Navegación – Mapa del sitio

David M. Halperin et Trevor Hoppe (dir.), The War on Sex

François-Ronan Dubois
The war on sex
David M. Halperin, Trevor Hoppe (dir.), The war on sex, Durham and London, Duke University Press, col. « Sex and sexuality / Gay and lesbian studies », 2017, 512 p., ISBN : 9780275987855.
Inicio de página

Texto completo

1C’est un livre ardu que ses vingt-deux contributeurs proposent ici, tant par son sujet que par son style. Derrière un titre sulfureux se cache en effet une série d’études suivies sur les logiques de la criminalisation de la sexualité depuis le milieu du XXe siècle, en particulier aux États-Unis. L’approche y est critique en deux sens : parce qu’elle étudie de près les discours officiels, médiatiques, politiques ou académiques, et parce qu’elle en remet en question les conclusions comme les présupposés. The War on Sex à ce titre n’est pas neutre : c’est une dénonciation mais une dénonciation rigoureuse et soigneusement documentée.

2L’ouvrage, après une préface de Trevor Hoppe et une longue introduction de David M. Halperin, propose cinq parties thématiques, chacune marquée par une grande cohérence interne : « The Politics of Sex » (Les politiques publiques de la sexualité, p. 65-228), « The Invention of the Sex Offender » (La création du délinquant sexuel, p. 229-290), « Sex Work and the Trouble with Trafficking » (Les travailleurs du sexe et le problème du concept de trafic, p. 291-346), « Making HIV a Crime » (Faire du VIH un crime, p. 347-408) et « Resistance » (p. 409-460).

  • 1 « The New Pariahs: Sex, Crime, and Punishment in America », p. 65-125.
  • 2 « Sympathy for the Devil: Why Progressives Haven’t Helped the Sex Offender, Why They Should, and Ho (...)
  • 3 « Queer Disavowal: ‘Controversial Crimes’ and Building Abolition », p. 174-190.
  • 4 « A New Iron Closet: Failing to Extend the Spirit of Lawrence v. Texas to Prisons and Prisoners », (...)
  • 5 « Seeing the Sex and Justice Landscape through the Vatican’s Eyes: The War on Gender and the Seamle (...)

3La première partie est composée de contributions de Roger N. Lancaster1, Judith Levine2, Owen Daniel-McCarter, Erica R. Meiners et R. Noll3, J. Wallace Borchert4 et Mary Anne Case5. Toutes partent de l’histoire de la criminalisation de plus en plus intensive des pratiques sexuelles aux États-Unis, à partir des années 1970 : le développement des registres publics pour les délinquants sexuels, l’extension de la définition des délits et des crimes sexuels, la diffusion des paniques morales au sein de la société sont autant de marques d’un passage d’un régime thérapeutique à un régime d’enfermement et de contrôle. Or, ce contrôle contrevient à des dispositions constitutionnelles, qui garantissent les droits des citoyens. Ces problèmes sont contournés par la construction d’un monde pénitentiaire de plus en plus radicalement distinct du monde extérieur, d’une part, et par l’élaboration de dispositifs ad hoc, comme les commissions de suivi psychologique, qui peuvent retenir les criminels dans les prisons médicalisées, indépendamment du terme de leur peine. Les auteurs décrivent ainsi un État qui criminalise une variété sans cesse plus grande de comportements, y compris quand ceux-ci ne font aucune victime directe voire indirecte, qui enferme une part toujours plus importante de la population et dont les peines, enfin, se prolongent au-delà de la prison elle-même, puisque le statut de délinquant sexuel inscrit aux registres officiels entrave gravement l’accès au logement et le retour à l’emploi.

  • 6 « Sex Panic, Psychiatry, and the Expansion of the Carceral State », p. 229-246.
  • 7 « The Creation of the Modern Sex Offender », p. 247-267.
  • 8 « For What They Might Do: A Sex Offender Exception to the Constitution », p. 268-290.

4La deuxième partie, avec les contributions de Regina Kunzel6, Scott De Orio7 et Laura Mansnerus8, revient sur la figure centrale dont la constitution médiatique justifie le déploiement de ces dispositifs de contrôle : celle du criminel sexuel. En reprenant les observations statistiques de la première partie, les auteurs montrent ici combien la figure du criminel sexuel est construite au mépris des réalités criminologiques pour justifier les lois qui entament les droits constitutionnels des citoyens. Alors que les victimes de la violence sexuelle sont le plus souvent des proches, le discours politique et médiatique fait du criminel sexuel un étranger et un prédateur, d’une part, et un malade mental, d’autre part. D’un côté, il justifie la création des registres pour protéger des communautés alors que le criminel sexuel est un criminel qui vit à l’intérieur de la communauté et de l’autre, il tend à passer sous silence les conditions sociales, économiques et culturelles qui peuvent, structurellement, expliquer la violence sexuelle, au profit d’une naturalisation psychologique. Devenu étranger radical, le criminel sexuel se trouve privé de soutiens pour ses droits, y compris le plus souvent de la part de groupes qui réfléchissent aux droits des minorités sexuelles, comme l’avaient déjà remarqué les auteurs de la première partie : dans une large mesure, les mouvements LGBT et féministes se construisent loin de la figure du délinquant sexuel ou contre elle, contribuant parfois volontairement, dans une alliance avec la droite chrétienne, au développement pénitentiaire. C’est ce que les auteurs appellent alors le féminisme carcéral. Pourtant, ils montrent que les lois, les registres, les peines minimales et le tournant carcéral dans son ensemble affectent de manière disproportionnée les minorités sexuelles, raciales et genrées, à la fois avant, pendant et après l’incarcération.

  • 9 « The ‘Hooker Teacher’ Tells All », p. 291-296.
  • 10 « Carceral Politics as Gender Justice? The ‘Traffic in Women’ and Leoliberal Circuits of Crime, Sex (...)
  • 11 « California’s Proposition 35 and the Trouble with Trafficking », p. 323-346.

5La troisième partie, consacrée à la notion de sex trafficking (trafic sexuel) et à la prostitution, illustre ces phénomènes, avec des contributions de Melissa Petro9, Elizabeth Bernstein10 et Carol Queen et Penelope Saunders11. Les auteurs y montrent combien la catégorie de trafic sexuel est devenue vague, à l’instar de bien des catégories de criminalisation de la sexualité, donnant les coudées franches aux autoritaires judiciaires dans la gestion des sentences. Les contributions mettent en évidence le caractère inopérant et dangereux de ces mesures, qui échouent à réguler le trafic d’ampleur qu’elles dénoncent, voire à en attester l’existence, et conduisent à une criminalisation supplémentaire des travailleurs sexuels et particulièrement des femmes, dont la situation devient d’autant plus précaire. Le trafic sexuel devient alors un concept qui sert d’alibi à l’élaboration de mesures de plus en plus oppressives pour les minorités mêmes que les pouvoirs publics prétendent protéger.

  • 12 « HIV: Prosecution or Prevention? HIV Is Not a Crime », p. 347-352.
  • 13 « HIV Monsters: Gay Men, Criminal Law, and the New Political Economy of HIV », p. 353-377.
  • 14 « HIV Care as Social Rehabilitation: Medical Governance, the AIDS Surveillance Industry, and Therap (...)

6Il en va souvent de même pour le cas du VIH et des personnes séro-positives, étudié dans la quatrième partie par Sean Strub12, Gregory Tomso13 et Hans Tao-Ming Huang14. Cette partie, plus internationale puisqu’elle comprend des études des Pays-Bas (Tomso) et de Taiwan (Tao-Ming Huang), montre une tendance généralisée à la criminalisation des comportements des personnes séro-positives et un renforcement de leur surveillance au nom d’un intérêt commun. D’un problème sanitaire, le VIH est devenu dans bien des cas un problème judiciaire, à mesure que le virus devient une arme, l’infection une tentative de meurtre et la maladie une circonstance aggravante. Les auteurs montrent à la fois les effets délétères, d’un point de vue épidémiologique, d’un semblable tournant et le profit qu’en tire un complexe composé d’ONG et d’autorités médicales, qui transforment la surveillance prophylactique en secteur d’activités économiques.

  • 15 « The New War on Sex: A Report from the Global Front Lines », p. 409-428.
  • 16 « Building a Movement for Justice: Doe v. Jindal and the Campaign Against Louisiana’s Crime Against (...)
  • 17 « Bringing Sex to the Table of Justice », p. 454-460.

7La cinquième et dernière partie, avec Maurice Tomlinson15, Alexis Agathocleous16 et Amber Hollibaugh17, évoque les résistances possibles et actuelles à ces situations, développant des remarques formulées par ailleurs dans les autres articles. Les trois auteurs y font un ensemble de constats convergents à partir de l’étude de certains cas particuliers : d’une part, il est nécessaire de reprendre en main l’agenda judiciaire, particulièrement dans le domaine du droit international, et d’autre part, il est essentiel de mettre en avant l’intersection des luttes, dans la mesure où la guerre contre le sexe est d’abord et avant tout une guerre socio-économique qui affecte de manière singulière les minorités.

8C’est peu dire que cet ouvrage est une lecture essentielle pour toute personne engagée dans une réflexion sur les politiques pénitentiaires, le droit international, les minorités sexuelles, le féminisme, les droits humains, les ONG, la pornographie, la prostitution ou encore l’instrumentalisation politique des sciences psychologiques. Rigoureux et bien documentés, ces articles, qui pêchent rarement par les longues élaborations théoriques complaisantes que l’on pourrait reprocher à un ouvrage de ce genre, constituent une contribution marquante aux sciences sociales, qui se distingue tant par sa nécessité que par son excellence.

Inicio de página

Notas

1 « The New Pariahs: Sex, Crime, and Punishment in America », p. 65-125.

2 « Sympathy for the Devil: Why Progressives Haven’t Helped the Sex Offender, Why They Should, and How They Can », p. 126-173.

3 « Queer Disavowal: ‘Controversial Crimes’ and Building Abolition », p. 174-190.

4 « A New Iron Closet: Failing to Extend the Spirit of Lawrence v. Texas to Prisons and Prisoners », p. 191-210.

5 « Seeing the Sex and Justice Landscape through the Vatican’s Eyes: The War on Gender and the Seamless Garment of Sexual Rights », p. 211-228.

6 « Sex Panic, Psychiatry, and the Expansion of the Carceral State », p. 229-246.

7 « The Creation of the Modern Sex Offender », p. 247-267.

8 « For What They Might Do: A Sex Offender Exception to the Constitution », p. 268-290.

9 « The ‘Hooker Teacher’ Tells All », p. 291-296.

10 « Carceral Politics as Gender Justice? The ‘Traffic in Women’ and Leoliberal Circuits of Crime, Sex, and Rights », p. 297-322.

11 « California’s Proposition 35 and the Trouble with Trafficking », p. 323-346.

12 « HIV: Prosecution or Prevention? HIV Is Not a Crime », p. 347-352.

13 « HIV Monsters: Gay Men, Criminal Law, and the New Political Economy of HIV », p. 353-377.

14 « HIV Care as Social Rehabilitation: Medical Governance, the AIDS Surveillance Industry, and Therapeutic Citizenship in Neoliberal Taiwan », p. 378-408.

15 « The New War on Sex: A Report from the Global Front Lines », p. 409-428.

16 « Building a Movement for Justice: Doe v. Jindal and the Campaign Against Louisiana’s Crime Against Nature Statute », p. 429-453.

17 « Bringing Sex to the Table of Justice », p. 454-460.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

François-Ronan Dubois, « David M. Halperin et Trevor Hoppe (dir.), The War on Sex », Lectures [En línea], Reseñas, 2017, Publicado el 31 julio 2017, consultado el 17 agosto 2017. URL : http://lectures.revues.org/23304

Inicio de página

Redactor

François-Ronan Dubois

Agrégé de lettres modernes, doctorant sous contrat à l’Université Grenoble Alpes (Litt&Arts), spécialiste de la littérature française de l’époque moderne et de l’audiovisuel contemporain

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página