Navegación – Mapa del sitio

Crystal Cordell (dir.), « Émotions politiques », Raisons politiques, n° 65, 2017

Victor Collard
Émotions politiques
Crystal Cordell (dir.), « Émotions politiques », Raisons politiques, n° 65, février 2017, 130 p., Paris, Presses de Sciences Po, ISBN : 9782724634990.
Inicio de página

Texto completo

1La thématique des fake news a occupé le devant de la scène à l’occasion de l’élection américaine de 2016 lors de laquelle le candidat Donald Trump a été accusé de relayer délibérément de fausses informations et de convaincre les électeurs moins par le recours à l’argumentation, vue comme instrument de la raison, que par l’activation d’émotions négatives diverses (à propos de l’immigration incontrôlée, du déclin de l’Amérique, etc.). La revue Raisons politiques consacre un dossier aux émotions sous l’angle d’une sociologie politique qui tente de mieux cerner un thème situé aux frontières souvent jugées trop étanches de l’individuel et du collectif, de la raison et de la passion, etc. Bien que les différents contributeurs ne mentionnent pas l’élection américaine dans leurs articles, ce dossier a peut-être trouvé dans ce climat politique et intellectuel une justification supplémentaire.

  • 1 Émile Durkheim, Les règles de la méthode sociologique, Paris, PUF, 2007[1995], p. 97-111.

2Les émotions ne constituent certes pas un objet d’études nouveau dans le champ des sciences sociales. L’éditorial de Crystal Cordell retrace en effet les conditions d’émergence de l’affective turn, un courant qui a accordé dans les années 1990 une place de choix aux affects et aux émotions, jusqu’alors principalement appréhendés de manière négative : la philosophie y voyait l’opposé dévalorisé de la raison tandis que la sociologie redoutait, à travers l’étude des émotions, de se voir condamnée à un travail commun avec la psychologie dont elle a cherché historiquement à se différencier1. Accorder une place aux émotions était également une façon de s’opposer à l’hypothèse anthropologique dominante de l’homo oeconomicus qui met en scène un individu entièrement rationnel et à même de délibérer dans chacune des situations de la vie sociale qui se présentent à lui.

  • 2 Christophe Traïni (dir.), Émotions... mobilisation !, Paris, Presses de Sciences Po, coll. « Sociét (...)
  • 3 Dans la lignée de la constitution d’un « espace public » tel que Jürgen Habermas en a soutenu l’app (...)
  • 4 Chaïm Perelman, Lucie Olbrechts-Tyteca, Traité de l’argumentation, Bruxelles, Université de Bruxell (...)

3Dans la première contribution, Christophe Traïni, déjà auteur d’un remarqué Émotions…mobilisation !2, centre son analyse sur le rôle et la nature des émotions en jeu au sein du militantisme pour la défense des animaux. Ce type particulier d’engagement mobilise en effet une grande variété de ce que l’auteur nomme des « régimes émotionnels » (p. 20) allant « [du] dégoût à l’indignation », c’est-à-dire de la réaction émotionnelle instinctive mais sans suite, telle qu’un individu peut la ressentir en face d’images choquantes, à une prise de conscience préalable à une action politique. La diversité des motifs d’engagement explique, selon l’auteur, la richesse des parcours des militants mais signale aussi le recul à prendre face aux tentatives intellectualistes de porte-paroles dont les discours simplificateurs tendent à surestimer l’homogénéité des motifs d’engagement. Analysant des débats parlementaires sous la Révolution française, Félix Blanc pointe le caractère contradictoire de cette période qui, en en élargissant l’audience de ces débats3, aurait dû favoriser une logique purement argumentative, susceptible de convaincre un « auditoire universel » (p. 50) plus large que la seule assemblée restreinte à laquelle faisait auparavant face l’orateur. Reprenant la distinction de Chaïm Perelman et Lucie Olbrechts-Tyteca dans leur Traité de l’argumentation4, l’auteur considère l’opposition entre « persuader » et « convaincre » comme une différence non plus de nature mais de degré. C’est donc la taille de « l’auditoire » d’un discours (au-delà des seules personnes présentes dans la salle) qui permet de qualifier celui-ci de « persuasif » ou de « convaincant ». Selon Félix Blanc, si l’augmentation de la publicité n’a pas induit l’apparition d’un discours purement rationnel, c’est sans doute du fait de l’imbrication de deux logiques temporelles contradictoires : la prédominance de la rationalité du discours présuppose en effet un temps long et une prise de recul que les nécessités et les urgences de la situation révolutionnaire n’offraient pas.

  • 5 Pierre Bourdieu, La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit, 1979.

4Crystal Cordell s’intéresse au concept d’« indignation », dont elle dresse la genèse psychologique et sociale. Elle souligne que, sous ses aspects positifs d’emportement légitime face aux injustices, l’indignation est au départ purement passive et ne débouche que dans certains cas sur une action politique. Le sentiment d’indignation peut s’analyser comme une réaction secondaire, consécutive à des ressentis « primaires » tels que la pitié et le dégoût. L’auteure tente de contrer les hypothèses naturalisantes qui voient dans ces émotions la manifestation de jugements propres à une nature profonde de l’individu et tente, dans une veine bourdieusienne5, de montrer leur racine sociale. Car l’indignation n’est pas dépourvue d’ambivalence : si elle peut avoir des vertus, en suscitant la mobilisation collective et la cohésion d’un groupe, elle peut aussi être à l’origine d’attitudes d’exclusion, quand le dégoût se concentre sur des groupes d’individus alors stigmatisés.

5L’histoire d’une famille vénézuélienne spoliée de ses terres par la municipalité de la ville de Guarataro et dont le père, Brito, s’inflige une grève de la faim d’une violence extrême jusqu’à sa mort dans des conditions troubles, constitue la trame de fond de l’article de Paula Vasquez Lezama. Cet article analyse les pouvoirs limités de cette stratégie de dernier recours qui prend la forme d’une atteinte à sa propre intégrité physique. La radicalité de la démarche de Brito et son pouvoir émotionnel ont certes obligé le président de l’époque Hugo Chavez à réagir dans le sens de la conciliation, pour ne pas apparaître contredire trop clairement les principes de la révolution bolivarienne. Cependant, devenu un enjeu politique récupéré par les forces d’opposition, cet enseignant licencié a perdu la partie face au pouvoir politique après avoir tenté en vain, dans une démarche extrême mais pourtant très rationnelle, d’en appeler simplement au respect de l’État de droit. Cet échec tragique indique en creux les bénéfices politiques limités du recours aux stratégies émotionnelles face à un État fort et déterminé.

  • 6 Axel Honneth, La Lutte pour la reconnaissance, Paris, Éditions du Cerf, 2000 [1992], trad. Pierre R (...)

6Dans une dernière contribution, Benjamin Brice revient sur le « besoin de reconnaissance », motif classique invoqué par les théories de l’action, notamment celle développée par Axel Honneth6. Selon Benjamin Brice, la compréhension de ce besoin devrait accorder une place plus importante à l’ambition de « reconnaissance-supériorité » qu’à celle de la simple « reconnaissance-égalité ». L’auteur prend l’exemple d’un État qui ne se bornerait pas seulement à souhaiter être reconnu comme l’égal des autres sur la scène internationale mais comme une puissance dominante. Brice refuse donc le schéma hégélien, partagé par une grande partie des auteurs les plus reconnus en relations internationales, selon lequel la « reconnaissance-supériorité », vestige de l’ordre ancien, cèderait le pas progressivement à la « reconnaissance-égalité » qui caractériserait les États démocratiques modernes. Pour appuyer son argumentation, il pointe les prémisses de l’idée de « reconnaissance-supériorité » chez des auteurs classiques, comme Hobbes dans le Léviathan. Il repère également dans l’histoire quelques exemples illustrant sa thèse – de manière plus ou moins convaincante. Ainsi, l’auteur retranscrit plusieurs interventions de différents présidents américains qui démontrent que les États-Unis restent avant tout désireux de maintenir leur position de « première nation dans les affaires mondiales » (p. 121). Il invoque également la réaction belliqueuse et solitaire de George W. Bush après les attentats du 11 Septembre. Cependant, on pourrait opposer à l’auteur quelques contre-exemples. Tout d’abord, la « reculade » de Barack Obama qui n’a pas mis à exécution sa menace d’intervenir militairement en Syrie si le régime au pouvoir recourait aux armes chimiques contre sa population. De même, George W. Bush aurait moqué dans un discours, selon l’auteur, l’incapacité du peuple afghan à se libérer par eux-mêmes (p.123), ce qui est étonnant si l’on considère la participation française à la guerre d’indépendance américaine.

7L’éclectisme très marqué des différentes contributions est au premier abord perturbant, bien qu’il ait le mérite de donner à voir un panorama varié des usages que peut faire la sociologie politique de cet objet que sont les émotions. Si l’objectif principal du numéro est bien de présenter différentes illustrations possibles de l’importance des émotions dans le monde social et politique, celui-ci est rempli. Cependant, faute d’une conceptualisation plus développée de la notion d’« émotions », le lecteur peut se demander quel lien relie ces différentes approches présentées dans le dossier.

  • 7 Frédéric Lordon, Les affects de la politique, Paris, Seuil, 2016, p. 18.

8Nous regrettons en outre que le nom du philosophe hollandais du XVIIe siècle Baruch Spinoza, qui accordait une place centrale aux affects, ne soit évoqué que de manière anecdotique. Le fait qu’un chercheur spinoziste comme Frédéric Lordon considère la politique comme l’« art d’affecter », ou encore qu’il substitue l’hypothèse d’homo passionalis7 à celle d’homo oeconomicus auraient par exemple pu faire l’objet de développements accréditant l’importance des passions et le brouillage de la frontière entre « convaincre » et « persuader ». Enfin, il eût été utile d’insister, notamment dans la contribution de Félix Blanc, sur la séparation naïve, généralement commise dans le débat politique, entre « raison » et « passion ». En effet, aucune situation de discours ne peut être intégralement libérée d’une dimension passionnelle, même minimale, puisque les idées sont toujours transmises par un émetteur (orateur, etc.) qui, par ses propriétés sociales, engage nécessairement de la part du récepteur un a priori positif ou négatif sur son discours, qui l’empêche de prétendre à une raison pure et universelle.

Inicio de página

Notas

1 Émile Durkheim, Les règles de la méthode sociologique, Paris, PUF, 2007[1995], p. 97-111.

2 Christophe Traïni (dir.), Émotions... mobilisation !, Paris, Presses de Sciences Po, coll. « Sociétés en mouvement », 2009 ; compte rendu d’Igor Martinache pour Lectures : https://lectures.revues.org/2082.

3 Dans la lignée de la constitution d’un « espace public » tel que Jürgen Habermas en a soutenu l’apparition au XVIIIe siècle ; voir Jürgen Habermas, L'espace public : archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Payot, Paris, 1997 [1962].

4 Chaïm Perelman, Lucie Olbrechts-Tyteca, Traité de l’argumentation, Bruxelles, Université de Bruxelles, 2008, [1958].

5 Pierre Bourdieu, La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit, 1979.

6 Axel Honneth, La Lutte pour la reconnaissance, Paris, Éditions du Cerf, 2000 [1992], trad. Pierre Rusch.

7 Frédéric Lordon, Les affects de la politique, Paris, Seuil, 2016, p. 18.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Victor Collard, « Crystal Cordell (dir.), « Émotions politiques », Raisons politiques, n° 65, 2017 », Lectures [En línea], Reseñas, 2017, Publicado el 09 octubre 2017, consultado el 20 octubre 2017. URL : http://lectures.revues.org/23566

Inicio de página

Redactor

Victor Collard

Doctorant en sociologie à l’EHESS.

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página