Skip to navigation – Site map

Thibaut de Saint Pol (dir.), « Sociologie de l’alimentation », L’Année sociologique, vol.  67, n° 1, 2017

Alexandra Hondermarck
Sociologie de l'alimentation
Thibaut De Saint Pol (dir.), « Sociologie de l'alimentation », L'Année sociologique, vol. 67, n° 1, 2017, 280 p., Presses universitaires de France, ISSN : 0066-2399, ISBN : 9782130787877.
Top of page

Full text

  • 1 Les auteurs du dossier soulignent toutefois que cette dimension a toujours été plus ou moins consti (...)
  • 2 Le « repas gastronomique à la française » a été classé au patrimoine immatériel de l’Unesco en 2010

1C’est à un état des questionnements actuels de la sociologie de l’alimentation française que se consacre le présent numéro de l’Année sociologique. Ce domaine de recherche fait l’objet d’un regain d’intérêt, selon Thibaut de Saint Pol, le coordonnateur du dossier, du fait de trois facteurs : un retour en force de la thématique des inégalités sociales1 – par exemple, pour l’analyse des phénomènes d’obésité ou de malnutrition qui font l’objet de politiques publiques –, la forte médiatisation de « crises alimentaires » attribuées au fait qu’il est de plus en plus difficile pour le consommateur de connaître l’origine des produits alimentaires qui lui sont proposés, et, enfin, la patrimonialisation de la « gastronomie française »2. Les contributions présentées dans ce volume s’appuient sur l’idée fondamentale selon laquelle les consommations alimentaires dépendent au moins autant de conditions objectives comme le budget du consommateur, que d’enjeux subjectifs, comme son souci de distinction sociale. Le dossier vise à montrer que la sociologie de l’alimentation française s’est renouvelée par ses questionnements, par ses objets, mais aussi par son insertion institutionnelle et disciplinaire. Au fil des articles, les auteurs dressent un panel varié de méthodologies utiles à l’analyse des représentations et des pratiques alimentaires.

  • 3 Maurice Halbwachs, op. cit.

2Les deux premiers articles du dossier se penchent sur l’épistémologie de la sociologie de l’alimentation et interrogent la genèse et l’unicité de ce domaine de recherche. Jean-Pierre Poulain étudie tout d’abord les conditions d’émergence et d’institutionnalisation des sciences sociales portant sur l’alimentation depuis les années 1960, en comparant deux espaces scientifiques, l’un « anglophone », l’autre « francophone ». Du côté « anglophone », et en particulier aux États-Unis, le champ de recherche se serait institutionnalisé et autonomisé au cours des décennies 1990 et 2000, dans la continuité des Cultural studies : l’étiquette de food studies marquerait ainsi l’émergence d’un espace de dialogue pluridisciplinaire. En France, les sciences sociales de l’alimentation demeureraient a contrario cantonnées à des territoires disciplinaires préexistants. L’auteur effectue un dénombrement des formations niveau master portant sur l’alimentation à l’échelle mondiale, qui lui permet de montrer la grande multiplicité des cadres institutionnels de réflexion sur l’alimentation : cela conduit à interroger l’existence d’un dénominateur commun permettant un dialogue entre les espaces géographiques et disciplinaires. Anne Lhuissier s’intéresse quant à elle aux fondements de la sociologie de l’alimentation en France, en se focalisant sur les travaux du sociologue durkheimien Maurice Halbwachs (1877-1945). Une analyse de « l’ensemble de ses contributions écrites, orales et pratiques entre 1907 et 1937 » (p. 48) lui permet de restituer les enjeux de ses recherches portant sur les niveaux de vie, en particulier sur le plan méthodologique. Dans son célèbre ouvrage La Classe ouvrière et les niveaux de vie3 (1912), Maurice Halbwachs démontre, à partir de l’analyse de deux enquêtes allemandes sur le budget des familles de 1907 que, à revenu égal, la répartition des dépenses des familles d’ouvriers et d’employés diverge. De ce résultat, il tire la conviction qui demeurera le fil conducteur de ses recherches ultérieures, à savoir qu’il convient de se fonder sur les budgets effectifs des familles, à partir d’enquêtes empiriques, pour estimer le coût de la vie. En prouvant l’existence de disparités sociales en matière d’alimentation, Halbwachs influence fortement la sociologie de l’alimentation qui se développe dans la seconde moitié du XXe siècle, laquelle s’efforce d’étendre ces résultats à d’autres dimensions de l’alimentation, comme la qualité des produits ou les rythmes alimentaires.

  • 4 Population correspondant aux catégories socio-professionnelles d’employés et ouvriers possédant un (...)
  • 5 Par exemple, les auteures remarquent que les cadres supérieurs ont un odds-ratio de petit déjeuner (...)
  • 6 Marcel Mauss, « Les techniques du corps », Journal de psychologie, vol. 32, n° 3-4, p. 365-386.
  • 7 Voir par exemple les travaux de Séverine Gojard (Gojard Séverine, « L’alimentation dans la prime en (...)

3Les deux articles qui suivent se penchent sur la question de la normativité alimentaire, à partir de l’étude de groupes sociaux spécifiques. La contribution de Marie Plessz et Marie-Clémence Le Pape, qui porte sur le maintien et la transmission intergénérationnelle de la norme du petit-déjeuner, confirme l’idée que, tout autant que le contenu des repas, les rythmes alimentaires et la commensalité font l’objet d’une différenciation sociale. L’enquête menée auprès de familles des « couches supérieures des classes populaires»4 met au jour un paradoxe : si tous les enquêtés tentent de transmettre la norme du petit-déjeuner à leurs enfants, ce que les auteures attribuent en partie à de nombreuses campagnes promotionnelles (Programme national nutrition santé de 2001 mené par l’État ou marketing publicitaire), ils sont eux-mêmes relativement peu nombreux à manger un petit déjeuner le matin, comparativement à d’autres catégories sociales5. L’originalité de l’article est d’étudier le petit-déjeuner comme une « technique du corps » au sens de Marcel Mauss6, en montrant de manière convaincante les mécanismes de son apprentissage, les enjeux d’intégration sociale auxquels il répond, puis sa mise en pratique ou non par les individus selon leurs conditions objectives de vie. L’enquête présentée dans l’article de Solenn Carof poursuit la réflexion sur la normativité alimentaire en se focalisant sur des personnes ciblées par des recommandations nutritionnelles. L’auteure s’intéresse aux femmes en surpoids, de « corpulence intermédiaire », qui ne sont pas soumises à des diagnostics médicaux, contrairement aux femmes catégorisées comme « obèses ». S’intéresser à cette population particulière dans son rapport aux normes de minceur et aux discours de santé publique concernant la corpulence « permet de mettre en lumière le va-et-vient incessant entre justifications esthétiques, morales et médicales » (p. 109) auxquelles les femmes en surpoids font face. L’apport principal de l’article est de montrer que la « trajectoire pondérale » d’un individu – c’est-à-dire ses prises et pertes de poids successives, ainsi que sa corpulence – influence le rapport aux normes nutritionnelles dominantes des femmes en surpoids, plus encore que le niveau de diplôme ou la catégorie socio-professionnelle. Ainsi, cet article permet de nuancer le résultat sociologique selon lequel les femmes les plus diplômées seraient plus réceptives aux normes nutritionnelles dominantes7, et qu’il en irait à l’inverse des femmes les moins diplômées.

4Ce dossier a pour mérite de battre en brèche l’idée d’une « modernité » alimentaire qui se caractériserait par l’uniformisation mondialisée du contenu des repas, depuis la seconde moitié du XXe siècle. Tout comme Solenn Carof, Faustine Régnier met en exergue la persistance de différences nationales dans les normes alimentaires et les normes de corpulence. Son analyse comparative est menée dans une perspective diachronique, qui se base sur l’analyse documentaire de deux magazines de presse féminine à forts tirages s’adressant à la classe moyenne, des années 1930 à nos jours : Good Housekeeping aux États-Unis et Modes et Travaux en France. Selon l’auteure, le souci nutritionnel est plus présent aux États-Unis, où les régimes amaigrissants sont présents tout au long de l’année, tandis qu’ils sont saisonniers en France, pays qui privilégie l’équilibre général de l’alimentation. Faustine Régnier observe toutefois que, dans les deux pays, l’embellissement du corps féminin passe de plus en plus, au fil du second XXe siècle, par son amincissement « réel » - impliquant une perte de poids –, et plus seulement par un amincissement apparent comme au début de la période étudiée. La femme est aussi de plus en plus considérée comme responsable de sa corpulence.

5En définitive, la richesse de ce dossier réside sans conteste dans la variété des méthodologies employées (enquêtes de terrain, exploitations statistiques, analyses lexicographiques, recherches documentaires et archivistiques) ainsi que dans l’ampleur des matériaux recueillis. Chaque enquête s’inscrit dans une problématique propre à la sociologie de l’alimentation et permet d’interroger des concepts – ou « catégories d’analyses » – classiques de la sociologie tels que le genre, la classe ou encore la nation. Sans prendre ces catégories pour données, ni pour une fin en soi, les trois derniers articles, en particulier, partent de leurs matériaux pour les reconstruire, ce qui permet de mettre en lumière des variables propres aux objets étudiés. Enfin, quoique présentant des points de vue théoriques différents, le dossier tient sa cohérence d’un questionnement autour des normes alimentaires, de leur production, de leur diffusion et de leur réappropriation par les enquêtés dans les pratiques quotidiennes.

Top of page

Notes

1 Les auteurs du dossier soulignent toutefois que cette dimension a toujours été plus ou moins constitutive de la sociologie de l’alimentation, comme en témoigne la longue histoire des enquêtes portant sur les budgets des ménages populaires (par exemple par Villermé dans son Tableau de l’état physique et moral des ouvriers, Paris, Jules Renouard et Cie,1840, ou encore par Halbwachs, dans La Classe ouvrière et les niveaux de vie, Paris, Félix Alcan, 1912).

2 Le « repas gastronomique à la française » a été classé au patrimoine immatériel de l’Unesco en 2010.

3 Maurice Halbwachs, op. cit.

4 Population correspondant aux catégories socio-professionnelles d’employés et ouvriers possédant un niveau de diplôme minimum de Bac+2.

5 Par exemple, les auteures remarquent que les cadres supérieurs ont un odds-ratio de petit déjeuner significativement plus élevé que les ouvriers et employés, auxquels appartient la population étudiée (p. 94). L’odds-ratio correspond ici au rapport entre, d’une part, la proportion des cadres qui déjeunent le matin multipliée par la proportion de ceux qui ne le font pas, et d’autre part, la proportion d’ouvriers et employés qui déjeunent le matin multipliée par la proportion de ceux qui ne le font pas. Il vise à estimer la « chance » qu’un individu enquêté a de manger le matin, selon sa catégorie sociale.

6 Marcel Mauss, « Les techniques du corps », Journal de psychologie, vol. 32, n° 3-4, p. 365-386.

7 Voir par exemple les travaux de Séverine Gojard (Gojard Séverine, « L’alimentation dans la prime enfance. Diffusion et réception des normes de puériculture », Revue française de sociologie, vol. 41, n° 3, 2000, p. 475-512.).

Top of page

References

Electronic reference

Alexandra Hondermarck, « Thibaut de Saint Pol (dir.), « Sociologie de l’alimentation », L’Année sociologique, vol.  67, n° 1, 2017 », Lectures [Online], Reviews, 2017, Online since 11 October 2017, connection on 20 October 2017. URL : http://lectures.revues.org/23569

Top of page

About the author

Alexandra Hondermarck

Enseignante agrégée de sciences économiques et sociales.

By this author

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page