Navigation – Plan du site

Christophe Capuano, Florence Weber (dir.), « Handicap et dépendance. Perspectives historiennes », Revue d'histoire de la protection sociale, n° 8, décembre 2015.

Myriam Ahnich
Handicap et dépendance
Christophe Capuano, Florence Weber (dir.), « Handicap et dépendance. Perspectives historiennes », Revue d'histoire de la protection sociale, n° 8, décembre 2015, 238 p., Paris, Association pour l'étude de l'histoire de la sécurité sociale, ISSN : 1969-9123.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ces positions servent à clore le dossier. Elles reviennent sur les enjeux principaux du numéro dans (...)
  • 2 Maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université Lumière Lyon 2, il travaille notamme (...)
  • 3 Sociologue et anthropologue, professeur à l’École normale supérieure où elle dirige le départemen (...)

1Quelles réalités se cachent derrière la notion de dépendance ? Les prises en charge sont-elles différentes entre une personne handicapée et une personne dépendante ? Comment les conceptions successives de l’infirmité et de l’invalidité ont-elles été construites en France et à l’étranger ? L’apport de ce numéro constitué principalement d’un dossier thématique intégrant sept articles dont deux « positions »1 tient dans la volonté des auteurs de démontrer la complexité des processus de construction sociale de catégories de population donnant lieu à des besoins spécifiques en les abordant de manière transversale. Christophe Capuano2 et Florence Weber3 y proposent un renouvellement historiographique : appréhender l’histoire des catégories du handicap et de la dépendance sans les penser comme des substrats au sein desquels l’âge constitue une barrière naturelle, mais plutôt comme des produits de l’histoire sociale, de contextes particuliers et de rapport de force entre groupes sociaux qui incarnent des visions du monde distinctes.

2Les auteurs de ce huitième numéro de la Revue de la protection sociale intitulé « Handicap et Dépendance, perspectives historienne » proposent ainsi de questionner l’histoire du clivage entre personnes handicapées et personnes dépendantes. Cette thématique s’inscrit dans un contexte de mise en cause des politiques du « handicap » et de la « dépendance » en France, où ces deux notions orchestrent une segmentation institutionnelle unique en Europe, qui tend à naturaliser leurs différences. L’accès aux droits de ces deux catégories de population est en effet très inégale alors qu’elles partagent « des problèmes pratiques et financiers largement communs » (p. 11). Ces arguments, qui dévoilent la situation française, sont mis en perspective, grâce à l’analyse de différents cas nationaux et internationaux, dans une démarche pluridisciplinaire qui permet d’interroger de manière plurielle, les enjeux propres aux dispositifs de prise en charge « des populations avec incapacité ».

3Les processus qui amènent une prise en charge des populations s’inscrivent dans des contextes particuliers. Aussi, ils peuvent articuler des échelles multiples (qu’elles soient locales, nationales et ou internationales) et mobiliser des types d’acteurs très divers (appartenant aux sphères publiques ou privées). L’article de Simeng Wang étudie la prise en charge du handicap entre 1990 et 2015 en Chine Continentale. L’auteure montre comment s’est développé, depuis la fin de la révolution culturelle, une logique d’aide sociale territorialisée et caractérisée par un processus « d’importation » et « d’indigénisation » du travail social. Par ailleurs, la prise en compte des « drames privés » autour du handicap s’est progressivement inscrit dans le débat public. Cela se joue depuis l’inscription en 2008 du travail social en tant que discipline universitaire. L’étude de Simeng Wang met précisément en évidence la localisation du travail social comme le reflet d’un régime politique désormais marqué par une forme de « désétatisation » et par un système de « leadership collectif ». La prise en charge du handicap est malgré tout marquée par de fortes inégalités régionales et une forte hétérogénéité en fonction des types de handicaps. Le contexte de rétrocession de Hong Kong est également un facteur déterminant dans le développement du travail social en République Populaire de Chine. Dans un autre registre, l’article de Ugo Pavan Dalla Torre, permet de comprendre en quoi la participation de l’Italie à la première guerre mondiale est à l’origine des fondements de la vision médico-sociale moderne de l’Italie. En effet, il montre que le système de Welfare en Italie s’inscrit dans le cadre de la Grande Guerre où a émergé une nouvelle catégorie de citoyens, « les invalides et mutilés de guerre ». L’auteur met en avant la co-construction par les sphères publiques et privées d’un nouveau système d’aide sociale. Pendant la guerre, face à l’absence de soutien pour les combattants blessés, ce sont des citoyens qui mettent en place les premiers secours, progressivement des comités d’assistance sont créés au niveau local. Ces organisations privées devinrent rapidement les points de référence des activités d’assistance. Ils avaient pour objectifs le soin, la rééducation orthopédique ainsi que la réinsertion professionnelle des soldats mutilés. Le 22 aout 1915, une fédération est constituée sur une organisation pyramidale qui comprend l’ensemble des responsables régionaux. L’entrée dans le secteur public est concomitante de la création de l’association des mutilés et invalide de guerre, le 29 avril 1917. Le président du conseil Benito Mussolini, devient le membre Honoraire de l’association, qui obtient à la fois le soutien financier de l’État mais aussi sa légitimation. Ce système mis en place par des organisations privées (hommes politiques, avocats, philanthropes, religieux), s’est petit à petit organisé à l’échelle nationale, et constitue le modèle de référence notamment sur les modalités pratiques de l’aide.

4Les articles réunis dans le second axe mettent en évidence la fabrique des catégories institutionnelles qui oscillent entre expertise médicale et catégories politico-administratives. Thomas Depecker, Anne Lhuissier et Christian Topalov développent une analyse fine des lexiques de la bienfaisance à Paris en 1900, et plus précisément des répertoires de l’office central des œuvres charitable étudiés comme témoignage du champ des œuvres charitable. Les auteurs utilisent de manière intéressante deux méthodes d’analyse lexicale : la classification hiérarchique descendante (CHD) et l’analyse factorielle des correspondances (AFG). Dans un contexte « de restructuration du monde charitable parisien », il s’agit notamment, de saisir la constitution d’une catégorie à part dans la « sémantique de la bienfaisance », catégorie nommée par les enquêteurs « les affligés », et qui rassemble des personnes en incapacité de travailler et considérées comme « irresponsables », pris en charge dans des asiles, des hospices ou des maisons. Retirés du monde par leur incapacité à participer à la vie en société, cette catégorie permet de mettre en exergue les rapports de force qui se cristallisent dans la coexistence entre deux familles d’œuvres de bienfaisance : celle qui est attachée au principe de scientificité et celle, plus traditionnelle qui trouve ses fondements dans le catholicisme. L’étude réalisée par Dominique Dessertine, de la Fondation Richard, une institution catholique lyonnaise spécialisée dans la bienfaisance montre – sur une période qui s’étale de 1853 à 1970 – comment, cette organisation est passée d’une prise en charge en faveur des déshérités (pauvres, infirmes, veuves) à une structuration progressive des catégories et des classements. Si aujourd’hui l’institution accompagne « des jeunes et des handicapés moteurs » mais aussi des « personnes handicapées et cérébro-lésés », elle était destinée à sa création en 1852 à l’entretien et la mise au travail des « garçons pauvres, infirmes et incurables ». Cette étude permet de dénaturaliser ces catégories en montrant comment, sur un peu plus d’un siècle, l’œuvre de la Fondation suit à la fois les évolutions du monde médical mais aussi les changements sociaux qui ont progressivement transformé la prise en charge des infirmes.

  • 4 Frinault Thomas, « Handicap et dépendance: entre différenciation du droit social et unification des (...)

5Afin de répondre au défi du vieillissement démographique, la dépendance a été admise comme problème public dans tous les pays européens4. D’origine médicale, le terme de « dépendance » désigne l’ensemble des personnes ne pouvant pas accomplir sans aide les actes essentiels de la vie quotidienne : handicapés, malades chroniques, vieillard, infirmes ou déments. Depuis 1997 en France, l’âge de 60 ans est considéré comme un seuil significatif du vieillissement. Ainsi toutes les personnes handicapées de plus de 60 ans appartiennent à la catégorie « personnes âgées dépendante » pour lesquels les aides ne sont plus institutionnelles mais rentrent dans le système des aides à domicile. En traitant de l’incohérence des politiques publiques françaises sur une période allant de 1905 à 2015, Florence Weber et Christophe Capuano parviennent à remettre en question l’a priori de cette ségrégation par l’âge. Les auteurs montrent d’une part que l’apparition des incapacités liées à l’âge intervient bien plus tard (en moyenne vers 80 ans). D’autre part, ils arrivent à la conclusion que l’inscription institutionnelle de cette frontière de 60 ans est due avant tout à des questions financières, liées à des rapports de force dans lesquels les conseils généraux ont eu une large influence, ainsi qu’à une volonté d’autonomie du champ du handicap.

6Le dossier se clôt sur les « positions » abordées de manière croisées de deux grands spécialistes et militants pour une meilleure prise en charge de la perte d’autonomie, Henri-Jacques Stiker pour le champ du handicap et de Jean Claude Henrard, incontournable sur les études sur le vieillissement. Interrogeant chacun l’impasse liée à la segmentation par l’âge, ces deux articles amènent des prises de positions instructives dans lesquelles ils s’engagent de concert, dans une analyse historique réussie où, le « présent en train de se faire » se heurte à ses incohérences.

Haut de page

Notes

1 Ces positions servent à clore le dossier. Elles reviennent sur les enjeux principaux du numéro dans une démarche plus « militante ».

2 Maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université Lumière Lyon 2, il travaille notamment sur l’histoire de la dépendance : Age et incapacité, entre familles et Etat en France des années 1880 à nos jours.

3 Sociologue et anthropologue, professeur à l’École normale supérieure où elle dirige le département de Sciences sociales, chercheur au Centre Maurice-Halbwachs, travaille depuis 2000 sur la prise en charge de la dépendance au sein de l’équipe pluridisciplinaire MEDIPS.

4 Frinault Thomas, « Handicap et dépendance: entre différenciation du droit social et unification des politiques locales », in Philippe Martin (dir), La dépendance des personnes âgées, un défi pour l’Etat social, Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, 2014, p. 73-101.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Myriam Ahnich, « Christophe Capuano, Florence Weber (dir.), « Handicap et dépendance. Perspectives historiennes », Revue d'histoire de la protection sociale, n° 8, décembre 2015. », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 18 août 2017, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/23311

Haut de page

Rédacteur

Myriam Ahnich

Doctorante en science politique à l’Université de Paris Nanterre, rattachée au laboratoire de l’Institut des sciences sociales du politique (ISP).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page