Navigation – Plan du site

Or Rosenboim, The Emergence of Globalism. Visions of World Order in Britain and the United States, 1939-1950.

Olivier Schmitt
The Emergence of Globalism
Or Rosenboim, The Emergence of Globalism. Visions of World Order in Britain and the United States, 1939-1950, Princeton and Oxford, Princeton University Press, 2017, 338 p., ISBN : 9780691168722.
Haut de page

Texte intégral

1La question de la gestion collective des problèmes internationaux invite souvent l’observateur à la déception, voire au cynisme. En dépit de décennies d’analyses démontrant l’« interdépendance complexe » prévalant au sein du système international, les responsables politiques comme les électeurs ont montré peu d’appétence pour un renforcement des organisations et des politiques internationales, malgré la nécessité posée par les enjeux globaux tels que la violence extrémiste, les inégalités économiques ou les migrations internationales. Le récent retrait des États-Unis de l’accord de Paris sur le changement climatique, officiellement au nom des intérêts économiques du pays, est l’illustration la plus récente de cette dynamique. Comme plusieurs commentateurs l’ont relevé, cette décision était négative non seulement à cause de sa brutalité, mais aussi car elle révélait la faiblesse originale de l’accord, qui ne dispose pas de mécanismes de mise en œuvre ou d’incitations substantiels, et se repose au final sur la bonne volonté des gouvernements.

2Ces difficultés ne sont absolument pas nouvelles, comme le montre dans son excellent ouvrage Or Rosenboim, chercheure à l’université de Cambridge. Les années 1940 ont également connu un moment similaire durant lequel des intellectuels ont cherché à convaincre les États que les problèmes internationaux devaient être gérés de manière globale. Une succession d’événements majeurs tels que la Grande Dépression, la Seconde Guerre Mondiale et la fin des Empires coloniaux a convaincu un certain nombre de chercheurs en sciences sociales et de philosophes que les enjeux internationaux ne pouvaient plus être gérés seulement par les gouvernements : aussi longtemps que ceux-ci considéreraient leurs intérêts à travers le prisme de la souveraineté nationale, ils seraient incapables de développer une coopération durable et productive, même au sein d’institutions telles que les Nations Unies.

3Ces convictions ont donné lieu à une impressionnante et soutenue campagne intellectuelle pour transformer la politique mondiale. L’ouvrage retrace ainsi les efforts d’intellectuels américains, britanniques, français et italiens pour définir les contours d’un nouvel ordre international post-Seconde Guerre mondiale. Ces auteurs différaient dans leur objet principal (certains s’intéressaient en priorité aux politiques économiques, d’autres aux calculs géostratégiques ou aux cadres juridiques, etc.), mais tous s’accordaient sur l’idée que la politique nationale était devenue secondaire par rapport à la politique mondiale. Le monde était devenu profondément interconnecté à travers ses liens économiques, politiques et technologiques, rendant la gestion des problèmes internationaux au-delà des capacités d’une seule nation. Ce dialogue et cette vision « globale » se termine en 1953, avec la guerre de Corée qui fait rentrer le débat intellectuel dans une acceptation de la bipolarisation du système international. Néanmoins, Rosenboim avance que les idées échangées durant ces années sont toujours intéressantes pour penser les enjeux de la globalisation et les moyens de gérer ses conséquences négatives.

4Rosenboim organise ses chapitres en dialogues entre plusieurs penseurs : la transformation du rôle de l’État est abordée à travers l’étude de la pensée de Raymond Aron, David Mitrany et E.H. Carr ; l’importance de la géopolitique fait dialoguer Owen Lattimore, Nicholas J. Spykman, Karl Haushofer et Frederick Jackson Turner ; la redistribution économique oppose Lionel Robbins, Barbara Wootton et Friedrich Hayeck et les enjeux scientifiques sont abordés par H.G. Wells, Charles E. Merriam et Michael Polanyi. Cette stratégie d’écriture lui permet d’éviter le piège de recréer a posteriori une pensée « globaliste » uniforme : elle montre au contraire les nuances, ou les oppositions franches entre ces penseurs sur les mécanismes menant à une stabilité internationale, en dépit de leur conviction partagée d’un nécessaire changement d’échelle pour gérer les problèmes mondiaux.

5Les ambitions –et limites- de ces penseurs « globalistes » sont particulièrement bien illustrées par la tentative d’écrire une constitution mondiale, qui occupe l’un des chapitres les plus intéressants de l’ouvrage. Sous la direction de l’émigré anti-fasciste italien Antonio Borgese, un comité de penseurs majeurs (comprenant notamment le théologien Reinhold Niebuhr et l’économiste Rexford Tugwell) a passé deux ans après la Seconde Guerre Mondiale à tenter de rédiger une constitution valable pour l’ensemble des peuples et nations. Le document final proposait pléthore d’institutions (d’une assemblée permanente élue par toutes les régions à un président de tribunaux globaux), fournissait une liste de droits politiques universels et envisageait une force militaire mondiale pour les faire respecter. Mais en dépit de la volonté du comité de défendre l’égalité universelle, ses travaux reflétaient les valeurs occidentales. Par exemple, Borgese souhaitait garantir la domination atlantique en basant la représentation au parlement mondial non seulement sur la population, mais aussi sur le « statut économique » des pays et leur « contribution à l’humanité ». Aucun représentant asiatique, africain ou latino-américain ne fut invité à prendre part aux travaux du comité.

6Rosenboim souligne souvent comment, en dépit de leurs ambitions transformatrices, les globalistes des années 1940 ont au final rarement rompu avec les normes dominantes de leurs sociétés. L’auteure montre ainsi que c’est ce provincialisme intellectuel, plus que les dures réalités de la vie politique internationale (comme l’avanceraient les soi-disant « réalistes ») qui a conduit la tentative à l’échec. Imprégnés de pensée occidentale, ces intellectuels eurent les plus grandes difficultés à envisager un ordre international réellement équitable.

7Néanmoins, la comparaison entre la pensée « globaliste » des années 1940 et les écrits actuels ne doit pas nous laisser croire que notre réflexion est plus subtile que celle de nos prédécesseurs. Cet ouvrage illustre en creux, parfois brutalement, notre manque criant d’imagination et d’ambition. Pour les globalistes des années 1940, la réponse à apporter à l’interdépendance complexe était une ouverture accrue, basée sur un pluralisme non-hiérarchique et un rejet démocratique des empires coloniaux. Le globalisme ne signifiait pas nécessairement la fin des guerres ou l’abolition des États (seul un tout petit nombre théorisait un « État mondial »), mais plutôt l’acceptation d’un système international ouvert et flexible, construit de manière inclusive. Aujourd’hui, bien des commentateurs définissent le monde comme « global », mais suggèrent souvent que la réaction doit être définie par la fermeture. Ils formulent ainsi des réponses à l’interconnexion des technologies et des communications basées sur des politiques militaristes, un nationalisme exclusif et un anti-pluralisme culturel : politiques qui pour les globalistes des années 1940 ne pouvaient que mener au conflit.

8En dépit de leurs limites, ces penseurs ne doivent pas être considérés comme des utopistes naïfs. Au contraire, face à une vision de la coopération internationale limitée à des conventions diplomatiques peu contraignantes entre gouvernements nationaux, ils nous forcent à réfléchir à ce que nécessite un véritable globalisme, seul à même de traiter les problèmes internationaux. Il faut donc savoir gré à Or Rosenboim d’avoir écrit un livre agréable et érudit et de lever le voile sur un moment majeur de la pensée politique internationale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Schmitt, « Or Rosenboim, The Emergence of Globalism. Visions of World Order in Britain and the United States, 1939-1950. », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 30 juillet 2017, consulté le 17 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/23300

Haut de page

Rédacteur

Olivier Schmitt

Associate professor of international relations, Center for War Studies, University of Southern Denmark

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page