Navigation – Plan du site

David Scott (ed.), Understanding Foucault, understanding modernism

Louis Georges
Understanding Foucault, understanding modernism
David Scott (dir.), Understanding Foucault, understanding modernism, New York, Bloomsbury, coll. « Understanding philosophy, understanding modernism », 2017, 280 p., ISBN : 9781628927702.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 « The most cited authors of books in the humanities », The Times Higher Education Guide, 26 mars 20 (...)

1L’œuvre de Michel Foucault a trouvé depuis la mort de son auteur une belle et longue vie outre-Atlantique. Le philosophe poitevin, élevé par la critique anglo-saxonne parmi les philosophes les plus influents du XXe siècle a l’honneur quantitatif d’être l’auteur le plus cité en sciences humaines et sociales1. Que peut-on dès lors écrire de neuf sur Foucault aujourd’hui ? David Scott, directeur de la présente publication, s’appuie sur la jeune collection « Understanding Philosophy, Understanding Modernism », éditée par Bloomsbury, pour tenter d’apporter un jour nouveau aux études foucaldiennes. Après les œuvres de Bergson, Deleuze et Wittgenstein, celle de Foucault est à son tour considérée au travers de la notion de « modernité » (modernism), perçue à la fois comme un phénomène autonome et un objet de pensée constitué par quelques pensées fondatrices. Il s’agit de produire une synthèse, à destination non seulement des chercheurs en philosophie, mais aussi d’autres disciplines ou du public curieux, du rapport entre la constitution d’une pensée spécifique et l’ubiquité d’une catégorie conceptuelle. En cela, l’ouvrage se place en contrepoint d’une acception périodisatrice et historienne de la modernité, qu’elle considère comme une catégorie de pensée produite, dont il est possible de retracer de manière processuelle le déploiement, les variations et les contradictions, ici dans l’amplitude de l’œuvre foucaldienne.

  • 2 Michel Foucault, entretiens, Paris, Odile Jacob, 2004, p. 127

2Le plan, normé parmi les ouvrages de la collection, module cette relation d’une catégorie générale et d’une pensée particulière, en se fondant d’abord sur une conceptualisation « moderniste » des principales œuvres du philosophe, puis sur les rapports de ses travaux à une esthétique de la modernité, enfin, par un court glossaire, sur la constitution des principaux concepts foucaldiens. La première partie, « Conceptualizing Foucault », composée de six chapitres, consiste en un examen critique des principaux concepts foucaldiens à travers le prisme de la notion de « modernité philosophique ». Il s’agit de comprendre en quoi le « système » (p. 1) foucaldien s’inscrit et participe d’un mouvement spéculatif cherchant à saisir la nature de la rupture entamée par les Lumières dont, supposément, nous sommes encore contemporains, et ici définie par le projet d’atteindre « la liberté à travers l’exercice raison ». L’interrogation fondamentale de Foucault, celle de situer et comprendre « le seuil de la modernité »2, trouve son origine dans la mise en cause du rationalisme moderne, susceptible dans sa recherche autocentrée de négliger et de contraindre la liberté, par l’École de Francfort. L’apport de Foucault dans la conception de la modernité peut être compris comme une complexification, en même temps qu’une critique des penseurs de Francfort. Quand ceux-ci faisaient de l’autodestruction fasciste la conséquence logique du rationalisme des Lumières, Foucault, revenant à la critique kantienne, trouve dans les promesses du XVIIIe siècle les fondements de toute forme de pouvoir moderne, et de nouveaux mécanismes de pouvoir insidieux, médiatisés par l’exercice technologique de la raison. Décrire et définir ces formes de pouvoirs proprement modernes et la pensée qui les fondent, tel est pour les auteurs le projet unificateur de l’œuvre foucaldienne (p. 3-15), pluralisé par les chapitres un à six, examinant chacun une notion particulière. Le passage (qui forme le sujet de la Naissance de la clinique), de la médecine classificatoire à la médecine anatomo-clinique est par exemple (chapitre deux, par David Scott) accompagné de la naissance d’une nouvelle relation du langage au corps : il revient au médecin de nommer et normaliser le corps de son patient au travers d’un savoir neuf. La clinique est dès lors le lieu d’un contrôle social visant les patients plutôt que les maladies en les triant par le seul regard et le seul acte de dénomination.

3La deuxième partie, « Foucault and Aesthetics », longue de cinq chapitres, est plus audacieuse encore : clairement posée dans le propos liminaire comme la fin première de ce recueil (p. 2 à 5), elle entend lier la pensée de Foucault à la définition de la modernité sociale et culturelle entendue comme « esthétique », tant romanesque que poétique ou picturale. La conscience, chez le philosophe, de la nature plurielle d’une modernité qui concerne autant les philosophes que les littérateurs et les artistes, motive l’utilisation de ce corpus dans ce champ original. Les différents auteurs y cherchent ainsi des éléments permettant de saisir la modernité esthétique, ou bien par référence interne en exhumant les textes du philosophe concernant auteurs et artistes (Raymond Roussel, Manet, Gérard Fromanger), ou bien en appliquant les concepts à des références exogènes au corpus (Gertrude Stein, Ezra Pound). Un rapprochement audacieux est construit au chapitre sept (par Christopher Breu) entre la conception foucaldienne du pouvoir moderne marqué par une capacité savante et technologique, et la trilogie U.S.A de John Dos Passos, par laquelle le romancier entend substituer à la téléologie politique du marxisme une description des mécanismes de pouvoir tacites qui affectent le sujet moderne.

4La troisième partie consiste en un glossaire pratique et critique des principaux concepts foucaldiens. En l’espace fixe de deux pages, les auteurs des chapitres précédents définissent le concept en jeu, montrent son évolution au fil des occurrences dans les ouvrages, et tentent de l’articuler aux autres concepts de l’œuvre foucaldienne, ci-lors pensée en système. Ces pages, particulièrement condensées et pédagogiques, s’adressent en priorité au lecteur ou à l’étudiant anglo-saxon découvrant et s’initiant à la pensée de Michel Foucault. On peut en cela regretter que ces pages s’en tiennent à une évocation très générale et abstraite des notions, qui sont autrement mieux étudiées dans les articles de la première partie : l’entrée « Archeology » par Heath Massey a ainsi le défaut d’éluder la dimension empirique de la méthode archéologique, définie a posteriori de son utilisation dans les premiers travaux de Foucault, son influence kantienne, et les différents registres discursifs de l’« archive » : autant d’aspects pourtant remarquablement développés par la même auteure dans le chapitre quatre.

  • 3 Oxford, Blackwell, 1986
  • 4 The Cambridge Companion to Michel Foucault, Cambridge, Cambridge University Press, 1994 ; Foucault: (...)

5Le registre de cet ouvrage est ambiguë. Par sa forme, il tient du manuel universitaire. L’organisation du propos, sa concision, sa clarté prodiguent une pédagogie exercée, et permettent au lecteur le plus pressé de trouver et saisir vite les enjeux du concept cherché. Le glossaire, les renvois, l’indexation prolixe achèvent de faire de ce petit livre un compagnon idéal à qui souhaite utiliser le corpus foucaldien à l’aune de la problématique moderniste. D’un point de vue formel, ce petit livre semble aussi vouloir introduire, plus que préciser, à la pensée de Foucault. Ce but est du reste brillamment atteint par les première et troisième parties : dans la littérature anglophone, voilà une synthèse bienvenue, qui actualise l’étude, classique mais vieillie, de David Conzens Hoy, Foucault : A critical reader3, tout en apportant d’heureuses précisions aux abrégés édités par Gary Gutting4, eux aussi fondés sur la modernité du philosophe. L’ubiquité de la référence au philosophe dans les sciences sociales anglo-saxonnes trouve dans ce volume une habile expression éditoriale. Mais dans le même temps qu’il résume et synthétise, l’ouvrage cherche en fondement à produire une nouvelle critique de ce corpus, en le liant, plus que la critique ne l’a jusqu’à présent fait, à la notion de modernité. Cette dualité d’intentions – synthèse et essai – nuit à la cohérence générale d’un ouvrage partagé entre chapitres et entrées très généraux en première et troisième parties, et audacieux textes spéculatifs en deuxième, la seule à se fonder vraiment sur la relation de Foucault à la modernité. En cela, les auteurs semblent curieusement s’adresser à deux lectorats antagoniques : les lecteurs étrangers à l’œuvre du philosophe, et ceux déjà rompu à sa lecture.

  • 5 Entretien au Magazine littéraire, n° 309, avril 1993

6D’autre part, cette confusion du général et du particulier est encore majorée par la médiation de la langue. La majorité des auteurs ne se fondent que sur les traductions anglaises des travaux de Foucault, ce qui induit un certain nombre d’imprécisions. Si un flottement linguistique est tolérable pour ce qui relève de la synthèse pédagogique, il l’est moins quand l’étude devient interprétative. Une référence immédiate au texte aurait parfois aidé à lever certaines ambiguïtés. En particulier, on regrette non seulement de ne jamais trouver de définition méthodique de la modernité (un flottement sémantique est proposé, les auteurs oscillant entre les termes modernism, mais aussi parfois indistinctement modernity ou modern age, ce qui n’est pas sans difficultés), concept portée au cœur du propos mais considéré dans des acceptions très différentes selon les auteurs, mais aussi de ne voir aucune précision sur l’utilisation et le sens émique du terme chez Michel Foucault. Or, si celui-ci utilise bien le terme de « modernité », et le place même au centre de sa réflexion sur Kant, il s’en sert moins comme instrument que comme objet de pensée, partie prenante du discours qu’il examine. En cela, il avouait lui-même sa difficulté à définir, positivement et actuellement, la modernité, sinon « plutôt comme une attitude que comme une période de l’histoire »5. On peut regretter que ce souci du discours et de ses contradictions, fondement de la méthode archéologique, soit si peu investi par des auteurs qui s’en tiennent souvent à une conception essentialiste, indiscutée, de la modernité, indistinctement philosophique, littéraire ou politique.

  • 6 On peut toutefois encore regretter que cette utilisation soit tributaire de la traduction de ces œu (...)

7Ces écueils posés, on trouvera néanmoins dans Understanding Foucault, Understanding Modernism, en plus d’une introduction claire aux enjeux actuels de la critique foucaldienne, des pages inventives et des réflexions fécondes. La deuxième partie particulièrement a le crédit d’ouvrir des voies neuves au sein de l’abondante littérature foucaldienne, à la fois en abordant des travaux bien connus par le nouveau regard du discours poétique et en exhumant des travaux du philosophe relativement négligés (Raymond Roussel ; Ceci n'est pas une pipe ; Herculine Barbin, divers extraits des Dits et Écrits et divers entretiens6). L’utilité de Foucault pour penser la mutation des formes littéraires aux XIXe et XXe siècles est démontrée par deux procédés : la fertilité dans ce domaine d’étude des concepts et de réflexions formulées dans d’autres (particulièrement les « technologies » de mise en discours, venant des premiers travaux archéologiques de Foucault, habillement appliqués par Christopher Breu à John Dos Passos dans le chapitre 7), et l’exhumation de concepts foucaldiens spécifiquement littéraires ou artistiques (celui d’hermaphroditisme, tiré d’Herculine Barbin et utilisé par Nicole Ridgway dans le chapitre 10 pour penser l’art moderne comme « expérience » plutôt que comme contenu discursif). En cela, les auteurs ouvrent une nouvelle lecture du corpus foucaldien appliquée à la littérature, cherchant à en extraire des modèles épistémologiques généralisables, utiles à l’historien de la littérature. En définitive plus pertinent comme collection d’articles particuliers que comme plein recueil, ce petit livre constitue un important effort d’actualisation de la pensée de Michel Foucault au paradigme anglo-saxon des modernist studies.

Haut de page

Notes

1 « The most cited authors of books in the humanities », The Times Higher Education Guide, 26 mars 2009

2 Michel Foucault, entretiens, Paris, Odile Jacob, 2004, p. 127

3 Oxford, Blackwell, 1986

4 The Cambridge Companion to Michel Foucault, Cambridge, Cambridge University Press, 1994 ; Foucault: A Very Short Introduction, Oxford University Press, 2005.

5 Entretien au Magazine littéraire, n° 309, avril 1993

6 On peut toutefois encore regretter que cette utilisation soit tributaire de la traduction de ces œuvres : les cours au Collège de France, si discutés dans l’historiographie française, sont par exemple peu considérés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louis Georges, « David Scott (ed.), Understanding Foucault, understanding modernism », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 08 septembre 2017, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/23364

Haut de page

Rédacteur

Louis Georges

Agrégé d’histoire, ENS de Lyon/University of California Berkeley

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page