Navigation – Plan du site

Christophe Camus, Mais que fait vraiment l’architecte ?

Laura Rosenbaum
Mais que fait vraiment l'architecte ?
Christophe Camus, Mais que fait vraiment l'architecte ? Enquête sur les pratiques et modes d'existence de l'architecture, Paris, L'Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2016, 246 p., ISBN : 978-2-343-10072-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Camus Christophe, Dire, montrer et faire de l’architecture. Une sociologie constructiviste de l’arc (...)
  • 2 Marquart François, Montlibert Christian, « Division du travail et concurrence en architecture », Re (...)

1L’ouvrage de Christophe Camus, issu de résultats de recherche présentés pour l’obtention de l’Habilitation à diriger des recherches1 de l’auteur, résume trente ans d’enquête pour expliquer la réalité des pratiques professionnelles des architectes en France. Dans la lignée des travaux sociologiques sur les professions du cadre bâti et de l’environnement initiés en France dans les années 1970-802, Christophe Camus poursuit une voie singulière en croisant des apports de la sociologie des professions, des médias et de la communication. Il avance qu’au-delà de la construction d’ouvrages techniques, l’architecture fait l’objet d’un travail permanent de construction sociale et culturelle. L’auteur s’attèle à en décrypter les mécanismes dans son ouvrage. Le sociologue observe des professionnels en agences, analyse leurs projets et leur diffusion médiatique dans la presse pour cerner ce qui se dit de l’architecture, et comment des discours et des représentations la révèlent.

2Bien que la production de l’architecture se diffuse dans des médias papier et en ligne sous forme d’images, de plans, de bâtiments sortis de terre ou en cours d’élaboration, le public et le potentiel client n’ont souvent qu’une idée incertaine du travail quotidien des architectes. L’intérêt pour la médiatisation de la production architecturale fonde la démarche sociologique de Christophe Camus, qui s’en saisit pour interroger l’organisation d’une profession réglementée. L’architecte est entendu dans ce livre dans son sens canonique, comme celui qui conçoit de l’architecture et en dirige la construction. L’auteur défend la thèse que la communication autour des œuvres architecturales, « l’architecture communiquée », serait le seul objet véritablement construit par les architectes praticiens.

  • 3 Les travaux de Véronique Biau ont bien montré que la presse architecturale est non seulement une vi (...)
  • 4 Barthes Raymond, Système de la mode, Paris, Seuil, coll. Points, 1967.

3Dans le premier chapitre, l’auteur s’intéresse à la médiatisation de l’architecture dans la presse. Le dépouillement de trois-cent articles sélectionnés entre 1981 et 1985 dans trois magasines phares du milieu professionnel permet à l’auteur de révéler que dans ces derniers l’architecture met en forme la vie sociale, témoignent de l’entretien d’une culture professionnelle, et constituent un moyen d’évaluation par les pairs3. Inspiré par le Système de la mode de Raymond Barthes4, le sociologue décrypte l’architecture réelle, représentée, et décrite. Tout comme le discours semble nécessaire pour commercialiser le vêtement, il apparaît nécessaire de mettre en récit les bâtiments à des fins descriptives, et à des fins sociales d’appropriation des espaces conçus. La presse donne à lire des objets finis, mais n’offre pas à voir ce qui se trame pendant la construction. En quête de compréhension des processus de décisions, des débats, et des négociations, l’auteur poursuit son raisonnement en prenant pour objet les agences d’architecture.

  • 5 Latour Bruno, La science en action, Paris, La Découverte, 1989.
  • 6 Callon Michel, « Le travail de la conception en architecture », Cahiers de la recherche architectur (...)

4S’inspirant de l’anthropologie des sciences et des techniques de Bruno Latour5 et de Michel Callon6, le sociologue endosse en 1997 le rôle d’observateur d’un lieu de production de l’architecture : une agence parisienne. Il examine pendant un mois des architectes au travail, qui à cette période et comme c’est régulièrement le cas, s’investissent pour remporter de nouvelles commandes. Plongés dans une période de crise économique, les professionnels observés déploient des « compétences communicationnelles » : pour trouver des marchés, ils s’écartent de leur rôle de concepteur et passent des alliances stratégiques et performatives avec d’autres (commerciaux, conseillers, potentiels clients). Ils valorisent également les opérations réalisées (élaboration tactique de plaquettes de présentation). Les discours concourent à produire si ce n’est de l’architecture bâtie, de l’architecturalité, au sens où « ils participent à la définition de l’architecture comme pratique et comme culture » (p. 12).

5Une série d’études de cas de projets d’architecture fait l’objet du troisième chapitre. Six opérations architecturales industrielles sont confrontées aux discours des maîtres d’œuvre et des maîtres d’ouvrage. La transmission « d’histoires d’architecture » au cours des processus de construction contribue, si ce n’est à la réussite de l’appropriation collective des lieux, à « faire exister les performances architecturales » (p. 84). En tant qu’archétype de la recherche de la qualité architecturale, le concours public d’architecture « Champs libres » à Rennes est documenté sept ans après sa réalisation. Remontant le temps du projet au travers de la presse écrite, le sociologue montre comment un imaginaire du succès se co-construit au fil des années et des étapes du projet. Les discours circulent entre l’agence de l’architecte, les commanditaires et les organes de presse, jusqu’à faire consensus, et sceller un accord implicite sur la légitimité et la qualité du projet retenu.

  • 7 Malverti Xavier (dir.), Construire dans l’existant : un enjeu d’architecture, Paris, Éditions du PU (...)
  • 8 Tapie Guy (dir.), Maison individuelle, architecture, urbanité, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube (...)

6Christophe Camus s’appuie dans le quatrième chapitre sur les travaux de Xavier Malverti7 et de Guy Tapie8 qui traitent des enjeux d’identité professionnelle des architectes et de la faible présence des architectes dans le secteur de marché de la maison individuelle. Son analyse de la presse professionnelle et grand public met en exergue deux tendances. Les publications professionnelles du monde de l’architecture « limitent la valeur historique des objets architecturaux présentés en privilégiant toujours une valeur architecturale intemporelle » (p. 114). A contrario, les magazines grands publics semblent « valoriser une architecture préexistant à l’intervention des architectes qui y interviennent. » (Ibid.). Les articles de presse sont révélateurs de la fracture entre l’offre et la demande d’habitat en France.

7En écho avec l’actualité des vingt dernières années, le chapitre cinq consacré au développement durable a particulièrement attisé notre intérêt. L’auteur y émet l’hypothèse que le « durable » renforcerait la légitimité de l’architecte, et participerait à transformer la fabrication de l’architecture. En mobilisant les vertus qui lui sont associées, l’architecte est en mesure de mettre en avant ses compétences et ses connaissances en termes d’agencement de matériaux spécifiques, de calculs énergétiques, et d’innovations spatiales. La prise en compte des enjeux environnementaux s’observe dans celle des usages du bâti : « le comportement des utilisateurs, les conditions de production, l’entretien, la maintenance, la gestion du bâtiment sont désormais des données à intégrer aux manières de faire de l’architecture » (p. 139). L’esthétique de l’architecture durable, plutôt sobre, respectueuse des sites où elle s’implante, diffère des œuvres ex-nihilo ostentatoires.

  • 9 Chaslin François, Les Paris de François Mitterrand: histoire des grands projets architecturaux, Par (...)

8Les apports de la recherche de Christophe Camus témoignent de la transition historique connue par l’architecture entre l’âge d’or de la commande publique en France9 et la période de crise économique mondiale à partir de 2008. La compilation d’enquêtes produites par l’auteur entre les années 1980 et 2011 révèle ainsi les mutations des métiers de l’architecture. L’intérêt pour les stars et les grands monuments laisse la place à l’écologie, et à l’architecture sobre, presque ordinaire, en adéquation avec les contraintes économique et la prise de conscience collective de la fragilité de l’environnement. Les techniques d’enquête elles-mêmes évoluent entre les périodes : du recueil de données de presse et de magasine, l’auteur passe au recueil d’informations sur des sites Internet. Nous regrettons, mais cela est certainement lié à des contraintes de synthèse du propos, que l’auteur laisse peu de place aux citations d’entretiens et extraits d’observations, et qu’il n’explicite pas plus les choix des techniques d’enquête. Ainsi une démarche rétrospective sur les transformations des représentations de l’architecture pourrait être une piste de prolongement du propos, qui intègrerait les décalages entre les discours des époques étudiées.

9À la lecture du titre engageant Mais que fait vraiment l’architecte ?, nous pensions découvrir un travail sur la diversification des activités investies par les diplômés d’État en architecture en France. Or l’ouvrage se concentre exclusivement sur ce que font les porteurs du titre, concepteurs, majoritairement installés en libéral, ce qui peut surprendre le lecteur de prime abord. Pour autant, ce livre intéressera particulièrement des praticiens ou des maîtres d’ouvrage soucieux de mieux connaître les coulisses de la fabrication de projets architecturaux. Il renseignera aussi les sociologues spécialisés dans le domaine sur le système d’acteurs entre la commande et l’organisation de la production, et sur les manières dont se produisent les représentations sur l’architecture et sur la profession d’architecte.

Haut de page

Notes

1 Camus Christophe, Dire, montrer et faire de l’architecture. Une sociologie constructiviste de l’architecture communiquée, sous la direction de Frédéric de Coninck, Université de Paris-Est, 2012.

2 Marquart François, Montlibert Christian, « Division du travail et concurrence en architecture », Revue française de sociologie, vol. 11. 3, 1970. Moulin Raymonde [et al.], Les Architectes. Métamorphose d’une profession libérale, Paris, Calmann-Lévy, 1973.

3 Les travaux de Véronique Biau ont bien montré que la presse architecturale est non seulement une vitrine d’exposition des œuvres, mais également un moyen d’évaluation par les pairs, in. Biau Véronique, « La consécration des “grands architectes” », Regards sociologiques, 2003.

4 Barthes Raymond, Système de la mode, Paris, Seuil, coll. Points, 1967.

5 Latour Bruno, La science en action, Paris, La Découverte, 1989.

6 Callon Michel, « Le travail de la conception en architecture », Cahiers de la recherche architecturale, n°37, Situations, 1996.

7 Malverti Xavier (dir.), Construire dans l’existant : un enjeu d’architecture, Paris, Éditions du PUCA, février 2000.

8 Tapie Guy (dir.), Maison individuelle, architecture, urbanité, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, 2005.

9 Chaslin François, Les Paris de François Mitterrand: histoire des grands projets architecturaux, Paris, Gallimard, coll. Folio-Actuel, 1985.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laura Rosenbaum, « Christophe Camus, Mais que fait vraiment l’architecte ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 18 août 2017, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/23312

Haut de page

Rédacteur

Laura Rosenbaum

Architecte DEHMONP et Docteur en sociologie, PAVE, Centre Émile Durkheim, Université de Bordeaux.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page