Navigation – Plan du site
À quoi servent les politiques de mémoire ?

À quoi servent les politiques de mémoire ?

Sarah Gensburger, Sandrine Lefranc, À quoi servent les politiques de mémoire ?, Paris, Les Presses de Sciences Po, 2017, 183 p., ISBN : 978-2-7246-2125-9.
Notice publiée le 26 septembre 2017

Présentation de l'éditeur

Oublier le passé, c'est se condamner à le répéter. Depuis la fin des années 1990, cette idée a inspiré le développement massif de politiques de mémoire partout dans le monde : musées-mémoriaux, monuments, éducation civique et institutions sont chargés d'écrire l'histoire, d'honorer des victimes, de dire le bien et le mal, de permettre aux citoyens et aux gouvernants de construire des sociétés pacifiées.
Mais ces politiques n'ont pas rempli leurs objectifs. Elles n'ont pas su endiguer la montée des populismes ni empêcher les actions politiques violentes. Pour comprendre les raisons de cet échec et éclairer le débat public, les auteures remontent aux sources mêmes des politiques de mémoire et s'interrogent, sans concession ni posture partisane : d'où viennent-elles ? Que font-elles effectivement ? A quoi servent-elles ? Comment les rendre efficaces ?

Haut de page

Auteurs

Sarah Gensburger

Sociologue et politiste au CNRS, Sarah Gensburger est spécialiste des rapports entre mémoire et politique dans les démocraties occidentales et dans les pays récemment sortis d'un confl it politique. Elle a notamment publié Mémoire vive. Chroniques d'un quartier. Bataclan 2015-2016 (Anamosa, 2017).

Sandrine Lefranc

Sociologue et politiste au CNRS, Sandrine Lefranc est spécialiste des rapports entre mémoire et politique dans les démocraties occidentales et dans les pays récemment sortis d'un conflit politique. Elle a notamment publié Mobilisations de victimes (avec Lilian Mathieu, PUR, 2009).

Publications du même auteur

Haut de page