion et la spécificité de chaque contribution. Le présent dossier a donc pour ambition d’interroger le rapport des institutions de réclusion – prisons et lieux de confinement des étrangers – aux processus de catégorisations par l’ethnicité, le genre et la religion. Les quatre auteurs questionnent en effet « les représentations institutionnelles de la différence et leur problématisation dans les interactions sociales entre les murs » (p. 11) afin d’examiner, par le biais d’exemples circonstanciés, « ce que l’enfermement fait aux processus de catégorisation et, réciproquement, comment les logiques de classification sont transformées, mises à mal ou au contraire renforcées en situation de réclusion » (p. 18). Les enquêtes ethnographiques illustrent des cas typiques de catégorisation, du point de vue des agents et des acteurs, afin de démontrer que cette dernière peut être à la fois un outil de gestion des relations sociales et un moyen de fonctionnement et de reproduction de rapports de pouvoir.

  • 2 « D’un côté, il s’agit d’une opération taxinomique, visant à créer une “classe” (ou une “catégorie” (...)
  • 3 Foucault Michel, Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 2004, p. 149.

2La contribution signée par Aurore Mottet, « Répartition et circulation, les enjeux de la catégorisation dans le camp de Choucha (Tunisie) », après avoir défini le processus même de catégorisation2, illustre, en se saisissant d’un cas bien spécifique, la manière dont elle est un instrument utile à l’institution – ici le Haut commissariat aux réfugiés (HCR) – pour déployer ses moyens de contrôle quotidiens. Ces derniers concernent principalement la distribution spatiale, afin d’organiser la « paix sociale », et s’appuient sur un processus d’essentialisation des appartenances nationales et ethniques. Cette catégorisation permet en outre à la fois de faire cohabiter les individus et de « faire circuler les migrants, dans un sens ou dans l’autre, selon l’issue de la procédure administrative » (p. 18), le HCR transformant les nationalités en catégories administratives déterminant la possibilité de se voir accorder ou non une protection internationale. Le positionnement dans les secteurs du camp est alors vécu comme un enjeu, dont Aurore Mottet démontre qu’il est parfaitement intégré par les acteurs, au point que ces stratégies institutionnelles sont parfois instrumentalisées par ces derniers. L’auteure conclut, en reprenant les termes de Foucault, que le camp de transit devient, sous l’effet de ce type de processus de catégorisation, à la fois un « espace mixte », à savoir un espace réel, habité dans sa matérialité et sa sectorisation, et un espace idéel, « puisque se projettent sur cet aménagement des caractérisations, des estimations, des hiérarchies »3.

3Dans la contribution de Louise Tassin, « Les frontières de la rétention : genre et ethnicité dans le contrôle des étrangers en instance d’expulsion », c’est aussi de catégorisation dont il est question, mais cette fois dans un Centre de rétention administrative (CRA) français. Comme le camp de réfugiés précédemment évoqué, les CRA sont des lieux de confinement qui « contraignent des populations distinctes à une proximité physique au quotidien, voire à une forme d’intimité, qui contribuent à renforcer ou atténuer certaines frontières sociales » (p. 36) ; ils accueillent une population étrangère en situation irrégulière. Face à ces « retenus », prennent place des fonctionnaires de l’État, incarnés principalement par des hommes blancs, et des agents aux fonctions subalternes, salariés du secteur privé, présentant plus d’hétérogénéité en termes de genre et d’origine ethnique. Il s’agit pour l’auteure, par une enquête ethnographique menée en immersion en tant que chercheure dans un des plus grands centres de rétention en France, sans restriction d’accès ni de rencontre, de comprendre comment les classifications relatives à l’origine et au sexe du personnel et des retenus déterminent ou non le traitement de ces derniers et le fonctionnement de l’institution dans ses murs. En étudiant les effets de l’arrivée de ces salariés dans les CRA, Louise Tassin démontre notamment que la répartition ethnique entre « retenus » et personnels remet en question les frontières sociales au sein de l’institution de confinement. D’une part, les salariés du privé, aux caractéristiques socio-économiques souvent proches des populations recluses, jouent un rôle informel de médiation qui peut fluidifier les relations entre les catégories et favoriser le bon fonctionnement du centre, non sans ambivalence. En effet, la proximité peut aussi être soupçonnée d’installer une connivence dont les agents de l’État craignent qu’elle puisse devenir une menace. D’autre part, l’auteure démontre que les mécanismes de catégorisation du personnel sont à l’intersection de l’ethnicité et du genre : les salariées du secteur privé d’origine maghrébine se voient ainsi confinées à des tâches considérées comme « féminines » et relevant d’une proximité culturelle avec les retenus, rapprochement symbolique dont elles disent parfois souffrir, en ce qu’il les place dans une position ambivalente entre les retenus et les professionnels. La question du genre – en l’espèce, de virilité comme un construit de l’identité professionnelle – induit aussi des discriminations à l’intérieur même des catégories : ainsi les policières en sont-elles victimes par rapport à leurs homologues masculins, « comme si le manque d’interventions physiques [au sein d’un CRA], en produisant des frustrations, conduisait justement les policiers à surexposer leur virilité » (p. 44). Les policiers hommes dont certains traits ou comportement seraient considérés comme féminins sont d’ailleurs exposés au même phénomène, en relation avec l’ethnicisation ou la racialisation de ces derniers, minoritaires.

4S’agissant du contexte actuel et de la construction d’une catégorie de dangerosité, la contribution de Claire de Galembert, « Le “radical”, une nouvelle figure de dangerosité carcérale aux contours flous », se révèle particulièrement éclairante. Cette dernière étudie le processus de construction de la figure de l’islamiste radical sous l’influence combinée du système médiatique et des normes européennes à intégrer par l’administration pénitentiaire. Plutôt que de se prononcer sur l’influence très discutable et discutée par la communauté scientifique de l’influence de la prison dans le passage à la violence se revendiquant de l’islam, l’auteure examine « les ressorts et processus qui font que le “radical”, déclaré ou en puissance, s’est imposé dans le langage pénitentiaire comme une catégorie de référence ». La dangerosité du « radical » est ici analysée comme « une catégorie d’action publique, fruit d’une construction sociale ». L’intérêt de la contribution réside dans sa précision conceptuelle et le caractère diachronique de l’analyse du phénomène. Claire de Galembert détaille en effet les circonstances, le contexte et les acteurs à l’origine de la création d’un catégorie, les « prosélytes », qui ont fait l’objet d’une politique de détection par la Direction de l’administration pénitentiaire (DAP), avant d’analyser le glissement terminologique qui a vu, en 2008, le terme « radical », ou l’expression « en voie de radicalisation » se substituer à celui de « prosélyte ». Ce dernier est issu d’un débat trop franco-français pour convenir à l’européanisation de la politique de lutte contre la radicalisation, « plus axée sur la logique de prévention que ne l’étaient les politiques antiterroristes classiques » (p. 54). L’auteure analyse également la difficile définition des contours du terme même de « radical », notamment au sein de la DAP, et les difficultés pratiques qui découlent de cette absence de référentiel partagé, prenant pour exemple la sélection des détenus affectés dans le quartier spécifique de Fresnes. Il apparaît, d’une manière générale, que les termes de « radical » et « prosélyte » continuent à coexister, ajoutant de la confusion terminologique au flou conceptuel, l’un se nourrissant de l’autre. Ces techniques de fichage relatives au sens commun et à une inscription trop manifeste dans l’islam, même inscrites dans un cadre terminologique et conceptuel mouvant, semblent intégrées par des détenus au point que certains d’entre eux développent eux-mêmes des stratégies d’évitement et de « dissimulation du stigmate, voire un éloignement de la religion » (p. 69), qui se retournent contre eux. En procédant ainsi, ces détenus se révèlent aux yeux de l’institution conformes au stéréotype du « vrai radical », à savoir celui qui dissimule sa religiosité. Cette logique de mise à distance, voire de contestation des catégories imposées, est un des viatiques du dossier.

5S’agissant là aussi de catégorisation relative à la religion, on la retrouve questionnée dans la contribution de Irène Becci, Mohammed Khalid Rhazzali et Valentina Schiavinato, « Appréhension et expérience de la pluralité religieuse dans les prisons en Suisse et en Italie : une approche par l’ethnographie ». Les auteurs de cette contribution collective, qui clôt le dossier, proposent d’aborder la problématique de la pluralité religieuse par le biais d’une méthodologie combinée, qui emprunte à la fois aux démarches qualitatives et quantitatives. En effet, il s’agit de questionner les différents traitements de la variable « religion » par les administrations pénitentiaires, d’une part, et d’interroger le vécu des détenus relatif à la religion, d’autre part, afin de mettre au jour la complexité des relations qui existent entre la catégorie « appartenance religieuse » et la religion « vécue », dans le contexte très spécifique qu’est celui de la prison. Outre les conclusions qu’elle présente, cette contribution se montre particulièrement éclairante sur les choix méthodologiques guidés par cette approche plurifocale, leur mise en pratique sur le terrain, et les analyses croisées qui ont pu être menées à partir des données récoltées. La combinaison de données quantitatives, issues principalement de statistiques officielles, et de données qualitatives, composées d’entretiens ethnographiques structurés ou semi-structurés, d’observation et de conversations ethnographiques, se montre particulièrement pertinente dans le cas d’espèce. Enfin, le sociologue évoluant sur un terrain français, ou tout autre terrain sur lequel les statistiques ethniques et relatives à la religion ne sont pas pratiquées ou sont interdites par la loi, trouvera matière à réfléchir dans cette contribution, à partir de l’exposé des usages et pratiques de ces dernières, aussi bien par l’institution que par le chercheur, et sans manichéisme.

Top of page

Notes

1 Dossier issu du programme « TerrFerme » financé par l’ANR (2009-2012) et le Conseil régional d’Aquitaine (2011-2015) et dirigé par Tristan Bruslé (Chargé de recherches au CNRS en poste au Centre de sciences humaines de New Dehli) et Bénédicte Michalon (chargée de recherches CNRS au laboratoire Passages-Université Bordeaux Montaigne).

2 « D’un côté, il s’agit d’une opération taxinomique, visant à créer une “classe” (ou une “catégorie”), en rangeant au sein d’un même ensemble des éléments ayant les mêmes propriétés. D’un autre côté, il s’agit d’une opération d’identification (ou d’individualisation) qui vise à isoler chacun des éléments appartenant à la classe considérée. » in Gérad Noiriel, « Représentation nationale et catégories sociales », Genèses, n° 26, 1997, p. 31.

3 Foucault Michel, Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 2004, p. 149.

Top of page

References

Electronic reference

Audrey Higelin, « Bénédicte Michalon, Tristan Bruslé (dir), « Enfermement et catégorisations », Critique internationale, n° 72, 2016 », Lectures [Online], Reviews, 2017, Online since 30 July 2017, connection on 24 October 2017. URL : http://lectures.revues.org/23298

Top of page

Subject

Criminologie

Discrimination

Inequality

Justice

Religion - Beliefs

Migrations - Minorities

Top of page

About the author

Audrey Higelin

Docteure en sciences historiques, qualifiée aux fonctions de maître de conférences en 22e section, ses travaux portent sur l’architecture carcérale, l’histoire de la justice et des peines, ainsi que la sociologie de la prison. Elle est l’auteure de plusieurs contributions à des ouvrages collectifs et de monographies dans ces domaines.

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page