Navigation – Plan du site

Kaushik Sunder Rajan, Pharmocracy. Value, Politics, and Knowledge in Global Biomedicine

Madhura Joshi
Pharmocracy
Kaushik Sunder Rajan, Pharmocracy. Value, Politics, and Knowledge in Global Biomedicine, Durham and London, Duke University Press, coll. « Experimental Futures », 2017, 344 p., ISBN : 9780822363279.
Haut de page

Texte intégral

1À partir d’une étude ethnographique multi-site menée de 2006 à 2015, Kaushik Sunder Rajan retrace les transformations mondiales dans le secteur de la recherche médicale sur fond de scandales sanitaires en Inde. Le néologisme « pharmocratie » désigne l’hégémonie des multinationales pharmaceutiques occidentales qui ont accaparé les secteurs de la santé publique et de la recherche médicale. Dans un contexte où les corps des patients-sujets sont « saturés » de traitements médicaux dans des pays riches, la mondialisation et les accords internationaux ont facilité la sous-traitance des essais cliniques depuis 1995. Cela a poussé le développement d’organisations de recherches cliniques privées en Inde avec pour argument la disponibilité, d’une part, des sujets pour l’expérimentation clinique et, d’autre part, de la main d’œuvre qualifiée et anglophone à bas prix pour mener des essais. Se posent alors des questions éthiques quant au savoir, au biopouvoir, au consentement des sujets pour l’expérimentation clinique ainsi qu’aux « bonnes pratiques ». Divisé en cinq chapitres, l’ouvrage questionne les rapports entre le savoir, la politique et les valeurs – marchande et éthique – dans le domaine de la santé. L’ouvrage décrit également les luttes politiques et juridiques pour maintenir l’accès démocratique aux soins, face au modèle technocratique de rentabilité et au poids financier que représentent les multinationales : c’est là toute la problématique de la « pharmocratie ».

2Trois dates sont importantes à retenir pour comprendre l’évolution du secteur pharmaceutique en Inde : 1970, 1995 et 2005. En 1970, le Parlement indien a légiféré sur le brevet industriel en rendant caduque la loi de 1911 du gouvernement colonial britannique. Ce passage du régime des brevets sur les produits à celui des brevets sur les procédés a favorisé le développement massif de l’industrie du médicament générique, grâce aux techniques d’ingénierie inversée qui appelaient à l’innovation dans les procédés pour obtenir les mêmes molécules qu’un médicament breveté. L’Inde s’est ainsi dotée d’une industrie pharmaceutique florissante, par l’export et la vente aux organisations internationales comme Médecins sans frontières. Depuis 1949, les sociétés multinationales ont acquis un poids non négligeable dans les échanges en vue de l’élaboration des traités internationaux. Le cycle de négociations entre 123 pays qui a commencé en 1986 en Uruguay s’est poursuivi pendant huit ans, aboutissant à la création de l’Organisation mondiale de commerce en 1995. L’Accord sur les droits de propriété intellectuelle liés au commerce (ADPIC) entré en vigueur en 1995 a imposé l’« harmonisation » des lois nationales et internationales sur la propriété intellectuelle et la nouvelle législation indienne sur les brevets a été adoptée en 2005. Le nouveau régime des brevets a alors ouvert la voie à la création de monopoles financiers de sociétés multinationales sur le marché pharmaceutique, ces dernières n’ayant pas obligation de mener des études cliniques ni de fabriquer les médicaments en Inde. La plupart des entreprises pharmaceutiques indiennes cherchèrent alors à fusionner ou à se faire racheter par des géants du secteur.

3Le premier chapitre traite de la valeur spéculative des investissements dans la recherche médicale au niveau mondial, financée principalement par des sociétés pharmaceutiques. Ces dernières comptent sur les revenus générés grâce aux médicaments vedettes. Le développement de nouvelles molécules thérapeutiques s’avère un processus extrêmement long et dont le résultat reste incertain. La quête de la rentabilité pousse les gestionnaires à spéculer sur les molécules encore non développées. Comme dans le cas des subprimes, cette attitude a induit une crise du secteur pharmaceutique dans les années 2000. Malgré cela, l’approche spéculative continue de s’immiscer dans le monde de la recherche médicale.

4La question de la valeur bioéthique des corps-sujets soulevée dans le deuxième chapitre, est sous-jacente aux bonnes pratiques dans la recherche médicale. Les sujets d’expérimentation sont essentiels dans le processus de test des molécules susceptibles d’être commercialisées et les protocoles d’expérimentation délocalisés sont fondés sur la « fiction » du consentement libre et éclairé des sujets. L’auteur montre comment le savoir et le biopouvoir sont liés, surtout lorsque les protocoles pour obtenir le consentement des sujets, qui font partie des « bonnes » pratiques, ne sont pas respectés, comme dans le cas de l’expérimentation du vaccin Gardasil contre le cancer du col de l’utérus. Développé par la société multinationale Merck, ce vaccin a en effet été à l’origine d’un scandale en Inde, sept fillettes de l’état d’Andhra Pradesh étant décédées de causes diverses après avoir reçu ce vaccin en 2010 ; aucune relation de cause à effet entre le vaccin et le décès n’a pu être établie avec certitude par les expertises scientifiques. Le tollé que ce scandale a soulevé a mis au cœur du débat public la question brûlante de la valeur de la vie des sujets recrutés pour l’expérimentation pharmaceutique. De longues discussions sémantiques ont occupé le Parlement indien : s’agissait-il d’une étude clinique, d’une étude de démonstration ou d’une étude de transition, sachant que les protocoles et les groupes témoins varient selon les phases de l’étude. Il s’est avéré presqu’impossible de désigner des responsables en raison de l’enchevêtrement des échelons dans le programme de partenariat public-privé, qu’il s’agisse de l’Andhra Pradesh qui a inclus cet essai dans le programme de vaccination, de la fondation américaine qui l’a financé, du fabricant du vaccin ou encore de l’organisation indienne de recherche qui a joué le rôle ambigu de facilitateur. Cependant, la réglementation en vigueur sur les médicaments et les produits cosmétiques a été modifiée en 2013, prévoyant désormais une compensation financière pour les sujets ou leurs familles en cas de dommages – liés ou non à l’expérience – ou de décès. En problématisant la notion de la bioéthique, et en considérant les sujets d’expérience comme une forme de main d’œuvre, l’auteur met en lumière la politique d’introduction des médicaments et des vaccins dans les programmes de santé publique.

5Le troisième chapitre a pour objet la valeur constitutionnelles des lois parlementaires et des arrêts juridictionnels, particulièrement en jeu dans le cas d’une autre affaire emblématique opposant le géant pharmaceutique Novartis à la société civile indienne, dont une association d’aide aux patients atteints de cancer, MSF, des médecins et des avocats. Avec la ratification de l’ADPIC, la fabrication et la vente de médicaments dans le secteur pharmaceutique semblait livrée aux mains des détenteurs de brevets. En 2001 pourtant, la déclaration de Doha en a changé la donne, permettant aux pays membres de l’OMC d’user de mécanismes contre la prolongation de brevets en cas d’urgence en matière de santé publique. Sous la pression des partis de gauche au sein de la coalition gouvernementale, la loi indienne sur les brevets (2005) établissait dans son article 3(d) un critère de « plus grande efficacité » – sans plus d’explication – afin de limiter la pratique de la prolongation du brevet par l’apport de modifications mineures à la composition d’un médicament. Novartis avait déposé la demande de brevet sur le médicament anticancéreux Gleevec ; en attente de l’« harmonisation » des lois indiennes et internationales, cette demande de brevet a été refusée par le bureau indien des brevets, refus confirmé par la Haute Cour de Madras et par la Cour suprême indienne au terme de huit ans de procédures judiciaires (2005-2013). Lors du procès, les avocats de Novartis ont soutenu que la section 3(d) de la loi indienne sur les brevets contrevenait aux termes de l’ADPIC et des obligations internationales de l’Inde : comme l’obligation de « meilleure efficacité » inscrite dans la loi de 2005 n’était pas clairement définie, cette dernière contrevenait aux principes de la Constitution indienne ! Dans l’arrêt de la Cour suprême, le flou juridique autour de l’expression « meilleure efficacité » a été interprété selon les valeurs égalitaristes de la Constitution indienne, sans rattacher la demande de brevet à la notion de « propriété ».

6Le quatrième chapitre analyse la question de la philanthropie dans des programmes de dons de médicaments à la lumière du procès de Novartis, qui souhaitait maintenir un prix unique du médicament sur le marché indien comme au niveau mondial. En l’attente du brevet sur Gleevec, dont les versions génériques existaient, l’entreprise préférait faire distribuer le médicament aux patients pauvres éligibles via un réseau de médecins associés sous couvert de programmes philanthropiques. Les opposants au brevet sur Gleevec ont contesté le monopole qu’aurait obtenu Novartis pour un traitement anticancéreux. L’entreprise a menacé d’arrêter la distribution de Gleevec par le programme philanthropique dans les pays où les versions génériques étaient en vente sur le marché. On peut alors s’interroger sur la nature et la valeur de ce « don » de médicaments puisque ce don a pour contrepartie le monopole sur le marché.

7Le dernier chapitre retrace la trajectoire de la société pharmaceutique Cipla, leader indien des médicaments génériques, devenue l’allié d’associations en matière d’accès aux médicaments. Si la fabrication de médicaments génériques et la vente à bas prix s’inscrivent dans la politique commerciale de la firme, ses fondateurs se sont toujours positionnés en faveur du marché concurrentiel, libre de monopole. Fondée en 1935, Cipla a fourni des médicaments contre les épidémies en Inde lors de la seconde guerre mondiale à l’appel du Mahatma Gandhi, marquant un pas vers l’indépendance. C’est l’une des rares entreprises à représenter encore ce pendant nationaliste et les valeurs postcoloniales contre l’impérialisme des sociétés pharmaceutiques. Ainsi, alors que le sida faisait des ravages en Afrique, Cipla a su proposer un traitement générique anti-retroviral unique dans les années 2000, afin de combattre la maladie. Toutefois, les tendances actuelles dans l’industrie pharmaceutique semblent n’accorder d’importance qu’au poids financier des entreprises plutôt qu’à leur capacité réelle d’innovation.

8Dans nos économies dites « de savoir », gouvernées par les droits de la propriété intellectuelle, l’accès aux soins et à la santé est une véritable question de démocratie. S’appuyant sur les données du terrain et sur une bibliographie fort intéressante, cet ouvrage tente de combler le vide discursif dans les sciences sociales quant à l’hégémonie économique des sociétés multinationales pharmaceutiques et permet de comprendre les engrenages de pouvoir dans les sociétés de savoir ; il engage ainsi le lecteur dans un questionnement des politiques de santé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Madhura Joshi, « Kaushik Sunder Rajan, Pharmocracy. Value, Politics, and Knowledge in Global Biomedicine », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 11 septembre 2017, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/23368

Haut de page

Rédacteur

Madhura Joshi

Enseignante contractuelle d’anglais à l’Université Toulouse 1 Capitole et membre du laboratoire DIPRALANG de l’Université Paul Valéry-Montpellier 3.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page