Navigation – Plan du site

Patrice Cohen, Aline Sarrandon-Eck, Ilario Rossi, Olivier Schmitz et Emilie Legrand, Cancer et pluralisme thérapeutique. Enquête auprès des malades et des institutions médicales en France, Belgique et Suisse

Frédérique Dambre
Cancer et pluralisme thérapeutique
Patrice Cohen, Aline Sarradon-Eck, Ilario Rossi, Olivier Schmitz, Emilie Legrand, Cancer et pluralisme thérapeutique. Enquête auprès des malades et des institutions médicales en France, Belgique et Suisse, Paris, L'Harmattan, coll. « Anthropologies & médecines », 2016, 284 p., ISBN : 978-2-343-07731-4.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Traduction de « Complementary and Alternative Medicine », expression utilisée dans les publications (...)
  • 2 Sarah Cant, Ursula Sharma, A New Medical Pluralism? Alternative medicine, doctors, patients and the (...)

1Les auteurs partent du constat, nombreuses études à l’appui, de la prévalence de l’utilisation de « médecines alternatives et complémentaires » (MAC)1 par des personnes touchées par le cancer. Ces études confirment la construction d’un pluralisme thérapeutique, entendu comme le recours, à un même moment, à une multiplicité de modèles médicaux aux philosophies et paradigmes différents. Au-delà du choix des patients, chaque système de santé favorise des convergences entre médecine conventionnelle et « médecines » non-conventionnelles, ou au contraire leur exclusion. Ce livre présente la manière dont se construit ce nouveau pluralisme médical2 et les légitimations sur lesquelles il s’appuie, en prenant le cas de la cancérologie.

2Cet ouvrage est issu d’un travail collectif mené dans le cadre du programme de recherche « des systèmes médicaux pluriels de recours non conventionnels pour les personnes atteintes de cancer : une approche socio-anthropologique comparative (France, Belgique, Suisse) ». L’enquête de terrain s’est déroulée entre 2006 et 2009 dans des établissements spécialisés en cancérologie de ces trois pays qui ont des systèmes de santé comparables, où la biomédecine est la référence officielle. Le travail de terrain a été complété par des entretiens biographiques auprès de patients fréquentant ces structures. Le livre souligne des similitudes dans la construction du pluralisme thérapeutique dans les pays, tout en pointant leurs spécificités respectives.

3Dans l’introduction générale, les auteurs insistent sur la complexité de l’objet d’étude. Ils montrent, dans une perspective historique, que la terminologie employée pour désigner des pratiques autres que la médecine dominante illustre la place qu’elles occupent dans le système de santé et la délimitation du territoire de la médecine officielle. De nos jours, les termes de MAC, voire de « médecine intégrative » (chapitre 5), traduisent une volonté croissante d’associer ces pratiques à la médecine officielle. Avec la notion de « pluralisme médical » les auteurs dépassent ces considérations sémantiques pour étudier les continuités, compatibilités, oppositions ou points de rupture entre « pratiques » non conventionnelles et médecine conventionnelle. Toutefois, c’est uniquement dans les contextes d’énonciation et d’usage qu’une « pratique peut être catégorisée en médecine, en soin ou en techniques » (p. 17).

4Le livre se scinde en deux parties pouvant être lues indépendamment l’une de l’autre, mais néanmoins complémentaires. Dans la première partie, l’approche est centrée sur les institutions en cancérologie et sur les conditions idéologiques et pratiques de l’entrée de soins non conventionnels dans ces établissements. La seconde partie se concentre sur l’expérience des patients touchés par le cancer et sur les logiques d’action et de choix qui expliquent leur recours à d’autres formes de soins, concourant ainsi à un pluralisme thérapeutique.

  • 3 David Le Breton, L’interactionnisme symbolique, Paris, PUF, 2004, p. 87.

5La première partie aborde donc les modalités d’entrée de pratiques non conventionnelles au sein de l’institution hospitalière, en particulier en cancérologie. Les auteurs font référence à la sociologie wébérienne pour analyser la structuration hiérarchique des modèles médicaux dans l’hôpital, et ensuite étudier les formes de légitimité mobilisées pour ou contre les « médecines » non conventionnelles. Ils se situent dans la sociologie interactionniste, reprenant la notion de monde social et désignant la cancérologie institutionnelle comme « un réseau ouvert d’acteurs collaborant autour d’une activité spécifique et unis par un étroit tissu de relations [… qui] établit une liaison entre les aspects micro et macrosociologiques du fait social »3 (p. 43). Ils proposent d’analyser l’ordre négocié dans les établissements étudiés en mettant en avant les règles officielles et la culture dominante du monde médical, ainsi que les logiques de contournement de la règle qui laissent la voie aux approches non conventionnelles du soin. Partant de ce postulat, les auteurs proposent de voir un glissement permanent entre soins conventionnels et non conventionnels, à la manière d’un continuum. La frontière tend à devenir floue entre d’un côté la biomédecine, qui repose que sur le modèle de l’Evidence-Based Medicine (EBM), et de l’autre des pratiques considérées comme à risque de dérive sectaire, ou relevant du charlatanisme. Entre ces deux extrêmes, des pratiques remplissent des « critères d’acceptabilité » vis-à-vis de l’institution médicale. Cette « acceptabilité » repose sur des processus ou critères de légitimation.

6En premier lieu, la légitimité passe par le recours au paradigme des données probantes (EBM). La hiérarchisation de la preuve et l’approche scientifique offrent un fondement « rationnel / légal » à la légitimité de pratiques médicales (chapitre 1). La rhétorique de la preuve est mobilisée par les professionnels de santé pour différencier ce qui est conventionnel, ou dont l’efficacité est prouvée, de ce qui ne l’est pas. Une seconde voie de légitimation tient à l’émergence du « modèle biopsychosocial » (chapitre 2). Ce modèle invite à prendre en compte les besoins de la personne tout au long de son parcours de soins, dans des dimensions à la fois psychique, physique et sociale. Cette approche est considérée comme du care, c’est-à-dire du soin, et non pas du cure, dans le sens de traitement pour guérir. En cancérologie, c’est au travers des soins de support que ce modèle se développe. Ces soins de support ouvrent ainsi des portes « d’acceptabilité » aux approches non conventionnelles vis-à-vis de l’institution médicale et des professionnels de santé. L’acceptabilité repose sur la complémentarité : les soins de support viennent en plus des traitements curatifs et l’approche biomédicale reste dominante. Ils concourent à une meilleure qualité de vie des patients, sont non toxiques et sont, dans la majorité des cas, dispensés par des professionnels de santé formés en plus de leur compétence initiale. Ces « passeurs », qui amènent des pratiques de santé hybrides dans leur exercice professionnel (chapitre 3), développent des stratégies pour aller au-delà des résistances et du contrôle opérés par l’institution et par leurs pairs. Par exemple, ils jouent sur la sémantique pour présenter certains soins comme des « activités de bien-être ». Ils contribuent à l’émergence de « poches d’intégration sélective » dans les établissements (chapitre 4). Ainsi, la première partie permet de saisir comment ces approches non conventionnelles sont proposées, pratiquées et justifiées par les professionnels de santé, vis-à-vis de leurs homologues et de l’institution médicale.

  • 4 Strauss Anselm, La Trame de la négociation, Paris, L'Harmattan, 1992.
  • 5 Marie Ménoret, Les temps du cancer, Lormont, Éditions Le bord de l’eau, 1999.

7La deuxième partie du livre est consacrée à la dimension expérientielle du patient cancéreux et à ses recours aux médecines non conventionnelles. Les auteurs s’attachent d’abord à spécifier l’expérience de la maladie cancéreuse et le rapport au milieu médical des patients, dont « la référence centrale […] n’est plus la preuve médicale de l’efficacité des recours, mais plutôt l’expérience corporelle, sociale, culturelle, relationnelle de la maladie » (p. 225). Une large partie de l’introduction est consacrée à des définitions préalables, indispensables pour saisir comment l’expérience de la maladie et des traitements du cancer s’articule avec la biographique de chaque personne. Les auteurs se situent dans la continuité de l’approche interactionniste d’Anselm Strauss4 et des concepts développés par la suite par Marie Ménoret5 pour rendre compte de la complexité des déroulements possibles de la maladie cancéreuse. Les six « trajectoires types de la maladie » et les « phases » qu’elle a élaborées permettent de saisir le travail médical et biographique qu’implique l’expérience de la maladie pour les patients.

8Par leur approche compréhensive et au fil des entretiens biographiques, les auteurs appréhendent les logiques d’action qui sous-tendent le recours à divers systèmes médicaux. Quatre logiques génériques sont identifiées : pragmatique, symbolique, idéologique et de singularisation, elles-mêmes subdivisées en « logiques élémentaires » (chapitre 6). Ainsi, dans les logiques pragmatiques, le recours des malades aux MAC a pour objectif de répondre aux besoins qu’ils rencontrent tout au long de leur parcours de soins, dans une visée de complémentarité, pour donner « plus de chance » de succès au traitement formel, voire pour réparer les effets secondaires de ce dernier et de la maladie. Les logiques symboliques renvoient aux modes de pensée qui attribuent un sens au monde, et donc à la maladie. Les logiques idéologiques, rattachées à la contre-culture médicale des années 1970-1980, sont liées à une contestation de la société industrielle et de l’autorité médicale, voire à des valeurs écologiques. Enfin, la logique de singularisation souligne la volonté des individus d’être acteurs de leur guérison et de se distancier par rapport au monde médical.

9En reconstruisant les « itinéraires thérapeutiques » des patients, les auteurs articulent cette typologie de logiques d’action avec le recours à des soins à la fois conventionnels et non conventionnels. Cette catégorisation a l’avantage d’expliciter les formes de rationalité qui conduisent les individus à recourir aux « médecines » non conventionnelles, ainsi que la façon dont ils justifient et légitiment leurs choix et leurs pratiques. Ces logiques d’action ne peuvent s’appréhender que mises en perspective avec l’expérience des personnes, leur contexte de vie étant situé socialement, culturellement et médicalement. Au fur et à mesure des chapitres, des extraits d’itinéraires thérapeutiques illustrent la combinaison et le recoupement de ces différentes logiques, et montent comment les approches non conventionnelles s’inscrivent dans la biographie des individus. L’ensemble de ces témoignages renforce l’idée selon laquelle « la cohérence de l’ensemble des recours se construit au fur et à mesure du cheminement de chaque personne » (p. 221).

10En conclusion, il existe des ponts entre, d’une part, les logiques de rationalité et de légitimation mobilisées dans le monde médical, et d’autre part celles mobilisées par les patients, selon leurs valeurs, leurs représentations du corps et de la maladie, leurs idéologies, voire leur volonté d’autonomie vis-à-vis du système de santé conventionnel. Le paradigme biopsychosocial en est un. C’est en tout cas un élément d’analyse de la construction de ce nouveau pluralisme thérapeutique qui est proposée dans cet ouvrage. Les auteurs s’appuient sur des ressources bibliographiques riches et de nombreux exemples pour étayer leurs thèses. Ils s’inscrivent dans un courant développé dans la recherche anglo-saxonne mais relativement peu en France dont ils posent les bases solides, tant d’un point de sociologique qu’anthropologique.

Haut de page

Notes

1 Traduction de « Complementary and Alternative Medicine », expression utilisée dans les publications anglo-saxonnes.

2 Sarah Cant, Ursula Sharma, A New Medical Pluralism? Alternative medicine, doctors, patients and the state, UCL Press, London, 1999.

3 David Le Breton, L’interactionnisme symbolique, Paris, PUF, 2004, p. 87.

4 Strauss Anselm, La Trame de la négociation, Paris, L'Harmattan, 1992.

5 Marie Ménoret, Les temps du cancer, Lormont, Éditions Le bord de l’eau, 1999.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérique Dambre, « Patrice Cohen, Aline Sarrandon-Eck, Ilario Rossi, Olivier Schmitz et Emilie Legrand, Cancer et pluralisme thérapeutique. Enquête auprès des malades et des institutions médicales en France, Belgique et Suisse », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 14 septembre 2017, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/23422

Haut de page

Rédacteur

Frédérique Dambre

Doctorante en sociologie.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page