Navigation – Plan du site

Yves Raibaud (dir.), « Géographie de la danse », Géographie et Culture, n° 96, 2015

Raphaël Gans
Géographie de la danse
Yves Raibaud (dir.), « Géographie de la danse », Géographie et Cultures, n° 95, 2015, 150 p., Paris, L'Harmattan, ISBN : 9782343099828.
Haut de page

Texte intégral

1Ce numéro de Géographie et Cultures consacré à la géographie de la danse aurait pu s’intituler : « quand la danse fait territoire ». Les articles du dossier insistent en effet sur le caractère performatif de la danse qui construit et structure l’espace. Du travail individuel d’une danseuse à celui d’une compagnie, de l’expression locale d’une identité culturelle à l’émergence d’un tourisme consacré à la danse, celle-ci produit le territoire qu’elle occupe en y prenant place.

  • 1 Gilian Rose, Feminismand Geography. The Limits of geographical knowledge, Minneapolis, 1993, Volvey (...)
  • 2 Chamoux Marie-Noëlle, « L’égocentrage spatial, les cultures et les situations », Histoire, Épistém (...)

2La revue rassemble sept articles. Elle s’ouvre par un article intitulé « Jalons pour une géographie de la danse » proposé par Yves Raibaud, qui présente les articles composant le dossier de la revue en les situant dans l’histoire de ce domaine de recherche. L’auteur souligne que la géographie de la danse réinscrit le corps au cœur de la réflexion géographique. Ce n’est ainsi plus une géographie objective, abstraite, évacuant les corps de la représentation géographique, mais une géographie concrète fondée sur l’expérience incarnée du sujet. Pour Yves Raibaud, la réintégration du corps dans la réflexion géographique a été permise depuis les années 1980 par une épistémologie féministe de la géographie, portée par Gillian Rose, Anne Volvey ou Jean-François Staszack1. À partir du corps sexué et du genre, celle-ci a permis de penser les liens entre danse et géographie et de penser un « corps spatial ». En s’intéressant à la danse, d’autres auteurs, tels Marie-Noëlle Chamoux, Andrée Grau, Georgiana Wierre-Gorre ou Ola Söderström et Philippe Saire, ont pu interroger la façon dont on s’oriente dans l’espace en comparant danses occidentales et non-occidentales2. Yves Raibaud énumère enfin des champs de recherche possibles d’une géographie de la danse : liens entre pratiques de danse et territorialité, rapport entre danse et construction d’une identité politique, circulation et hybridation des danses dans le cadre d’un espace de plus en plus mondialisé, constitution d’imaginaires géographiques.

  • 3 Géographie et Cultures a été fondée par Paul Claval, pionnier de la géographie culturelle, qui dès (...)

3L’article suivant, le premier du dossier, « Elle danse, ensemble » de la danseuse et architecte Florence Marchal, constitue une réflexion subjective, énoncée à la troisième personne du singulier, sur la façon dont la danse lui a permis d’« animer l’espace » où elle résidait lors d’un séjour à Marrakech. La danse était pour elle une façon d’occuper cet espace, de le connaître, de s’en saisir et de l’orienter en s’y orientant. Convoquant le souvenir de sa grossesse, l’auteure repense le mouvement de sa danse à partir de la matérialité du corps vécue autrement. De la même façon, par la danse l’espace devient pour le corps « matrice à construire le mouvement ». En s’imaginant « soi, mais autre », le corps qui danse trace la limite entre sa « bulle » et celle des autres.  En introduisant le dossier par un article décrivant l’expérience d’une fondation subjective de l’espace par la danse, qu’on pourra juger scientifiquement peu étayé, la rédaction de Géographie et culture traduit à la fois le choix de poursuivre le projet d’une géographie fondée sur la description du « corps spatial » et celui de fonder sur l’analyse phénoménologique la géographie culturelle3.

  • 4 White Kenneth, Le plateau de l’albatros. Introduction à la géopoétique, Paris, 1994, Deguy Michel, (...)
  • 5 Partie de la géographie ayant pour objet la description d’une contrée particulière, voir la définit (...)

4S’inscrivant dans cette perspective, l’article de Céline Torrent : « La danse comme réécriture « géopoétique » de l’espace ? » interroge la façon dont la danse écrit l’espace. L’auteure réfléchit à la façon dont la danse « informe » l’espace, c’est-à-dire nous informe sur l’espace en le mettant en forme. À la suite de Kenneth White, Michel Deguy et Michel Collot4, elle envisage ainsi « la chorégraphie comme possible réécriture "géopoétique" de l’espace », comme une fondation poétique de l’existence sur Terre. Faisant le lien entre chorégraphie et chorographie5, elle souligne le caractère privilégié de la danse pour réaliser un tel projet. L’examen des performances de la compagnie Retouramont, dirigée par Fabrice Guillot, lui permet de montrer comment celles-ci produisent une géo-graphie urbaine conforme à une fondation géopoétique de l’existence. Situées dans les airs, sur les façades des immeubles ou entre celles-ci, les performances de Retouramont font de ces espaces un matériau chorégraphique. Elles révèlent aux spectateurs la verticalité des espaces urbains souvent inaperçue. Elles donnent forme à un territoire urbain poétique, distinct de l’espace vécu, donnant à voir à travers leur « lyrisme géo-chorégraphique » un paysage que le spectateur peut s’approprier. Ce faisant la danse contribue à forger une expérience nouvelle de l’espace. Cela parait justifier la présence de cet article dans un dossier où cette analyse littéraire de spectacles chorégraphiques semble loin de l’analyse géographique, de l’aveu même de l’auteur. Elle peut néanmoins être lue comme la façon dont une pratique culturelle fonde une conscience géographique.

5La danse peut ainsi participer à la construction identitaire d’un territoire. Dans « Danse, mobilités et dynamiques territoriales au Mali », Élina Djebbari montre comment « le genre musico-chorégraphique du ballet » a participé à la construction de l’identité du territoire malien depuis l’indépendance. Le ballet national a fait partie des quatre « formations artistiques » créées par l’État malien après 1962 pour affirmer l’existence d’un territoire culturel national. Depuis cette époque, les festivals maliens ont drainé artistes et troupes locales vers la capitale, puis vers les métropoles régionales. Leur organisation a amplifié la circulation des artistes entre les provinces et la capitale, afin notamment de les former. Genre urbain, le ballet s’est développé à Bamako où « chaque quartier possède sa troupe ». Des foyers de jeunes de quartiers au Palais de la Culture, des salles de répétitions aux toits, la danse peut occuper n’importe quel lieu du territoire urbain. Des réseaux locaux, nationaux et internationaux ont émergé, au sein desquels circulent les artistes et des formes esthétiques. La pratique du ballet a donc historiquement contribué à la formation d’une identité culturelle malienne dynamique.

  • 6 Ojibway, Haudenosaune et Est-Algonquien

6Les effets géographiques produits par le développement d’une pratique culturelle comme la danse peuvent s’observer au-delà des frontières des États. Dans son article, « La Culture du Powwow chez les nations autochtones6 de l’est canadien », Dalie Giroux étudie la façon dont la pratique du powwow, une pratique cérémoniale et rituelle, spectaculaire, reconstitue un territoire amérindien dans les régions du sud-est canadien. Cette danse a un impact culturel et politique. Depuis les années 1960, le powwow réaffirme l’unité culturelle et la présence amérindienne sur le continent nord-américain. La circulation des pratiquants du powwow donne en effet naissance à un espace culturel et identitaire, un « pays indien » qui se « construit en dansant » par delà les frontières héritées de l’histoire coloniale.

  • 7 La danse comme objet géographique.

7Stimulé par la mondialisation économique et culturelle, le développement des danses peut avoir un impact sur les dynamiques spatiales affectant les territoires. Dans « Émergence et structuration d’un tourisme dansant », Nicolas Canova et Magali Chatelain étudient le tourisme né de la diffusion de la salsa cubaine et du flamenco. Leur analyse permet de penser la géographicité de la danse7 et les phénomènes d’hybridation culturelle. Les auteurs décrivent l’histoire des pratiques de la salsa cubaine et du flamenco depuis l’échelle micro-géographique des lieux de danses, aux échelles moyennes des villes et des régions d’origine et à l’échelle macro-géographique internationale de leurs territoires de diffusion. La notion de plateforme permet aux auteurs de penser les relations et la circulation entre ces différentes échelles à travers l’essor du tourisme dansant. De la préparation du voyage jusqu’au retour, en passant par le séjour, la danse met en contact pratiquants locaux et étrangers. Elle donne naissance à des lieux de spectacle, de pratiques et d’apprentissages. Elle offre des opportunités de développement en Andalousie et à Cuba qui demeurent les lieux d’une pratique authentique du flamenco et de la salsa pour les touristes. La danse insère ces territoires dans des réseaux internationaux d’échanges de pratiques. La notion de plateforme rend compte de l’hybridation culturelle résultant de cette circulation : comme plateforme, la danse est le lieu « d’une rencontre […] entre le local et le global, soi-même et les autres ». La circulation des danses dans la mondialisation contribue donc au développement de celle-ci tout en transformant les territoires d’origine et de réception de ces dernières.

  • 8 Appril Christophe, Sociologie des danses de couples. Une pratique entre résurgence et folklorisatio (...)
  • 9 Il semble en effet difficile de ne pas voir de corrélation entre la diffusion du tango et la musiqu (...)

8L’exemple de la salsa et du flamenco, dont le développement est corrélé à la diffusion d’un style de musique, ne devrait cependant pas amener à penser que la danse circule comme la musique. Dans le dernier article du dossier : « One step beyond », Christophe Appril critique cette idée reçue. Si la musique s’appuie sur l’écoute, la danse mobilise aussi la vue. Alors que l’écoute musicale peut aujourd’hui être déconnectée de tout repère spatial ou culturel, la danse est là où est le corps du danseur. La diffusion de la musique peut s’appuyer sur une notation normalisée, tandis que la notation chorégraphique est empirique et fragile. Cette fragilité se retrouve dans l’enregistrement vidéo de la danse, qui en conserve une trace limitée, quand l’enregistrement musical peut fournir une expérience quasi équivalente à l’écoute directe. Contrairement à la musique, la diffusion d’une danse ne peut reposer sur sa représentation médiatique, insuffisante à en assurer l’enracinement culturel, puisque dans la danse, l’apprentissage et la connaissance passe par le corps. L’implication du corps dans la danse serait telle qu’elle la distinguerait de la musique, empêchant de considérer que leurs diffusions relèvent du même régime. La justesse des observations de Christophe Appril ne rend pas la démonstration totalement convaincante, même venant d’un sociologue des danses de couples8. Il faudrait que cette analyse s’appuie sur des études précises de la diffusion de nombreuses danses pour vérifier que leurs circulations ne suivent pas des modes de transmissions analogues à ceux des musiques qui les accompagnent souvent9.

9La lecture des articles est stimulante, mais certaines réflexions laissent perplexe. Si une épistémologie féministe a renouvelé la réflexion géographique, comme l’affirme Yves Raibaud, cela ne signifie pas que les apports antérieurs de la géographie étaient dénués de scientificité. Hormis des allusions à Marrakech, l’expérience de Florence Marchal aurait pu se produire n’importe où, une impression renforcée par la lecture du texte de Christophe Appril, alors que les deux auteurs mènent une réflexion proche sur la danse. L’analyse géopoétique de Céline Torrent serait plus littéraire que géographique, si la notion de plateforme utilisée par Nicolas Canova et Magali Chatelain n’invitait à relire Plateforme de Michel Houellebecq, puisque la sexualité semble y jouer un rôle de plateforme touristique en Asie comparable à celui de la danse à Cuba et en Andalousie, l’authenticité en moins. La notion de plateforme permet donc de penser l’articulation du global au local par delà la danse. Avec les articles de Dalie Giroux et Élina Djebbari, mais moins précisément documenté, l’article de Nicolas Canova et Magali Chatelain achève de prouver que la danse est un objet géographique légitime pour étudier les circulations et les transformations culturelles qui affectent l’identité des territoires.

Haut de page

Notes

1 Gilian Rose, Feminismand Geography. The Limits of geographical knowledge, Minneapolis, 1993, Volvey Anne « L’espace vu du corps » in Levy Jacques et Lussault Michel (dir.), Logique de l’espace, l’esprit des lieux. Géographies à Cerisy, Paris, 2000, Staszack Jean-François, « Danse exotique, danse érotique. Perspectives sur la mise en scène du corps de l’autre (XVIIIème-XIXème siècles) », Annales de géographie, n° 660-661, Paris, 2008.

2 Chamoux Marie-Noëlle, « L’égocentrage spatial, les cultures et les situations », Histoire, Épistémologie, Langage, vol. 56, Paris, 2004, Grau Andrée, Wierre-Gore Georgiana, (dir.) Anthropologie de la danse. Genèse et construction d’une discipline, Paris, 2006, Söderström Ola, Saire Philippe, « Danse (espace et) » in Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, 2015

3 Géographie et Cultures a été fondée par Paul Claval, pionnier de la géographie culturelle, qui dès 1974 se référait à la phénoménologie pour fonder l’analyse géographique, voir à ce sujet Claval Paul, « La Géographie et la perception de l’espace », L’Espace géographique, n° 3, Paris, 1974, disponible en ligne : http://www.persee.fr/doc/spgeo_0046-2497_1974_num_3_3_1479#spgeo_0046-2497_1974_num_3_3_T1_0184_0000

4 White Kenneth, Le plateau de l’albatros. Introduction à la géopoétique, Paris, 1994, Deguy Michel, Fragments du cadastre, Paris, 1960, Collot Michel, La pensée-paysage. Philosophie, arts, littérature, Arles, 2011.

5 Partie de la géographie ayant pour objet la description d’une contrée particulière, voir la définition disponible en ligne : http://www.cnrtl.fr/definition/chorographie.

6 Ojibway, Haudenosaune et Est-Algonquien

7 La danse comme objet géographique.

8 Appril Christophe, Sociologie des danses de couples. Une pratique entre résurgence et folklorisation, Paris, 2005

9 Il semble en effet difficile de ne pas voir de corrélation entre la diffusion du tango et la musique qui l’accompagne, et donc de ne pas voir des modes de transmission analogues sinon identiques. Les exemples du swing ou du rock, voire du hip-hop, semblent aussi invalider cette démonstration. Pourtant tout autant musicale que chorégraphique, l’exemple des claquettes contribuerait au contraire à conforter celle-ci, si on considère que cette danse s’est diffusée en France bien après le développement du jazz ou de la musique populaire et conformiste qu’il a influencée et qui accompagnaient cette danse au cinéma. Voir à ce sujet mon mémoire, non publié : Une certaine forme de frivolité : perception et représentation des claquettes en France, 1970/1980, sous la direction de M. Christian Delporte, Université de Versailles-Saint-Quentin-En-Yvelines, soutenu en 2010

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Raphaël Gans, « Yves Raibaud (dir.), « Géographie de la danse », Géographie et Culture, n° 96, 2015 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 22 août 2017, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/23318

Haut de page

Rédacteur

Raphaël Gans

Professeur d’histoire géographie dans le secondaire

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page