Navigation – Plan du site

Volker Ullrich, Adolf Hitler, une biographie. Tome 1. L’ascension : 1889-1939

David Noël
Adolf Hitler, une biographie
Volker Ullrich, Adolf Hitler, une biographie. Tome 1. L'ascension : 1889-1939, Paris, Gallimard, coll. « NRF Essais », 2017, 1216 p., traduit de l'allemand par Olivier Mannoni, [coffret en 2 volumes], ISBN : 978-2-07-014436-5.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ian Kershaw, Hitler. Tome 1, 1889-1936, Paris, Flammarion, 1999 et Tome 2, 1936-1945, Paris, Flamma (...)

1Parmi tous les livres qui ont été consacrés à Hitler, incontestablement, la magistrale biographie de Ian Kershaw1 parue en 1999-2000 a fait date et continue de faire figure d’ouvrage de référence. Conscient de l’ampleur de la tâche qui consiste à livrer une nouvelle biographie originale d’Hitler quinze ans seulement après le livre de Ian Kershaw, Volker Ullrich justifie son projet en invoquant des publications plus récentes venues offrir au biographe de nouveaux éléments et de nouvelles pistes de réflexion sur Adolf Hitler.

  • 2 Elke Fröhlich (dir.), Journal de Joseph Goebbels, Paris, Éditions Tallandier, 2005-2009.
  • 3 Peter Longerich, Goebbels, Paris, Éditions Héloïse d’Ormesson, 2013.
  • 4 Peter Longerich, Heinrich Himmler, Paris, Éditions Héloïse d’Ormesson, 2010.
  • 5 Frank Bajohr, Korruption ! Au cœur du système nazi, Paris, Flammarion, coll. « Au fil de l’histoire (...)
  • 6 Götz Aly, Comment Hitler a acheté les Allemands, Paris, Flammarion, 2005.

2Parmi ces publications récentes, il faut citer les 29 volumes du Journal de Goebbels2, ainsi que la biographie du ministre nazi de la propagande par Peter Longerich3, à qui l’on doit également une biographie du chef de la SS Heinrich Himmler4 mais aussi l’ouvrage de Frank Bajohr, Korruption ! Au cœur du système nazi5, de même que celui de Götz Aly, Comment Hitler a acheté les Allemands6.

3Directeur de la rubrique livre politique du très réputé hebdomadaire allemand Die Zeit, Volker Ullrich est un fin connaisseur de l’historiographie du nazisme et il utilise les travaux de ses prédécesseurs avec pertinence. Les plus de 900 pages de ce premier tome, consacré à l’ascension d’Hitler (1889-1939), auxquelles s’ajoute un appareil de notes et de bibliographie de 300 pages, ont pour objectif affirmé de « replacer au centre la personnalité de Hitler, qui reste remarquablement pâle dans la présentation qu’en donne Kershaw » (p. 15). Volker Ullrich concède avec humilité qu’il « ne propose pas d’interprétation entièrement nouvelle » (p. 23). Son livre s’efforce néanmoins de lever le voile sur certains aspects de la personnalité d’Hitler, indispensables pour comprendre le mécanisme de fonctionnement du système nazi et la domination charismatique exercée par le Führer.

4Le volume se compose de 21 chapitres. Les deux premiers, consacrés au « jeune Hitler » et à ses « années viennoises », n’apportent rien de neuf. Le principal témoin est ici August Kubizek, l’ami et colocataire d’Hitler à Linz et Vienne entre 1904 et 1908. Alors que Kubizek affirmait qu’Hitler était déjà antisémite lorsqu’il tentait d’entrer à l’académie des Beaux-Arts, Volker Ullrich ne va pas aussi loin. Pour lui, Hitler est alors un nationaliste allemand pangermaniste qui n’a pas encore une pensée structurée. Son antijudaïsme n’est pas encore obsessionnel comme il le deviendra dans les années d’après-guerre. L’expérience de la première guerre mondiale change en effet profondément l’artiste complexé, obligé de vendre des portraits pour payer son loyer : il n’accepte pas la défaite et encore moins les troubles politiques qui éclatent en Bavière. Soldat consciencieux, Hitler reste prudemment à l’écart de la politique pendant la période de la République des Conseils, avant de se mettre au service de la contre-révolution. Après un stage qui se déroule en juillet 1919, il devient instructeur chargé de donner des formations antibolcheviques. C’est de cette époque que datent les premiers propos antisémites du futur dictateur nazi, qui adhère le 12 septembre 1919 à un groupuscule ethno-populiste, le DAP (Parti allemand des travailleurs). Un mois plus tard, il tient un premier discours devant un auditoire d’une centaine de personnes. Hitler est finalement libéré du service armé le 31 mars 1920, et peut dès lors se consacrer à professionnaliser un parti dont il est déjà devenu l’orateur-star.

5Dans le chapitre 5, intitulé « le roi de Munich », Volker Ullrich raconte l’ascension politique d’Hitler au début des années 1920. Le « démagogue de caves à bières » devient le président d’un parti en pleine ascension, qui se dote d’un service d’ordre d’anciens soldats de la Reichswehr, la Sturmabteilung (section d’assaut), qui multiplie les réunions publiques et qui voit ses effectifs exploser. Fin 1922, le NSDAP compte déjà 20 000 membres et commence à essaimer au-delà de la Bavière. Hitler devient l’attraction de la politique munichoise et un personnage intéressant pour la bourgeoisie et l’aristocratie bavaroises. Volker Ullrich note que, s’il est « encore incertain et maladroit dans ses relations personnelles », il entre « pas à pas dans le rôle de chef du parti […]. Il [apprend] à affiner son répertoire de rhéteur et de comédien, à s’assurer de l’effet de ses poses » (p. 163-164) et se voit déjà comme le futur sauveur désigné pour libérer l’Allemagne de la honte et de la détresse.

6L’aggravation de la crise politique dans le pays et l’impatience des nazis amènent Hitler à se lancer dans le putsch de la brasserie, les 8 et 9 novembre 1923, dont l’échec aurait pu sonner le glas de sa carrière politique ; mais la mansuétude des juges lui permet de se servir du tribunal comme d’une tribune et de transformer le fiasco du coup d’état en un triomphe de la propagande, renforçant son prestige personnel. Durant son incarcération à la prison de Landsberg, Hitler rédige Mein Kampf qui paraît en juillet 1925. À la fin de 1932, 228 000 exemplaires de l’autobiographie-programme du chef nazi ont été diffusés. Mein Kampf fait d’Hitler un homme riche et lui confère une légitimité de théoricien nationaliste qu’il recherchait. À sa sortie de prison, il reprend les rênes de son parti, mais le contexte politique a changé. Aux élections présidentielles de 1925, Ludendorff, candidat de la droite nationaliste soutenu – mollement – par le NSDAP, n’obtient que 1,1 % des suffrages. Débarrassé d’un rival, Hitler structure son parti, qui compte 150 000 membres en octobre 1929. La crise économique se double à partir de 1930 d’une crise politique. « Étoile montante de la politique allemande » (chapitre 9), Hitler se lance dans une « partie de poker pour le pouvoir » (chapitre 11). De la chute du gouvernement Brüning aux intrigues de Franz von Papen contre son successeur Kurt von Schleicher, en passant par le « coup de force de Prusse » et l’élimination par le trio Hindenburg-Papen-Schleicher d’un gouvernement régional qui constituait un contre-pouvoir, Volker Ullrich explique en détail les événements qui amènent le président Hindenburg à nommer Hitler à la chancellerie, lors du « mois fatidique » de janvier 1933 (chapitre 12). L’intrigant Papen y apparaît ici comme un opportuniste ambitieux et cynique, et l’un des principaux responsables de l’arrivée au pouvoir d’Hitler.

7Parvenu à la tête du pays, Hitler peut commencer à édifier sa dictature (chapitre 14). L’histoire de son ascension racontée par Volker Ullrich s’interrompt le temps de deux chapitres thématiques sur « Hitler et les femmes » (chapitre 10) et « l’homme Hitler » (chapitre 13), dans lesquels l’auteur brosse le portrait intime d’un homme secret et dissimulateur, végétarien et amateur de pâtisseries. Volker Ullrich revient bien évidemment sur les relations d’Hitler avec sa nièce, Geli Raubal, et avec Eva Braun, démolissant au passage certaines thèses plus ou moins fantaisistes sur la sexualité d’Hitler. Après un chapitre consacré aux premières initiatives du dictateur en matière de politique étrangère, Volker Ullrich s’intéresse au culte du Führer et évoque les grands rassemblements nazis de Nuremberg, magnifiés par la cinéaste Leni Riefenstahl (chapitre 16), puis au style de pouvoir d’Hitler, à ses rapports avec Albert Speer et à son goût pour l’architecture monumentale (chapitre 17). L’architecte préféré d’Hitler fait partie de ses familiers qui se retrouvent dans « la société du Berghof » (chapitre 18), sur les hauteurs de l’Obersalzberg. L’ouvrage s’achève par trois chapitres consacrés à la lutte des nazis contre les églises, à la radicalisation de la politique antijuive et à la marche à la guerre.

  • 7 François Delpla, Hitler, Paris, Éditions Grasset, 1999.
  • 8 Jacques Delarue, Histoire de la Gestapo, Paris, Fayard, 1962.

8La personnalité d’Adolf Hitler est effectivement au cœur de l’ouvrage extrêmement précis et documenté de Volker Ullrich, mais le lecteur n’y apprend rien de fondamentalement nouveau. On sait aujourd’hui qu’Hitler n’était pas le dictateur inculte et paresseux qu’on a parfois présenté. L’auteur brosse avec un certain talent le portrait psychologique d’un homme dépourvu de bagage universitaire, parfois complexé, méprisant les intellectuels, mais doté d’une mémoire et d’une capacité d’assimilation stupéfiantes. Si le projet génocidaire n’est pas encore au cœur de la pensée politique d’Hitler au début de sa carrière, sa volonté « d’éloignement » des Juifs est présente dès le début des années 1920, « éloignement » qui signifie alors exclusion sociale et exil mais pas encore assassinat de masse. Si on suit volontiers l’auteur lorsqu’il remet en cause les théories les plus farfelues sur la vie privée d’Hitler ou le soi-disant meurtre de Geli Raubal, il est permis d’être sceptique sur son analyse de l’incendie du Reichstag ou de l’affaire Blomberg-Fritsch. Dans les deux cas, l’auteur évoque une habile récupération politique de l’événement, mais ne croit pas à la thèse du coup monté. Sur ces différents points, nous privilégions plutôt la thèse de l’historien français François Delpla7, qui met en évidence un faisceau d’indices tendant à démontrer la responsabilité d’Hitler et de Goering dans l’incendie du Reichstag. Et sur l’affaire Blomberg-Fritsch, Jacques Delarue a montré dans son ouvrage consacré à la Gestapo8 l’implication d’Himmler, de Heydrich et de Goering dans la machination ourdie par Hitler pour prendre le contrôle de l’armée. Ces questions qui font, en tout état de cause, objet de débat, auraient mérité d’être approfondies.

9Ces lacunes n’enlèvent cependant rien à la qualité de cette biographie d’Hitler, très complète et agréable à lire, dont on attend avec impatience le tome 2 sur les années de guerre.

Haut de page

Notes

1 Ian Kershaw, Hitler. Tome 1, 1889-1936, Paris, Flammarion, 1999 et Tome 2, 1936-1945, Paris, Flammarion, 2000.

2 Elke Fröhlich (dir.), Journal de Joseph Goebbels, Paris, Éditions Tallandier, 2005-2009.

3 Peter Longerich, Goebbels, Paris, Éditions Héloïse d’Ormesson, 2013.

4 Peter Longerich, Heinrich Himmler, Paris, Éditions Héloïse d’Ormesson, 2010.

5 Frank Bajohr, Korruption ! Au cœur du système nazi, Paris, Flammarion, coll. « Au fil de l’histoire », 2017.

6 Götz Aly, Comment Hitler a acheté les Allemands, Paris, Flammarion, 2005.

7 François Delpla, Hitler, Paris, Éditions Grasset, 1999.

8 Jacques Delarue, Histoire de la Gestapo, Paris, Fayard, 1962.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Noël, « Volker Ullrich, Adolf Hitler, une biographie. Tome 1. L’ascension : 1889-1939  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 19 septembre 2017, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/23453

Haut de page

Rédacteur

David Noël

Professeur d’histoire-géographie au collège Paul Duez de Leforest, doctorant en histoire contemporaine, centre Georges Chevrier, UMR 7366, université de Bourgogne, membre du bureau de la régionale Nord-Pas-de-Calais de l’APHG.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page