Navigation – Plan du site

Joël Laillier, Entrer dans la danse. L’envers du Ballet de l’Opéra de Paris

Samuel Chagnard
Entrer dans la danse
Joël Laillier, Entrer dans la danse. L'envers du Ballet de l'Opéra de Paris, Paris, CNRS Éditions, 2017, 256 p., ISBN : 9782271088079.
Haut de page

Texte intégral

1Dans cet ouvrage, publication d’une thèse de sociologie soutenue en 2012, Joël Laillier nous invite à « entrer dans la danse » en retraçant des trajectoires de danseurs et danseuses du Ballet de l’Opéra de Paris depuis leurs premiers cours de danse jusqu’à leur retraite. Il entend rendre compte des conditions sociales de leur engagement intensif dans une activité nécessitant un investissement « corps et âme » tout au long d’un parcours à l’issue toujours incertaine. L’auteur présente ce travail comme une contribution à la sociologie de la vocation, la sociologie des institutions et la sociologie de la socialisation professionnelle.

2L’enquête a été menée spécifiquement auprès des élèves et parents d’élèves de l’école de danse de l’Opéra de Paris et des danseurs et danseuses de la compagnie. Constituant la majorité du matériau empirique, les entretiens sont complétés par des observations ethnographiques au sein de l’école et des études statistiques sur les effectifs d’élèves et de danseurs.

  • 1 Suaud Charles, La Vocation. Conversion et reconversion des prêtres ruraux, Paris, Éditions de Minui (...)

3La vocation est souvent présentée par les acteurs du monde social comme la justification a posteriori d’un engagement a priori inexplicable. À la suite de Charles Suaud1, qui préface l’ouvrage, Joël Laillier confirme ici que la vocation est bien le fruit d’une construction sociale dont il est possible de retracer les conditions d’apparition et de maintien.

4Bien que différente de celle des aspirant·e·s à d’autres métiers vocationnels, l’origine sociale des élèves de l’école de danse de l’Opéra de Paris influe d’abord fortement sur leur entrée en vocation. Alors qu’au XIXe siècle, le recrutement s’opérait plutôt dans les catégories populaires, les danseurs et danseuses se recrutent aujourd’hui pour les deux tiers dans les milieux sociaux des professions intermédiaires, cadres et professions intellectuelles supérieures (p. 27), au sein de familles plutôt en ascension sociale, présentant une forte appétence culturelle et artistique et capables de mobiliser d’importants moyens financiers, matériels et humains, certains parents pouvant aller jusqu’au sacrifice professionnel ou résidentiel pour accompagner leur enfant. Ensuite, le choix de la danse ne va pas de soi selon le sexe de l’enfant. Pour les filles, la danse est considérée comme une activité éducative attendue et encouragée, mais pour les garçons, l’entrée dans la danse représente souvent une déviance qui n’est acceptée d’emblée que par les familles ayant un lien fort à la danse. Dans les autres familles, la pratique d’un sport, en amont ou en parallèle, permet de rassurer les parents sur la conformité de genre attendue pour un garçon au moment de son entrée dans une activité artistique dite « féminine ».

5Si la danse est vécue dans les premiers temps comme une passion, Joël Laillier montre qu’un travail de conversion est nécessaire pour transformer cette passion en vocation. Pour tou·te·s les danseurs et danseuses interrogé·e·s, ce travail commence par un étiquetage électif effectué par l’enseignant·e dans l’école de danse de leurs débuts. À la manière d’un stigmate, la marque d’un « don » leur est apposée et imposée, ce qui, dès lors, les distingue et les oblige. Repéré·e·s pour une aptitude corporelle en adéquation avec des normes attendues, ils et elles ne peuvent désormais que répondre à l’appel que déclenche cette catégorisation : être « fait·e » pour la danse. À partir de là se construit un mécanisme de renforcement : étiqueté·e·s comme doué·e·s par leur enseignant·e, considéré·e·s comme élu·e·s par leur entourage, ils et elles sont amené·e·s à se conformer à ce statut d’exception et développent des pratiques en ce sens, qui en retour confirment ce statut. Le concours d’entrée à l’école de l’Opéra de Paris apparait comme une suite évidente de cette élection.

6Institution tricentenaire, l’école de l’Opéra de Paris est considérée aujourd’hui, historiquement et symboliquement, comme la première école de danse classique. L’entrée dans cette école constitue, pour les danseurs et les danseuses qui s’y présentent, le démarrage d’un cycle de sélection/élection qui se répète jusqu’à la fin de leur carrière. Cette (s)élection se manifeste avant tout par le contrôle de leurs corps. Dès le concours d’entrée, les candidat·e·s sont mesuré·e·s et pesé·e·s, et les formes et attitudes corporelles sont évaluées à l’aune du modèle attendu. Le parcours dans l’école est ensuite rythmé par des examens qui reproduisent ce processus de sélection/élection. Sachant que 20 à 30 % des élèves sont exclu·e·s chaque année, les élu·e·s intègrent très tôt que leur avenir dans l’institution est de fait très incertain. Joël Laillier montre que l’association de cette incertitude avec le processus électif constitue le ressort même du maintien de l’engagement des danseurs et des danseuses dans la pratique. La surveillance incessante des corps et des comportements imposée par les rituels auxquels ils et elles sont soumis·e·s les amène à développer des stratégies d’autosurveillance et à surinvestir le travail sur soi. Les pratiques qui en découlent débordent largement les demandes explicites de l’institution (cours supplémentaires le week-end, automédication, etc.), mais constituent néanmoins les dispositions à l’ascétisme et au dépassement de soi attendues par cette institution, dispositions le plus souvent déjà présentes dans le milieu familial des élèves.

  • 2 Elias Norbert, La société de cour, Paris, Flammarion, 2008 [1985].

7L’entrée dans la compagnie ne constitue pas tant l’aboutissement d’une formation que la continuité d’un parcours à nouveau rythmé par une logique sélective intense. Les rôles attribués aux danseurs et danseuses dans un ballet obéissent en effet à un fonctionnement hiérarchique qui détermine leur place symbolique, leur catégorie salariale et leur statut : à la base, quadrilles, coryphées et sujets constituent le corps de ballet ; viennent ensuite les premiers et premières danseuses et, au sommet de cette pyramide, les danseurs et danseuses étoiles. La fonction de soliste qu’occupent le danseur et la danseuse étoile représente l’objectif de tout danseur et de toute danseuse dès son entrée dans la compagnie : « devenir étoile ». Recruté·e·s dans la catégorie la plus basse du corps de ballet, les danseurs et danseuses se présentent chaque année à un concours interne pour accéder à la catégorie supérieure. La préparation de ce concours s’ajoute aux répétitions et représentations à l’Opéra, impliquant un engagement de chaque instant dans la pratique. La structure hiérarchique et les possibilités annuelles de changer de catégorie lors d’un concours où chacun aurait ses chances instaurent ainsi le travail intensif comme vecteur de réussite dans la carrière. Mais Joël Laillier souligne également l’importance de se faire repérer en dehors du concours pour sortir de la position statutaire qui est la leur. Un danseur ou une danseuse peut par exemple se voir attribuer un rôle dans une catégorie supérieure, ou devenir partenaire d’un ou d’une danseuse étoile lors de galas. Ces moments de travail en dehors de leur catégorie sont autant des temps d’élection symbolique que des temps où les danseurs et danseuses apprennent les connaissances et les codes nécessaires pour danser et se comporter comme une étoile par exemple, augmentant ainsi leur capacité à se faire reconnaître comme tel·le. Les différents temps de l’exercice du métier étant ainsi tous susceptibles d’être le lieu d’un repérage et de servir à la progression de leur carrière, chaque danseur et danseuse est constamment sous l’injonction de se donner et de se montrer à son maximum pour développer et maintenir sa réputation. C’est pourquoi Joël Laillier compare le fonctionnement de la compagnie à celui de la société de cour décrite par Norbert Elias2.

8La vie dans la compagnie obéit donc au même principe d’élection/incertitude à l’œuvre pendant les études, source de l’engagement des danseurs et des danseuses à leur plus haut niveau de pratique. La continuité entre la vie à l’école et la vie au sein du ballet est assurée entre autres par une équipe enseignante constituée quasi exclusivement d’anciens membres de la compagnie. Elle opère ainsi une socialisation professionnelle précoce et spécifique qui garantit « l’esprit de corps » nécessaire à la vie du ballet.

9À travers cette étude, Joël Laillier montre le rôle fondamental que joue l’institution dans le processus vocationnel des danseurs et des danseuses qu’elle recrute, forme puis emploie, processus qui s’appuie de manière récursive sur des dispositions, souvent présentes dès le début, qui se renforcent au cours de leur carrière. L’incorporation du principe même de la vocation permet la préservation des processus sociaux institutionnels de sélection aux yeux des danseurs malheureux, qui interprètent le refus d’élection comme le signe de leur inadéquation avec le statut de danseur ou de danseuse étoile, seul statut désirable au sein de la compagnie.

  • 3 Lahire Bernard, Ceci n’est pas qu’un tableau. Essai sur l’art, la domination, la magie et le sacré, (...)

10Depuis leur autonomisation au XIXe siècle, les différents mondes de l’art sont souvent présentés comme en marge du monde social, résistant à l’objectivation de leurs pratiques pour en préserver la « magie »3. Cet ouvrage montre qu’il n’en est rien : comme toute pratique sociale, la pratique artistique reste le fruit d’un ensemble de socialisations spécifiques dont une partie de l’action fait passer pour invisibles aux yeux des acteurs les conditions sociales de son développement.

Haut de page

Notes

1 Suaud Charles, La Vocation. Conversion et reconversion des prêtres ruraux, Paris, Éditions de Minuit, coll. « Le sens commun », 1978.

2 Elias Norbert, La société de cour, Paris, Flammarion, 2008 [1985].

3 Lahire Bernard, Ceci n’est pas qu’un tableau. Essai sur l’art, la domination, la magie et le sacré, Paris, Éditions la Découverte, 2015 ; note critique de Philippe Saunier pour Lectures : https://lectures.revues.org/18108.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Samuel Chagnard, « Joël Laillier, Entrer dans la danse. L’envers du Ballet de l’Opéra de Paris », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 28 septembre 2017, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/23500

Haut de page

Rédacteur

Samuel Chagnard

Formateur au Cefedem Auvergne Rhône-Alpes (Centre de formation des enseignants de la musique). Doctorant au Centre Max Weber, équipe Dispositions, pouvoirs, cultures, socialisations.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page