Navegación – Mapa del sitio

Yasmine Bouagga et Céline Barré (dir.), De Lesbos à Calais : comment l’Europe fabrique des camps

Florent Chossière
De Lesbos à Calais
Yasmine Bouagga (dir.), De Lesbos à Calais. Comment l'Europe fabrique des camps, Neuvy-en-Champagne, Le Passager clandestin, col. « Babels », 2017, 152 p., ISBN : 9782369350750.
Inicio de página

Texto completo

  • 1 http://anrbabels.hypotheses.org/.
  • 2 Sarah Barnier, Sara Casella Colombeau, Camille Gardesse, Marjorie Gerbier-Aublanc, Zelda Guilbaud, (...)
  • 3 Dispositifs mis en place par l’Union européenne, les hotspot ont pour objectif d’enregistrer les mi (...)

1Déconstruire la « crise des réfugiés » par l’analyse de ses lieux emblématiques que sont les camps, tel est l’objectif de cet ouvrage. Publication du programme de recherche Babels1, il est le fruit de la collaboration de quatorze chercheurs2 issus de différentes disciplines (anthropologie, sociologie, urbanisme, architecture, histoire) sous la coordination de Yasmine Bouagga et Céline Barré. Cette collaboration est l’occasion de livrer un travail basé sur de nombreuses études de terrain fort documentées, qui rendent bien compte de la réalité étudiée. Le texte est accompagné d’illustrations et d’encadrés qui présentent notamment quelques témoignages. Du hotspot3 de Lesbos au Centre de rétention administrative (CRA) de Vincennes, une multitude de lieux sont évoqués. Le lecteur peut alors reconstituer des parcours de migrants en Europe, parcours marqués par la discontinuité et l’immobilité plutôt que par la fluidité de circulation.

2C’est une définition large du camp qui est ici retenue, comme « lieu de regroupement provisoire, organisé ou spontané, de populations migrantes » (p. 18). Trois types de camps sont identifiés : les campements informels, regroupements spontanés de populations migrantes précaires, les camps organisés par les autorités, qui permettent de contrôler les circulations et répondent à divers objectifs (proposer un accueil d’urgence, enregistrer, trier), et enfin les dispositifs coercitifs d’enfermement des étrangers, qui ont pour but d’organiser leur expulsion du territoire. Tous procurent cependant une même expérience à ceux qui les occupent : celle d’une situation provisoire et de l’attente. « C’est la mise en suspens de l’existence plutôt que la configuration matérielle des lieux qui fait le “camp” » (p. 145).

3L’intérêt de ce livre, qui traite d’un objet protéiforme, tient au fait qu’en refusant de se concentrer sur un seul type de camp ou un lieu particulier, il met en évidence les dynamiques générales qui sont à l’œuvre. Partant du constat que les camps sont le résultat direct ou indirect de politiques spécifiques, les auteurs cherchent à comprendre les logiques de l’encampement. En 2015-2016, les camps se sont multipliés en Europe, « comme instruments de contrôle des migrants et/ou de gestion de l’urgence, ou simplement comme pis-aller face à l’absence d’intervention des pouvoirs publics » (p. 18). À travers les camps, c’est donc un état des politiques migratoires européennes qui est donné à voir. « Le diagnostic de “crise des réfugiés” est ainsi déconstruit pour révéler une crise des politiques publiques en Europe » (p. 24). Cette approche permet alors de justifier le sous-titre de l’ouvrage : l’Europe fabrique des camps.

  • 4 Patricia Ehrkamp, « Geographies of migration I : Refugees », Progress in Human Geography, 29 août 2 (...)

4Mais la diversité des camps n’est pas laissée de côté. Cinq chapitres structurent ce livre et chacun d’entre eux est l’occasion de se concentrer sur un espace géographique, un type de camp ou bien un aspect particulier de l’encampement. Les diverses approches adoptées sont remarquable par l’attention portée à différentes caractéristiques des camps (genèse, situation géographique, fonctionnement, mode de gestion, …), par le souci d’évoquer l’ensemble des acteurs en présence (migrants, pouvoirs publics de l’échelon européen à l’échelon municipal, associations et ONG, forces de l’ordre, société civile, acteurs privés) et leurs relations, ou encore par l’appréhension du camp comme espace à la fois politique, social et économique. Mais le camp est aussi analysé sous l’angle du vécu qu’en ont les migrants. Ce faisant, cet ouvrage s’inscrit dans la lignée des critical refugee studies qui préconisent de se concentrer sur la subjectivité et les expériences des réfugiés, notamment pour sortir d’une vision qui les considérerait uniquement comme des victimes passives4. Le camp peut aussi être le théâtre d’expériences sociales et politiques originales.

  • 5 Dans le cadre des accords de mars 2016, entre l’Union européenne et la Turquie, la Turquie s’est en (...)
  • 6 La notion d’histoire plausible désigne « un récit imaginaire stéréotypé appliqué au voyageur, à ses (...)

5Les deux premiers chapitres articulent camps et frontières. Le premier, consacré à la Grèce, analyse la situation aux frontières de l’Europe. Pour faire face à l’importante augmentation du nombre de migrants arrivés en 2015, plusieurs camps officiels sont créés à Lesbos afin de contrôler ces migrations. En particulier, le hotspot de Moria permet d’enregistrer les primo-arrivants et de distinguer les migrants dits économiques des demandeurs d’asile, pour ensuite relocaliser ces-derniers dans d’autres pays de l’Union européenne. Pourtant, les migrants arrivés par la Turquie y sont plus interrogés sur les conditions de vie dans ce pays, pour évaluer la possibilité de leur renvoi là-bas5, plutôt que sur les motifs de leur fuite du pays d’origine. L’attente et le manque d’informations ont encouragé certains migrants au retour volontaire en Turquie. Conséquence de l’absence de solidarité au sein de l’Union européenne, des milliers de migrants attendent dans des camps d’hébergement une hypothétique relocalisation dans l’un de des États de l’Europe. D’autres continuent leur parcours mais, immobilisés par la fermeture progressive des frontières dans les Balkans, les migrants s’installent dans des campements informels à la frontière gréco-macédonienne, à l’instar d’Idomeni, plus grand camp informel d’Europe qui a regroupé jusqu’à 12 000 personnes. En mai 2016, le camp est évacué, ce qui conduit à éparpiller les migrants et à précariser un peu plus leurs conditions de vie : certains sont transférés dans des camps officiels disséminés sur le territoire grec, camps dont une grande partie est jugée inadaptée à l’accueil de personnes par Amnesty International ; d’autres restent à la frontière en se réfugiant dans les montagnes et dans d’autres camps informels. Tout comme l’Italie, la Grèce est donc devenue « un terrain d’expérimentation des politiques européennes du verrouillage des frontières et de la dissuasion des migrations » (p. 46). Le chapitre deux s’intéresse aux espaces frontaliers internes à travers le cas de la frontière franco-italienne. La police aux frontières doit ici faire face à la contradiction suivante : assurer la liberté de circulation au sein de l’espace Schengen tout en contrôlant les migrations aux frontières nationales. Des contrôles ciblés sont réalisés, basés sur un savoir policier mettant en jeu des « histoires plausibles »6. Le renforcement des contrôles frontaliers conduit alors à la multiplication des camps présents : de façon directe, en impliquant des formes d’enfermement dans la mesure où le renvoi en Italie n’est pas immédiat, et de façon indirecte en augmentant le nombre de personnes bloquées à Vintimille. Le paysage des camps qui se met en place allie alors campements informels et camps officiels d’hébergement sous-dimensionnés, configuration symptomatique de la« tension entre la volonté de gérer une situation humanitaire et la crainte de pérenniser l’installation des migrants » (p. 55) dans laquelle sont prises les autorités italiennes.

6Le troisième chapitre aborde la question du marché de l’enfermement des étrangers. Parallèlement au processus de normalisation progressive de la rétention administrative des étrangers en situation irrégulière, on assiste à une dynamique de privatisation de ces dispositifs d’enfermement. Les conséquences du phénomène de sous-traitance en cascade et de la poursuite de logiques lucratives dans la gestion de ces lieux d’enfermement sont ici discutées. À titre d’exemple, une analyse de la dimension symbolique de la sous-traitance est proposée : la généralisation de la présence associative et le recours à des entreprises privées aux terminologies hôtelières dans les CRA viennent appuyer une rhétorique officielle qui euphémise la dimension coercitive de ces lieux. « Le désengagement de l’État à travers la délégation de certains services, loin de traduire un recul du pouvoir étatique dans ces lieux, peut au contraire le renforcer en participant à leur légitimation » (p. 77).

7Enfin, les deux derniers chapitres permettent entre autres d’aborder la question du fonctionnement des campements informels, en se penchant sur la Jungle de Calais et les campements à Paris. Le chapitre cinq propose de revenir sur les étapes historiques de l’encampement à Calais et sur les dispositifs d’hébergement d’État mis en place, mais c’est l’analyse de la Jungle de Calais comme « société organisée dans la précarité » (p. 86) qui a particulièrement retenu notre attention. C’est l’occasion pour le lecteur de découvrir comment fonctionne cet espace social particulier, auto-organisé par les migrants avec l’aide de la société civile (bénévoles, associations, ONG) et caractérisé par la cohabitation de groupes hétérogènes. Le dernier chapitre aborde quant à lui le campement sous un angle plus politique. S’incarnant dans un cycle de balancement entre campements et occupations, entre répressions et évacuations, la « crise des réfugiés » à Paris a également donné lieu à différentes mobilisations citoyennes, des actions humanitaires aux actions politiques, adoptant parfois des approches horizontales d’auto-gestion et faisant des campements des espaces où des liens peuvent être tissés. Le campement devient alors un « lieu-ressource » (p. 128), voire un levier d’action politique. « Par leur visibilité et le potentiel de mobilisation collective qu’ils présentent, les campements de rue sont devenus un instrument pour forcer les pouvoirs publics à l’action : c’est la visibilité de ces campements qui a conduit à l’identification d’une situation critique et à la mise en œuvre de mesures d’urgence » (p. 134).

8Si la structuration de l’ouvrage par espaces conduit parfois à des effets de répétition en termes de dynamiques générales à l’œuvre, elle présente cependant l’intérêt de fournir des études de cas richement renseignées à propos de lieux très souvent abordés ou à l’inverse rarement évoqués dans le traitement médiatique de la « crise des réfugiés ». De plus, la conclusion rassemble bien les grandes tendances de l’encampement en Europe. Cet ouvrage constitue en définitive une bonne entrée en matière pour quiconque souhaiterait approfondir cette question d’actualité brûlante, au-delà des représentations médiatiques et des discours politiques qui lui sont associés

Inicio de página

Notas

1 http://anrbabels.hypotheses.org/.

2 Sarah Barnier, Sara Casella Colombeau, Camille Gardesse, Marjorie Gerbier-Aublanc, Zelda Guilbaud, Cyrille Hanappe, Nicolas Jaoul, Stefan Le Courant, Evangeline Masson-Diez, Sarah Mazouz,, Sara Prestianni et Louise Tassin, membres du collectif Babels, ainsi qu’Isabelle Coutant et Michaël Neuman. On notera que cet ouvrage collectif est écrit d’une seule voix.

3 Dispositifs mis en place par l’Union européenne, les hotspot ont pour objectif d’enregistrer les migrants qui entrent de façon irrégulière sur le territoire européen et d’identifier parmi eux ceux qui sont « en besoin de protection manifeste » (Commission européenne, « The Hotspot Approach to Managing Exceptional Migratory Flows », 2015).

4 Patricia Ehrkamp, « Geographies of migration I : Refugees », Progress in Human Geography, 29 août 2016, en ligne : https://doi.org/10.1177/0309132516663061.

5 Dans le cadre des accords de mars 2016, entre l’Union européenne et la Turquie, la Turquie s’est engagée à contrôler les départs depuis son territoire et à réadmettre les migrants passés illégalement en Europe, tandis que l’Union européenne s’est engagée à offrir une aide financière à la Turquie pour la prise en charge des réfugiés, et à examiner des demandes d’asile depuis la Turquie.

6 La notion d’histoire plausible désigne « un récit imaginaire stéréotypé appliqué au voyageur, à ses intentions et à ses biens » (Josiah McC. Heyman, « Trust, Privilege, and Discretion in the Governance of the US Borderlands with Mexico », Canadian Journal of Law and Society / La Revue canadienne Droit et Société, vol. 24, n° 3, 2009, p. 367-390). Dans le cas ici présent, elle rassemble quatre critères : des caractéristiques propres aux migrants (hommes, jeunes, peu de bagages, identifiés comme venant d’Afghanistan, d’Érythrée ou du Soudan), des méthodes de franchissement de la frontière (à pied ou en train), une trajectoire (pays d’origine, de transit, de destination) et une variable gestionnaire (évaluation de la capacité de la police à expulser la personne).

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Florent Chossière, « Yasmine Bouagga et Céline Barré (dir.), De Lesbos à Calais : comment l’Europe fabrique des camps », Lectures [En línea], Reseñas, 2017, Publicado el 13 septiembre 2017, consultado el 24 noviembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/23416

Inicio de página

Temática

Migración - minorías

Exclusión

Discriminaciones

Política

Población

Relaciones Internacionales

Violencia

Inicio de página

Redactor

Florent Chossière

Florent Chossière a effectué sa scolarité à l’ENS de Lyon. Agrégé de géographie, il entre en doctorat en septembre 2017 à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée afin de réaliser une thèse portant sur les demandeurs d’asile et réfugiés pour orientation sexuelle en France et en Allemagne.

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página