Navigation – Plan du site

Jean-Michel Chapoulie, Enquête sur la connaissance du monde social

Sophie Maunier
Enquête sur la connaissance du monde social
Jean-Michel Chapoulie, Enquête sur la connaissance du monde social. Anthropologie, histoire, sociologie, France-États-Unis 1950-2000, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2017, 407 p., ISBN : 978-2-7535-5351-4.
Haut de page

Texte intégral

1Les sciences sociales, qui se sont fortement développées tout au long du XXe siècle, font l’objet d’une remise en question récurrente de leur légitimité scientifique. Plutôt que de présenter une réflexion théorique sur les critères de scientificité des sciences sociales, Chapoulie a opté pour une démarche portant sur la pratique des chercheurs quand ils produisent un savoir scientifique. Ainsi propose-t-il de traiter les questions suivantes pour rendre compte du travail de recherche en sciences sociales : « Comment sont constitués les objets étudiés par les recherches de sciences sociales ? Comment est interprétée la documentation qui constitue la base sur laquelle elles reposent ? En quoi consiste la dimension abstraite ou “théorique” des analyses ? Qu’est-ce qui vaut comme “preuve” de celles-ci ? Et, en conséquence, quelles sont les caractéristiques des “savoirs” produits par les sciences sociales ? » (p. 8).

  • 1 Bruno Latour et Steve Woolgar, La vie de laboratoire, Paris, Éditions de la Découverte, 1996.
  • 2 Pierre Bourdieu, Jean-Claude Passeron et Jean-Claude Chamboredon, Le métier de sociologue, Paris, M (...)

2Il ne s’agit pas de livrer un énième opus épistémologique et méthodologique destiné aux apprentis chercheurs : il existe trop peu de bases solides pour éviter la normativité de cet exercice, selon Chapoulie. Il n’est pas non plus question d’une enquête sur la pratique de la recherche en train de se faire au quotidien, comme dans l’ouvrage de Latour et Woolgar1. L’auteur prend le parti de répondre aux questions posées en menant une enquête empirique sur le processus de recherche en sciences sociales au travers des monographies publiées ; autrement dit, Chapoulie entend mener une enquête sur les comptes rendus d’enquête qui sont censés décrire le processus de recherche. Le parti pris de Chapoulie découle de l’incapacité des modèles hypothético-déductif et empiriste, qu’il qualifie d’irréalistes, à représenter le processus de production des monographies en sciences sociales (chapitre I). La pertinence du modèle hypothético-déductif a été remise en question par Max Weber : la démarche des sciences sociales ne peut être constituée par « un système de propositions à partir desquelles on pourrait “déduire” la réalité » (p. 48). Le modèle empiriste, quant à lui, suppose que les chercheurs arriveraient sans apriori sur le terrain et que les faits s’imposeraient d’eux-mêmes. Cet empirisme naïf a été farouchement critiqué dans Le métier de sociologue de Bourdieu, Passeron et Chamboredon2, comme le rappelle l’auteur. Chapoulie vise à aller au-delà des positions de principe pour décrire et analyser le processus de recherche, et non la représentation faite de ce processus au prisme des deux modèles. C’est la raison pour laquelle il critique le recours à un modèle hypothético-déductif inspiré des sciences de la nature (chapitre II). Chapoulie démontre que les conceptions épistémologiques des sciences de la nature ne sauraient donner une base solide pour une enquête sur les démarches en sciences sociales, du fait qu’elles n’offrent pas de « critères [stables] d’appréciation des pratiques et des caractéristiques des “savoirs” produits » (p. 85) par les sciences sociales.

3Pour mener à bien son enquête, Chapoulie choisit de traiter trois disciplines, l’histoire, sociologie et anthropologie, principalement dans le contexte de deux pays, la France et les États-Unis, sur la période 1950-2000. Si seules trois disciplines ont été choisies, c’est que l’auteur considère que ce sont celles qui, dans l’ensemble des recherches en sciences sociales, « visent à produire une connaissance générale des hommes dans le temps » ainsi qu’« une connaissance de la diversité des façons de vivre la condition humaine » (p. 10). Chapoulie s’en tient à la production occidentale des sciences sociales, en laissant une grande place aux productions anglo-saxonnes diverses qui ont nourri les controverses dans chacune des disciplines concernées. Au plan temporel, la deuxième moitié du XXe siècle correspond à une période de forte croissance des sciences sociales, et ce dans des conditions relativement homogènes.

4Si Chapoulie a concentré son enquête sur les monographies, à savoir des comptes rendus de recherche empirique, d’autres sources sont pourtant utilisées. La réflexion de l’auteur est nourrie par des essais critiques consacrés aux sources documentaires, par des témoignages de chercheurs, des travaux d’histoire des disciplines, et par sa propre expérience de recherche et de direction de recherche.

5Alors que chaque discipline est traversée par de nombreux courants et perspectives, et que les frontières entre les disciplines sont loin d’être étanches, Chapoulie réduit chacune d’elle à ce qu’il nomme lui-même un « stéréotype de démarche de recherche ». Ainsi, pour l’histoire, la démarche retenue est celle de l’exploitation de traces, notamment écrites. L’anthropologie est étudiée au travers du prisme de la démarche ethnographique, caractérisée par l’entrée en contact direct du chercheur avec les phénomènes étudiés. Enfin, pour la sociologie, c’est le choix de la démarche statistique, comprise comme « recueil et traitement statistique de séries d’éléments d’informations » (p. 11), qui a été arrêté.

6Dans le déroulement des opérations de recherche, trois éléments retiennent l’attention de l’auteur : l’interprétation de la documentation de base, la conceptualisation et les critères de scientificité. Le premier est au cœur de toute recherche en sciences sociales. Cependant, il n’y a pas de « critères simples pour déterminer la validité des interprétations des principaux types de documents utilisés par les sciences sociales » (p. 119). Pour chaque discipline, l’organisation du matériel empirique aboutit à l’écriture d’un compte rendu utilisant des schèmes conceptuels ; mais cette conceptualisation est diverse et plurielle, donnant lieu à des controverses. Pour Chapoulie, le pluralisme conceptuel est inhérent aux sciences sociales, et il semble vain de trancher entre telle ou telle conceptualisation. Et cela explique la non-cumulativité des connaissances en sciences sociales.

7Malgré cette pluralité, chacune des trois disciplines étudiées a développé des critères pour assurer la validité de ses interprétations. Chapoulie analyse ainsi en profondeur les preuves et justifications empiriques qui fondent leur rigueur scientifique.

8Dans le chapitre VI, est posée la question suivante : qu’est-ce qui différencie l’histoire, comme discipline scientifique, de la fiction ? Une analyse historique est un récit qui confronte une signification à des événements. Sa validité repose sur le choix de la documentation, mais aussi sur la validité des sources et sur l’adéquation entre la conceptualisation utilisée et la documentation. S’il existe pour certains événements des éléments d’analyse stables, comme le cadre chronologique, les analyses historiques se fondent sur des inférences, du fait de l’impossibilité de tout justifier. Ces inférences sont certes probables mais fragiles et peuvent être remises en question suite à la découverte d’une nouvelle documentation ou suite à une réinterprétation de celle existante.

9Le chapitre VII est consacré à l’anthropologie et à la démarche ethnographique, qui consiste en un travail de terrain, nécessitant la présence durable et continue du chercheur. La robustesse de l’ancrage empirique s’évalue par le fait que différents chercheurs employant la même démarche puisse obtenir de mêmes résultats. La justesse, autre critère d’évaluation de la démarche, dépend de l’explicitation des approches théoriques, mais aussi de celle du parcours intellectuel du chercheur et de ses notes de terrain. Comme le note Chapoulie, la justesse est une notion polysémique qui pourrait être définie de la façon suivante : « le degré selon lequel les éléments empiriques retenus (observations, propos, relations, sociales, etc.) peuvent être adéquatement subsumées dans les catégories conceptuelles mises en œuvre » (p. 256). Si les critères d’écriture et de rigueur se sont développés ces dernières années pour assurer l’ancrage empirique des monographies, l’auteur n’y voit pas un « renforcement très significatif de la solidité de la démarche ethnographique » (p. 264).

10Le chapitre VIII concerne la sociologie. Les lecteurs familiers avec l’outil statistique reconnaîtront les habituelles incertitudes pointées par l’auteur comme fragilisant l’analyse qui en découle : la faiblesse des taux de réponse qui grève la représentativité ; les conditions de recueil des questionnaires ; le codage des réponses qui relève de l’arbitraire ; le traitement statistique des données qui peut reposer sur des hypothèses invérifiables ; l’interprétation des résultats arbitraire ; l’incertitude liée au passage d’un langage à l’autre. Sans nier l’utilité de l’analyse statistique, Chapoulie affirme que, « comme pour les autres démarches, la solidité des preuves qu’offre cette démarche ne peut être appréciée que par un examen particulier à chaque enquête » (p. 317).

  • 3 Chapoulie reprend l’idée partagée par les ethnométhodologues et Schütz de la non-rupture entre savo (...)

11Dans le dernier chapitre (IX), l’auteur revient sur la question de l’engagement des chercheurs et sur la distinction établie par Weber entre jugement de valeur et savoir empirique. Cette distinction s’avère difficilement tenable, ne serait-ce parce que le chercheur utilise le langage ordinaire pour rendre compte de ses recherches aux différents publics visés (commanditaires, pairs, lecteurs potentiels…). Certains de ces publics sont par ailleurs impliqués dans « les dispositifs de sélection à travers lesquels sont passées les recherches reconnues comme potentiellement ou partiellement valides » (p. 370) ; autrement dit, les chercheurs sont soumis à des attentes qui sont autant de contraintes qui pèsent sur la production de connaissances. Entre les deux positions théoriques extrêmes que sont l’objectivité sur le modèle des sciences de la nature, et le postmodernisme, qui soutient l’engagement inévitable du chercheur, Chapoulie, cohérent avec son parti pris, évoque la position adoptée en pratique par les chercheurs et réitère les critères de rigueur utilisés dans les trois disciplines. Il défend également l’idée selon laquelle les raisonnements de base des chercheurs ne sont que des prolongements du raisonnement ordinaire, mais avec plus de systématicité et de rigueur3.

12On l’aura compris, cet ouvrage prête à une réflexion approfondie sur les sciences sociales. C’est un livre dense, documenté et érudit, émaillé de nombreuses et longues citations qui, loin d’alourdir l’ensemble, apportent un éclairage réflexif des plus stimulants.

Haut de page

Notes

1 Bruno Latour et Steve Woolgar, La vie de laboratoire, Paris, Éditions de la Découverte, 1996.

2 Pierre Bourdieu, Jean-Claude Passeron et Jean-Claude Chamboredon, Le métier de sociologue, Paris, Mouton, 1968.

3 Chapoulie reprend l’idée partagée par les ethnométhodologues et Schütz de la non-rupture entre savoir savant et savoir commun.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Maunier, « Jean-Michel Chapoulie, Enquête sur la connaissance du monde social », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 13 septembre 2017, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/23409

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page