Navigation – Plan du site

Alain Minet, Une construction de la parentalité d’enfant handicapé par un engagement militant. Quand un imaginaire associatif devient fondateur d’une identité parentale.

Mathieu Noir
Une construction de la parentalité d'enfant handicapé par un engagement militant
Alain Minet, Une construction de la parentalité d'enfant handicapé par un engagement militant. Quand un imaginaire associatif devient fondateur d'une identité parentale, Paris, L'Harmattan, coll. « Recherches en action », 2017, 276 p., ISBN : 978-2-343-11557-3.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Et de manière significative, on notera la constitution au début des années 2000 d’une nouvelle disc (...)

1Le handicap d’un enfant met à l’épreuve la parentalité dans ses dimensions à la fois psychiques et sociales. L’intérêt pour la situation des parents d’enfant handicapé mental, propos de l’ouvrage, s’inscrit dans un contexte d’émergence de recherches sur les conditions des proches de personnes malades ou dépendantes1. Le livre d’Alain Minet, issu de sa thèse de doctorat en psychologie sociale clinique soutenue en 2015 à l’université Sorbonne Paris Cité, s’intéresse aux associations de parents d’enfant handicapé mental en tant qu’elles sont porteuses d’une « identité collective », d’un « imaginaire collectif » qui vient en appui à une parentalité souvent vécue comme souffrante.

2C’est par le truchement de la notion castoriadienne d’« imaginaire », en tant qu’il façonne et préside aux représentations sociales, que l’auteur entreprend un travail d’analyse et de réflexion sur les significations associées au handicap mental ou psychique et à la parentalité. Cette notion est introduite dès l’avant-propos et vient en effet structurer l’ouvrage. Elle permet, selon l’auteur, de saisir « d’une part les représentations des sociétés sur le handicap, son traitement social, et d’autre part le sens que s’en donne un parent » (p. 23).

3Dans la première partie de son ouvrage, l’auteur s’attelle à un repérage socio-historique des représentations de la parentalité et des significations imaginaires du handicap. Les réflexions reposent essentiellement sur un corpus théorique de textes pluridisciplinaires. L’évolution historique des représentations et du traitement social du handicap depuis l’Antiquité est retracée à grands traits. On voit apparaître des représentations qui persistent à travers le temps (la monstruosité, l’étrangeté, l’animalité), et des invariants concernant le traitement social de la personne handicapée (par exemple, la pauvreté de l’individu handicapé qui perdure encore de nos jours). Cependant, l’auteur s’intéresse également aux évolutions du traitement social de l’enfant marqué par le déficit. On aperçoit notamment un déplacement du sort réservé au nouveau-né, qui passe d’une décision collective (par exemple avec la pratique d’exposition publique lors d’infanticide ou d’abandon durant l’Antiquité) vers un choix individuel, avec de nos jours la possibilité du diagnostic prénatal du handicap sur laquelle s’appuie la législation, mettant ainsi en avant la décision parentale concernant le choix d’une interruption volontaire de grossesse. En s’individualisant, la décision parentale engage davantage d’affect et de responsabilité en comparaison des périodes, durant l’Antiquité et le Moyen Âge, où le jeune enfant n’était pas pleinement perçu comme un être social, sa mort biologique revêtant alors une moindre importance. Par ailleurs, l’auteur met en lien la baisse progressive du taux de natalité avec une importance accrue des parents pour la vie de leur enfant. La survenue du handicap de l’enfant résulte ainsi en une source de détresse et dénote d’une parentalité ordinaire.

4Alain Minet s’attache à briser l’évidence d’une responsabilité parentale tenant la famille comme lieu de gestion et de prise en charge de l’enfant handicapé. Or, elle est rarement questionnée, y compris dans de multiples recherches scientifiques où elle s’impose comme un objectif à atteindre ou à maintenir. L’auteur montre que l’idée du handicap en tant qu’affaire de responsabilité individuelle est une représentation de notre monde moderne. Ce n’est en effet qu’à partir du siècle des Lumières que l’idée de liberté humaine initie la notion de responsabilité individuelle qui s’est ensuite diffusée dans de nombreux domaines (notamment en droit) et relayée par l’État. Pour l’auteur, la famille contemporaine s’est constituée « à partir » de l’imaginaire de la responsabilité individuelle, ce qui se traduit par une représentation positionnant les parents comme responsables de l’enfant handicapé.

5Dans la deuxième partie, l’auteur resserre la focale sur le propos central de l’ouvrage : l’analyse des associations de parents d’un enfant handicapé dont il s’agira pour l’auteur d’en « dégager les imaginaires sur lesquels s’est étayée la constitution d’une identité de parent » (p. 121). Les analyses développées ici s’appuient sur des matériaux de seconde main. Ils sont issus de sources documentaires, ouvrages et revues publiées entre les années 1950 et 2000 par des associations de parent d’enfant handicapé, principalement par l’UNAPEI (l’Union nationale des parents et amis d’enfants inadaptés), une fédération qui regroupe un grand nombre d’associations gestionnaires d’établissements médico-sociaux dans le secteur du handicap mental. Malgré cette multiplicité d’associations, et la singularité de l’expérience de la parentalité de chacun, l’auteur souligne la capacité de l’UNAPEI à réaliser un « nous », marqueur d’un imaginaire collectif qu’il s’agit de reconstituer.

  • 2 L’engagement des parents auprès de leur enfant handicapé est notamment favorisé par une faible pris (...)

6Après avoir évoqué un contexte historique favorable au développement des associations familiales dans les années 19502, Alain Minet met en exergue un imaginaire chrétien véhiculant des significations et des représentations de la parentalité qui imprègnent l’association et les parents adhérents. Pour l’auteur, les parents puisent le sens de la parentalité d’un enfant handicapé « dans l’imaginaire chrétien d’une parentalité responsable » (p. 125). Celle-ci se retrouve au sein des publications de l’UNAPEI, notamment dans la biographie d’un parent pionnier ayant initié l’une des premières associations. Ce « premier parent » s’élève en tant que mythe fondateur et rassembleur qui s’établit comme un « support identificatoire » (p. 141) pour les parents d’enfants handicapés qui partagent des problématiques similaires (culpabilité, responsabilité des conséquences du handicap, pulsions hostiles à l’enfant). L’analyse des ouvrages dédiés à sa mémoire fait émerger un portrait caractérisé par son engagement christique. La parentalité apparaît construite suivant les significations de la chrétienté, avec l’épreuve du handicap comme destin à embrasser, un destin qui n’est pas choisi mais auquel l’individu doit se soumettre et poursuivre pleinement. Cet imaginaire engendre une diminution de la faute et de la culpabilité parentale sur l’origine du handicap, ainsi qu’une responsabilisation sur ses conséquences pour lesquelles il s’agit de s’engager pleinement afin d’« œuvrer à devenir sujet de ce destin » (p. 146), ce qui donne un sens à la souffrance du parent, et le déculpabilise. Ces valeurs chrétiennes du fondateur font émerger la figure d’un « bon parent responsable » et dévoué envers son enfant handicapé qui s’inscrit durablement dans l’imaginaire collectif du mouvement associatif. L’auteur observe ainsi un double basculement : le parent coupable de ses pulsions destructrices a fait place à un parent protecteur et dévoué envers son enfant handicapé, tandis que ce dernier est passé de l’enfant monstrueux et rejeté à un enfant attachant à protéger. Si à partir des années 1990 les références à la religion s’estompent au sein des publications de l’UNAPEI, ses valeurs persistent sous l’argument d’une responsabilité parentale « bienveillante ». À cet égard, les associations de parents s’insèrent pleinement dans le mouvement de responsabilité parentale évoqué en première partie de l’ouvrage, et dans lesquelles elles trouvent un fort écho.

  • 3 Cette notion est issue de la psychanalyse.

7Dans la troisième partie, plus succincte que les deux précédentes, l’auteur examine l’engagement des parents dans ses dimensions affectives auprès de l’enfant handicapé. Notons ici que les analyses s’inscrivent dans une démarche de sociologie clinique particulièrement marquée dans cette partie, avec une attention particulière à l’entremêlement des dimensions sociales et psychiques, ce qui peut avoir un effet repoussoir auprès de lecteurs préférant une démarche sociologique plus classique. Par exemple, Alain Minet décrit une situation où les parents sont confrontés à des contradictions qui se présentent comme des tensions contenues dans l’espace psychique individuel. Le parent apparaît confronté à sa responsabilité de l’enfant qui entre en tension avec son sentiment de culpabilité. Celui-ci est lié à ses pulsions hostiles à l’enfant dans un mécanisme de rejet souvent inconscient, car cet assentiment ne convient pas aux attentes. À cela s’ajoute la perception du handicap de l’enfant comme opérant une « généalogie dégradée », c’est-à-dire la rupture de la transmission du parent vers l’enfant. Il en résulte des comportements de « réparation »3 de la part du parent, qui consistent en des attitudes visant à « masquer ces pensées interdites » (p. 212). Cette analyse du psychisme permet à l’auteur de rendre compte de la portée psychosociale de la « réparation », qui se traduit notamment par une fierté du parent vis-à-vis de l’œuvre associative ainsi que pour son propre effort de prise en charge de l’enfant handicapé.

  • 4 Lahire Bernard, « Risquer l’interprétation », Enquête. Archives de la revue Enquête, no 3, 1996, p. (...)

8Si l’ouvrage apporte une contribution à une sociologie de l’imaginaire, les analyses comportent cependant un faible ancrage empirique bien que l’auteur soit lui-même éducateur spécialisé et directeur d’établissement médico-social. Les matériaux restent souvent à l’état d’implicite, ce qui laisse courir un risque élevé de « décrochages interprétatifs »4. À mon sens, les parents d’un enfant handicapé apparaissent au fil du livre comme une catégorie uniforme, où la question d’une différenciation à l’intérieur de ce groupe est peu abordée. Il en ressort la présentation d’une catégorie de « parent d’enfant handicapé » semblant homogène et d’ailleurs souvent évoquée par l’auteur au singulier : « le parent ». Malgré cette réserve, le livre offre un important éclairage sur l’historicité de la responsabilité parentale. Cette dimension de l’engagement du parent auprès d’un enfant handicapé reste encore peu présente dans la littérature scientifique.

Haut de page

Notes

1 Et de manière significative, on notera la constitution au début des années 2000 d’une nouvelle discipline, la proximologie, celle-ci se consacrant à la prise en compte des proches dans leur engagement auprès de personnes malades ou dépendantes. Pour une introduction sur les enjeux de la production de savoirs en proximologie, voir notamment : Joublin Hugues, Le proche de la personne malade dans l’univers des soins : enjeux éthiques de proximologie, Toulouse, Erès, 2010.

2 L’engagement des parents auprès de leur enfant handicapé est notamment favorisé par une faible prise en charge institutionnelle des handicaps lourds, ainsi qu’une montée des revendications pour une meilleure condition de vie par des familles se sentant délaissées tandis que débutent les trente glorieuses.

3 Cette notion est issue de la psychanalyse.

4 Lahire Bernard, « Risquer l’interprétation », Enquête. Archives de la revue Enquête, no 3, 1996, p. 61-87.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathieu Noir, « Alain Minet, Une construction de la parentalité d’enfant handicapé par un engagement militant. Quand un imaginaire associatif devient fondateur d’une identité parentale. », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 19 août 2017, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/23315

Haut de page

Rédacteur

Mathieu Noir

Doctorant en sociologie à l’Université du Québec à Montréal.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page