Navigation – Plan du site
Génération low-cost

Génération low-cost

Itinéraires de jeunes migrants intra-européens
Aurore Flipo, Génération low-cost. Itinéraires de jeunes migrants intra-européens, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Le sens social », 2017, 284 p., ISBN : 978-2-7535-5472-6.
Notice publiée le 07 septembre 2017

Présentation de l'éditeur

La décennie écoulée a constitué une période d'intensification de la mobilité du travail en Europe, recouvrant un large spectre d'acteurs et de phénomènes sociaux. Que révèlent-ils de l'évolution de nos sociétés européennes ? C'est tout l'enjeu auquel cet ouvrage se propose de répondre. Basé sur l'analyse comparative des migrations récentes de jeunes Polonais au Royaume-Uni et de jeunes Roumains en Espagne, l'ouvrage questionne la place de la mobilité internationale dans le changement social contemporain.
La mobilité n'est pas simplement le produit d'inégalités entre pays européens. Elle est également le résultat du processus de flexibilisation de l'emploi, en particulier non qualifié, dans le contexte d'une compétition accrue pour l'accès au marché du travail. Les jeunes migrants Européens, lourdement déclassés dans les pays d'accueil, constituent alors la face cachée de ce phénomène, alors même que les formes les plus légitimées de mobilité internationale (Erasmus, mobilité des cadres) sont promues et encouragées.
En s'appuyant sur une enquête par entretiens, l'ouvrage s'intéresse aux conséquences de la mobilité sur les trajectoires, aussi bien professionnelles que personnelles, constitutives d'une instance de socialisation particulièrement marquante (l'entrée dans la vie adulte, et bien souvent, les premières expériences du monde du travail). Dans le contexte de la libre circulation, la possibilité d'aller et de venir peut être à la fois une chance et un piège, une opportunité et un risque, et c'est ce que nous tentons alors de comprendre.

Haut de page

Auteur

Aurore Flipo

Aurore Flipo est docteure en sociologie et chercheure associée à PACTE (université Grenoble-Alpes). Elle a réalisé sa thèse sous la direction d’Alain Chenu à l’Observatoire sociologique du changement (Sciences Po). Elle travaille depuis sur les interactions entre mobilités et inégalités, en s’intéressant particulièrement à la manière dont celles-ci s’imbriquent dans les trajectoires personnelles. Elle a notamment participé à la conception de l’enquête « Mobilités et rapport à l’espace dans le cycle de vie » pour le panel ELIPSS (Étude longitudinale par Internet pour les sciences sociales).

Haut de page