Navigation – Plan du site

Stanley Corkin, Connecting The Wire. Race, Space and Postindustrial Baltimore

Paul-Arthur Tortosa
Connecting The Wire
Stanley Corkin, Connecting The Wire. Race, Space, and Post-Industrial Baltimore, Austin, University of Texas Press, coll. « Texas Film and Media Studies », 2017, 256 p., ISBN : 9781477311776.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Corkin Stanley, Realism and the Birth of Modern United-States: Literature, Cinema and Culture, Athe (...)
  • 2 Corkin Stanley, Cowboys as Cold Warriors: The Western and U.S. History, Philadelphia, Temple Univer (...)
  • 3 David Simon, scénariste de la série, a déclaré qu’il avait réalisé « un pamphlet politique déguisé (...)
  • 4 Dans cette perspective, des habitudes acquises par les afro-américains qui vivaient en tant que min (...)

1Après avoir publié plusieurs ouvrages analysant des styles et genres cinématographiques comme le réalisme1 ou les western2, Stanley Corkin s’intéresse à The Wire (Sur Écoute), une série télévisée produite au début des années 2000 par la chaîne HBO. Il cherche à montrer que, au-delà de son intérêt narratif, The Wire possède une double portée, scientifique et politique3. Scientifique tout d’abord, en ce qu’elle décrit avec une minutie quasi-documentaire la vie dans le ghetto afro-américain. Politique ensuite, car elle constitue une féroce critique du néolibéralisme. En effet, The Wire se déroule à Baltimore mais traite de phénomènes affectant la plupart des autres villes américaines, voire occidentales, comme le racisme, la désindustrialisation et la diffusion de la logique managériale. Stanley Corkin étoffe son commentaire de la série de nombreuses perspectives et données tirées d’une vaste littérature historique, sociologique et géographique afin de démontrer la responsabilité de la ségrégation, du manque de travail et du désinvestissement de l’État dans la pauvreté et la criminalité qui dévastent les quartiers populaires afro-américains ; il oppose ainsi frontalement aux thèses conservatrices mettant en avant une prétendue « culture de la pauvreté »4.

2La structure de l’ouvrage suit celle de la série, chaque chapitre étant consacré à une saison. Certains personnages récurrents apparaissent tout au long de la série, mais chaque saison est consacrée à un groupe social et à une activité professionnelle, dont l’auteur s’efforce de montrer l’inscription dans des dynamiques évoquées précédemment. Le plan suit donc à la fois une logique narrative et analytique.

  • 5 L’usage du concept de « race » et de ses dérivés est différemment connoté en France et aux États-Un (...)

3Le premier chapitre souligne la volonté de David Simon, le scénariste principal de The Wire, de mettre en scène dans la première saison la vie des classes populaires urbaines. En effet, cette saison est focalisée sur un trafic de drogue orchestré par deux amis d’enfance, Avon Barksdale et Stringer Bell, qui règnent en maître sur la partie ouest de la ville, dont les habitants sont presque exclusivement pauvres et afro-américains. L’auteur montre que le cœur de cette saison est la tension entre le désir de richesse et la difficulté de sortir de cette zone racialement5 et socialement ségrégée. Cette dernière, gangrénée par le crime organisé, amène le lecteur à interroger la notion d’opportunité: la vente de drogue est l’une des seules activités régulatrices possibles dans une zone où ne se trouve presque aucun emploi légal. Par ailleurs, l’argent ne permet pas nécessairement de s’extraire de ce milieu, car la classe n’est pas réductible à l’appartenance à un groupe économique : elle induit également des codes sociaux et culturels, comme l’illustre le contraste entre la gêne du pourtant très riche neveu d’Avon Barkdale dans un restaurant luxueux et son aisance sur un canapé abîmé au milieu d’un terrain vague.

  • 6 Stanley Corkin reprend ici le vocabulaire développé dans Appadurai Arjun, Modernity at Large: Cultu (...)
  • 7 « Black, white, until that canal is dredged we’re all niggers ».
  • 8 « Or all Polacks »
  • 9 « My nigga ».
  • 10 Notre traduction.

4La chapitre suivant analyse la seconde saison de la série, qui se concentre sur les vicissitudes d’un syndicat de dockers du port de Baltimore comme emblématiques des conséquences de la globalisation économique. La baisse drastique des coûts de transport qu’a permis le développement des porte-conteneurs a entraîné une désindustrialisation massive des pays développés, où le coût du travail est nettement supérieur à celui des pays en voie de développement, mettant ainsi en concurrence les ouvriers à l’échelle mondiale. Les problèmes sociaux engendrés par le chômage de masse provoquent paradoxalement un repli communautaire, qualifié de « nouveau patriotisme6 », dans les différents groupes ethniques auxquels les personnages rappellent incessamment leur appartenance : polonais ou afro-américains pour les dockers, juifs, grecs ou ukrainiens pour les criminels. Le parallélisme établi entre classe et race dans la première saison, où tous les pauvres étaient afro-américains, est ici remis en cause. En effet, les membres du syndicat en difficulté sont autant polonais qu’afro-américains. Lors d’une discussion entre le chef polonais du syndicat et un opposant afro-américain, le premier constate que, sans la construction d’un canal qui apporterait au port des navires et donc des emplois, les dockers sont dans une situation économique désespérée. La formule « Nous sommes tous nègres »7résume son sentiment, et son interlocuteur renchérit : « ou tous polacks »8, suggérant ainsi que la communauté de problèmes sociaux va au-delà des divisions ethniques. De même, le trafiquant afro-américain Proposition Joe salue le tueur ukrainien Sergei d’un « mon négro »9. Néanmoins, la mention de l’identité raciale des individus réaffirme son existence, et la question sociale n’est pas soluble dans la question raciale. Comme le résume l’auteur, « bien que le fait d’être noir (blackness) soit une construction sociale complexe, sa diversité de sens ne le dissocie jamais totalement du phénotype »10 (p. 70).

5Le troisième chapitre analyse la mise en scène des politiques de rénovation urbaine menée par la mairie et les investisseurs privés. Stanley Corkin conteste notamment l’idée d’une mise en scène du progrès par la destruction des tours (high-rises) qui étaient au cœur du trafic de drogue dans la première saison.. En effet, les lieux du trafic disparaissent, mais ses causes structurelles comme la pauvreté et le manque de travail ne sont pas éradiquées. Le crime ne fait que se déplacer, ce qui entraîne une lutte meurtrière pour l’acquisition de nouveaux terrains de vente. L’auteur rappelle également que la destruction des immeubles de logement social marque la disparition de l’État-providence et la libéralisation du marché immobilier des années Nixon et Reagan. Si les classes moyennes bénéficient de logements neufs et confortables, les classes populaires sont expulsées de leurs anciens domiciles et se concentrent dans des quartiers toujours plus pauvres et toujours plus exposés à la criminalité. Cette dernière décourage l’installation de commerces, ce qui raréfie encore le travail et renforce le cercle vicieux de la pauvreté et de la violence.

  • 11 Zhang Zhonguyan, « What is a lived space? », Ephemera, n° 6, 2006, p. 219-223.

6Le chapitre sur la quatrième saison, dédiée au système scolaire, met en lumière une double contradiction. D’une part, la vie de rue ne prépare absolument pas les enfants à la réussite scolaire, et d’autre part, les leçons apprises à l’école ne servent pas dans la rue. L’auteur souligne ainsi l’incompatibilité des différents « savoirs locaux »11 : les compétences spécifiques acquises dans un contexte sont inutiles ailleurs. Stanley Corkin prolonge son analyse en soulevant un paradoxe : tant que le système scolaire reste étranger au ghetto, il est inutile pour les enfants, mais s’il en adopte les codes et méthodes, il devient un agent actif de la ségrégation sociale.

  • 12 David Simon était journaliste avant d’être scénariste.

7La dernière saison, centrée sur le monde du journalisme, brosse un tableau très sombre de la situation des États-Unis du début des années 2000, en sous-entendant que les problèmes évoqués dans les saisons précédentes ne peuvent être véritablement réglés car les grands groupes de presse sont plus intéressés par le profit que par l’information, ce qui permet la dissimulation des scandales et la diffusion des mensonges. Sur ce point, pour la première fois du livre, l’auteur remet clairement en cause la série, en montrant qu’elle est tributaire d’une vision nostalgique et mais historiquement fausse du monde des médias12. Ces derniers, explique-t-il, n’ont jamais été uniformément désintéressés et progressistes : dès leur apparition, ils ont été détenus par de riches magnats qui diffusaient un contenu très généralement raciste, machiste et conservateur.

  • 13 Hardt Micheal et Negri Antonio, Commonwealth, Cambridge, Harvard University Press, 2009.

8Dans sa conclusion, Stanley Corkin se démarque du pessimisme de la série et s’interroge sur des pistes de réformes potentielles. Son analyse s’inspire des travaux de Hardt et Negri13 et conteste l’opposition entre un secteur public vertueux et un secteur privé corrompu car, comme le montre la série, le premier est souvent au service du second. Il appelle de ses vœux le développement d’une sphère du « commun » qui rassemblerait tout ce qui doit échapper à la logique économique, sans véritablement expliquer en quoi ce processus de « communalisation » (commoning) résoudrait les problèmes dénoncés.

9D’un point de vue factuel, cet ouvrage est très utile car il contextualise avec précision les phénomènes présentés dans la série, d’un point de vue à la fois historique et géographique. Il permet également au spectateur de mieux comprendre les ambitions politiques de David Simon et la cohérence idéologique des différentes saisons, en apparence très différentes. En revanche, l’usage de concepts issus des sciences politiques, en particulier celui de « commun » au cœur de la conclusion, apparait quelque peu artificiel, d’autant plus qu’il n’est pas défini précisément. Enfin, Stanley Corkin propose quelques bonnes analyses sur les techniques cinématographiques employées pour mettre en scène les thèses des réalisateurs, en particulier leur insistance sur la force des déterminismes sociaux. Il souligne par exemple que souvent, à une scène où la caméra se focalise sur un ou deux personnages effectuant une action précise succède un plan plus large où le cadre urbain devient l’objet, les individus faisant alors presque partie du décor. Ce genre d’enchaînement vise à attirer le regard du spectateur sur les causes structurelles des phénomènes sociaux qui dépassent et influencent les décisions individuelles. Le principal regret est pourtant sans doute que le livre, pourtant consacré à une œuvre vidéographique, n’articule pas plus souvent le fond et la forme, car l’auteur est très convainquant les rares fois où il s’y attèle.

Haut de page

Notes

1 Corkin Stanley, Realism and the Birth of Modern United-States: Literature, Cinema and Culture, Athens, University of Georgia Press, 1996.

2 Corkin Stanley, Cowboys as Cold Warriors: The Western and U.S. History, Philadelphia, Temple University Press, 2004.

3 David Simon, scénariste de la série, a déclaré qu’il avait réalisé « un pamphlet politique déguisé en série policière » (p. 72).

4 Dans cette perspective, des habitudes acquises par les afro-américains qui vivaient en tant que minorité opprimée dans le Sud à la période de l’esclavage – supposément le manque d’ambition et la criminalité – auraient profondément affecté la population afro-américaine, qui serait durablement incapable de participer au rêve américain. Voir Lemann Nicholas, The Promised Land: The Great Black Migration and How it Changed America, New York, Vintage Books, 1992 et Murray Charles, Losing Ground: American Social Policy, 1950-1980, New York, Basic Books, 1984.

5 L’usage du concept de « race » et de ses dérivés est différemment connoté en France et aux États-Unis, où il incarne une perception particulière des identités sociales et ethniques. Mes choix lexicaux doivent donc être replacés dans le contexte de l’ouvrage.

6 Stanley Corkin reprend ici le vocabulaire développé dans Appadurai Arjun, Modernity at Large: Cultural Dimensions of Globalization, Minneapolis, University of Minnesota Press, 1996.

7 « Black, white, until that canal is dredged we’re all niggers ».

8 « Or all Polacks »

9 « My nigga ».

10 Notre traduction.

11 Zhang Zhonguyan, « What is a lived space? », Ephemera, n° 6, 2006, p. 219-223.

12 David Simon était journaliste avant d’être scénariste.

13 Hardt Micheal et Negri Antonio, Commonwealth, Cambridge, Harvard University Press, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul-Arthur Tortosa, « Stanley Corkin, Connecting The Wire. Race, Space and Postindustrial Baltimore », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 07 septembre 2017, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/23363

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page