Skip to navigation – Site map

Philipp Ther, Europe since 1989. A history

Damien Larrouqué
Europe Since 1989
Philipp Ther, Europe Since 1989. A History, Princeton & Oxford, Princeton University Press, 2016, 425 p., ISBN : 9780691167374.
Top of page

Full text

  • 1 Dans la langue de Goethe, son titre original ne fait pas implicitement référence à la chute du mur (...)

1Traduit de l’allemand (première édition en 2014), cet ouvrage constitue une réflexion sur l’impact des politiques néo-libérales mises en place, au cours des vingt-cinq dernières années, notamment en Europe de l’Est et du Sud-Est1. Plutôt que de décrire précisément le contenu de ces mesures (dérégulation financière, ouverture des marchés, privatisation, libéralisation des systèmes éducatifs, de santé et de protection sociale), l’ambition de l’auteur est de rendre compte de leurs conséquences. Certes positives sur le plan économique (croissance continue, attractivité des capitaux, boom de certains secteurs industriels tels que la construction automobile), celles-ci se révèlent négatives en matière aussi bien sociale (chômage de masse, migrations économiques, paupérisation des jeunes générations) que politique (ascension électorale des partis antisystèmes), géographique (exacerbation des inégalités territoriales) ou encore culturelle (triomphe de l’individualisme et du consumérisme). Sans être partiale ni manichéenne, cette réflexion s’avère critique vis à vis de son objet : Philipp Ther assume un parti-pris clairement étatiste ou social-démocrate.

2L’approche ne manque pas d’originalité. Comme il le rappelle dans son introduction, l’auteur n’entend pas rédiger une « histoire occidentaliste » désincarnée de notre Vieux continent (p. 8). Au contraire, n’hésitant pas à illustrer son propos de nombreuses anecdotes personnelles glanées dans les différents pays étudiés ou recueillies auprès de ses collègues de la région, Philipp Ther se propose de décentrer le regard, en adoptant une posture presque ethnographique, qu’il qualifie audacieusement « d’observation participante historique » (p. 11). Sur le fond, afin d’étudier les mutations socio-économiques induites par l’introduction des logiques néolibérales en Europe centrale et orientale, il revendique une approche à la fois bottom-up (centrée sur la société plutôt que sur l’État) et multi-niveaux (alternant les différentes échelles d’analyse). Sur la forme, bien que l’usage de la première personne du sujet puisse paraître étonnant pour un ouvrage historique, le traitement n’en reste pas moins relativement classique : la réflexion s’appuie sur une bibliographie très robuste et sur d’importantes données statistiques tirées de la Banque mondiale, du Fonds monétaire international (FMI), de l’Organisation pour la coopération et le développement en Europe (OCDE), d’Eurostat, ou encore des banques nationales. Ses informations empiriques sont synthétisées dans une vingtaine de graphiques, auxquels s’ajoutent plusieurs documents iconographiques, dont une douzaine de photographies.

  • 2 L’auteur s’y réfère explicitement à deux reprises (p. 108 et 227), mais sans pour autant citer les (...)
  • 3 Lepesant Gilles, Géographie économique de l’Europe centrale, Paris, Presse de Sciences Po, 2011, p. (...)

3Au moins trois idées fortes peuvent être retenues de la lecture de cet ouvrage. Tout d’abord, « l’Europe de l’Est » ne saurait constituer un bloc homogène. Ainsi que l’écrit Philipp Ther, « ce terme ne peut plus servir à désigner une zone uniforme » (p. 144). Influencé par les théories de la « dépendance au sentier emprunté » (path dependence)2, ce livre nous montre que l’effondrement du système soviétique ne s’est pas fait de manière uniforme, n’a pas eu les mêmes incidences d’un pays à l’autre, et n’a donc pas engendré des dynamiques de transformations identiques. L’application des politiques néolibérales a été plus ou moins radicale selon la situation géopolitique des pays (proximité avec l’Europe occidentale ou maintien sous influence moscovite), leur passif économique (régions industrielles en déliquescence ou bassins d’emplois attractifs), leur héritage institutionnel (plus ou moins forte omniprésence de l’État) ou encore leur culture politique (activisme ou apathie de la société civile). Par exemple, les pays ayant forgé l’alliance informelle de Visegrád au début des années 1990 (Pologne, République Tchèque, Slovaquie, Hongrie) ont mis en œuvre des politiques néolibérales à la fois plus précoces, mais également plus erratiques et contrastées que d’autres pays de la région. Concrètement, après une première vague de dérégulation et de privatisations au début des années 1990, les pays de Visegrád sont revenus sur ces logiques de marchandisation, alors que les pays Baltes, la Bulgarie ou encore l’Ukraine les ont renforcées au tournant du XXIe siècle. En bref et ainsi que l’a déjà résumé Gilles Lepesant, « le paysage centre et est-européen est moins que jamais un bloc »3.

  • 4 Rosanvallon Pierre, La Société des égaux, Paris, Seuil, 2011, p. 321.
  • 5 Pollitt Christopher et Geert Bouckaert, Public Management Reform. A comparative Analysis, Oxford, O (...)

4Par ailleurs et dans le prolongement de ce premier point, Philipp Ther nous invite à travers son ouvrage à relativiser l’idée d’un « triomphe envahissant » de l’économie de marché4. Grâce à sa perspective comparée, il offre des clefs de lecture intéressantes pour comprendre la plus ou moins forte résilience des sociétés d’Europe centrale et orientale suite à l’imposition des thérapies de choc prescrites par le Consensus de Washington. L’auteur explique par exemple que la société polonaise s’est plus facilement adaptée que d’autres à l’introduction des logiques néolibérales, étant donné sa vigoureuse société civile, sa culture entrepreneuriale ancrée et la plus grande liberté accordée aux acteurs économiques durant la Détente. Empruntant aux sociologues le concept de « capital humain » qu’il définit comme « l’ensemble des ressources et aptitudes, à la fois individuelles et collectives, utilisées pour faire face aux défis de la transformation socio-économique » (p. 120), Philipp Ther évoque le développement précoce d’un capitalisme de classe moyenne (middle class capitalism) ou d’un capitalisme populaire (capitalism from below) dans les sociétés d’Europe centrale (p. 104). À plusieurs reprises, il souligne également le rôle d’amortisseur joué par l’Union européenne (UE) contre les effets délétères induits par la libéralisation échevelée des économies régionales (crise sociale, détérioration des finances publiques, attaques spéculatives, etc.) En clair, à l’heure de son élargissement vers l’Est, l’UE a compensé, à grands renforts de crédits, les méfaits des politiques néolibérales promues par les institutions financières internationales. Rejoignant les réflexions de Pollitt et Bouckaert relatives à la place aussi bien symbolique que pratique qu’occupe l’État en Europe continentale5, l’auteur souligne que l’UE n’a jamais été une organisation foncièrement néolibérale. Néanmoins, lors de la Grande Récession (Great Recession) consécutive à la crise de 2008-2009 et notamment durant la gestion de la dette souveraine grecque, sa rigueur budgétaire, son « manque de créativité » (p. 255) et les politiques d’austérité qu’elle a soutenues lui ont valu une perte de crédibilité et une certaine désaffection des citoyens à son égard. Pour Philipp Ther, l’ascension électorale des populismes de tous bords constitue la manifestation politique d’une crise de la représentation, en partie fondée sur le rejet du précepte thatchérien selon lequel « there is no alternative » (TINA).

5Enfin, sur le plan scientifique, l’historien développe le concept de « cotransformation », lequel est susceptible de séduire les chercheurs en politique comparée et plus particulièrement ceux travaillant sur les policy transfer. Par « cotransformation », Philipp Ther désigne les mécanismes d’influence mutuels, les logiques d’isomorphisme institutionnel et autres modalités d’apprentissage réciproque, découlant des processus d’intégration. Détaillée dans le neuvième chapitre (l’un des plus éclairants), cette cotransformation s’exerce souvent sous contraintes. En guise d’illustration, la réunification allemande a bouleversé le fonctionnement des structures corporatives traditionnelles, au point d’inverser les rapports de force entre patrons et salariés, au détriment de ces derniers. Synonyme de précarisation accrue, la réforme du marché du travail du début années 2000 constitue ainsi un exemple de cotransformation négative, dans le sens où elle a précipité un nivellement par le bas des salaires et des emplois. Fort de ce concept, l’historien attaque certains auteurs célèbres tels que François Furet ou Jürgen Habermas qu’il accuse de ne s’être jamais départis de leur vision occidentalo-centrée et, par conséquent, de n’avoir jamais conçu les pays d’Europe occidentale autrement que comme des modèles à suivre pour leurs voisins de l’Est. Cette forme d’aveuglement ne leur a pas permis de constater que « l’Ouest est devenu partiellement comme l’Est, alors que l’Est est devenu comme l’Ouest » (p. 260).

  • 6 Crouch Colin, L’étrange survie du néolibéralisme (2011), Paris, Diaphane, 2016 ; Dardot Pierre et C (...)
  • 7 Paul Sabatier et Edella Schlager, « Les approches cognitives des politiques publiques : perspective (...)
  • 8 David Dolowitz et David Marsh, « Who Learns What From Whom : a Review of the Policy Transfer Litera (...)
  • 9 A titre d’exemple, p.47 il décrit sans pour autant la désigner comme tel ce que la science politiqu (...)

6En conclusion, cet ouvrage est d’une grande qualité. Il ne se résume pas à une simple description de la transition du « communisme au consumérisme » (p. 226), ni ne peut être réduit, sur le modèle de certains essais6, à une diatribe contre le néolibéralisme – dès lors qu’il n’oublie pas d’en souligner aussi la dimension populaire. Son analyse est fine et nuancée. On regrettera néanmoins un ton parfois subjectif voire normatif. Sa principale limite concerne la question, insuffisamment traitée, de la diffusion des préceptes néolibéraux en Europe centrale et orientale. En tant qu’historien, Philipp Ther ne semble pas connaître la littérature relative à l’analyse cognitive de l’action publique7, ni celle consacrée aux policy transfer8. Précisément centrées sur le rôle et le poids des idées, ces dernières lui auraient permis de mieux expliciter les conditions du développement de l’idéologie néolibérale dans cette région et de donner, ponctuellement, plus de robustesse académique à son propos9. Facile à lire et synthétique, ce livre n’en demeure pas moins très instructif.

Top of page

Notes

1 Dans la langue de Goethe, son titre original ne fait pas implicitement référence à la chute du mur de Berlin : il signifierait « Le nouvel ordre sur le Vieux-continent : une histoire néolibérale de l’Europe ».

2 L’auteur s’y réfère explicitement à deux reprises (p. 108 et 227), mais sans pour autant citer les travaux emblématiques de Paul Pierson en la matière Cf. Pierson Paul, « Increasing Returns, Path Dependence, and the Study of Politics », The American Political Science Review, vol.94, n°2, 2000, p. 251-267 et Pierson Paul, Politics in Time. History, Institutions, and Social Analysis, Princeton, Princeton University Press, 2004.

3 Lepesant Gilles, Géographie économique de l’Europe centrale, Paris, Presse de Sciences Po, 2011, p. 12.

4 Rosanvallon Pierre, La Société des égaux, Paris, Seuil, 2011, p. 321.

5 Pollitt Christopher et Geert Bouckaert, Public Management Reform. A comparative Analysis, Oxford, Oxford University Press, 2004, Chap.4, p.65-102.

6 Crouch Colin, L’étrange survie du néolibéralisme (2011), Paris, Diaphane, 2016 ; Dardot Pierre et Christian Laval, Ce cauchemar qui n’en finit pas. Comment le néolibéralisme défait la démocratie, Paris, La Découverte, 2016.

7 Paul Sabatier et Edella Schlager, « Les approches cognitives des politiques publiques : perspectives américaines », Revue française de science politique, 50e année, n°2, 2000, p.198-208 et Pierre Muller, « L’analyse cognitive des politiques publiques : vers une sociologie politique de l’action publique », Revue française de science politique, 50e année, n°2, 2000, p.198-208

8 David Dolowitz et David Marsh, « Who Learns What From Whom : a Review of the Policy Transfer Literature », Political Studies, vol.44, 1996, p.343-347 et Cristoph Knill, « Introduction : Cross-national policy convergence : concepts, approaches and explenatory factors », Journal of European Public Policy, vol.5, n°2, p.764-774.

9 A titre d’exemple, p.47 il décrit sans pour autant la désigner comme tel ce que la science politique dénomme une « communauté épistémique ». Cf. Hass Peter, « Introduction : epistemic communities and international policy coordination », International Organization, vol.46, n°1, 1992, p.1-35.

Top of page

References

Electronic reference

Damien Larrouqué, « Philipp Ther, Europe since 1989. A history », Lectures [Online], Reviews, 2017, Online since 01 August 2017, connection on 17 August 2017. URL : http://lectures.revues.org/23306

Top of page

About the author

Damien Larrouqué

ATER à Paris 2 Panthéon-Assas, docteur associé au CERI-Sciences Po

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page