Navegación – Mapa del sitio

Sylvie Schweitzer, Les inspectrices du Travail, 1878-1974. Le genre de la fonction publique

Marion Demonteil
Les inspectrices du Travail, 1878-1974
Sylvie Schweitzer, Les inspectrices du Travail, 1878-1974. Le genre de la fonction publique, Rennes, Presses universitaires de Rennes, col. « Pour une histoire du travail », 2017, 170 p., ISBN : 978-2-7535-5189-3.
Inicio de página

Texto completo

  • 1 Viet Vincent, Les voltigeurs de la République : l’Inspection du travail en France jusqu’en 1914, Pa (...)

1Dans cet ouvrage, l’historienne Sylvie Schweitzer investit un terrain déjà arpenté1 : celui de l’histoire de l’inspection du Travail. Elle l’aborde cependant à partir du point de vue original de la place des femmes, se demandant « comment, professionnellement et socialement, se sont articulées des hiérarchies genrées où, toujours, le masculin est supérieur au féminin, où, très longtemps, il a semblé impossible qu’une femme domine des hommes en les dirigeant » (p. 7). Cet objet conditionne les bornes temporelles choisies par l’auteure. Tout commence en 1878, avec le recrutement des premières inspectrices du Travail, et s’arrête en 1974, lorsque l’inspection du Travail fusionne avec celles des Transports et de l’Agriculture.

2Pour répondre à sa question, l’auteure opte pour une double focale. D’un côté, elle adopte une perspective institutionnelle, traitant des conditions différenciées de recrutement et de promotion des inspectrices. De l’autre côté, elle considère ce que la pratique des inspectrices donne à voir des enjeux de la réglementation sous les IIIe et IVe Républiques. Archives, annuaires et entretiens ont nourri la constitution d’une base prosopographique relative aux 177 inspectrices du Travail recrutées sur la période. Selon une articulation chronologique, l’ouvrage fait de la Seconde Guerre mondiale le pivot du basculement d’une inégalité formelle des sexes, inscrite dans les cadres réglementaires, vers une mixité affirmée mais non réalisée.

3La première partie de l’ouvrage s’attache tout particulièrement aux deux premières générations d’inspectrices, recrutées entre 1878 et 1940. Elles sont initialement employées par le conseil général de la Seine avant d’être intégrées au corps des inspectrices du Travail, géré par l’État à partir de 1892. Il s’agit alors d’un corps dans lequel la distinction entre hommes et femmes est réglementaire : le concours et les possibilités d’avancement se trouvent durablement différenciés selon le genre.

4Qui sont ces inspectrices ? Si les pionnières sont souvent des veuves, issues de la bourgeoisie, elles cèdent progressivement le pas à des femmes divorcées ou célibataires, venues des petites classes moyennes et ayant bénéficié de l’élévation de la certification scolaire des jeunes filles. Les unes comme les autres sont familières des cercles réformistes de leur époque. Les doyennes sont inscrites « dans le récent renouvellement de la philanthropie qui passe de la charité à la protection sociale, du bénévolat au service social professionnalisé » (p. 33). Viennent ensuite les féministes notoires, telle Aline Valette, mais aussi et surtout, le gros des rangs engagé dans des associations, œuvres ou groupements de la nébuleuse réformatrice de la IIIe République (conseil national des femmes françaises, ligue sociale des acheteurs). Militantes, ces femmes sont donc diplômées, ont une activité professionnelle, consacrent articles, chapitres et brochures à la question du travail des femmes, et elles voyagent à l’étranger sans leur mari. Manifestement, elles font exception dans la France de la IIIe République.

5Entravées dans leurs possibilités de promotion, les inspectrices du Travail sont également statutairement limitées dans leur champ d’investigation. Au sein des services, la division des tâches est guidée par la reconnaissance d’une différence des sexes qui justifie d’interdire aux inspectrices l’accès aux grands établissements, ainsi qu’aux secteurs jugés masculins par nature. Les femmes se trouvent de facto renvoyées au contrôle d’activités proches du travail domestique : la couture, la blanchisserie, la coiffure, etc. Autant d’activités souvent réalisées à domicile – ateliers de famille et travail « en chambre » – et qui échappent longtemps à la réglementation des salaires, du temps de travail ou encore de l’hygiène. Centrée sur le repérage de ces activités ouvrières, souvent dissimulées dans les étages des habitations, l’activité des inspectrices devient alors un formidable observatoire des frontières du travail et des zones de flou avec lesquelles l’application de la législation ouvrière doit composer.

6La seconde partie du livre est l’occasion d’interroger le basculement de la situation des premières inspectrices, où les inégalités de genre sont inscrites dans les textes, vers une « mixité affichée mais non réalisée » (p. 133). L’affirmation de l’égalité entre les sexes dans plusieurs textes (droit de vote et éligibilité en 1944, constitution et statut des fonctionnaires en 1946, déclaration universelle de Droits de l’homme en 1948) contribue à lisser les conditions de recrutement. L’accès plus large des femmes à la formation supérieure les autorise par ailleurs à entrer dans les « métiers impliquant responsabilité et pouvoir » (p. 93). Pour les inspectrices du Travail, la traduction est lourde de symbole : la distinction genrée du statut de 1892 disparaît. Ces éléments de contexte incitent l’auteure à interroger la traduction concrète de ces changements : dans quelle mesure les évolutions réglementaires ont-elles eu un effet sur les profils des inspectrices et les contours de leur métier ?

7En dépit du statut général des fonctionnaires, qui prévoit le traitement égal des agents des deux sexes, l’inégalité entre inspecteurs et inspectrices persiste. Comme depuis 1892, la proportion de femmes inspectrices reste de 18 % en 1946. L’unification du concours n’entraîne pas la parité dans ces promotions, qui continuent de compter significativement plus d’hommes que de femmes. C’est un « statu quo numérique » (p. 100) qui affecte les possibilités de carrière de ces femmes, auxquelles on propose peu, voire pas de directions régionales, et que l’on nomme de préférence dans les cités industrielles de taille moyenne, à l’écart des agglomérations. Il faut également du temps pour faire changer les habitudes dans la division des tâches. Le passage du principe de division sectorielle à celui d’une division territoriale ne s’opère qu’au prix du renouvellement générationnel, des revendications des nouvelles recrues mais aussi du soutien de certains directeurs départementaux.

  • 2 Syndicat national de l’inspection du Travail (SNIT), Confédération Générale du Travail (CGT), Confé (...)

8C’est que la nouvelle génération inscrit son entrée à l’inspection dans un discours vocationnel. Recrutées entre 1945 et 1974, ces inspectrices ont des profils sociologiques « inversés par rapport à leurs aînées » (p. 102). Un tiers est issu des classes aisées, le reste des petites classes moyennes. Aussi la question ouvrière résonne-t-elle avec l’histoire familiale d’une majorité de ces femmes. À partir des années 1950, les inspectrices sont fortement syndiquées (SNIT, CGT, CFDT) 2 ; elles militent pour l’égal traitement des femmes et des hommes dans la fonction publique, et à l’inspection du Travail en particulier. Cet engagement syndical alimente des confrontations parfois violentes et publicisées avec certains patrons, qui voient en elles les porte-voix du Parti communiste.

  • 3 Lemercier Claire, Picard Emmanuelle, « Quelle approche prosopographique ? », in Nabonnand Philippe (...)

9L’ouvrage articule de manière riche et vivante deux dimensions complémentaires : l’évolution réglementaire de la place et du rôle des inspectrices, d’un côté, et la transformation des frontières de leur activité, de l’autre. Plus qu’une étude des transformations d’un corps de la fonction publique, il propose une incursion aux marges des définitions officielles du travail, dans les petits ateliers de famille et les travaux « en chambre ». Choisir d’étudier les inspectrices, c’est donc choisir d’observer ce qui tombe sous le coup de leur contrôle : les petits employeurs dont les modes de contournement de la législation diffèrent de ceux des grandes industries ; c’est aussi considérer les zones frontières avec le travail domestique. À partir de l’activité des inspectrices, Sylvie Schweitzer donne à voir les zones floues entrées dans le droit grâce à la volonté de ces femmes. La finesse des observations, tirées des témoignages et des dossiers professionnels des inspectrices, enrichit la lecture de nombreux portraits et de cas d’inspection. En contrepartie, la démonstration tend parfois à une accumulation de profils. C’est le cas lorsqu’il est question des mobilités géographiques liées à des sanctions disciplinaires (p. 51-52), de l’engagement syndical (p. 103-104), des mutations (p. 111-112), du développement du travail en section (p. 114-115), des promotions (p. 122-123)… Ces énumérations fréquentes ont tendance à rabattre tous les exemples sur le même plan. Or, il aurait été utile de mettre plus souvent en exergue des cas atypiques, afin de mieux structurer les tableaux successifs, en distinguant les parcours exceptionnels des carrières banales. La présentation des différentes catégories d’inspectrices aurait également gagné à s’appuyer davantage sur des données chiffrées ramenant clairement la sous-population considérée (les inspectrices militantes, démissionnaires, confrontées à une stagnation de carrière etc.) à la population de référence. On peut donc regretter que l’ouvrage ne s’appuie pas plus fortement sur un véritable dialogue entre données quantitatives et qualitatives, et cela d’autant plus que la prosopographie le permet, voire l’encourage3.

Inicio de página

Notas

1 Viet Vincent, Les voltigeurs de la République : l’Inspection du travail en France jusqu’en 1914, Paris, CNRS Éditions, 1994 ; Robert Jean-Louis (dir.), Inspecteurs et inspection du travail sous la IIIe et la IVe Républiques, Paris, La Documentation française : Ministère de l’Emploi et de la solidarité, 1998.

2 Syndicat national de l’inspection du Travail (SNIT), Confédération Générale du Travail (CGT), Confédération française démocratique du travail (CFDT).

3 Lemercier Claire, Picard Emmanuelle, « Quelle approche prosopographique ? », in Nabonnand Philippe et Rollet Laurent (dir.), Les uns et les autres... Biographies et prosopographies en histoire des sciences, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 2013, p. 605-630 ; Pat Hudson, et Mina Ishizu, History by Numbers. An Introduction to Quantitative Approaches, London, New York, Bloomsbury, 2016, compte rendu de Pierre Verschuren pour Lectures : http://lectures.revues.org/22737.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Marion Demonteil, « Sylvie Schweitzer, Les inspectrices du Travail, 1878-1974. Le genre de la fonction publique », Lectures [En línea], Reseñas, 2017, Publicado el 13 septiembre 2017, consultado el 25 septiembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/23413

Inicio de página

Redactor

Marion Demonteil

Doctorante en science politique à l’Université Paris-Dauphine, PSL Research University, CNRS, UMR 7170, IRISSO Paris. Consacre ses recherches à une socio-histoire des fonctions de contrôle dans le domaine des politiques culturelles, sur la période de 1959 à 2016.

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página