Navigation – Plan du site

Éric Méchoulan, Lire avec soin. Amitié, justice et médias

Victoire Feuillebois
Lire avec soin
Éric Méchoulan, Lire avec soin. Amitié, justice et médias, Lyon, ENS Éditions, coll. « Perspectives du care », 2017, 162 p., ISBN : 978-2-84788-912-3.
Haut de page

Texte intégral

1La lecture, occupation inactuelle, pratique en voie de disparition ? Le petit opuscule d’Éric Méchoulan invite à revenir sur ces apparentes évidences en montrant que la lecture est aujourd’hui au cœur d’enjeux politiques et sociaux majeurs. En effet, jamais dans nos vies quotidiennes il n’a autant été question de lire, nous rappelle l’auteur : à l’heure du triomphe du numérique et de l’intensification des échanges, nous lisons en réalité en permanence, notre page Facebook ou des fichiers audio, mais aussi des personnes et des situations. Cette extension du domaine de la lecture, qui est constitutive de la démarche de l’auteur, ne produit pas un appauvrissement sémantique d’un verbe « lire » ici compris de manière large et qui semble parfois seulement métaphorique, mais met en relief les enjeux à l’œuvre dans ce processus : après plusieurs décennies marquées par un important formalisme dans les études littéraires, la polysémie du terme lui-même oblige à réarticuler pratiques de lecture et perspectives sociales et politiques. C’est l’ambitieux programme que se fixe Éric Méchoulan, professeur de littérature moderne et de culture numérique à l’Université de Montréal, dans ce texte programmatique de 150 pages divisé en neuf courts chapitres, qui, à partir d’expériences concrètes de lecture, s’attachent à en montrer la porosité, menant de l’écriture de l’histoire à la pratique de la justice, de la volonté de trouver le mot juste à la recherche d’un « ami lecteur » qui viendrait médiatiser l’expérience : en déployant les sens et usages possibles du « lire » en dehors de la sphère littéraire proprement dite, il s’agit de mettre en valeur le fait que, lorsqu’il est question de lecture, il est toujours aussi question du rapport entre les individus et les institutions, rapport que la relation entre livre et lecteur contribue à rendre sensible, voire à modeler.

2Le critique Éric Méchoulan rappelle que, si l’on revient à l’étymologie gréco-latine (lego signifie cueillir, notamment des plantes médicinales) et aux premiers usages du livre, la lecture a souvent été associée à une forme de thérapeutique. Pour autant, la valeur curative attribuée au livre se joue ici moins au niveau de la dimension personnelle et psychologique de la lecture que dans la possibilité d’ouvrir cette dernière vers des pratiques relevant de la justice et du courage de dire vrai. Ce qui se joue ici est le passage du cure au care, perspective qui donne sa cohérence au propos de l’auteur et à son attention aux glissements de sens du mot « lire » vers des acceptions qui semblent plus figurées mais sont en réalité profondément signifiantes. En effet, ce qui importe au critique dans l’acte de lire n’est pas la simple communication d’une intériorité à une autre intériorité, mais le fait que la lecture donne accès aux « manifestations publiques de formes de vie grâce à des dispositifs médiatiques » (p. 14). À ce titre, elle occupe une place privilégiée dans l’espace du care conçu comme la mise en valeur de relations plurielles à partir de contextes particuliers, dans la mesure où elle permet de trouver un équilibre dans la difficile équation qui suppose de « demeur[er] arrim[é] aux relations singulières et à leurs contextes d’usage tout en circonscrivant leur valeur générale » (p. 24) : l’attention que le processus de déchiffrage et d’interprétation nécessite de la part du lecteur est en effet l’un des modèles qui permettent de prendre acte du commun sans faire le sacrifice des singularités ; cette attention s’articule donc naturellement aux sphères du social et du politique – « attention » est d’ailleurs à la fois l’une des caractéristiques principales de l’acte de lecture sur le plan cognitif et l’une des traductions possibles de care.

  • 1 Macé Marielle, Sidérer, considérer. Migrants en France, 2017, Paris, Verdier, coll. « La petite jau (...)
  • 2 Kant oppose deux types de facultés de juger, le jugement réfléchissant et le jugement déterminant : (...)

3Éric Méchoulan rejoint ici d’autres travaux contemporains qui s’attachent, à travers la promotion de l’attention, à montrer que la lecture est tout sauf une activité solitaire : le texte récent que Marielle Macé consacre aux migrants, Sidérer, considérer1 (2017), procède par exemple de la même ambition de remettre le livre au centre, moins du débat, que de la possibilité même de débattre, parce qu’il nous rendrait alertes et donnerait ainsi à voir et à percevoir l’existence de réalités trop précaires pour que la plupart des dispositifs sociaux et rhétoriques puissent les porter à notre connaissance. L’originalité du texte du critique canadien est que cette « lecture comme soin et comme reconnaissance des vivants » (p. 56), qui le conduit à analyser aussi bien Rabelais que Bob Dylan, ouvre nécessairement pour lui sur les questions de justice et de jugement : c’est là que, depuis Kant et l’idée de jugement réfléchissant2, la littérature peut trouver une utilité hors de la sphère esthétique. Sur un mode qui rappelle Montaigne, auteur souvent cité, Méchoulan procède par syllepse en faisant résonner la racine commune entre « justice » et « justesse » : la justice comme production de droit ou art rhétorique cède donc la place à un modèle de justice perçu comme soin réciproque, comme volonté de dire juste. Rendre justice (donner un jugement) procède ainsi toujours d’un mouvement d’interprétation, de lecture. Prendre acte d’une telle dimension subjective ne doit pas conduire au relativisme mais à une conscience accrue des enjeux de l’attention : présenter la lecture comme une manière d’apprendre à être ou à dire juste ou d’être attentif à cet idéal, c’est rétablir la littérature comme modèle non normatif, mais néanmoins susceptible d’avoir une action positive sur les vies, d’être une école du care au sens où elle entretient et stimule l’exigence intérieure d’honorer, de rendre justice à ce qui compte et passe ordinairement inaperçu. Présenter la justice comme une lecture, c’est en retour lui rendre son « envergure » (le terme revient plusieurs fois dans le fil de l’ouvrage) politique et sociale, c’est rappeler qu’elle est toujours adressée et qu’elle agit comme un « opérateur de communauté » (p. 89) plutôt que comme un principe transcendant qui viendrait trancher les affaires humaines de manière neutre et objective.

4Ces développements permettent en dernier lieu à l’auteur de défendre une posture critique qui offre une troisième voie entre l’engagement apologétique et le retrait dans le pur formalisme : le critique doit revendiquer sa position de tiers inclus, à l’image des figurations antiques du juge ou de l’historien – qui relèvent d’une position paradoxale d’observation participante mais marginale pour produire un jugement non partisan – ou de l’ami qui sert de médium et sans lequel il n’y a pas de communication possible entre les parties en présence. Lecteur du précaire, puisqu’il consacre son attention aux singularités les plus concrètes, inaliénables et fugitives, le critique semble par là condamné à n’être lui-même qu’un lecteur précaire, qui ne trouve sa légitimité qu’après coup, dans la justice qu’il rend aux textes. Mais c’est dans ce processus que la fonction critique acquiert, là encore, son « envergure » : prendre en compte ces singularités dans la lecture, c’est précisément en faire quelque chose qui compte, c’est leur donner une valeur et une place dans le champ social.

5On sait que la philosophie du care fait souvent usage de la fiction pour illustrer et nourrir ses analyses : il est particulièrement intéressant de découvrir, à travers la réflexion d’Éric Méchoulan sur les enjeux contemporains du « lire », comment un critique littéraire peut enrichir sa propre lecture au prisme de ce paradigme et affirmer sa démarche interprétative dans un geste qui dépasse la traditionnelle aspiration philologique à l’objectivité. Cela rend ce court texte d’autant plus précieux et stimulant. On pourra néanmoins en regretter le caractère parfois programmatique : l’essai ne laisse la place qu’à deux analyses prenant substantiellement en compte « l’appareillage spécifique des médias » (p. 16) dans la matière même du livre renaissant (lettrines figurées héritées du Moyen Âge et appelées « cadeaux », l’étrange adresse « au lecteurs » [sic] chez Montaigne, etc.), ce qui rend difficile d’appréhender concrètement la façon dont « une théorie des médias » pourrait être « intégrée à une pensée de la justice » (p. 27). Mais on devine que cet ouvrage pose les bases d’une réflexion et d’un champ plus vastes, que d’autres ouvrages s’inscrivant dans cette veine prolongeront par des approches concrètes susceptibles de rendre sensible ce dernier point.

Haut de page

Notes

1 Macé Marielle, Sidérer, considérer. Migrants en France, 2017, Paris, Verdier, coll. « La petite jaune », 2017.

2 Kant oppose deux types de facultés de juger, le jugement réfléchissant et le jugement déterminant : dans le second cas, le sujet est placé devant un cas particulier, mais dispose d’une règle empirique pour le comprendre et le généraliser, tandis que dans le premier, dont l’exemple typique est le jugement esthétique, seul le particulier est donné et c’est à la faculté de juger elle-même de se donner un principe susceptible de faire passer du particulier au général.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Victoire Feuillebois, « Éric Méchoulan, Lire avec soin. Amitié, justice et médias », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2017, mis en ligne le 16 octobre 2017, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/23610

Haut de page

Rédacteur

Victoire Feuillebois

Ancienne élève de l’École Normale Supérieure (Paris) et agrégée de lettres modernes, Victoire Feuillebois est docteur en littérature comparée depuis 2012. Elle est actuellement postdoctorante à l’Université Saint-Louis – Bruxelles dans le cadre des actions Marie Curie et Move In Louvain.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page