Navigation – Plan du site

Juliette Cadiot, Marc Elie, Histoire du Goulag

Éric David
Histoire du Goulag
Juliette Cadiot, Marc Elie, Histoire du Goulag, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2017, 128 p., ISBN : 978-2-7071-8922-6.
Haut de page

Texte intégral

1Il est des expressions ou des concepts qui, en raison de leur charge historique, résonnent plus lourdement que d’autres dans la conscience collective. Si le mot « Shoah » appartient assurément à ce registre, le mot « Goulag » est lui aussi capable de frapper les esprits. Cependant, ces termes ne sont pas toujours employés avec la rigueur souhaitée.

2La sortie récente de l’Histoire du Goulag, écrite par deux chercheurs spécialistes du monde russe, Juliette Cadiot et Marc Elie, est d’autant plus bienvenue qu’« il n’existe pas de synthèse récente » à ce sujet. Publié aux éditions de La Découverte dans la collection Repères, l’ouvrage offre un travail court et synthétique qui n’en reste pas moins fourni et minutieux. De nombreux graphiques, tableaux, cartes ou encadrés enrichissent cette synthèse dont l’ambition est d’expliquer pourquoi et comment le Goulag, structure pénale et concentrationnaire inédite, d’une ampleur inégalée (près de vingt-huit millions de personnes furent déportées ou emprisonnées), a perduré en URSS pendant plus de trente ans (de 1929 à 1960).

  • 1 Pourtant, la couverture du livre est illustrée par une photo, très symbolique, de deux détenus du c (...)

3Les deux auteurs rappellent que le « GOuLAG » (sic), c’est d’abord un acronyme russe – apparu en 1930 sous la dictature stalinienne – qui désigne la « Direction générale des camps », eux-mêmes contrôlés par la police politique soviétique. Le Goulag regroupe des détenus (zeks) aux statuts divers, dans des conditions variables, mais applique un principe commun : la coercition au travail forcé. Couvrant le territoire soviétique de dizaine de milliers d’unités carcérales et productives, le Goulag impose deux formes majeures d’enfermement : le camp de travail et le village d’exil (dans des régions reculées). Il est en cela un double instrument : un instrument de colonisation intérieure des régions riches en ressources, mais excentrées ; un instrument d’industrialisation forcée dans des régions économiques déjà établies. Le Goulag se situe donc aussi bien dans des zones enclavées du Grand Nord que dans des zones urbaines, ce qui amène les auteurs à dire qu’il n’a jamais été un univers totalement isolé ou clôturé1.

4Historiquement, l’essor du Goulag a pour cadre et coulisses une violence d’état qui, entre 1920 et 1930, œuvre à la collectivisation des campagnes et l’industrialisation forcée dans le but de remodeler la société par l’éradication du monde paysan (« dékoulakisation »). Développé comme un instrument de terreur et de répression par la police politique (la Tcheka puis le NKVD), le système du Goulag ne se limite pas à une suspicion sociale et ethnique des individus : il est aussi un important vecteur d’expansion industrielle, de même qu’un élément clé sur lequel repose l’économie de guerre.

5Le Goulag a une particularité institutionnelle : il regroupe aussi bien des détenus de droit commun que des détenus politiques ou d’opinion. Machine à écraser les opposants réels du régime, il vise surtout les opposants imaginaires ou imaginés (la grande majorité des détenus, en fait), qui sont souvent les individus les plus faibles et les plus pauvres, ou des enfants mineurs. Creuset des couches fragilisées et producteur de marginalité sociale, le Goulag se positionne également comme un agent central de l’économie stalinienne. En effet, par ce biais, la police politique se constitue en empire économique. Dans les années 1930, le gouvernement transfère des pans entiers de l’appareil industriel au Goulag. Soumises et surexploitées physiquement, les populations doivent endurer un travail forcé au service des grands projets de Moscou. Chaque unité pénitentiaire se devant de remplir coûte que coûte un plan de production, ces projets irréalistes et aberrants ont pour conséquence de contraindre tous les acteurs de l’économie pénitentiaire à des manipulations de comptes (toufta), nécessaires pour s’extraire du contrôle incessant par la statistique. La gestion par le chiffre dominant le Goulag, un système de mensonge généralisé sur les comptes s’est donc institué.

6Le livre montre que l’une des caractéristiques essentielles du Goulag est la destruction par le travail : l’asservissement par le ventre et l’épuisement physique sont le lot quotidien des détenus, qui forment une main d’œuvre mobile et corvéable. Constamment renouvelée, cette main d’œuvre doit être contrôlée et surveillée dans un climat de violence et parfois de révoltes – lesquelles sont durement réprimées. Les gardiens sont souvent des tchékistes, des appelés du contingent ou encore de jeunes diplômés, mais certains détenus sont eux-mêmes investis dans cette fonction. Le Goulag est un univers où règne la surveillance secrète et où les réseaux de mouchards ou d’informateurs pullulent ; un univers où l’administration n’hésite pas non plus à collaborer avec des bandes de détenus organisées. Mais les auteurs rappellent ce qu’on ne saurait oublier : que le Goulag, comme tout vrai camp de la mort, est un univers soumis à des quotas d’exécutions planifiées.

7Lorsque Staline disparait en 1953, il lègue un héritage tellement alarmant et compromettant que ses successeurs doivent prendre des mesures d’urgence : cinq millions de détenus sont libérés et les villages d’exil sont démantelés. Conscients que l’empire industriel du Goulag était une ruineuse et dangereuse aberration ravagée par la criminalité, la corruption et parfois les grèves, les héritiers de Staline mettent fin aux projets fous et dispendieux. « Le Goulag n’est pas notre idéal », entend-t-on de la part des dirigeants soviétiques. Le mot « camp » est alors remplacé par celui de « colonie » et, en 1956, le Goulag devient le GUITK (Direction principale des colonies de redressement par le travail). Toutefois, le retour de millions de détenus et d’exilés suscite un réel malaise, voire de la panique dans la société russe. Le retour est vécu comme une expérience très douloureuse : en raison de la stigmatisation dont ils continuent de faire l’objet, les ex-détenus peinent à se réinsérer et à obtenir leur réhabilitation.

8En quelques années, le Goulag évolue. Opérateur industriel incontournable de l’après-guerre, le système pénitentiaire perd sa centralité dans la seconde moitié des années 1950, même si deux caractéristiques originelles subsistent : son rôle de contrôle et de répression politiques ainsi que son rôle d’exploitant du travail carcéral. En effet, la direction politique ne peut guère se passer de détenus pour effectuer certains travaux : sur les chantiers exceptionnels et urgents, dans le cadre de l’industrie nucléaire ou encore dans le domaine de l’outillage agricole et de la coupe de bois. Jusque dans les années 1980, le Goulag reste un acteur non négligeable de l’industrie civile, peu regardante sur la vraie nature d’une « institution » gangrénée par la famine, la maladie et le froid.

9Dans leur conclusion, Juliette Cadiot et Marc Elie s’accordent sur l’omniprésence du Goulag en URSS, mais soulignent en même temps son caractère tabou. Il a fallu attendre la Perestroïka de 1986 et la fin de l’Union soviétique en 1991 pour que s’amorce une prise de conscience permettant d’internationaliser la mémoire du Goulag.

  • 2 Alain Besançon, Le malheur du siècle. Sur le communisme, le nazisme et l’unicité de la Shoah, Paris (...)
  • 3 François Furet, Inventaires du communisme, Paris, éditions de l’EHESS, 2012, p. 54.
  • 4 Stéphane Courtois, Communisme et totalitarisme, Paris, Perrin, 2009, p. 13-14.
  • 5 Ibid., p. 127.

10Dans cette optique mémorielle, on saluera donc la démarche des deux auteurs qui « appel[lent] à poursuivre l’étude du Goulag », mais également leur volonté de faire « publicité des travaux en cours et des champs à défricher ». Toutefois, l’ouvrage donne l’impression de ne se limiter qu’à une histoire descriptive et statistique, délaissant assez nettement la dimension idéologique. Ainsi, le nom de Lénine n’est-il jamais évoqué. Pourquoi ? Parce-que le Goulag fait officiellement son apparition en 1930 et que Lénine meurt en 1924 ? Une telle approche, chronologique, nous semble réductrice et plutôt simpliste. On ne saurait oublier, comme l’observe Alain Besançon – qui précise au passage que la déportation en camp de travail a été inventée et systématisée par le régime soviétique –, que les premiers camps ont été ouverts en Russie en juin 1918, c’est-à-dire six mois environ après la prise de pouvoir par Lénine et son parti2. Sur ce point, François Furet affirme avec justesse qu’« on ne peut pas penser Staline s’il n’y a pas eu Lénine avant », et que « ce n’est pas Staline qui a inventé la terreur et les camps »3. En réalité, « sans Lénine, sans sa pensée doctrinaire, sans son organisation révolutionnaire », il n’y a « pas de bolchévisme » et donc pas « de cortège de crimes contre l’humanité », assure Stéphane Courtois pour qui Lénine occupe « le rôle incontournable du grand homme »4. Il n’aurait donc pas été illégitime de rappeler que Staline, qui fut l’un des collaborateurs directs de Lénine avant 1917 et parmi les plus appréciés, n’a en fin de compte fait que porter à son extrême la logique de la pensée et du régime inaugurés par son maître, lequel, dès 1917-1918, lançait des appels à « l’extermination sanglante »5

  • 6 Stéphane Courtois et Marc Lazar, op. cit.
  • 7 Stéphane Courtois, op. cit, p. 156-157.

11Le stalinisme est-il le « stade suprême du léninisme, ou le léninisme réalisé »6 ? Pour Stéphane Courtois, « c’est bien l’idéologie qui a commandé la conduite de Lénine puis celle de Staline ; une idéologie révolutionnaire et communiste constituée en doctrine par Lénine, en vulgate par Staline »7. Nous regrettons que cette Histoire du Goulag n’en fasse pas mention.

Haut de page

Notes

1 Pourtant, la couverture du livre est illustrée par une photo, très symbolique, de deux détenus du camp spécial Mineralnyï (des années 1950) clôturé de… fils barbelés !

2 Alain Besançon, Le malheur du siècle. Sur le communisme, le nazisme et l’unicité de la Shoah, Paris, Fayard, 1998, p. 29. Pour Stéphane Courtois et Marc Lazar, c’est Trotski qui fut le premier, en pleine guerre civile le 4 juin 1918, à exiger l’ouverture de camps de concentration, in Stéphane Courtois et Marc Lazar, Le communisme, Paris, MA éditions, 1987, p. 103.

3 François Furet, Inventaires du communisme, Paris, éditions de l’EHESS, 2012, p. 54.

4 Stéphane Courtois, Communisme et totalitarisme, Paris, Perrin, 2009, p. 13-14.

5 Ibid., p. 127.

6 Stéphane Courtois et Marc Lazar, op. cit.

7 Stéphane Courtois, op. cit, p. 156-157.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric David, « Juliette Cadiot, Marc Elie, Histoire du Goulag », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 28 septembre 2017, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/23501

Haut de page

Rédacteur

Éric David

Docteur en sociologie politique (Paris Ouest Nanterre) ; ministère de l’éducation nationale, Paris.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page