Navigation – Plan du site

Dorceta E. Taylor, The Rise of the American Conservation Movement. Power, Privilege, and Environmental Protection

Élias Burgel
The rise of the American conservation movement
Dorceta E. Taylor, The rise of the American conservation movement. Power, Privilege, and Environmental Protection, Durham and London, Duke University Press, 2016, 496 p., ISBN : 0822361981.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 La notion d’environmental justice naît aux États-Unis, dans le sillage du mouvement des droits civi (...)
  • 2 En particulier, la sociologue Valérie Deldrève (Irstea) et l’économiste Éloi Laurent (OFCE), spécia (...)
  • 3 Dorceta E. Taylor, « The Rise of Environmental Justice Paradigm », American Behavioral Scientist, v (...)
  • 4 Isabelle Merle, « Les subaltern studies. Retour sur les principes fondateurs d’un projet historique (...)
  • 5 Soit « tout militantisme ayant pour objet la protection de la nature, ce qu’en Europe on appellerai (...)
  • 6 Dorceta E. Taylor, The Environment and the People in American Cities (1600s-1900s), Duke University (...)

1L’œuvre de la sociologue états-unienne Dorceta E. Taylor, formée à Yale University dans les années 1980 et, depuis 2015, professeure de « justice environnementale »1 à l’Université du Michigan de Ann Arbor – institution où elle enseigne depuis la fin des années 1990 –, reste très confidentielle en France. Ainsi, seuls quelques spécialistes citent ses travaux2, en particulier son article sur l’« essor du paradigme de la justice environnementale »3. Ses écrits se focalisent, avec constance depuis une vingtaine d’années, sur l’articulation entre les questions environnementales et le fameux triptyque « classe, genre, race », cher aux subaltern studies dans leur version gramscienne, laquelle est attentive à donner voix aux « subalternes » en leur conférant une marge d’autonomie (agency)4. Il y a un peu moins d’une décennie, Dorceta E. Taylor s’est lancée dans l’écriture d’une ambitieuse fresque retraçant, sur la longue durée et à l’échelle de l’espace états-unien, l’histoire des multiples formes sociales – des plus élitistes aux plus populaires – de la « conscience environnementale » (awareness of environment) et de l’« environnementalisme » (environmentalism)5. The Rise of the American Conservation Movement constitue le deuxième tome d’un ensemble conçu comme une trilogie. Le premier opus, dans la continuité duquel s’inscrit le présent volume, porte sur l’émergence d’un activisme environnemental en contexte urbain, ou « urban environmentalism », et s’attache à l’étude des interactions entre enjeux environnementaux et enjeux sociaux engendrées, du XVIIe au début du XXe siècle, par l’essor exponentiel des villes états-uniennes6.

  • 7 L’un des coups de force du propos de Dorceta E. Taylor est de montrer, dans le chapitre 2, que les (...)
  • 8 Ce mouvement intellectuel fondateur de l’écologie politique états-unienne, qui triomphe lors de la (...)
  • 9 Paul Arnould & Éric Glon, « Wilderness, usages et perceptions de la nature en Amérique du Nord », A (...)
  • 10 En France, ce type de récit est notamment véhiculé par les spécialistes de littérature américaine c (...)
  • 11 « backdrop of racism, sexism, class conflicts, and nativism » (p. 10).

2Dans The Rise of the American Conservation Movement, qui débute par le constat d’une relation ambivalente à la ville des élites sociales américaines sur le temps long7, Dorceta E. Taylor change de focale pour considérer le rôle historique joué par les rapports sociaux aux paysages non urbanisés (countryside), en particulier les plus reculés, dans le façonnement de la conscience et de l’activisme environnementaux aux États-Unis. Comme l’indique le titre de son ouvrage, l’auteure place en ligne de mire de l’analyse l’émergence d’un mouvement intellectuel bien connu, identifié par l’historiographie sous le nom de « conservationnisme » (conservation movement)8. Partant, elle reconsidère une notion étudiée maintes fois par les sciences humaines et sociales nord-américaines : la wilderness, qualité attribuée socialement aux « espaces naturels vierges couvrant de vastes superficies » et considérés comme en dehors de toute influence humaine9. Fondamentalement, l’auteure aspire cependant à proposer un récit alternatif à la très conventionnelle histoire du « mouvement écologique » ou de l’« écologisme » états-unien, centrée autour de grandes figures comme Henry David Thoreau (1817-1862), John Muir (1838-1914), Aldo Leopold (1887-1948) ou encore Gifford Pinchot (1865-1945)10. Il s’agit de se démarquer radicalement de l’histoire des idées par une attention fine aux pratiques, aux stratifications et aux conflits sociaux qui sous-tendirent de nouveaux rapports à la wilderness, afin de donner toute leur place dans le récit historique aux « subalternes » (femmes et groupes sociaux racisés) oubliés de la mythologie nationale. À rebours de toute hagiographie nationaliste, Dorceta E. Taylor souhaite ainsi mettre au jour la « toile de fond raciste, sexiste, classiste et nativiste »11 dans laquelle s’est inscrit le conservation movement.

3Le propos de Dorceta E. Taylor, qui force l’admiration par l’ampleur de son érudition, repose sur la compilation d’une bibliographie considérable (p. 407-463), laquelle mêle une documentation primaire d’imprimés (articles de journaux et de revues, récits d’expédition ou encore publications de toutes sortes) et une vaste documentation secondaire. Un index précieux fait de l’ouvrage une somme incontournable sur la question des rapports à l’environnement non urbanisé aux États-Unis durant un long XIXe siècle, qu’il sera utile de consulter pour s’orienter au cœur d’une dense production académique ou pour en savoir plus sur une institution ou un individu en particulier. Certains développements méritent sans conteste le détour : nous pensons, en particulier, aux passages sur les conflits entre colons et indiens pour l’appropriation de la terre (chapitre 5), à ceux sur la place de la wilderness dans la construction d’une virilité élitiste ou « true manhood », illustrée remarquablement par la biographie de Theodore Roosevelt (p. 73-78), ou encore à la partie portant sur les conflits entre groupes sociaux pour l’usage des ressources naturelles, dans le contexte de l’essor de la chasse et de la pêche de loisirs (partie III). Cependant, la démarche globale de l’auteure n’est pas sans poser un certain nombre de questions méthodologiques. En premier lieu, le.la lecteur.rice est souvent conduit.e à s’interroger sur le fil conducteur de l’ouvrage. En effet, la téléologie du propos – exprimée dans le titre – conduit fondamentalement à juxtaposer une série de développements en guise d’« arrière-plan » de la genèse, éminemment conflictuelle, des parcs nationaux (partie IV). Aussi le lien entre ce qui est étudié et le « conservationnisme » n’est-il pas toujours suffisamment explicité. Bien plus, en fonctionnant par une succession de petits tableaux, la démonstration semble souffrir d’un certain morcellement : si l’analyse se montre extrêmement détaillée dans la restitution des trajectoires biographiques, c’est ainsi, selon nous, à outrance et de manière bien trop factuelle. En second lieu, du fait de l’absence de travail en archives, le propos se heurte fatalement à l’insuffisance de l’administration de la preuve, ce qui invite à multiplier, de manière moins surplombante, les recherches empiriques.

  • 12 François Jarrige, « L’historien et la question écologique », Histoire@Politique, n° 31, 2017, p. 3.

4En définitive, dans un ouvrage qui fait date par sa dimension encyclopédique, Dorceta E. Taylor renoue avec les « origines » états-uniennes d’une histoire environnementale « critique et politisée », qui certes insiste moins sur les dégradations écologiques que sur les inégalités et les conflits sociaux12.

Haut de page

Notes

1 La notion d’environmental justice naît aux États-Unis, dans le sillage du mouvement des droits civiques, de la convergence entre les questions environnementales et les questions raciales. L’expression existe tout d’abord, dans les années 1980, comme « catégorie de l’action collective », à la faveur du militantisme de différents mouvements sociaux, avant de connaître, dans les décennies suivantes, une « phase d’institutionnalisation » auprès d’acteurs publics, d’experts ou de chercheurs. Ce transfert en tant que « catégorie d’analyse » entraîne une grande pluralité des acceptions selon les contextes, si bien que la notion fait parfois figure de « concept flou ». Voir Sylvie Fol & Géraldine Pflieger, « La justice environnementale aux États-Unis : construction et usages d’une catégorie d’analyse et d’une catégorie d’action », Justice spatiale/Spatial Justice, n° 2, 2010.

2 En particulier, la sociologue Valérie Deldrève (Irstea) et l’économiste Éloi Laurent (OFCE), spécialistes des « inégalités environnementales ». Pour une mise au point sur cette autre notion, qui s’articule à celle de « justice environnementale », voir Catherine Larrère (dir.), Les Inégalités environnementales, PUF, 2017.

3 Dorceta E. Taylor, « The Rise of Environmental Justice Paradigm », American Behavioral Scientist, vol. 43, n° 4, 2000.

4 Isabelle Merle, « Les subaltern studies. Retour sur les principes fondateurs d’un projet historique », Genèses, n° 56, 2004, voir notamment p. 132.

5 Soit « tout militantisme ayant pour objet la protection de la nature, ce qu’en Europe on appellerait écologie au sens politique » (François Duban, « L’écologisme américain, des mythes fondateurs de la nation aux aspirations planétaires », Hérodote, n° 100, 2001, p. 55).

6 Dorceta E. Taylor, The Environment and the People in American Cities (1600s-1900s), Duke University Press, 2009. La thèse centrale peut se résumer comme suit : le militantisme environnemental nord-américain est né, en amont du XIXe siècle, de problématiques urbaines, qui n’ont pas été sans provoquer des conflits sociaux.

7 L’un des coups de force du propos de Dorceta E. Taylor est de montrer, dans le chapitre 2, que les élites sociales états-uniennes, majoritairement urbaines, qui furent conduites au XIXe siècle à se préoccuper de la protection des espaces dits « vierges » (wild) pour des raisons distinctives, étaient empreintes d’une certaine urbanophobie, née de l’émergence d’un urban environmentalism.

8 Ce mouvement intellectuel fondateur de l’écologie politique états-unienne, qui triomphe lors de la présidence du progressiste Theodore Roosevelt (1901-1909), est notamment associé à la naissance des parcs nationaux : Samuel Depraz & Stéphane Héritier, « La nature et les parcs naturels en Amérique du Nord », L’Information géographique, vol. 76, n° 4, 2012. Depuis les analyses de Samuel Hays, prévaut la distinction, reprise en l’état par l’auteure, entre un courant « conservationniste » (anthropocentrique) et un courant « préservationniste » (biocentrique) : Samuel Hays, Conservation and the Gospel of Efficiency. The Progressive Conservation Movement (1890-1920), Harvard University Press, 1959.

9 Paul Arnould & Éric Glon, « Wilderness, usages et perceptions de la nature en Amérique du Nord », Annales de géographie, n° 649, 2006, p. 228.

10 En France, ce type de récit est notamment véhiculé par les spécialistes de littérature américaine contemporaine, en raison d’une focalisation sur les grands textes de l’environmentalism : François Duban, L’Écologisme aux États-Unis. Histoire et aspects contemporains de l’environnementalisme américain, L’Harmattan, 2000 ; Gelareh Yvard-Djahansouz, Histoire du mouvement écologique américain, Ellipses, 2009.

11 « backdrop of racism, sexism, class conflicts, and nativism » (p. 10).

12 François Jarrige, « L’historien et la question écologique », Histoire@Politique, n° 31, 2017, p. 3.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élias Burgel, « Dorceta E. Taylor, The Rise of the American Conservation Movement. Power, Privilege, and Environmental Protection », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 28 septembre 2017, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/23499

Haut de page

Rédacteur

Élias Burgel

Élève l’École normale supérieure de Paris (ENS Ulm).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page