Navigation – Plan du site

Michelle Zancarini-Fournel, Les luttes et les rêves. Une histoire populaire de la France de 1685 à nos jours

Laurent Dartigues
"Les luttes et les rêves"
Michelle Zancarini-Fournel, "Les luttes et les rêves". Une histoire populaire de la France de 1685 à nos jours, Paris, La Découverte, coll. « Zones », 2016, 995 p., ISBN : 9782355220883.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Boucheron Patrick (dir.), Histoire mondiale de la France, Paris, Seuil, 2017.
  • 2 Boucheron-Guenifey, « Le choc de l’histoire de France », Le Point, 20 avril 2017.

1On peut s’étonner que cet ouvrage n’ait point suscité la polémique. Peut-être eût-il fallu que l’auteure soit professeure au Collège de France pour s’attirer le même courroux que Pierre Nora manifesta à l’encontre de Patrick Boucheron et son Histoire mondiale de la France. Elle aurait peut-être alors connu l’honneur d’être traitée de « Bourdieu historienne du Collège de France ». Ou bien les foudres de Patrice Gueniffey qui frappaient cette même Histoire mondiale de la France1 du label d’histoire « culpabilisante et honteuse », tout en affirmant le mérite d’un récit national permettant de définir « une identité collective ordonnée autour de l’idée de liberté »2. Parce que, tout de même, cette Histoire populaire de la France s’ouvre avec l’instauration du Code noir et l’histoire de l’esclavage aux Antilles dont la destinée est présente tout au long du livre. Cette « idée de liberté » chère à Gueniffey n’est donc pas si partagée, idéal pour certains, horreur pour d’autres du moment qu’elle ne leur est pas propriété exclusive. Et à ceux qui voudraient ordonner téléogiquement l’histoire de la France autour de quelques grands principes ou grands hommes, faisons remarquer que l’ouvrage présente une histoire de France. Une question de choix, à opérer dans ce réel infini à la description, qui dit tout à la fois une position modeste et résolue.

  • 3 Perceptibles par exemple dans certaines subtilités d’expression. Ainsi, note-t-elle que les luttes, (...)

2Le premier chapitre établit donc d’emblée le tour de force politique d’une prise de position d’écriture scientifique des dominé.e.s, par ailleurs introduite par une sorte d’égohistoire familiale apportant un éclairage essentiel non pas tant sur les motivations de l’auteure que sur l’affirmation de ses choix éthiques3. Il ne s’agit pas de les masquer mais au contraire de les expliciter afin de s’imposer – je crois – un traitement loyal des données. Ce qu’offre ce récit qui nous entraîne dans le monde des luttes et des rêves au quotidien de tout un « peuple » très divers et non dénué de ressources pour penser et agir.

  • 4 Saluons par exemple le fait que les huit victimes du métro Charonne de février 1962 soient identifi (...)

3Par cette introduction, le décor est ainsi, presque littérairement, planté : il sera une invite à un voyage en des lieux insoupçonnés ou quelque peu oubliés, qui a pour objet une histoire des subalternes ressaisie « par en bas » et réinscrite dans des situations sociales précises. Connaissant bien sûr la complication de la tâche, notamment pour les temps les plus anciens, tant « il est difficile, sauf exception, de savoir ce que pensaient, ce que ressentaient les paysans ou les ouvriers de l’Ancien Régime, perçus le plus souvent à travers le regard des autres » (p. 56), l’auteure mobilise des sources secondaires, mais également des archives qu’elle a pu traiter par ailleurs, et les ressources qu’offrent aussi bien la littérature, la poésie, le cinéma et surtout les chansons dont on a plaisir à lire les paroles, pour aller au grain le plus fin de l’histoire, à savoir des corps d’individus et pas simplement des groupes. Cette histoire située est ainsi une histoire incarnée, attachée à suivre des protagonistes de l’histoire systématiquement nommés et donc sortis de l’anonymat des catégories4.

  • 5 Dont voici le détail : Les subalternes face à l’autorité royale (1685-1789), Le peuple politique en (...)

4Il serait vain d’offrir un résumé critique de cet imposant ouvrage de 995 pages ordonné en six parties5 et 18 chapitres de taille inégale – une vingtaine de pages pour les « vies ordinaires » sous l’Ancien Régime, soixante-dix pages pour la Révolution française ou presque quatre-vingt dix pour le « moment 1968 ». Il va plutôt s’agir de faire saisir les multiples enjeux politiques et méthodologiques qui sont égrenés tout au long du texte.

5Le livre commence donc avec l’histoire de l’esclavage, aux Antilles, en Guyane puis dans les possessions françaises de l’Océan indien. Ce premier chapitre, dont j’ai souligné la dimension politique intrinsèque, distille toutes les lignes analytiques majeures qui parcourent l’ensemble du livre. Sensibilité à la question de l’esclavage, bien au-delà de l’abolition formelle de 1848 parce qu’elle ne met fin ni à l’esclavage ni à la domination coloniale fondée sur celui-ci, mais encore à celle de l’« étranger », discrète façon d’insérer l’histoire de la France dans une histoire si ce n’est « monde », tout du moins croisée et nourrie d’apports « extérieurs ». Nous avons ainsi droit à un étonnant paragraphe sur la consommation des étoffes indiennes devenue populaire dans la première moitié du XVIIIe siècle, malgré les interdictions, et qui est en rapport avec le commerce triangulaire lié à la traite des esclaves. Apparaît aussi ce fil rouge, non traité en tant que tel, à propos de ce que suppose le capitalisme, depuis le capitalisme sucrier du XVIIe siècle jusqu’au capitalisme financier d’aujourd’hui, en matière de brutalisation et d’harassement des corps, d’usage de corps serviles réduits à des « corps vils ». Avec son pendant, autre ligne de force, les différentes formes de résistances à la domination, des violences aux ruses de la raison et de la langue. Ce premier chapitre est également parcouru d’une sensibilité aux rôles des femmes, le plus souvent issues du petit peuple des campagnes ou des villes. Cette attention à leur « capacité de penser et d’agir » qui en font des protagonistes à part entière de la grande histoire sera constante tout au long du livre à travers des figures singulières, par exemple dans les chapitres où sont relatés les grèves ouvrières des années 1970 ou le cours tumultueux de la Révolution de 1789. Parmi la foule de portraits de cette histoire incarnée, retenons alors, comme un condensé des préoccupations de l’auteure, celui de Solitude, esclave métisse née d’un viol et devenue marronne : elle se distingua lors des combats qui eurent lieu en 1802 en Guadeloupe et fut pendue le lendemain de son accouchement.

6La question coloniale est on l’aura compris très présente dans l’ouvrage, avec le choix de décrire une part de sa réalité en s’attachant à la rencontre des corps par le biais de la punition, de la répression, du travail forcé, du sexe tarifé, du bagne. Les pages sombres écrites par les différents régimes politiques sont ainsi décrites, des Antilles à l’Algérie, en passant par Madagascar ou l’Indochine. Plus largement, l’auteure fait une large place à la férocité qui caractérise la répression des multiples formes de révoltes des subalternes par la soldatesque ou la police, tout au long des quatre siècles de cette histoire populaire.

  • 6 À l’exemple des canuts lyonnais qui regroupent des chefs d’ateliers, des compagnon.ne.s, des appren (...)
  • 7 Comme ces paroissiennes qui soutiennent les curés « jureurs » quand la majorité des femmes se prono (...)
  • 8 Ainsi à Marseille en 1881 ou à Lyon en 1894 – après l’assassinat de Sadi Carnot par un anarchiste i (...)

7Très loin d’une image unitaire du peuple, l’auteure chemine avec la volonté ferme de ne rien cacher des conflits, divisions, stratifications sociales6 qui le traversent, ni de taire les phénomènes minoritaires7, les spécificités géographiques ou encore la xénophobie ouvrière8. Le « libre de couleur » Jules Raimond est devenu un riche planteur qui possède cent quatre esclaves. Il se trouve juste qu’il est abolitionniste, mais certains planteurs blancs le sont aussi : dans la poussière de l’histoire ou bien dans les événements qui font irruption, la trame des subalternes se complexifie, les frontières raciales ou sociales n’empêche pas toujours les circulations, les identités perdent parfois de leur rigidité. Très loin de l’image d’un peuple éternel, l’auteure nous le montre acteur du changement social, que ce soit par ses expériences d’innovations sociales, perceptibles par exemple tout au long du XIXsiècle et en particulier au moment des révolutions où des ouvriers instaurent des associations de travailleurs privilégiant la fraternité et la solidarité – une pratique massive de la coopération « longtemps sous-estimée », note-t-elle –, ou ses capacités d’appropriation, pour les préserver et les transmettre, des principes révolutionnaires (liberté, égalité, droit naturel).

8Le peuple des subalternes n’est pour autant pas dissout dans une pullulation de figures singulières, l’auteure n’élude pas la question de sa nature. Simplement, elle n’en fait justement pas une question, son récit se contente de noter à l’occasion quelques traits durables d’un ethos populaire s’actualisant dans certaines situations, en particulier les valeurs de l’économie morale qui s’expriment par exemple lors des révoltes frumentaires par la demande d’un prix juste contre les valeurs de propriété et de pouvoir.

  • 9 Favret-Saada Jeanne, Comment produire une crise mondiale avec douze petits dessins, Paris, Fayard, (...)

9Il faudrait parler du chapitre sur « l’envers des Trente Glorieuses » qui fait une large place à la Guerre d’Algérie et aux transformations du monde paysan – notable aussi les pages dédiées au logement des classes populaires si souvent oublié –, de l’imposant chapitre sur « le moment 1968 » – manière de réhabiliter l’événement en histoire et peut-être aussi de marquer l’importance de ce qu’il fut, dans son contexte, alors que tant d’intellectuels se proposent de le « liquider » –, qui parfois, avec un côté « liste » inévitable, rapproche des luttes apparaissant fort disparates quant à leurs objectifs, leurs cibles latentes, leurs insertions internationales dans le contexte de la Guerre froide. Je clos avec l’ultime chapitre sur la France postcoloniale car il ouvre un point de discussion que je désire juste lever. Le concept de « postcolonial » a certes le mérite de mettre en évidence les effets sociaux et politiques de l’héritage colonial qui façonne une société hautement divisée et conflictuelle sur des lignes notamment raciales et religieuses, décrite ici sans fard. Néanmoins, il ne semble pas que l’État « postcolonial » (ou l’extrême-droite) soit la seule force ayant œuvré à faire élire la question religieuse au détriment de la question sociale. L’étude de Favret-Saada9 indique des hypothèses de géopolitique internationale qui seraient à explorer sur les événements français des années 1970-1980.

10Cet immense effort de collecte et de synthèse repose sur un travail tissé de multiples collaborations ainsi qu’en témoignent les longs remerciements affectueux déposés en fin d’ouvrage. À mon tour de louer l’audace et la nécessité de ce projet au long cours qui a requis précision et érudition et signe avec d’autres dans le champ français le retour de l’« histoire-monde » qui suscitait tant de réticences depuis Braudel.

Haut de page

Notes

1 Boucheron Patrick (dir.), Histoire mondiale de la France, Paris, Seuil, 2017.

2 Boucheron-Guenifey, « Le choc de l’histoire de France », Le Point, 20 avril 2017.

3 Perceptibles par exemple dans certaines subtilités d’expression. Ainsi, note-t-elle que les luttes, en 1936, s’organisent aux Forges de Saint-Chamond pour revendiquer ce que d’autres entreprises avaient « obtenues ». Et non « lâchées » comme le voudrait le vocabulaire actuel. Ce faisant est suggéré qu’il s’agit aussi de « leur » entreprise.

4 Saluons par exemple le fait que les huit victimes du métro Charonne de février 1962 soient identifiées.

5 Dont voici le détail : Les subalternes face à l’autorité royale (1685-1789), Le peuple politique entre révolutions et restaurations (1789-1830), Espoirs d’un monde nouveau (1830-1871), Conscience de classe, conscience de race (1871-1914), Entre deux guerres, une embellie fugace (1914-1948), Un autre monde est-il possible ?

6 À l’exemple des canuts lyonnais qui regroupent des chefs d’ateliers, des compagnon.ne.s, des apprenti.e.s et des métiers annexes et dont les intérêts ne sont pas forcément convergents.

7 Comme ces paroissiennes qui soutiennent les curés « jureurs » quand la majorité des femmes se prononcent en faveur des « réfractaires » à la Constitution civile.

8 Ainsi à Marseille en 1881 ou à Lyon en 1894 – après l’assassinat de Sadi Carnot par un anarchiste italien – à l’encontre des Italiens. Sans parler de l’antisémitisme que la classe ouvrière partage avec les milieux socialistes dirigeants qu’ils soient proudhoniens, fouriéristes ou blanquistes.

9 Favret-Saada Jeanne, Comment produire une crise mondiale avec douze petits dessins, Paris, Fayard, 2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Dartigues, « Michelle Zancarini-Fournel, Les luttes et les rêves. Une histoire populaire de la France de 1685 à nos jours », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 29 août 2017, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/23332

Haut de page

Rédacteur

Laurent Dartigues

Chargé de recherche, CNRS, Triangle

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page