Navigation – Plan du site

Grégory Verdugo, Les nouvelles inégalités du travail

Eric Keslassy
Les nouvelles inégalités du travail
Gregory Verdugo, Les nouvelles inégalités du travail. Pourquoi l'emploi se polarise, Paris, Les Presses de Sciences Po, coll. « Sécuriser l'emploi », 2017, 120 p., ISBN : 978-2-7246-2090-0.
Haut de page

Texte intégral

1L’économiste Grégory Verdugo nous propose un petit livre, bien écrit, qui nous montre combien le marché du travail a pris la forme d’un sablier. En effet, depuis trente ans, les pays développés à économie de marché connaissent à la fois une forte croissance des emplois qualifiés et une hausse des emplois très peu qualifiés. En même temps, la part des emplois intermédiaires dans l’emploi total chute considérablement. Le marché du travail se polarise donc entre emplois très qualifiés et peu (ou pas) qualifiés dans les économies « riches ». On peut également observer qu’il y existe une augmentation des inégalités de salaires entre les moyens et hauts salaires mais aussi entre les bas et moyens salaires. Ce dernier constat est moins vrai pour la France qui présente des inégalités salariales plutôt stables ; par contre, le risque de précarisation pour les moins qualifiés est très élevé. Au total, la polarisation de l’emploi renvoie donc à l’existence de deux pôles dont les revenus et les conditions de travail ont tendance à s’écarter toujours plus. Les peu qualifiés souffrent considérablement de la disparition des emplois intermédiaires (les perspectives de promotion sociale au cours de sa carrière sont de plus en plus faibles), tandis que les très qualifiés profitent d’une économie qui s’appuie de plus en plus sur les qualifications des travailleurs.

2Gregory Verdugo considère que c’est la première fois que le travail se recompose à un tel niveau depuis les révolutions industrielles. Mais aux XVIIIe et XIXe siècles, le progrès technologique était globalement considéré comme source de progrès social (ainsi, les machines ne pouvaient pas fonctionner sans l’homme). C’est de moins en moins le cas aujourd’hui : le progrès technologique est perçu comme une menace pour la cohésion sociale tant il semble affirmer les inégalités économiques et sociales. L’ouvrage débute d’ailleurs par cette phrase définitive : « L’époque où l’on rêvait d’un meilleur emploi pour tous apparait aujourd’hui révolue » (p. 7).

3L’objectif de cette étude est tout d’abord de décrire ce phénomène de polarisation : à l’aide de documents particulièrement bien choisis, chiffres à l’appui, l’auteur des Nouvelles inégalités du travail rend compte parfaitement des trajectoires jumelles que sont la polarisation des emplois et celles des revenus. Il montre toutefois que les niveaux de polarisation peuvent amplement différer d’un pays à un autre : sans surprise, les États-Unis présentent le marché du travail le plus polarisé, tandis que les pays scandinaves semblent encore les plus protégés.

4Après ce constat bien documenté sur la recomposition du marché du travail autour de sa polarisation, Grégory Verdugo entend en présenter les principales causes. Un chapitre démontre combien le changement technologique – et, en particulier, les avancées de l’informatique – sont responsables d’une telle évolution. L’auteur évoque l’idée d’une révolution du marché du travail tant les ordinateurs ont transformé les attentes des entreprises : les emplois intermédiaires sont de moins en moins nécessaires tandis que les plus qualifiés ont pu améliorer le rendement de leurs recherches, développer leurs analyses et favoriser la communication des informations. Un autre chapitre explique comment le commerce international a accéléré la polarisation. Depuis le début des années 2000, la division internationale du processus productif a conduit à une nouvelle division du travail : les emplois qualifiés (conception, innovation…) se trouvent au nord alors que les emplois de réalisation se trouvent au sud. Dans les pays développés, la mondialisation a donc généré aussi bien une demande d’emplois qualifiés qu’une destruction des emplois intermédiaires industriels, renforçant ainsi la polarisation du marché du travail.

5Après avoir analysé les facteurs qui accélèrent cette polarisation, l’auteur s’emploie à décrire les facteurs qui peuvent (ou pas) la modérer. Un chapitre indique l’importance des institutions du marché du travail : les règles et les normes – comme le smic ou les négociations collectives – sont d’une importance cruciale pour limiter (ou pas) les inégalités de travail.

6Enfin, Grégory Verdugo s’interroge sur les enjeux de la polarisation du marché du travail. Il discute notamment de la question très actuelle de la fin du travail. Si certains économistes craignent une raréfaction de l’emploi, d’autres pensent que le pic de la polarisation a déjà été dépassé… Une certitude : le prochain débat sur la loi travail, qui vise à flexibiliser le marché du travail, se trouve au centre même de ce débat. Un marché du travail plus flexible peut permettre de créer davantage d’emplois mais ce résultat a une contrepartie : la hausse des inégalités.

7Les nouvelles inégalités du travail est un livre synthétique, particulièrement clair, et qui permet de réfléchir à des questionnements tout à fait actuels. Cet ouvrage permet utilement de faire le point sur les grandes problématiques qui affectent le marché du travail.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Keslassy, « Grégory Verdugo, Les nouvelles inégalités du travail », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 22 août 2017, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/23319

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page