Navegación – Mapa del sitio

Jocelyn Lachance, Yann Leroux et Sophie Limare, Selfies d’ados

Jean Bernatchez
Selfies d'ados
Jocelyn Lachance, Yann Leroux, Sophie Limare, Selfies d'ados, Paris, Editions Hermann, col. « Adologiques », 2017, 183 p., préface de Joan Fontcuberta, ISBN : 978-2-7056-7389-5.
Inicio de página

Texto completo

1L’ouvrage propose trois analyses contrastées, mais bien intégrées, de la pratique du selfie par les adolescents, défini comme « un autoportrait numérique, généralement réalisé avec un téléphone intelligent et publié sur les réseaux sociaux » (p. 1). Les analyses proposées sont l’œuvre d’une théoricienne de l’esthétique (« Le selfie au regard de l’art occidental »), d’un psychologue qui s’intéresse au rapport des jeunes au monde numérique (« Psychologie des selfies ») et d’un socioanthropologue spécialiste de l’analyse du discours des adolescents (« Que disent les adolescents de la pratique du selfie ? »).

2Le livre est publié aux Presses de l’Université Laval (Québec) dans la collection Adologiques, spécialisée dans les ouvrages qui traitent du phénomène de l’adolescence dans un contexte hypermoderne. Cette collection propose surtout des enquêtes de terrain et trouve son lectorat parmi les professionnels de l’adolescence et les chercheurs intéressés par les faits sociaux liés à la jeunesse. L’ouvrage recensé s’inscrit dans cette perspective.

3Les trois auteurs ont en commun de remettre en question l’idée répandue d’associer le phénomène du selfie à une épidémie de narcissisme : « puisqu’elle s’inscrit dans la continuité d’une histoire de la représentation de soi et qu’elle semble apporter à ses adeptes certains bénéfices psychologiques tout en participant (…) au renforcement de leurs relations de proximité, la pratique du selfie mérite un décryptage que nous proposons dans cet ouvrage » (p. 7).

4Sophie Limare aborde d’abord le phénomène sous l’angle de la culture artistique occidentale, mais dans une optique inclusive puisqu’elle se réfère autant aux autoportraits des maîtres de la Renaissance (celui d’Albrecht Dürer1 marque le moment où un artiste ose se prendre comme unique sujet, de face) qu’au photomaton (comme intermédiaire entre la photographie à tirage unique et celle numérique avec ses essais-erreurs). L’autoportrait de David Bailly2 est archétypique du besoin pour l’individu de se rassembler dans le temps pour mieux définir son identité : l’artiste, jeune, figure sur sa toile tenant un portrait de lui, vieux : « la tentative d’un « rassemblement » de soi dans le temps permet de conjurer (…) l’accélération sociale qui met à mal la cohérence identitaire dans la durée » (p. 40). L’auteure associe cette mise en abyme au projet de la photographe Merilee Allred, Awkward Years Project3, où des individus sont photographiés avec à la main une photo gênante de leur adolescence. Avec la pratique du selfie, les adolescents du XXIe siècle prolongent la démarche des artistes de la Renaissance.

5La professeure agrégée d’arts plastiques fait aussi état de la pratique du selfie dans les musées d’art : les uns l’encouragent car elle est susceptible d’attirer les visiteurs de la nouvelle génération ; les autres la condamnent car « le dernier bastion de la contemplation silencieuse est en passe de devenir un théâtre du selfie qui prévaudra sur tous les « excentriques » qui veulent vraiment regarder l’art » (p. 48). Pour des raisons de sécurité, les perches à selfies sont maintenant interdites dans plusieurs musées. Le visiteur classique regarde l’œuvre en lui faisant face ; le selfiste lui tourne le dos et celle-ci devient accessoire dans la photo. Elle traduit plutôt le fuit hic (j’étais là), attestant à l’auditoire avec qui il partage la photo la présence de l’individu dans un lieu, à la façon du nain de jardin voyageur du film Le fabuleux destin d’Amélie Poulain.

  • 4 Mario Jacoby, « Réflexions sur le concept de narcissisme chez Heinz Kohut », Cahiers jungiens de ps (...)

6Yann Leroux, grâce à une importante revue des écrits scientifiques sur la question, revoit ensuite le concept de narcissisme « trop souvent évoqué dans le sens commun pour condamner rapidement de nombreuses pratiques numériques, notamment celle du selfie » (p. 8). Son approche psychologique ne se réduit par à une pathologisation des comportements et en ce sens, il se réfère surtout aux psychanalystes postfreudiens, notamment Heinz Kohut4, pour soutenir que le narcissisme (l’amour porté à soi-même) n’est pas une étape du développement qui doit être dépassée, mais plutôt une « source d’empathie et de créativité (qui) participe à ce titre au développement sain de la personnalité » (p. 76). Ainsi, le selfie ne serait pas narcissique au sens d’égoïste, il véhiculerait plutôt un désir d’inclusion (Je suis ici et je fais cela couplé à Je pense à toi et j’aimerais que tu sois avec moi). L’adolescence est marquée par les incertitudes identitaires ; dans ce contexte, le selfie constitue une peinture de l’intime portée au regard de l’autre, principalement les amis.

7Le psychothérapeute dresse aussi un inventaire de différents types de selfies, chacun répondant à une fonction particulière : le selfie seul, celui avec une autre personne ou avec plusieurs personnes. Les « digiborigènes » (les indigènes de l’Internet) déploient l’art du selfie selon différents cas de figure, entre autres : le beach brag (la personne se met en scène dans un endroit merveilleux, selon le principe du fuit hic) ; le duckface (lèvres avancées et joues creusées, dans une pose de séduction) ; le healthic (mettant en évidence une partie du corps qui répond aux canons de la beauté et de la santé) ; le foodie (devant un repas, fusse-t-il banal) ; le celeb (avec une personne célèbre, pour s’approprier son aura). Les selfies sont parfois des odes au moi, mais aussi des matériaux de l’invention de soi. Ils imposent d’orienter l’appareil vers soi ce qui, d’un point de vue psychologique, permet une recentration sur soi ou encore un éloignement temporaire avec ce qui est vécu à ce moment.

8Jocelyn Lachance rend compte pour sa part d’une analyse du discours de 27 adolescents lié à la réalisation et au partage de selfies, ce qui les engagent dans une réflexion sur l’identité et l’appartenance, considérant que « la reconnaissance est un concept clé de la compréhension de l’adolescence » (p. 125). Grâce aux selfies, les adolescents s’adressent à quatre cercles d’interlocuteurs : à soi-même, à une personne unique et désignée, à un groupe restreint dont on connaît l’identité des membres ou à un groupe public plus large dont on ne connaît pas l’identité de tous les membres. Les espaces de diffusion sont variés (messagerie multimédia, Facebook, Snapchat, You Tube, etc.) et le message est conditionné par l’interface de communication : les parents ont souvent accès aux publications Facebook de leurs adolescents (il faut alors être plus discret), mais Snapchat (une application de partage de photos et de vidéos sur plates-formes mobiles) permet de transmettre des photos plus intimes de manière ciblée et éphémère (elles peuvent disparaître après un certain temps, mais les captures d’écran demeurent néanmoins possibles).

9Le socioanthropologue retient aussi du discours des adolescents que la production de selfies ne leur est pas exclusive, mais qu’ils croient néanmoins que les adultes manquent d’aisance dans cet art. La maîtrise de leur image numérique est de plus en plus recherchée. Le selfie permet de documenter l’évolution de soi dans le temps (une nouvelle coupe de cheveux, par exemple) et les effets de mode. Il contribue au sentiment de proximité avec les pairs et il peut en lui-même produire l’événement (le fait d’être ensemble et joyeux est prétexte à se prendre en photo dans différentes postures). Le selfie permet de conjurer l’ennui, de pratiquer le bonheur et de soutenir les pairs, selon les adolescents rencontrés en entrevue. Il leur semble acceptable de transformer une image avec des filtres et des logiciels, mais pas de la dénaturer parce que l’authenticité est une valeur à laquelle ils sont attachés. L’auteur conclut : « les adolescents n’utilisent pas intensément et massivement les espaces numériques parce qu’ils y ont grandi, mais bien parce que le besoin de reconnaissance et de rencontrer les autres les amène à se les approprier singulièrement » (p. 166).

  • 5 L’Office québécois de la langue française suggère plutôt l’utilisation du terme égoportrait parce q (...)

10L’ouvrage est d’un grand intérêt sociologique pour toute personne intéressée à mieux comprendre l’adolescence dans sa variante hypermoderne, et pour celles qui veulent se familiariser avec le phénomène du selfie5, qui n’est pas exclusif aux adolescents. Dans la préface intitulée « La danse selfique », le photographe et essayiste Joan Fontcuberta soutient que le selfie n’est pas une mode temporaire et qu’il est là pour rester, au même titre que la photo de mariage ou la photo touristique. Il est également d’avis que les adolescents ont cette capacité d’annoncer ce que sera demain (n’est-ce pas eux qui le définiront ?), aussi leur discours est porteur de faits intéressants sur le phénomène. Le recul analytique proposé par les trois auteurs de l’ouvrage permet d’aller au-delà de l’apparence et du lieu commun, afin d’apprécier de manière contrastée l’histoire et l’intention des selfies. Il contredit notamment la thèse souvent avancée à l’effet que le selfie serait un geste essentiellement narcissique.

Inicio de página

Notas

1 Autoportrait d’Albrecht Dürer (1500) : https://fr.wikipedia.org/wiki/Autoportrait_(D%C3%BCrer,_Munich)#/media/File:Durer_selfporitrait.jpg

2 Autoportrait de David Bailly (1651) : https://fr.wikipedia.org/wiki/David_Bailly#/media/File:Self-Portrait_with_Vanitas_Symbols.jpg

3 Awkward Years Project : http://awkwardyearsproject.com/

4 Mario Jacoby, « Réflexions sur le concept de narcissisme chez Heinz Kohut », Cahiers jungiens de psychanalyse, 2009(1), no 128, p. 27-41. (https://www.cairn.info/revue-cahiers-jungiens-de-psychanalyse-2009-1-page-27.htm)

5 L’Office québécois de la langue française suggère plutôt l’utilisation du terme égoportrait parce que l’emprunt à l'anglais selfie ne s'intègre pas au système linguistique du français. (http://gdt.oqlf.gouv.qc.ca/ficheOqlf.aspx?Id_Fiche=26527058)

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Jean Bernatchez, « Jocelyn Lachance, Yann Leroux et Sophie Limare, Selfies d’ados », Lectures [En línea], Reseñas, 2017, Publicado el 10 agosto 2017, consultado el 22 octubre 2017. URL : http://lectures.revues.org/23310

Inicio de página

Redactor

Jean Bernatchez

Professeur en administration et politique scolaires, Université du Québec à Rimouski (Canada), Groupe de recherche Apprentissage et socialisation

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página