Navigation – Plan du site

Paul-André Landes, Muriel Mille, Emilie Harel, Plus belle la série

Paul Bacharach
Plus belle la série
Paul-André Landes, Muriel Mille, Emilie Harel, Plus belle la série, Paris, Casterman, coll. « Sociorama », 2017, 170 p., ISBN : 978-2-203-11953-6.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Muriel Mille, Produire de la fiction à la chaîne : sociologie du travail de fabrication d'un feuill (...)

1Le dernier titre de la collection « Sociorama » des éditions Casterman, qui vulgarise des travaux de sociologie en format bande-dessinée, s’intéresse au feuilleton télévisé français le plus populaire de ces dernières années, Plus Belle La Vie, renommé Plus Jolie La Vie par les auteurs. L’enquête sociologique menée par Muriel Mille pour sa thèse1 y est adaptée par Paul-André Landes et la dessinatrice Émilie Harel. Le but de la collection étant de rendre accessible à un plus grand public les résultats de travaux universitaires, la contrainte pour le bédéiste est d’escamoter l’enquêteur sociologique et de se détacher du langage scientifique.

2Cette bande-dessinée met en scène Clémentine, une jeune scénariste de la série, dans son environnement de travail avec d’autres scénaristes et acteurs de la production du feuilleton, au sein d'une chaîne de télévision publique. Constatant qu’elle écrit sur un quartier de Marseille qu’elle ne connaît pas, et curieuse de voir les conditions de tournage de la série qu’elle participe à produire, elle décide d’aller les observer elle-même. En se faisant passer pour une figurante le temps d’un épisode, elle découvre un décalage entre ses attentes et les contraintes effectives. Cette fiction rend ainsi compte du fait que le contenu narratif présenté par la série résulte certes des intentions des producteurs, mais surtout des conditions de collaboration des acteurs de la chaîne de production.

  • 2 Sur le schéma répétitif de production des séries, voir Sarah Sépulchre, Décoder les séries, Bruxell (...)
  • 3 Une arche (ou arc narratif) correspond à une intrigue spécifique qui s’étale sur plusieurs épisodes (...)

3Le premier objectif des auteurs est de montrer que la production d’un objet culturel en apparence simple est en réalité complexe et se fait en flux tendu2. Le service de programmation donne à la série ses grandes lignes, que les scénaristes précisent lors de la « réunion-séquencier » par la prévision des arches3, qui doivent être validées en retour par les services de programmation et de diffusion de la chaîne. Les pages qui évoquent le travail de scénarisation illustrent la façon dont la série-fleuve prend forme, au fil des obstacles induits par sa large diffusion.

  • 4 Un soap opera est une série quotidienne produite en flux tendu. L’expression provient des premiers (...)
  • 5 HBO : Home Box Office, chaîne de télévision payante aux États-Unis, réputée pour produire des série (...)
  • 6 L’influence des séries américaines sur la création des séries françaises provoque ce type de confus (...)

4À partir de diverses scènes de la vie privée de Clémentine, Paul-André Landes et Émilie Harel font voir comment les scénaristes de la série, qui possèdent un capital culturel important, se retrouvent en situation de devoir défendre l’objet culturel qu’ils contribuent à produire, lequel ne relève pas a priori de la culture « légitime ». Pour Clémentine, un des atouts de la série est qu’elle fait « la part belle à la diversité » (p. 132). Les scénaristes, également conscients des enjeux de la diffusion quotidienne de ce soap4, sont animés d’une ambition pédagogique qui entre parfois en conflit avec le souci de « faire vrai ». Lors d’une réunion à propos d’une scène qui réunit l’un des personnages principaux de la série et une réfugiée, un dialoguiste pointe la difficulté : « Les séquences sont trop didactiques, va falloir les rendre vivantes… » (p. 54). Partagés entre leur volonté de figurer un monde social conforme à leurs valeurs et la nécessité de ne pas trop troubler les spectateurs, les scénaristes tentent de trouver des compromis, à partir de leur propre postulat sur la réception de la série. Les scènes qu’ils imaginent – avec leurs réajustements et les réactions possibles des spectateurs – sont directement données à voir dans des vignettes grisées. L’écriture du feuilleton, qui se veut au plus proche du quotidien des téléspectateurs, porte pourtant les marques du milieu social dans lequel évoluent les scénaristes, ainsi que de leur imaginaire, lui-même marqué par les séries télévisées américaines. Par exemple, un professeur de droit ami de Clémentine lui reproche de « mate[r] trop de séries HBO ! »5 (p. 150) en lui montrant que certaines fantaisies scénaristiques amènent à des confusions entre droit américain et droit français, manquant ainsi de produire l’effet de réel escompté6.

5L’enquête sociologique devient originale par rapport à d’autres publications sur le sujet en ce qu’elle montre comment la volonté des scénaristes et dialoguistes se heurte aux contraintes du tournage. Arrivée sur les lieux, Clémentine est déçue : telle scène, qu’elle avait imaginée spectaculaire, va être tournée au rabais ; telle autre, qui est pourtant cruciale pour le développement de l’intrigue, va être modifiée faute de temps ou de moyens. Pragmatiques, les réalisateurs veulent limiter les maquillages, nettoyages, imports d’objets ou recours à des techniciens tiers, qui compliquent les plannings ; ils n’hésitent donc pas à modifier les scripts en réunion pour qu’ils soient réalisables dans les conditions qu’impose la production. L’enquête de Muriel Mille a donc le mérite de dire précisément en quoi le résultat final porte la trace de cette difficile coordination, en proie aux logiques professionnelles concurrentes des différents acteurs de la chaîne de production.

  • 7 Un éclairage sur ces questions est apporté par Raphaël Baroni dans « Intrigues et personnages des s (...)

6Cette bande-dessinée fait resurgir les spécificités de la création sérielle : loin de l’idéal de l’auteur omnipotent, la série se caractérise par une écriture collective et tâtonnante où s’immisce une part d’improvisation. Avec autant d’humour que de précision, les auteurs restituent avec précision comment le feuilleton se trouve soumis aux aléas de sa production et de sa réception. Les scénaristes voient ainsi une partie de leurs intentions disparaître, ce qui amène alors le lecteur à relativiser l’idée courante qu’à travers les séries, les scénaristes prendraient une revanche sur le cinéma qui contraindrait leur liberté7.

7La bande-dessinée apparaît ainsi comme un médium particulièrement pertinent pour décrire l’un des rouages essentiels de la création de séries : le dialogue entre les différents acteurs de sa production. Cependant, ce format demeure ambivalent puisque le décalage critique du sociologue est affaibli, dans la mesure où l’enquêteur disparaît au profit de l’enquêté. Toutefois la qualité de l’adaptation et l’ingéniosité de son découpage et de sa narration minimisent ce risque, de toute façon inhérent au médium employé. Sur cet objet culturel encore relativement nouveau qu’est la série, cette publication permet au lecteur d’adopter un point de vue sociologique fondamentalement pertinent : la série, comme tout objet multimédia, est un construit social.

Haut de page

Notes

1 Muriel Mille, Produire de la fiction à la chaîne : sociologie du travail de fabrication d'un feuilleton télévisé, thèse de doctorat sous la direction de Sabine Chalvon-Demersay, EHESS, 2013.

2 Sur le schéma répétitif de production des séries, voir Sarah Sépulchre, Décoder les séries, Bruxelles, De Boeck, 2011.

3 Une arche (ou arc narratif) correspond à une intrigue spécifique qui s’étale sur plusieurs épisodes. Définie au début du processus créatif, avant l’écriture du dialogue, elle peut cependant être modifiée dans ses détails lors de l’élaboration de la série.

4 Un soap opera est une série quotidienne produite en flux tendu. L’expression provient des premiers feuilletons radiophoniques qui correspondaient à des publicités déguisées, commanditées par des marques de savon.

5 HBO : Home Box Office, chaîne de télévision payante aux États-Unis, réputée pour produire des séries innovantes et de qualité.

6 L’influence des séries américaines sur la création des séries françaises provoque ce type de confusions. Voir Anne-Marie O’Connell, « Les séries télévisuelles juridiques américaines : représentations langagières et culturelles d’une communauté professionnelle », Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité vol. XXXI n° 2, 2012, disponible en ligne : https://apliut.revues.org/2720.

7 Un éclairage sur ces questions est apporté par Raphaël Baroni dans « Intrigues et personnages des séries évolutives : quand l’improvisation devient une vertu », Repenser le récit avec les séries télévisées, Télévision, n° 7, 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Bacharach, « Paul-André Landes, Muriel Mille, Emilie Harel, Plus belle la série », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 23 octobre 2017, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/23601

Haut de page

Rédacteur

Paul Bacharach

Étudiant en histoire culturelle à l’ENSSIB et en humanités numériques à l’ENS de Lyon.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page