Skip to navigation – Site map

Mehrdad Vahabi, Thierry Coville (dir.), « L’économie politique de la République islamique d’Iran », Revue internationale des études du développement, n° 229, 2017

Mélisande Bizoirre
L'économie politique de la République islamique d'Iran
Mehrdad Vahabi, Thierry Coville (dir.), « L'économie politique de la République islamique d'Iran », Revue internationale des études du développement, n° 229, 2017, 234 p., Paris, Publications de la Sorbonne, ISBN : 979103510018.
Top of page

Full text

1Depuis la signature des accords sur le nucléaire en juillet 2015, on ne compte plus le nombre de publications spécialisées ou grand public qui placent brusquement l’Iran sous le feu des projecteurs. La Revue Internationale des Études du Développement n’échappe pas à cette tendance en faisant appel à deux économistes spécialistes du pays, Mehrdad Vahabi (Paris VIII) et Thierry Coville (IRIS), pour diriger son premier numéro de 2017. Mis en forme dans une période de doutes, entre l’arrivée au pouvoir à Washington de Donald Trump, détracteur des accords, et la réélection d’Hassan Rohani à la présidence iranienne, le dossier interroge, en cinq articles aux perspectives différentes, quelques spécificités de la République islamique d’Iran : son islam politique, sa rente pétrolière, la force de ses organisations para-étatiques et ses inégalités sociales.

2La question religieuse est abordée en premier lieu par Mansoor Moaddel sous l’angle du fondamentalisme. Privilégiant une définition religieuse (« un ensemble de croyance et d’attitudes, quelle que soit la croyance religieuse » p. 35) aux interprétations sociales du phénomène, il tente d’en cerner les facteurs politiques, mais aussi sociaux et économiques, à partir de considérations historiques et de deux enquêtes : le World Values Survey1 de 2010 et une série d’entretiens inédits menés en Iran en 2005 (dont les résultats ne sont malheureusement fournis que partiellement et sous forme de moyennes). Pour l’auteur, l’existence d’un « marché religieux monolithique », due soit à un phénomène de résistance dans un État séculier autoritaire (Égypte, Iran pré-révolutionnaire), soit à une alliance solide entre institutions religieuses et État (Arabie Saoudite), favorise l’émergence d’un fondamentalisme fort. Bien que théocratique, l’Iran actuel est moins marqué par l’essor de cette tendance, en raison de la fragmentation de ses élites politiques liée à son système duel, à la fois républicain et théocratique. L’auteur précise par la suite d’autres éléments qui participent, positivement ou négativement, à l’apparition du fondamentalisme. Sans surprise, ce dernier est limité par l’urbanité, l’intégration sociale, l’adhésion au libéralisme et l’usage des ordinateurs (et donc d’Internet), mais favorisé par la religiosité, la confiance dans les institutions religieuses, l’importance de l’islam dans l’identité, le sentiment d’une invasion occidentale, l’intolérance et l’usage de la télévision (sous-entendu d’État).

3Faisant écho à ces réflexions, un article de Sarah Ben Nafissa, dans les varia, s’intéresse aux Frères musulmans en Égypte. Il est appuyé sur des témoignages et une enquête de terrain. Il met en évidence certaines modalités de leur intégration sociale, par le biais de l’éducation notamment.

4La question économique est abordée ensuite dans deux articles. Celui de Cyrus Bina, professeur d’économie à l’université du Minnesota, est un plaidoyer contre les contrats à long terme qui semblent devoir résulter de l’ouverture économique de l’Iran dans le secteur pétrolier. Établis entre l’État et de grandes compagnies occidentales (Total, BP, DutchShell…) ou asiatiques (chinoises et indiennes), ceux-ci concèdent une partie de la ressource en échange d’investissements dans les infrastructures. S’appuyant sur un exposé historique en trois périodes (concessions coloniales, 1901-1950 ; période transitionnelle, 1950-1972 ; mondialisation et décartellisation depuis 1974), l’auteur met cependant en évidence les nombreuses manipulations des grandes compagnies occidentales ayant bénéficié de telles concessions au cours du temps. Il propose ensuite une réflexion plus théorique, remettant à l’ordre du jour des théories marxistes et la mémoire de Mossadegh, afin d’argumenter la nécessité pour l’Iran de conserver la possession de ses ressources. Si la réflexion sur certains dogmes théoriques, notamment celui qui lie rente, manque de compétitivité et autoritarisme, ou encore sur la notion de propriété, ne manque pas d’intérêt, l’argumentation souffre parfois de l’absence de bases concrètes qui permettraient de l’ancrer, ainsi que d’une certaine partialité. On regrette également que les ressources gazières, qui relèvent de mécanismes économiques comparables et constituent des potentialités plus fortes encore que le pétrole, ne soient jamais évoquées.

5Thierry Coville propose quant à lui une étude sur l’une des plus influentes organisations paraétatiques de la république islamique : les gardiens de la révolution (pasdaran), corps militaire directement rattaché au guide suprême. Après un point sur les formes de domination de l’institution sur l’économie iranienne – à travers l’entreprise de BTP Khatam et la fondation multisectorielle Bonyad Taavon Sepah (BTS), ainsi que dans l’économie informelle – l’auteur expose ce qui la motive : autonomie financière, contribution au développement du pays, renforcement de l’influence politique. Il rapporte ensuite les termes du débat et les nombreuses critiques liées à l’implication des pasdaran dans l’économie : concurrence déloyale face au secteur privé, clientélisme et corruption, voire danger politique. Bien que n’étant pas propre à l’Iran (on trouve des organisations semblables en Turquie et au Pakistan), cette organisation et ses semblables sont révélatrices des faiblesses de l’économie iranienne, dépendante d’une rente pétrolière contrôlée par l’État et de systèmes de domination violents. L’ouverture économique et les changements politiques entraîneront-ils une évolution ? La question reste ouverte dans un article dont on ne peut que saluer la clarté et la pertinence, face à une organisation aux ressorts souvent opaques.

6Les deux dernières contributions proposent deux perspectives très différentes sur la société iranienne. Djavad Salehi-Isfahani met en évidence, sur la période 1984-2015, l’évolution de la pauvreté et des inégalités en Iran. Il souligne clairement le fait que la nette augmentation du niveau de vie en trente ans a été plus forte à Téhéran, et s’est accompagnée d’une réduction plus limitée des inégalités. Cette évolution est à lier tout d’abord aux fluctuations pétrolières (années 1980), puis à des politiques populistes d’aides (début des années 2010), dont la pérennité et l’efficacité sur le long terme sont douteuses. Très attentif à sa méthodologie, mais peu critique vis-à-vis de sa source – le centre national de statistiques de l’Iran, pourtant souvent contesté – l’auteur suit un raisonnement rigoureux malgré les problèmes de disponibilité des chiffres, notamment pour les années encadrant la révolution, dont il est dès lors difficile de mesurer précisément l’impact.

7Plus pessimiste, l’article de Mohammad Majloo propose un aperçu de la précarisation des conditions de travail des Iraniens. S’appuyant sur des sources journalistiques persanes et sur des rapports du centre de recherche du parlement islamique, il met en évidence la prépondérance des contrats à durée déterminée, l’augmentation de l’emploi des femmes, des enfants et des retraités afin de compenser les baisses de revenu des ménages, et le phénomène du multi-emploi. La dégradation observable depuis les années 1980 est due, d’après l’auteur, à l’application progressive de dispositions du code du travail iranien, défavorable aux travailleurs, ainsi qu’à des changements sociaux et économiques plus profonds, liés à l’évolution de la société de consommation (prédominance des services sur les activités productives, hausse de la consommation de biens à haute valeur ajoutée…). Malgré des faiblesses sur le plan méthodologique – chiffres parfois peu assurés, comme celui des 90% de contrats temporaires (p. 140), présupposés, absence de définition du « travailleur » (worker) –, l’article convainc par sa lecture fine de l’évolution légale de l’encadrement du travail et propose des pistes intéressantes pour un sujet manquant d’études en langues occidentales. Le dossier se conclut par un petit glossaire et une très utile chronologie détaillée de l’Iran depuis 1979 (11 pages).

8Bien qu’écrit essentiellement par des économistes, le numéro de la Revue internationale des études du développement aborde donc des thèmes larges et encourage une réflexion sur les liaisons entre politique, religion, société et économie dans le contexte particulier de la République islamique d’Iran en 2017.

Top of page

References

Electronic reference

Mélisande Bizoirre, « Mehrdad Vahabi, Thierry Coville (dir.), « L’économie politique de la République islamique d’Iran », Revue internationale des études du développement, n° 229, 2017 », Lectures [Online], Reviews, 2017, Online since 11 September 2017, connection on 22 November 2017. URL : http://lectures.revues.org/23365

Top of page

About the author

Mélisande Bizoirre

Doctorante en histoire des arts de l’Islam à l’université d’Aix-Marseille / LA3M, agrégée d’histoire, Mélisande Bizoirre enseigne depuis 2015 la géographie de l’Eurasie à l’Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO).

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page