Navigation – Plan du site

Gabriel Mugny, Juan Manuel Falomir-Pichastor et Alain Quiamzade, Influences sociales

Carole Helissen-Schuster
Influences sociales
Gabriel Mugny, Juan Manuel Falomir-Pichastor, Alain Quiamzade (dir.), Influences sociales, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, coll. « La psychologie en plus », 2017, 152 p., ISBN : 978-2-7061-2665-9.
Haut de page

Texte intégral

1Si le fait d’être « influencé » a souvent une connotation négative dans les sociétés occidentales, qui valorisent l’individu autonome et responsable, les recherches sur ce sujet en psychologie sociale montrent que l’influence peut avoir une dimension positive, comme lorsque l’on tire un enseignement de l’expérience d’autrui. Gabriel Mugny, Juan Manuel Falomir-Pichastor et Alain Quiamzade enseignent tous trois cette discipline à l’université de Genève et signent ici une introduction aux phénomènes d’influence sociale, définis comme des « processus par lesquels les individus et les groupes fonctionnent, maintiennent, diffusent et modifient leurs modes de pensée et d’action lors d’interactions sociales directes ou symboliques » (p. 7). En ce sens, l’influence sociale est au cœur de la dynamique sociale, intervenant à la fois dans la reproduction de l’ordre social et dans ses transformations. Si ces processus impliquent une « source » (influenceur) et une « cible » (influencé), et si les positions sociales respectives de ces acteurs structurent fortement le sens de cette relation, il n’en demeure pas moins que les dominés, collectivement ou individuellement, peuvent aussi exercer une influence.

2L’objectif principal de cet ouvrage est de fournir une introduction aux recherches contemporaines sur l’influence sociale. Pour permettre au lecteur de se familiariser avec ce champ, les psycho-sociologues dressent d’abord un panorama des différentes approches et des concepts qui le structurent en prenant pour exemples les protocoles expérimentaux mettant en évidence des processus d’influence. Dans ce panorama, ils laissent volontairement de côté les notions de « polarisation collective », de « persuasion », « d’engagement » et d’« obéissance » (qu’ils estiment déjà traitées dans des ouvrages en français) pour mieux se concentrer sur des notions comme celles de « normalisation », « autocinétique », ou encore le « conformisme ».

3 Une fois les bases théoriques posées, les auteurs poursuivent leur présentation par une typologie des grands processus d’influence sociale. Ils explicitent ainsi les formes que peut prendre l’influence, leur variété justifiant l’emploi du pluriel pour le titre de cette introduction. Le premier type de processus, celui de l’imitation, peut avoir pour fonction l’apprentissage par reproduction comme la facilitation de l’interaction. La seconde catégorie est celle des processus dits « automatiques » ou « inconscients », qui reposent sur les représentations de l’influencé. Il en existe plusieurs. On appelle ainsi « ancrage » le fait pour l’influencé de porter un jugement en fonction d’un point de référence donné par l’influenceur. Vient ensuite le « conditionnement évaluatif », qui consiste à associer deux objets et à attribuer les caractéristiques du premier au second. C’est le mécanisme à l’œuvre quand on juge négativement un messager parce qu’il apporte de mauvaises nouvelles. Enfin, l’« amorçage » repose sur l’association entre un stimulus et un comportement : les messages subliminaux s’appuient sur ce processus, mais ne fonctionnent que lorsque la cible n’en a pas conscience. La recherche de consensus est le troisième grand type de processus d’influence : il intervient quand la cible n’est pas sûre de ses propres jugements ou que la tâche à accomplir en groupe implique l’unanimité. Le quatrième type concerne la dépendance de la cible par rapport au groupe. Cette influence peut être informationnelle (la cible cherche une information fiable) et/ou normative (la cible veut tirer parti de son appartenance au groupe et donc ne pas être perçue comme déviante). Les normes jouent également sur les processus d’influence en fonction de leur nature (descriptives ou injonctives) et de leur saillance (active dans l’esprit de la cible ou non dans la situation). Enfin, l’influence peut prendre appui sur des processus « identitaires ». On trouve parmi eux la gestion des impressions, qui est le fait pour un individu de chercher à contrôler l’impression qu’il donne aux autres ; la recherche d’une identité sociale positive à l’aide des mécanismes de catégorisation sociale, d’identification sociale et de comparaison sociale ; et les stratégies individuelles ou collectives visant le conformisme pour éviter la stigmatisation.

4Après avoir livré ces différents éléments de compréhension au lecteur, les auteurs s’attardent sur le rôle transformateur des processus d’influence lorsque les pratiques et les croyances de groupes « minoritaires » se répandent chez la majorité. Selon l’approche fonctionnaliste, les « déviants » sont fondamentaux pour induire le changement nécessaire pour que le groupe s’adapte aux évolutions de la réalité sociale. Or, seuls les déviants en position de leader, qui ont d’abord été en situation d’hyper-conformité avec les normes pourraient exercer une influence significative en raison de leur position dominante dans certaines configurations sociales. Selon l’approche interactionniste, par contre, si la société évolue par une succession de phases de stabilité et de phases de transformation, et si la déviance a une fonction adaptative, l’influence dépend plus de processus de négociation que de rapports de pouvoir. Pour aller plus loin dans la compréhension de l’influence des minoritaires, les auteurs évoquent le « conflit cognitif » que de telles sources peuvent générer chez leurs cibles. C’est de l’issue de ce « conflit » que dépend la « conversion » aux schèmes minoritaires. Mais, si celle-ci se dérobe aux prédictions des psycho-sociologues, c’est car elle dépend de l’interaction d’une multitude propriétés du rapport entre la cible et le groupe minoritaire.

5Dans la dernière partie de leur ouvrage, les auteurs proposent deux pistes pour articuler les différents travaux sur l’influence sociale, leur donner une cohérence et éclairer les zones d’ombre persistantes. Elles reposent sur deux notions : le traitement de l’information et le conflit. Les travaux sur le traitement de l’information pourraient expliquer, en fonction du type de traitement activé chez la cible, les variations déroutantes dans les résultats des protocoles expérimentaux apparemment similaires. La notion de conflit, ensuite, pourrait être mobilisée pour distinguer les processus d’influence selon le type de source et du type de tâche réalisé par la cible.

6Finalement, cette introduction aux processus d’influence plonge le lecteur dans la complexité de ce champ de recherche foisonnant. Pour reprendre Nicolas Boileau, si « ce qui se conçoit bien s’énonce clairement », la densité de l’ouvrage laisse percevoir à son lecteur toute la difficulté qu’il y a à articuler les différentes études menées sur la question. Cette synthèse, malgré ce que laisse entendre la quatrième de couverture, semble difficile d’accès pour les non-spécialistes. À cet égard, le sens et les usages scientifiques de certains concepts clefs auraient mérité d’être plus régulièrement illustrés par des exemples parlants ou des schémas. Cela dit, cette introduction donne un cadre riche pour comprendre les processus d’influence sociale, notamment leur dimension positive, et incite à consulter d’autres auteurs pour en découvrir plus sur les points abordés. En ce sens, c’est une porte d’entrée pour ceux qui s’intéressent à ces questions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Carole Helissen-Schuster, « Gabriel Mugny, Juan Manuel Falomir-Pichastor et Alain Quiamzade, Influences sociales », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 05 octobre 2017, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/23537

Haut de page

Rédacteur

Carole Helissen-Schuster

Diplômée en ethnologie, en sociologie et en muséologie (Université de Strasbourg). S’intéresse au genre, aux rapports entre humains et animaux, aux modifications corporelles, à la place donnée aux nouvelles technologies, ainsi qu’aux arts et traditions populaires.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page