Navigation – Plan du site

Marcel Roncayolo, Le géographe dans sa ville

Igor Martinache
Le géographe dans sa ville
Marcel Roncayolo, Sophie Bertran de Balanda, Le géographe dans sa ville, Marseille, Éditions Parenthèses, 2016, 272 p., ISBN : 978-2-86364-309-9.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Il n’est pas anodin de rappeler que Marcel Roncayolo a joué un rôle central dans l’introduction des (...)

1Historien-géographe comme il se définit lui-même, Marcel Roncayolo aime arpenter les territoires et franchir les frontières, qu’ils soient spatiaux ou académiques1. « Monté » dans la capitale à 17 ans pour intégrer dans le sillage de Fernand Braudel la khâgne du lycée Louis-le-Grand, puis l’École normale supérieure, la Sorbonne et l’École des hautes études en sciences sociales (entre autres institutions), il n’a cessé cependant de revenir dans la ville qui l’a vu naître et grandir : Marseille. Preuve en est cet ouvrage à la « forme » aussi singulière que celle d’une ville, pour paraphraser Julien Gracq, autre écrivain-géographe que l’auteur convoque à plusieurs reprises et dont il reconnaît d’emblée l’influence sur son projet éditorial. À mi-chemin entre mémoires et traité géographique, celui-ci entremêle en effet le récit de la trajectoire de Marcel Roncayolo et de sa famille depuis plus d’un siècle avec celui de la cité phocéenne, à travers ses lieux emblématiques. Le tout est enrichi des dessins et commentaires de l’architecte marseillaise Sophie Bertran de Balanda.

2L’ouvrage se divise en deux parties bien distinctes. Intitulée « La ville de l’enfance et de l’adolescence », la première raconte Marseille à partir des souvenirs de jeunesse de Marcel Roncayolo. Le périple commence au carrefour des Quatre-chemins, croisement à la fois « topographique » et « social » où l’auteur a vu le jour. Cet endroit constitue en même temps un lieu de rencontre et une limite entre la bourgeoisie du quartier Longchamp et le faubourg populaire des Chartreux, mais aussi une frontière « entre les formes finissantes de la centralité commerciale et celles du terroir, caractérisé par les bastides » (p. 21), ces habitations typiques de la ruralité provençale souvent attachées à une exploitation agricole. Marcel Roncayolo dresse ensuite une « carte mentale » de la ville en reliant lieux et êtres chers, parents, mais aussi grands-mères et oncles et en s’arrêtant plus particulièrement sur les principaux espaces de sa socialisation primaire : jardin zoologique, lycée Saint-Charles et église des Chartreux. Puis il relate les principales transformations urbaines intervenues à cette époque, avec la destruction partielle de la vieille ville sous l’Occupation ou la « modernisation » des Quatre-chemins qui laissèrent alors la place aux Cinq Avenues en s’intégrant pleinement à la ville. Les pages suivantes s’éloignent de la biographie de leur auteur, au moins formellement, pour embrasser plus largement la ville et sa logique générale. Marcel Roncayolo y passe ainsi en revue les axes et parties plus ou moins emblématiques de la ville – Cannebière, cours Belsunce, avenue du Prado, rue de la République, quartier du Panier et quartiers Nord, mais aussi ceux de La Plaine ou de Rive-Neuve –, qui lui confèrent sa singularité, celle d’un trait d’union entre mer et campagne où l’expression « descendre en ville » prend tout son sens. N’oubliant pas ses alentours (Géménos et Aubagne, sans oublier Martigues et Aix-en-Provence), l’auteur note pour finir qu’il lui paraît plus approprié de parler de conurbation plutôt que d’aire métropolitaine, dans la mesure où cet ensemble ne s’est pas constitué par un mouvement d’extension à partir d’un centre, mais bien plutôt par la connexion d’institutions et infrastructures anciennes et disséminées « échappant au local » (p. 93).

  • 2 En réalité pour la plupart des regroupements de plusieurs « balades » effectuées dans les mêmes air (...)

3La seconde partie est quant à elle constituée par le récit d’une douzaine de balades2 dans le « Marseille d’aujourd’hui » effectuées par Marcel Roncayolo et Sophie Bertran de Balanda entre 2002 et 2012. Ceux-ci y relatent à quatre mains et d’un même mouvement l’histoire et leurs impressions dans les lieux arpentés, associant également textes et croquis pour rendre compte successivement de la colline de la Garde, des jardins du Pharo et de la Tourette, du Vieux-Port et du Panier ; de la Cannebière et des cours Belsunce et Julien en passant par Noailles et la Plaine, de l’Avenue des Chartreux et de la zone des Cinq-Avenues et du palais Longchamp, « des » Prado, du littoral sud, de la rade et des îles, des ports ; du quartier Saint-Charles, de l’arrière-pays et des quartiers nord. Le parcours s’achève par un « retour au cabinet de travail » où Marcel Roncayolo livre ses principaux enseignements quant à cette expérience, expliquant ainsi notamment en quoi temps et espace sont finalement inextricables, car « l’authenticité chronologique des plans peut être une authenticité de réalité ou de projet, mêlant parfois les deux sans distinction » (p. 233). Plus encore, c’est bien perception et imagination qui tendent ainsi à se confondre, comme le géographe l’exprime dans ce rappel salutaire : « le lieu est au point de rencontre d’une vision, d’une pratique et d’une réflexion. Il n’est pas seulement l’endroit où l’on se tient ; il compte d’abord par sa relation avec d’autres lieux, par ses rapports entre l’intérieur et l’extérieur. Et c’est ce mouvement tel qu’on le perçoit qui lui donne du sens » (p. 234).

  • 3 On se bornera à noter ici que la série en cours des ouvrages consacrés à la sociologie d’une ville (...)
  • 4 Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, Paris. Quinze promenades sociologiques, Paris, Payot, 2009 (...)
  • 5 Voir la page consacrée à ces dernières et récapitulant les itinéraires empruntés : https://www.ses5 (...)

4On aurait ainsi tort de ne considérer cet ouvrage que comme un « beau livre », ainsi que l’on désigne ces ouvrages où la dimension esthétique prend le pas sur le fond. Beau, il l’est assurément, mais il est aussi d’un grand intérêt pour les sociologues, et pas simplement pour ceux qui s’intéressent à l’objet « ville3 ». Les enseignant-e-s de sciences économiques et sociales (mais aussi tou-te-s les citoyen-ne-s curieux de la ville de Marseille) pourront tout d’abord y trouver des promenades sociologiques à effectuer avec leurs élèves à l’instar de celles proposées par Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot à Paris4 et que les militant-e-s de l’Association des professeurs de sciences économiques et sociales (APSES) ont étendu à plusieurs autres villes au printemps dernier à l’occasion des 50 ans de la discipline5.

  • 6 « Le dessin surprend dans l’instant l’héritage matériel des temps. Il est alors une étape indispens (...)
  • 7 Sur ces enjeux, voir entre autres, Delphine Naudier, Maud Simonet (dir.), Des sociologues sans qual (...)

5Chercheur et enseignant accompli, Marcel Roncayolo n’a rien perdu ici de sa rigueur, de sa réflexivité scientifique et de son envie de transmettre, évitant l’écueil du souci narcissique de se raconter sans autre finalité. Au-delà des récits et descriptions, cet ouvrage constitue ainsi une véritable réflexion épistémologique, qui s’interroge sur la possibilité de s’abstraire de la subjectivité forgée au fil de sa socialisation. Cette expérience originale à bien des égards a ainsi amené son auteur à expliciter l’intérêt des croquis qui accompagnent le récit des balades6, mais aussi à reconsidérer avec humilité sa propre posture à l’issue d’une vie de chercheur bien remplie. Tel ces grands maîtres des arts martiaux qui reprennent la ceinture blanche après avoir passé tous les dans de la noire, l’historien-géographe explique ainsi avec ce livre être passé « d’un imaginaire qui négociait avec une certaine objectivité à la subjectivité de [s]es souvenirs et de [s]es sentiments » (p. 233). Un aveu qui ne doit en aucune manière se lire comme une reddition relativiste, mais au contraire comme un rappel de ce que la prise en compte de sa propre position subjective et son rapport à « son » objet fait partie intégrante de la rigueur que les chercheur-e-s en sciences humaines et sociales doivent faire leur, plutôt que de se poser de manière illusoire comme des observatrices et observateurs hors sol qui auraient accédé à la « neutralité axiologique7 ». Un rappel qui se traduit dans le cas présent par le fait que le géographe est autant dans « sa » ville que « sa » ville est en lui.

Haut de page

Notes

1 Il n’est pas anodin de rappeler que Marcel Roncayolo a joué un rôle central dans l’introduction des sciences économiques et sociales dans le lycée français.

2 En réalité pour la plupart des regroupements de plusieurs « balades » effectuées dans les mêmes aires.

3 On se bornera à noter ici que la série en cours des ouvrages consacrés à la sociologie d’une ville donnée (Paris, Bordeaux, Lyon, Nantes, Marseille, Berlin et Lille) dans la fameuse collection « Repères » des éditions La Découverte a rappelé tout l’intérêt qu’une telle entrée pouvait avoir pour saisir de nombreuses dynamiques sociales (rapports sociaux de classe, de sexe entre autres).

4 Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, Paris. Quinze promenades sociologiques, Paris, Payot, 2009, dont Éric Keslassy a rendu compte pour Lectures : https://lectures.revues.org/6633.

5 Voir la page consacrée à ces dernières et récapitulant les itinéraires empruntés : https://www.ses50ans.fr/balades-urbaines/

6 « Le dessin surprend dans l’instant l’héritage matériel des temps. Il est alors une étape indispensable, parce qu’expression première, peut-être, du rapport entre matérialité et représentation […]. Le dessin n’est certes pas explication, mais c’est un révélateur, une manière de questionner » (p. 110).

7 Sur ces enjeux, voir entre autres, Delphine Naudier, Maud Simonet (dir.), Des sociologues sans qualités ? Pratiques de recherche et engagements, Paris, La Découverte, 2011, que Rémy Caveng a recensé sur ce site : https://lectures.revues.org/5704 ; et pour un modèle de cette posture réflexive, voir Pierre Bourdieu, Esquisse pour une auto-analyse, Paris, Raisons d’agir, 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Marcel Roncayolo, Le géographe dans sa ville », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 13 septembre 2017, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/23421

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page