Skip to navigation – Site map

Norman Gabriel, The sociology of early childhood. Critical perspectives

Aline Henninger
The Sociology of Early Childhood
Norman Gabriel, The Sociology of Early Childhood. Critical Perspectives, Sage, 2017, 176 p., ISBN : 9781446272992.
Top of page

Full text

1Norman Gabriel, sociologue spécialiste de la petite enfance à l’Université de Plymouth, propose dans The sociology of early childhood de combler le manque de littérature sociologique sur la vie des jeunes enfants et de mettre en avant la pertinence d’une sociologie relationnelle pour mener de telles analyses. À la façon d’un manuel, cet ouvrage présente l’avantage d’examiner son objet d’étude, la petite enfance, en présentant pour chacun des sept chapitres une bibliographie fournie et à jour, avec de nombreux articles présentant des travaux de terrain récents. Pour un spécialiste de la petite enfance, dont l’introduction retient la définition aujourd’hui la plus communément acceptée, à savoir la tranche de vie entre la naissance et huit ans, cet ouvrage est facile à lire mais il demeure essentiel pour tout étudiant ou lecteur qui chercherait à accéder à une chronologie des études sur l’enfance et aux principaux enjeux épistémologiques et heuristiques que ce domaine de recherche pose.

  • 1 Dépelteau François et Powell Christopher, Applying Relational Sociology: Relations, Networks and So (...)

2L’auteur, spécialiste de la relation entre la sociologie et la psychologie du développement, propose avant tout un cadre théorique et des concepts pour les spécialistes de l’enfance, afin de réconcilier ces approches disciplinaires éloignées. Norman Gabriel soutient que les sociologues peuvent développer une approche relationnelle, inspirée de celle de Dépelteau et Powell1, qui intègre les aspects biologiques et sociaux du développement de l’enfant. Cette approche relationnelle vise à dépasser le dualisme entre société-individu et entre structure-agency. Dans le cadre des études sur l’enfance, Norman Gabriel estime pertinente cette approche pour deux raisons principales. Premièrement, les enfants vivent dans un entremêlement de relations familiales et sociales qui préexistent à leur naissance, un tel contexte variant selon les époques et les lieux. Deuxièmement, les autres disciplines des sciences sociales, au premier lieu desquelles l’histoire, insistent également sur les aspects relationnels qui définissent les expériences du nourrisson et du jeune enfant. Ainsi, Norman Gabriel considère que la sociologie relationnelle permet une analyse heuristique de l’enfance, car elle s’intéresse non pas aux enfants ou à d’autres sujets en tant que tels, mais cherche à connaître les rapports de pouvoir entre leurs relations sociales, ainsi que les évolutions historiques de ces dernières.

  • 2 Adrian Wilson, « The Infancy of the History of Childhood: an Appraisal of Philippe Ariès », History (...)
  • 3 Allison James et Alan Prout, Constructing and Reconstructing Childhood: contemporary Issues in the (...)
  • 4 Andy Arleo et Julie Delalande (dir.), Cultures enfantines : universalité et diversité, Rennes, Pres (...)

3Gabriel retrace l’histoire des études sur l’enfance, ce qui lui permet de mettre en évidence les ruptures épistémologiques de ces travaux et de questionner ensuite l’efficacité heuristique de certaines approches. Les sociologues, à partir des années 1970, en s’appuyant sur l’ouvrage L’Enfant et la vie familiale sous l’ancien régime et les autres travaux de Philippe Ariès qui montrent que l’enfance est une notion historique et non universelle, ont rejeté progressivement les paradigmes structuro-fonctionnalistes pour appréhender la socialisation enfantine comme un phénomène particulier et un processus au cours duquel les enfants ne sont pas de simples récipients passifs2. À partir des années 1980, les travaux sur l’enfance, comme ceux d’Allison James ou Alan Prout3, enrichis par la méthode anthropologique, examinent les relations entre pairs et mettent en évidence l’autonomie et la part de création des enfants. Depuis les années 2000, les études sur l’enfance interrogent notamment le caractère universel ou pluriel de l’enfance, des questions qui réunissent d’ailleurs les traditions académiques anglophones et francophones4. Les représentants anglophones de cette nouvelle sociologie de l’enfance, comme Chris Jenks, Jens Qvortrup, William Corsaro ou Barrie Thorne, ont beaucoup critiqué les travaux de psychologie du développement, qui normalisaient des « étapes » vers l’âge adulte, considérant ainsi les enfants uniquement comme des adultes en devenir, et non des êtres en soi. Norman Gabriel estime nécessaire de synthétiser les cadres théoriques proposés par les différentes disciplines, afin d’interroger l’enfance de façon globale. Il présente par exemple des travaux récents en biologie pour montrer que cette discipline, longtemps rejetée par la sociologie, peut apporter des réflexions et des données essentielles pour explorer le développement de l’enfant au sein de son environnement. Par exemple, la théorie des systèmes en développement, la construction de niche ou l’approche de la biologie évolutive du développement montrent bien la complexité des interactions entre l’environnement, les gènes et l’organisme, ce dernier ne pouvant être réduit à une simple activation du génome. Ces mécanismes aident à penser la socialisation comme un processus continu et dépendant des divers facteurs environnementaux.

4En particulier, Norman Gabriel défend tout au long de son livre l’idée qu’il est possible de sortir de l’impasse qui oppose les historiens et sociologues aux représentants de la psychologie du développement de l’enfant grâce aux travaux du sociologue Norbert Elias, qui distingue conceptuellement « l’évolution » biologique de l’enfant de son « développement » social. Pour l’auteur, Elias surmonte les divisions académiques traditionnelles en identifiant les charnières qui lient les processus sociaux et biologiques sur l’histoire à long terme de l’humanité. Par exemple, pour analyser l’acquisition du langage, Elias propose une perspective sophistiquée du développement qui permet de mettre en évidence l’entrelacement des processus biologiques et sociaux : les jeunes enfants apprennent de leurs aînés une langue spécifique à la fois pour survivre et grandir dans leur société.

5La tentative de synthèse des approches de la sociologie relationnelle, de la psychologie du développement et des méthodes de la socio-anthropologie de l’enfance qu’opère Norman Gabriel est assez séduisante, car elle permet de replacer dans un contexte plus large les expériences des enfants et des groupes de pairs, tout en soulignant la pluralité des contextes sociaux et historiques. Son approche apparaît particulièrement convaincante lorsqu’il reprend les travaux de Norbert Elias afin d’expliquer l’évolution des relations parents-enfants, qui sont passées d’un mode autoritaire à un mode égalitaire. Norman Gabriel montre que ce changement s’est fait de manière informelle : à la fin du XXe siècle, la relation parent-enfant a perdu progressivement son caractère hiérarchique, les jeunes enfants ayant plus d’autonomie et un plus grand degré de prise de décision. Cela a conduit à un degré élevé de retenue des adultes dans leurs relations avec les jeunes enfants : les parents font davantage appel à l’affection et à la réflexion, et enseignent à leurs enfants à se contrôler, plutôt qu’à simplement obéir aux contraintes externes des adultes.

6Le dernier chapitre, « New Media Technologies and The Sexualisation of Childhood », est probablement le plus intéressant car il mobilise uniquement des études de terrain récentes (en école ou dans les familles) et analyse ainsi des phénomènes contemporains aux années 2010. Norman Gabriel lie ces deux thèmes a priori sans rapport en expliquant que les adultes imaginent la sexualité et les nouvelles technologies comme une menace pour l’innocence (supposée) des enfants. D’une part, il tente de remettre en perspective le fait que la sexualité des enfants a toujours été un tabou, du moins dans les sociétés européennes et anglo-saxonnes. Avec le concept de « panique morale », rendu populaire par le sociologue Stanley Cohen dans son ouvrage Folk Devils and Moral Panics. The Creation of the Mods and Rockers, Norman Gabriel montre les ressorts politiques souvent conservateurs des discours sur la sexualité enfantine : la peur qu’ont les adultes de la sexualité enfantine active masque en réalité d’autres inquiétudes à propos des changements sociétaux. En ce sens, les censeurs de la sexualité enfantine se projettent vers un passé idéal et vers une vision de l’enfance innocente. Comme le souligne Norman Gabriel, le concept de « panique morale » doit être utilisé en retraçant l’histoire et le contexte social des différents discours sur la sexualité enfantine qui ont eu lieu ou qui ont cours actuellement. D’autre part, l’auteur présente des articles récents sur l’utilisation des nouveaux médias par les enfants. Notamment, on relèvera des références anglophones pertinentes sur l’utilisation des écrans autre que la télévision (tablette, ipad, ordinateur, tablette pour enfant). À l’heure où l’utilisation des tablettes par les jeunes enfants fait débat, notamment chez les médecins, psychomotriciens et psychologues, Norman Gabriel présente des études qui, sans prendre parti, explicitent l’usage de ces technologies (celles de Kjartan Ólafsson et Sonia Livingstone, Buckingham David, Donell Holloway et Lelia Green). Ces travaux, la plupart du temps des articles datant d’après 2010, permettent d’illustrer pour des cas concrets que l’utilisation des tablettes ou des écrans est socialement située, genrée et dépendante des configurations familiales et scolaires. Ces objets d’études restent donc à défricher et promettent une meilleure compréhension des diffusions et utilisations des technologies, ainsi que de leurs différents effets, chez les bébés, les enfants et les adolescents.

7D’une écriture efficace et agréable à lire, ce livre de Norman Gabriel est amené à devenir un classique pour les étudiants qui se spécialisent sur le domaine de l’enfance. Des rubriques « discussion activity » et « further reading » sont proposées pour chaque chapitre, ce qui permet également à des enseignants de préparer leurs cours sur certains thèmes abordés. Le format relativement court de cet ouvrage empêche précisément l’auteur de développer certaines idées que le lecteur pourra lui-même approfondir à travers les bibliographies de chaque chapitre. Enfin, comme le précise Norman Gabriel, les études de cas donnés et les exemples de terrain demeurent limités au monde anglo-saxon, notamment l’Angleterre, malgré un compte-rendu de certains sociologues français comme Pierre Bourdieu ou d’auteurs comme Mikhaïl Bakhtine ou Norbert Elias. Les quelques références sur les mondes extra-occidentaux, comme l’usage des comptines et jeux en Ethiopie et en Zambie (chapitre 5, travaux de Paschal K. Siekyoghrkure Kyoore, Mapopa Mtonga, Philip A. Noss) laissent à voir que les études sur l’enfance demeurent largement orientées et biaisées par des objets d’études uniquement « occidentaux », en raison de l’écriture scientifique en langue anglaise et des rapports de force entre les traditions scientifiques des pays et des continents, encore largement tributaires de l’histoire coloniale.

Top of page

Notes

1 Dépelteau François et Powell Christopher, Applying Relational Sociology: Relations, Networks and Society, New York, Palgrave Macmillan, 2013, 229 p.

2 Adrian Wilson, « The Infancy of the History of Childhood: an Appraisal of Philippe Ariès », History and Theory, vol 29, n° 2, 1980, p. 132-153.

3 Allison James et Alan Prout, Constructing and Reconstructing Childhood: contemporary Issues in the sociological Study of Childhood, Londres, Falmer Press, 1997, 260 p.

4 Andy Arleo et Julie Delalande (dir.), Cultures enfantines : universalité et diversité, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2010, 464 p.

Top of page

References

Electronic reference

Aline Henninger, « Norman Gabriel, The sociology of early childhood. Critical perspectives », Lectures [Online], Reviews, 2017, Online since 13 September 2017, connection on 22 November 2017. URL : http://lectures.revues.org/23420

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page