Navigation – Plan du site

Quentin Schnapper, L’étrange défaite de la gauche. Approche ethnographique du porte-à-porte socialiste lors des municipales de 2014 à Toulouse

Kévin Delasalle
L'étrange défaite de la gauche
Quentin Schnapper, L'étrange défaite de la gauche. Approche ethnographique du porte-à-porte socialiste lors des municipales de 2014 à Toulouse, Paris, L'Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2017, 250 p., préface d'Éric Darras, postface de Rémi Lefebvre, ISBN : 978-2-343-11855-0.
Haut de page

Texte intégral

1« Heureuse condition de possibilité » (p. 18) de l’ouvrage de Quentin Schnapper, la défaite du Parti Socialiste (PS) aux élections municipales de 2014 à Toulouse est à l’origine des interrogations de l’auteur sur la « technologie électorale » du porte-à-porte. Comment expliquer cette « étrange défaite », alors même que les militants socialistes ont le sentiment que les citoyens se sont, dans leur immense majorité, montrés « accueillants » et « chaleureux » au cours de la campagne ?

2Alors étudiant à l’Institut d’Études Politiques de Toulouse, Quentin Schnapper commence par effectuer, dans le cadre de son mémoire de Master 2 dont le livre est issu, une « observation flottante » (p. 28) de la campagne. Dans un premier temps, l’étudiant mène son enquête ethnographique « à couvert » (p. 28). Il se rapproche du Mouvement des Jeunes Socialistes (MJS), puis prend part à la campagne menée par deux Sections PS du centre-ville de Toulouse. Il observe notamment – puis participe progressivement à – douze sessions de porte-à-porte, « enregistrées et intégralement retranscrites » (p. 26). Ce n’est qu’une fois la campagne électorale terminée que Quentin Schnapper révèle son identité de chercheur. Il réalise alors 19 entretiens auprès de 21 militants et candidats socialistes ou non encartés.

3Avec cette méthodologie – que l’auteur qualifie lui-même de « peu orthodoxe et bien peu déontologique » (p. 29) mais qui s’est pourtant avérée particulièrement heuristique –, l’ethnographe a pu suivre ses enquêtés au fil de la campagne puis après la défaite ; il lui est alors possible de confronter « leurs discours et leurs perceptions à leurs pratiques militantes observées sur le terrain » (p. 29). S’inspirant d’autres enquêtes ethnographiques1, Quentin Schnapper assume ainsi pleinement un parti pris compréhensif. En prenant au sérieux les « représentations » et « expériences » des militants, le récit donne à voir et à sentir, au travers de fines descriptions ethnographiques, leurs modes d’agir et de penser.

  • 2 Par exemple : Jeanne Favret-Saada, Les mots, la mort, les sorts, Paris, Gallimard, 1977.
  • 3 Rémi Lefebvre, « La modernisation du porte-à-porte au Parti Socialiste. Réinvention d'un répertoire (...)
  • 4 Au niveau départemental, une opposition existe entre « des Fédérations réticentes où les militants (...)

4Le premier chapitre revient tout d’abord sur la « diffusion » du porte-à-porte au PS et propose une analyse particulièrement stimulante des « croyances » militantes, inégalement partagées, en la « magie » et en l’efficacité de cette activité. Convoquant abondamment la littérature anthropologique2, le propos de l’auteur recoupe et développe d’autres travaux récents sur la « réinvention » du porte-à-porte3. Dans la Fédération de Haute-Garonne, où cette « technique » était jusqu’alors peu prisée des adhérents socialistes4, la « modernisation » du porte-à-porte est portée par de jeunes militants, diplômés et souvent en voie de « professionnalisation » politique, pour lesquels l’endossement du costume de « modernisateurs » peut constituer un marchepied vers des responsabilités partisanes et/ou électives plus importantes. Si l’on résume schématiquement la démonstration de l’auteur, les militants dont la participation au porte-à-porte est plus intermittente tendent, en revanche, à exprimer des doutes quant à son efficacité et à adopter des « conduites sans croyance » (p. 65).

5Dans un PS où domine aujourd’hui une dévalorisation des pratiques « traditionnelles » du militantisme5, l’on comprend par ailleurs rapidement que la mise en œuvre du porte-à-porte s’avérera plus difficile que souhaitée. Le deuxième chapitre de l’ouvrage revient ainsi sur les décalages entre les prétentions prêtées au porte-à-porte et sa réalisation effective.

  • 6 Rémi Lefebvre et Frédéric Sawicki, « Pourquoi le PS ne parle-t-il plus aux catégories populaires ?  (...)
  • 7 Olivier Masclet, La gauche et les cités. Enquête sur un rendez-vous manqué, Paris, La Dispute, 2005

6Alors que, en ciblant prioritairement les « abstentionnistes de gauche », le porte-à-porte « modernisé » doit permettre aux socialistes de renouer avec des classes populaires auxquelles ils ne parlent plus6, sa mise en œuvre concrète ne respecte que peu les préconisations officielles. Les responsables des Sections toulousaines préfèrent avant tout concentrer leurs efforts sur les quartiers qui votent habituellement à gauche afin de mobiliser leur « clientèle électorale ». Dans un parti dominé, à Toulouse comme ailleurs, par les classes intellectuelles supérieures et les fonctionnaires, les Sections les plus dynamiques sont situées au cœur de la ville ; au contraire, la mobilisation militante dans les « banlieues » est laborieuse en raison de la faiblesse numérique des socialistes sur ces territoires qu’ils ont désertés depuis de nombreuses années7. Ce n’est donc que dans l’urgence des derniers jours de la campagne que les militants se rendent dans les quartiers populaires pour tenter de convaincre les abstentionnistes de se rendre dans l’isoloir.

7Par ailleurs, contrairement aux objectifs assignés au porte-à-porte « modernisé », la campagne ne donne pas lieu au recrutement massif de « volontaires » censés venir renforcer les rangs des adhérents socialistes. Contrairement à l’image véhiculée par les responsables du parti dans la presse locale ou sur les réseaux sociaux, la conduite de la campagne repose pour l’essentiel sur un noyau restreint d’« entrepreneurs de mobilisation » (p. 108), majoritairement des responsables du parti, des candidats, ou des militants « professionnalisés » et « semi-professionnalisés ».

  • 8 Florence Passy, « Interactions sociales et imbrications des sphères de vie », in Olivier Fillieule (...)
  • 9 Daniel Gaxie, « Économie des partis et rétributions du militantisme », Revue Française de Science P (...)

8L’intérêt porté par Quentin Schnapper, dans le troisième chapitre, à la « mise à l’épreuve des corps militants » (p. 120), constitue l’un des points forts de l’ouvrage. Pour ces « entrepreneurs de mobilisation », qui s’adonnent « corps et âme » à une organisation partisane autour de laquelle leurs « sphères de vie » sont imbriquées8, la campagne ne fait certes qu’accentuer un investissement déjà important dans le militantisme. Les « corps militants » sont toutefois mis à rude épreuve ; l’auteur décrit avec précision la difficulté de militer en hiver, la fatigue qui gagne progressivement les militants, l’importance des moments de « convivialité », des liens de « camaraderie », des plaisanteries et anecdotes échangées ; autant de « rétributions symboliques »9 qui permettent aux militants de « “tenir” la distance » (p. 121). Les « corps militants » tendent dès lors à « faire corps », et se renforce un « entre-soi » regroupant les militants les plus investis dans la campagne et au sein duquel naissent les espoirs de victoire. Bien que les interactions entre les militants et les habitants soient caractérisées par leur rareté – bien souvent, les portes restent closes – et par leur extrême brièveté – 75 % des interactions observées par le chercheur durent moins de 35 secondes ! –, c’est en effet au cours de celles-ci que les militants trouvent des raisons de se « rassurer » et de croire en leurs chances de victoire.

9Le déroulement des porte-à-porte, dont l’auteur livre une description particulièrement détaillée dans les quatrième et cinquième chapitres, contribue en effet à « sédimenter une représentation collective » (p. 175) d’un accueil positif et favorable au candidat socialiste. L’« attention sélective » (p. 195) des militants tend à se focaliser « sur les interactions les plus encourageantes, [à interpréter] de manière optimiste les plus incertaines et [à occulter] les éléments les plus dissonants » (p. 175). Se construit alors une sorte de récit collectif de la campagne où ne sont partagés entre les militants que les (rares) échanges réellement positifs, interprétés comme autant de « signes de grâce » (p. 208). Dès lors, croient les militants, seule la continuation d’une mobilisation ascétique permettra de conjurer les doutes et les incertitudes et d’accéder à la victoire tant espérée. Ces « mécanismes de la réassurance » (p. 210) n’ont cependant fait qu’accentuer la désillusion des militants face à une défaite autant redoutée qu’inattendue.

10Au final, le récit ethnographique de Quentin Schnapper ouvre des pistes d’analyse stimulantes sur le porte-à-porte et les campagnes électorales. Plus généralement, l’analyse apporte des clés de compréhension intéressantes sur la situation actuelle du PS. L’ouvrage donne en effet à voir la cécité qui a gagné, ces dernières années, nombre d’adhérents et responsables socialistes qui n’ont pas semblé anticiper l’ampleur des déroutes électorales de 2017 (présidentielles et législatives) ; leurs prémisses se trouvaient pourtant dans les défaites aux élections locales de 2014 (municipales) et 2015 (départementales et régionales) sur lesquelles l’ouvrage, au travers du cas particulier de Toulouse, apporte un éclairage pertinent et bienvenu qui intéressera autant les politistes et sociologues que les militants.

Haut de page

Notes

1 Nicolas Renahy, Les gars du coin. Enquête sur une jeunesse rurale, Paris, La Découverte, 2005.

2 Par exemple : Jeanne Favret-Saada, Les mots, la mort, les sorts, Paris, Gallimard, 1977.

3 Rémi Lefebvre, « La modernisation du porte-à-porte au Parti Socialiste. Réinvention d'un répertoire de campagne et inerties militantes », Politix, n°113, 2016, p. 91-115.

4 Au niveau départemental, une opposition existe entre « des Fédérations réticentes où les militants pratiquaient le porte-à-porte de longue date de manière ritualisée, et d’autres, où la déshérence de la pratique a paradoxalement facilité son réinvestissement » (p. 61). Pour un exemple de Fédération « réticente », celle de Loire-Atlantique, nous nous permettons de renvoyer à notre thèse : Kévin Delasalle, Le tourment militant. Ethnographie de l’engagement partisan au Parti Socialiste (2010-2016), Thèse de Doctorat en Sociologie, Nantes, Université de Nantes, 2017, p. 249-271.

5 Rémi Lefebvre et Frédéric Sawicki, La société des socialistes. Le PS aujourd'hui, Bellecombe-en-Bauges, Éditions du Croquant, 2006

6 Rémi Lefebvre et Frédéric Sawicki, « Pourquoi le PS ne parle-t-il plus aux catégories populaires ? », Mouvements, n°50, 2007, p. 24-32

7 Olivier Masclet, La gauche et les cités. Enquête sur un rendez-vous manqué, Paris, La Dispute, 2005

8 Florence Passy, « Interactions sociales et imbrications des sphères de vie », in Olivier Fillieule (dir.), Le désengagement militant, Paris, Belin, 2005, p. 111-130

9 Daniel Gaxie, « Économie des partis et rétributions du militantisme », Revue Française de Science Politique, n°27, 1977, p. 123-154

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kévin Delasalle, « Quentin Schnapper, L’étrange défaite de la gauche. Approche ethnographique du porte-à-porte socialiste lors des municipales de 2014 à Toulouse », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 05 septembre 2017, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/23344

Haut de page

Rédacteur

Kévin Delasalle

Docteur en Sociologie de l’Université de Nantes (Centre Nantais de Sociologie – CENS, UMR 6025)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page